Vous êtes ici : Accueil Actualités Veille L'agriculture de demain

L'agriculture de demain

Publié le 13/03/2017

Le salon de l'agriculture s'est tenu 25 février au dimanche 5 mars 2017. Soumis à une très forte exposition médiatique en raison du passage obligé des candidats à l'élection présidentielle, il est l'occasion de mettre le monde agricole à la une, à la manière d'un « marronnier ». La fin du salon 2017 est l'occasion d'évoquer l'agriculture de demain dans une veille de prospective.

Si l'agriculture est dans une période de profonde mutation, il ne faut pas pour autant idéaliser l'agriculture du passé, comme le rappelle l'historien Gérard Béaur. Il revient sur le temps long et s'intéresse aux agriculteurs d'aujourd'hui, dans une mise en perspective historique.
• Entretien avec Gérard Béaur, « Les nouveaux visages de l’agriculture », CNRS, 3 mars 2017. 

L'agriculture de demain devra répondre à des besoins croissants d'une population plus nombreuse aux besoins alimentaires plus diversifiés. Un rapport esquisse le consommateur alimentaire de demain. Le mangeur de 2030 sera glocal : toujours plus inséré dans des flux mondiaux de denrées alimentaires, et de plus en plus conscient du nécessaire soutien à l'agriculture locale. L'apport calorique d'origine animale devrait continuer à augmenter en moyenne, avec une poursuite de la transition alimentaire. Les auteurs du scénario prévoient aussi une relégitimation de la Révolution verte par l'apport des nouvelles technologies : avec l'« agriculture de précision », l'agriculture de demain sera intelligente... et toujours aux mains de grands groupes agro-industriels, même si l'agriculture dépendra toujours des aides publiques. Le rapport note à ce propos une convergence des pays émergents et développés en matière de soutien au secteur agricole.
• Centre d'études et de prospective, Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt, « MOND’Alim 2030 : un regard prospectif sur la mondialisation des systèmes alimentaires », Analyse, n° 100, mars 2017 (pdf).

   

Un laboratoire scientifique réfléchit à l'alimentation de demain : le Food 2.0 lab, soutenu par la Sorbonne, le CNRS et l'Institut des sciences de la communication.

Un humain sur deux vit en ville et cette proportion va continuer d'augmenter. Au-delà de l'approvisionnement des villes en nourriture, l'agriculture urbaine sera l'une des pistes à explorer pour alimenter les citadins : 
• Agriculture urbaine dans le glossaire de Géoconfluences
• Aurélie Sobocinski, « Le boom de l’agriculture urbaine », Journal du CNRS, 24 février 2015.
• Stéphanie Baffico, « De "Charm City" à "Farm City" : la reconquête des espaces en déshérence par l’agriculture urbaine à Baltimore », Géoconfluences, 2016.

L'agriculture de demain sera très probablement un secteur de pointe et de haute technologie. En réalité, c'est déjà le cas, et la question sera plutôt de mettre la technologie au service de la qualité de travail pour les producteurs, et de la qualité sanitaire des aliments, plutôt que d'améliorer une productivité déjà très élevée. Pour explorer l'agriculture high-tech, quelques pistes :
• Un scoop-it (une collection des sites) intitulé « Agricultures de demain ? » par Pascal Ménigoz, journaliste
• La lettre d'information de l'IRSTEA (Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture) de mars 2017 montre que les TIC sont déjà omniprésentes dans l'agriculture d'aujourd'hui.

Il faudra donc nourrir mieux une population plus nombreuse, mais en opérant une mutation plus importante encore que le tournant productiviste réalisé au siècle dernier : il s'agit non seulement de préserver les ressources et la biodiversité, mais aussi de réparer les écosystèmes endommagés. La majorité des publications scientifiques récentes consacrées au secteur agricole insistent sur la dimension environnementale. Une agriculture « durable », à faible empreinte carbone (low carbone agriculture), une permaculture adaptative qui reconstitue les écosystèmes, un élevage de précision, une aquaculture végétarienne..
• Sur le site de l'INRA, un dossier sur les agricultures du futur paru en 2014.
• Une vidéo sur future.arte.tv : « Permaculture : agriculture du futur ? » Futuremag, octobre 2016 (12,40 minutes). Le documentaire montre l'efficacité de la permaculture pour répondre aux défis environnementaux et alimentaires. Le documentaire montre aussi que la solutions à des problèmes micro-locaux, comme les systèmes de pentes dans les Alpes autrichiennes, vont chercher des solutions très éloignées géographiquement, comme les systèmes de terrasse en Indonésie. 

 

 

 

 

 

 

Actions sur le document