Vous êtes ici : Accueil Actualités Veille 31 ans de quotas laitiers, et après ?

31 ans de quotas laitiers, et après ?

Publié le 01/04/2015

Le 31 mars 2015 à minuit, les quotas laitiers instaurés le 2 avril 1984 ont été enterrés, laissant les éleveurs et les collecteurs européens dans un marché désormais libéralisé.

1. Les quotas laitiers
  • Comprendre les quotas laitiers en 2 minutes, Le Monde, 20 février 2015, Vidéo. http://www.dailymotion.com/video/x2hp5cf_comprendre-les-quotas-laitiers-en-2-minutes_news
  • Dossier des Echos, L’Europe tourne la page de trente années de quotas laitiers, 31 mars 2015. Avec des graphiques. http://www.lesechos.fr/monde/europe/0204266018418-leurope-tourne-la-page-de-trente-annees-de-quotas-laitiers-1106964.php
  • L'Europe du lait change de visage à l'approche de la fin des quotas laitiers : elle a perdu environ 200.000 exploitations laitières en six ans et malgré la locomotive franco-allemande, est doublée par la Nouvelle-Zélande à l'export. 29 mars 2015, Webagri http://www.web-agri.fr/actualite-agricole/economie-social/article/une-europe-laitiere-deja-restructuree-1142-108853.html
  • Assemblée nationale, Rapport d’information sur l’élevage laitier et allaitant en France, présenté par les députés Germinal Peiro et Alain Marc. 2013.  « Le système des quotas a permis de territorialiser la production. Les quotas, en répartissant les droits à produire entre les pays, et en les fixant au sol, notamment en France compte tenu du lien fort entre quotas et foncier, ont permis de préserver une répartition géographique équilibrée de la production, alors que l’évolution antérieure avait tendance à déplacer les capacités de production vers le Nord de l’Europe et plus largement vers le littoral de la mer du Nord et de la Manche ». « Les quotas n’ont pas empêché une concentration de l’élevage, qui risque encore de s’accentuer avec la fin de ce système. En France, un important mouvement de concentration s’est enclenché depuis 1984 et s’est accentué depuis les années 2000. En moyenne les exploitations possèdent désormais 52 vaches laitières en 2011, contre 38 vaches laitières en 2000. La restructuration des outils industriels permise par la fin des quotas et donc de la gestion des volumes au niveau départemental pourrait entraîner une spécialisation dans la production laitière dans certaines régions et une forte déprise dans les zones intermédiaires de montagne.http://www.assemblee-nationale.fr/14/rap-info/i1237.asp
     
2. Les données chiffrées
3. Questions et débats sur les impacts
  • Le Monde, L’Europe face à la fin des quotas laitiers, Laurence Girard, 30 mars 2015.

Le robinet de lait européen va s’ouvrir officiellement mercredi 1er avril. La veille, le système des quotas laitiers, qui encadrait jusqu’alors la production des 28 Etats membres, aura vécu. Même si cette échéance, connue de longue date, a permis à chacun de se préparer, les interrogations ne manquent pas sur l’impact de cette nouvelle étape de la libéralisation de l’agriculture européenne.
http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/03/30/l-europe-face-a-la-fin-des-quotas-laitiers_4605490_3234.html

- la Fédération Nationale des Coopératives Laitières (Fncl), http://www.web-agri.fr/actualite-agricole/politique-syndicalisme/article/fncl-une-opportunite-a-maitriser-pour-les-cooperatives-laitieres-1145-109054.html
- la Fédération nationale des producteurs de lait (Fnpl), section spécialisée de la Fnsea. Refusant que « la fin des quotas laitiers soit le prétexte à l'apparition de déserts laitiers sur notre territoire », la Fnpl demande à la Commission européenne des outils de gestion « efficaces, réactifs et réalistes ». http://www.web-agri.fr/actualite-agricole/politique-syndicalisme/article/fnpl-ne-pas-faire-l-economie-d-une-politique-laitiere-1145-108639.html
- l'Organisation des producteurs de lait (Opl), section spécialisée de la Coordination rurale, relayée à Bruxelles par l’European milk Board  protestent contre l’abandon des producteurs . Au 1er avril, plus aucune régulation ne viendra organiser le marché laitier européen ; seuls les filets de sécurité protégeant l’industrie seront conservés. Tous les producteurs se retrouveront du jour au lendemain face au fonctionnement impitoyable du marché mondial » annonce la coordination rurale.
http://www.web-agri.fr/actualite-agricole/politique-syndicalisme/article/des-feus-de-detresse-allumes-par-la-cr-l-opl-et-l-emb-le-31-mars-2015-1145-108917.html et http://www.coordinationrurale.fr/tag/quotas-laitiers.html
- la Confédération paysanne regrette même un système porteur de stabilité. " Nous sommes désormais à l'ère de la dérégulation systématique, sans que les conséquences sur l'avenir des paysans n'aient d'importance aux yeux des décideurs politiques et de la filière. Notre grosse crainte, c’est que l’on continue de concentrer la production laitière dans les bassins les plus favorisés, c’est-à-dire l’Ouest de la France, au détriment de toutes les zones intermédiaires, comme le Massif central, Rhône-Alpes, qui produisent encore un peu de lait. " Le risque, selon Laurent Pinatel, c’est que la fin des quotas laitiers entraîne finalement "la disparition de nouveaux paysans". http://www.confederationpaysanne.fr/actu.php?id=3464&PHPSESSID=arapcggk19nb10e73f16lopnl5

- l’assemblée permanente des Chambres d’agriculture, « Derrière l'opportunité pour les éleveurs, de nombreux risques », «Risque de surproduction généralisée, hyper concurrence à l’échelle mondiale qui pourraient avoir pour conséquence un effondrement des prix. « En 2014, les volumes offerts par la Nouvelle-Zélande, les Etats-Unis et l’UE ont augmenté respectivement de + 9 %, + 2,4 % et + 5 %. De plus dans un contexte de volatilité des prix agricoles, qui impacte aussi l’alimentation des animaux, le revenu des éleveurs laitiers risque d’en subir les conséquences. Les réponses apportées par la Commission sont largement insuffisantes http://www.web-agri.fr/actualite-agricole/politique-syndicalisme/article/derriere-l-opportunite-pour-les-eleveurs-de-nombreux-risques-selon-l-apca-1145-109057.html

- les espoirs de l’industrie laitière
La France possède de grands industriels dans le secteur laitier, comme le leader mondial Lactalis, le numéro un mondial des produits laitiers frais, Danone, mais aussi des groupes comme Bel ou Bongrain.
le président de la Fédération de l’industrie laitière salue cette « opportunité », mais tempère : « le potentiel de hausse supplémentaire apparaît maintenant relativement limité » en raison des contraintes environnementales et des augmentations déjà enregistrées ces deux dernières années, à hauteur de 5%. Notons d’ailleurs au passage que la production de lait nationale reste systématiquement en dessous des quotas fixés. http://www.lsa-conso.fr/l-industrie-laitiere-assez-sereine-pour-affronter-la-fin-des-quotas-laitiers-le-1er-avril-interview,205393
- et des coopératives laitières (FNCL) : « amélioration des marchés et fin des quotas : les coopératives laitières sont prêtes à relever ces défis » http://www.fncl.coop/actualites/amelioration-des-marches-et-fin-des-quotas-les-cooperatives-laitieres-sont-pretes-relever
 

4. Les modèles en concurrence

Les producteurs de lait sont désormais soumis à un marché mondial. Ils entendent mieux se regrouper pour peser face aux laiteries industrielles. Les Echos, 31 mars 2015 http://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/0204265549735-les-producteurs-entre-espoir-et-inquietudes-1107038.php

  •  vers les mégafermes ?

- La « ferme des mille vaches » : retour sur trois ans de conflits, Le Monde,16 septembre 2014 http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/09/16/la-ferme-des-mille-vaches-retour-sur-trois-ans-de-conflits_4487536_3244.html
- Voir la veille de Géoconfluences, 20 janvier 2014, Les mutations de la production laitière en France à l’heure des investissements chinois et des « fermes géantes »
http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/veille/les-mutations-de-la-productiion-laitiere-en-france-a-l2019heure-des-investissements-chinois-et-des-etables-geantes

Actions sur le document