Vous êtes ici : Accueil À propos Lettres d'information Lettre d'information n° 110

Lettre d'information n° 110

Publié le 18/09/2015

Lettre d'information n° 110 - septembre 2015


Chères lectrices, chers lecteurs,

Nous espérons que vous avez passé un bel été, à la fois enrichissant et reposant. En ce début d'année scolaire, nous vous souhaitons de prendre plaisir à enseigner la géographie et à découvrir les ressources que Géoconfluences publie dans ce but.
Ce numéro est placé sous le signe des mobilités internationales : celles qui s'observent aujourd'hui en Europe et celles des Indiens dans le monde, et en particulier dans le golfe Persique.

  • Notion à la une : Justice spatiale, Bernard Bret, professeur émérite, Université de Lyon (Jean Moulin Lyon 3).
La notion de justice spatiale ne doit pas être entendue comme une justice entre les lieux, mais comme la dimension spatiale de la justice entre les hommes. Parce que les sociétés organisent l'espace qu'elles habitent, les territoires reflètent les rapports sociaux. Parler de la justice spatiale, c'est donc parler du socio-spatial : action du social sur le spatial et rétroaction du spatial sur le social.

- l'un de Pierre-Yves Trouillet, chargé de recherche CNRS, Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud, UMR 8564 EHESS-CNRS, Les populations d'origine indienne hors de l'Inde : fabrique et enjeux d'une "diaspora".
Le centenaire du retour du Mahatma Gandhi sur le sol indien après plus de vingt ans passés en Afrique du Sud fut célébré en grande pompe au mois de janvier 2015 à Gandhinagar, dans le cadre des journées consacrées chaque année aux Indiens expatriés. En effet depuis 2003, le gouvernement indien rend régulièrement hommage à ce qu’il nomme « la diaspora indienne ». Cependant New Delhi n’utilise cette expression que depuis le tournant des années 2000, alors que les émigrations depuis le sous-continent sont pluriséculaires, voire millénaires. Ce recours relativement récent au terme « diaspora » dans le langage officiel indien montre que l’idée d’« une diaspora indienne » est loin d’aller de soi et mérite discussion.
Cet article entend retracer les grands traits de l’histoire migratoire des populations indiennes expatriées, discuter la fabrique de l’expression « diaspora indienne », et présenter les principaux enjeux liés à cette population transnationale.

- l'autre de Philippe Venier, maître de conférences en géographie, laboratoire MIGRINTER, université de Poitiers, L'émigration indienne vers le golfe Persique.
En janvier 2015, les dernières estimations du Ministère des Indiens d’Outre-Mer ont révélé que 7,2 millions de ressortissants indiens résident dans les pays du golfe Persique. Le renforcement de la présence indienne dans les pétromonarchies répond à une demande croissante de main-d’oeuvre peu ou pas qualifiée, et se traduit aussi désormais par une augmentation du nombre de migrants qualifiés, ressource humaine absolument nécessaire au développement économique de la région.
Ainsi, depuis les années 1970, s'est construit, consolidé et diversifié un système migratoire au caractère exclusivement économique. Il en résulte de profondes transformations des espaces tant dans les pays d’accueil que dans le pays d’origine.

 

Notre prochaine lettre d'information sera publiée début octobre à l'occasion du Festival International de Géographie de Saint-Dié où Géoconfluences sera présent au Salon de la Géomatique. 
Nous rappelons que l’accès au site est libre, qu’il n’est nul besoin d’un identifiant ou d’un mot de passe. Celui-ci est réservé aux administrateurs du site. En cas de difficulté, le mode d’emploi du site est donné dans la page Aide.
Nous vous remercions pour votre fidélité  et vous encourageons à relayer nos informations et à nous faire part de vos commentaires.

Cordialement à tous,

Marie-Christine Doceul et Julie Le Gall,
pour la section géographie de l'ENS de Lyon,

le 18 septembre 2015

 

Actions sur le document