Vous êtes ici : Accueil Actualités Veille Baltimore, une "shrinking city" qui s'étale

Baltimore, une "shrinking city" qui s'étale

Publié le 26/09/2016

La NASA propose sur son site Earth Observatory une image Landsat de Baltimore datée du 18 juillet 2016, téléchargeable en bonne définition. On y voit la ville et son site de fond d'estuaire, là où le Patapsco s'élargit avant se jeter dans la baie de Chesapeake. L'échelle choisie pour cette vue satellite laisse aussi une large part à l'environnement rural de la ville, où les activités agricoles sont dominantes.

Intitulé « Comment l'urbanisation et la périurbanisation affecte la baie de Chesapeake », l'article (en anglais) commence ainsi : 

« Si les exploitations agricoles sont les principales sources de pollution atteignant la baie de Chesapeake, elles n'en sont pas les seules. Les espaces urbains et périurbains contribuent à apporter azote, phosphore, et sédiments, les trois principaux polluants qui obsurcissent les eaux de la baie et provoquent la concentration rapide des algues (algal bloom) et l'eutrophisation de l'eau. Les revêtements, l'asphalte et les diverses surfaces urbaines imperméables fonctionnent à la fois comme des émetteurs et des vecteurs de pollution. Au lieu d'être absorbée par les sols ou la végétation, la pluie qui tombe sur les routes et les autres surfaces dures tend à ruisseler rapidement vers les caniveaux et les ruisseaux urbains. Cette eau s'imprègne alors d'azote, de phosphore et de divers sels, huiles, métaux lourds, produits pharmaceutiques et autres polluants. Le ruissellement accéléré entraîne également une érosion des rives des ruisseaux urbains et d'importantes quantités de pollution d'origine sédimentaire. »

L'article poursuit en montrant que l'augmentation de la pollution en baie de Chesapeake est liée à une urbanisation et une artificialisation des sols croissante. Pourtant, Baltimore est souvent, au même titre que Detroit, considérée comme une shrinking city, une ville rétrécissante qui perd de la population. Sa population a en effet chuté de 16 % entre 1990 et 2010 comme le montre une carte de l'Est des États-Unis mettant en évidence le sort opposé de la ville de Charlotte (+ 85 % dans la même période).

En réalité, si la ville de Baltimore "rétrécit" par sa population, elle n'en fait pas moins l'objet d'un étalement urbain important. Il y a donc augmentation des surfaces construites, mais perte de densité de population de la ville-centre. Une autre carte de la NASA extraite du même article montre l'augmentation des surfaces imperméables entre 1984 et 2010 :

Baltimore et estuaire du Patapsco : surfaces imperméabilisées en % 1984-2010, NASA 2016 

Pour aller plus loin :

Baltimore, c'est aussi une "farm city", une ville où certaines friches urbaines sont réinvesties par des projets d'agriculture durable, comme l'avait montré un article paru récemment dans Géoconfluences :

 

 

Actions sur le document
Veille : dernière publication