Vous êtes ici : Accueil À propos Lettres d'information Lettre d'information n° 114

Lettre d'information n° 114

Publié le 15/02/2016

Lettre d'information n° 114 - janvier 2016

À l'occasion de cette première lettre d'information de l'année, nous offrons à toutes et tous nos meilleurs voeux pour 2016. Nous espérons vous présenter tout au cours de l'année des ressources nouvelles transmises par les chercheurs désireux de partager leurs travaux au service de vos connaissances et de vos pratiques diverses d'enseignement. Nous sommes persuadées que la géographie peut nous aider à comprendre et à faire comprendre le monde.

Pour commencer l'année, nous nous transportons au coeur des métropoles états-uniennes : en Californie du Sud, à Atlanta, à Minneapolis-Saint Paul et dans le Bronx. Vous y lirez les inégalités socio-spatiales et les dynamiques récentes à l'oeuvre. Vous pourrez aussi réfléchir à la question de la représentation avec la Notion à la une, et avec l'exemple du rap, représentation des relations raciales dans les villes américaines. Et puis, au 1er janvier 2016, il est temps de mettre à jour les nouveautés de la géographie de l'Union européenne.

  • Notion à la une : Représentation, Yves-François Le Lay, maître de conférences en Géographie, ENS de Lyon, Université de Lyon, UMR 5600 EVS
Toute représentation remplace quelque chose d’autre pour quelqu’un : la carte, l'image mentale, le député et la performance artistique peuvent tous constituer, à leur manière, une représentation d'un espace, d'un objet, d'une population ou d'une idée. Procédant des relations que les humains entretiennent avec le monde environnant, une représentation désigne une entité formelle – toujours spatiale et temporelle, matérielle et mentale, individuelle et collective – qui évoque une autre entité (appelée le référent) et favorise ainsi la cognition et l’action des individus.


- Renaud Le Goix, professeur de géographie, Université Paris-Diderot (Paris 7), UMR Géographie-cités 8504 CNRS, « Du manteau d’Arlequin au Rubik’s cube : analyser les multiples dimensions de trente années d’évolutions socio-économiques des quartiers en Californie du Sud »

Cet article vise à présenter les éléments d’une typologie des dynamiques socio-économiques des quartiers dans les régions métropolitaines de Californie du Sud (Santa Barbara - San Diego - Los Angeles). Il en ressort dans les quartiers centraux une tendance vers des quartiers plus divers, plus aisés, plus denses (en lien avec la gentrification), mais aussi un maintien sinon une aggravation du cumul des désavantages dans les quartiers pauvres notamment hispaniques. Mais ce qui fait évoluer le plus rapidement la composition socio-économique et la diversité de la métropole, ce sont les périphéries. En effet, dans les suburbs, c’est un paysage très contrasté qui apparaît, avec certes la stabilité des quartiers riches, blancs  ; mais aussi des évolutions vers des suburbs plus hétérogènes, mixtes, tant du point de vue des communautés et origines que des positions sociales. Au-delà des dynamiques bien documentées de ségrégation et de fragmentation des métropoles, il y a aussi dans l’étalement suburbain des forces intégratives, produisant certains degrés de mixité socio-économique.

- Aurélie Delage, maître de conférences en aménagement et urbanisme, Université de Perpignan Via Domitia / UMR 5281 Art-Dev, « Le Bronx, des flammes aux fleurs : combattre les inégalités socio-spatiales et environnementales au cœur de la ville globale ? »

L'étude porte sur la partie sud du Bronx qui a connu les épisodes de délaissement les plus avancés dans les années 1970 et se caractérise aujourd’hui encore par les plus fortes concentrations de populations hispaniques et afro-américaines, les revenus médians par ménage les plus faibles, et une part croissante de la population au-dessous du seuil de pauvreté.
Comment le Bronx en est-il arrivé à cette situation d’inégalité socio-spatiale en lisière des quartiers dynamiques de Manhattan ? Quelles sont les solutions mises en œuvre pour y remédier : face à un certain abandon de la part des investisseurs privés, renforcé par le désengagement des autorités publiques dans les années 1970, le combat multiforme des populations locales, à travers leurs organisations communautaires, pour reprendre en main leur quartier a permis sinon d’inverser totalement la tendance, du moins d’enrayer le cercle vicieux. Cette étude de cas sur le Sud Bronx illustre la difficulté d’articuler les échelles micro-locale, locale et régionale pour construire une métropole qui soit durable non seulement du point de vue écologique, mais également une métropole inclusive, sur le plan social et économique.

- Séverin Guillard, doctorant en géographie, Université Paris Est, Lab’Urba, « Le rap, miroir déformant des relations raciales dans les villes des États-Unis »

Né dans les années 1970 à New York, le rap est devenu depuis deux décennies l'un des principaux segments du marché musical aux États-Unis. Si cette musique constitue un élément important du paysage culturel états-unien, elle est également un outil privilégié pour observer les processus sociaux à l’œuvre dans les villes du pays.
L'étude met en lumière la manière dont ce genre musical agit comme un miroir déformant de la fragmentation raciale que l’on retrouve à l’échelle de la ville, à partir des cas d’Atlanta, en Géorgie, et des Twin Cities (Minneapolis-Saint Paul), dans le Minnesota. Tant dans les imaginaires qu’il véhicule, que dans la manière dont se structurent les scènes musicales locales, se retrouve en effet la présence de lignes de fractures raciales qui évoquent plus largement celles qui existent au sein de l’espace urbain.
.

 
Dans cette nouvelle édition en date du 1er janvier 2016, de nouveaux documents ont été ajoutés : la carte de l'Union européenne en 2016 (pays membres et pays candidats), et deux graphiques sur le rattrapage économique depuis 2003 des nouveaux membres de l'UE et des pays candidats.
Le texte a été mis à jour et enrichi de données sur les élargissements et le rattrapage économique, et de trois compléments sur Chypre Nord, sur les républiques sécessionnistes de l'ex-espace soviétique et sur la question des sécessions de la Catalogne, de l'Ecosse, de la Flandre.

.

 


Cordialement à tous, et avec tous nos voeux,

Marie-Christine Doceul et Julie Le Gall
pour l'équipe enseignante en géographie de l'ENS de Lyon,
le 15 janvier 2016

Actions sur le document