Vous êtes ici : Accueil Actualités Veille Concours, examens, programmes Projets de programmes de seconde et de première du lycée général et technologique, et consultation

Projets de programmes de seconde et de première du lycée général et technologique, et consultation

Publié le 07/11/2018

Le portail national Éduscol a publié les projets de nouveaux programmes pour les classes de seconde, première générale et première technologique, applicables dès la rentrée 2019. Une consultation est organisée pour recueillir l'avis des enseignants sur ces projets.

Accès à tous les programmes et à la consultation.

Liens directs : 
Consultation : 
  • Pour les professionnels de l'éducation, un lien à obtenir en cliquant ici.
  • Pour les lycéens et les familles, une adresse électronique : consultations-lycee-2018-2019@education.gouv.fr
Autres documents : 

 


Voici l'intégralité du projet de programme de géographie de la seconde et de la première :

Classe de seconde, voie générale et technologique

Thème 1 : Sociétés et environnements : des équilibres fragiles (12-14 heures)

Questions

– Les sociétés face aux risques.

– Des ressources majeures sous pression : tensions, gestion.

Commentaire

Les relations entre les sociétés et leurs environnements sont complexes. Elles se traduisent par de multiples interactions.
L’étude des sociétés face aux risques et l’étude de la gestion d’une ressource majeure (l’eau ou les ressources énergétiques) permettent d’analyser la vulnérabilité des sociétés et la fragilité des milieux continentaux et maritimes. Les enjeux liés à un approvisionnement durable en ressources pèsent de manière croissante et différenciée.
Ces thématiques s’appuient sur la connaissance de la distribution des grands foyers de peuplement ainsi que des principales caractéristiques des différents milieux à l’échelle mondiale. 

Études de cas possibles :

– Le changement climatique et ses effets sur un espace densément peuplé.
– L’Arctique : fragilité et attractivité.
– La forêt amazonienne : un environnement fragile soumis aux pressions et aux risques.
– Les Alpes : des environnements vulnérables et valorisés.

Question spécifique sur la France

La France : des milieux métropolitains et ultramarins entre valorisation et protection.

Commentaire

En France, la richesse et la fragilité des milieux motivent des actions de valorisation et de protection. Ces actions répondent à des enjeux d’aménagement, nationaux et européens, articulés à des défis environnementaux : exploitation des ressources, protection des espaces, gestion des risques. 

Thème 2 : Territoires, populations et développement : quels défis ? (12-14 heures)

Questions

– Des trajectoires démographiques différenciées : les défis du nombre et du vieillissement.

– Développement et inégalités.

Commentaire

Ce thème interroge la notion de transition tant d’un point de vue notionnel (transition démographique, transition économique) que d’un point de vue contextuel, en cherchant à différencier les territoires. Il s’agit de réfléchir aux enjeux liés au développement différencié de la population dans le monde, en questionnant la relation entre développement et inégalités.
Une démarche comparative permet de mettre en évidence le fait qu’il n’existe pas un modèle unique de développement, mais une pluralité de trajectoires territoriales démographiques et économiques, liées à des choix différents, notamment politiques.

Études de cas possibles :

– Développement et inégalités au Brésil.
– Les modalités du développement en Inde.
– Développement et inégalités en Russie.
– Les enjeux du vieillissement au Japon.

Question spécifique sur la France

La France : dynamiques démographiques, inégalités socio-économiques. 

Commentaire

Au-delà des processus de vieillissement et d’accroissement de la richesse d’ensemble – sensibles à l’échelle mondiale comme à l’échelle nationale – les territoires de la métropole et de l’Outre-mer sont marqués par la diversité des dynamiques démographiques et une évolution différenciées des inégalités socio-économiques. Des actions nationales et européennes sont mises en œuvre pour y répondre.

Thème 3 : Des mobilités généralisées (12-14 heures)

Questions

– Les mobilités internationales.

– Les mobilités touristiques internationales.

Commentaire

Le monde est profondément transformé par les mobilités. Celles-ci peuvent être motivées par de nombreux facteurs (fuir un danger, vivre mieux, travailler, étudier, s’enrichir, visiter, …).
Les flux migratoires internationaux représentent des enjeux très différents (géographiques, économiques, sociaux ou encore politiques et géopolitiques), tant pour les espaces de départ que pour les espaces d’arrivée. Ils sont marqués par une grande diversité d’acteurs et des mobilités aux finalités contrastées (migrations de travail, d’études, migration forcée, réfugiés, etc.). Ils font l’objet de politiques et de stratégies différentes selon les contextes.
Avec le développement et l’évolution des modes de transports, les mobilités touristiques internationales sont en plein essor et se diffusent au-delà des foyers touristiques majeurs.

Études de cas possibles :

– La mer Méditerranée : un bassin migratoire.
– Les mobilités d’études et de travail intra-européennes.
– Les États-Unis : pôle touristique majeur à l’échelle mondiale.

Question spécifique sur la France

La France : mobilités, transports et enjeux d’aménagement.

Commentaire

Quotidiennes, saisonnières ou encore ponctuelles, les mobilités sont multiples en France métropolitaine et ultramarine. Elles répondent à des motivations diverses et rendent compte aussi d’inégalités socio-économiques et territoriales.
L’étude de la configuration spatiale des réseaux de transport et des réseaux numériques de communication invite à analyser les formes de la mobilité. Elle met en évidence la mise en concurrence des territoires en fonction de leurs atouts, mais également de la distancetemps qui les sépare des principaux pôles économiques, administratifs et culturels.
En jouant avec les échelles, l’étude des transports et des mobilités permet d’appréhender, d’une part, les enjeux de l’aménagement des territoires, de la continuité territoriale et de l’insertion européenne ainsi que, d’autre part, la transition vers des mobilités plus respectueuses de l’environnement.

Thème 4 : L’Afrique australe : un espace en profonde mutation (8-10 heures)

Questions

– Des milieux à valoriser et à ménager.

– Les défis de la transition et du développement pour des pays inégalement développés.

– Des territoires traversés et remodelés par des mobilités complexes.

Commentaire

L’objectif est de comprendre comment une aire géographique est concernée par les processus étudiés au cours de l’année de seconde. L’Afrique australe se caractérise par une grande diversité de milieux, exploités pour leurs ressources. Ces milieux sont soumis à une pression accrue liée aux défis démographiques, alimentaires, sanitaires, aux contextes politiques et à certains choix de développement.

Les transitions, qu’elles soient démographique, économique, urbaine ou environnementale, y sont marquées par leur diversité et leur rapidité. Le niveau de développement, le niveau d’intégration des territoires dans la mondialisation et les choix politiques influencent les différences de trajectoires de ces transitions. Les inégalités et les logiques ségrégatives y sont particulièrement marquées.

Cet espace se caractérise également par des flux migratoires complexes, entre exil, transit et installation pour les migrants internationaux, et affirmation de mobilités touristiques (écotourisme, safaris, etc.), créatrices de nouvelles inégalités territoriales.

Notions et vocabulaire à maîtriser à l’issue de la classe de seconde :

Acteur, mondialisation, territoire, transition (notions transversales à l’ensemble des thèmes).
Changement climatique, environnement, milieu, ressources, risques.
Croissance, développement, développement durable, émergence, inégalité, population, peuplement.
Migration, mobilité, tourisme.

Classe de première, voie générale

Thème 1 : La métropolisation : un processus mondial différencié (12-14 heures)

Questions

– Les villes à l’échelle mondiale : le poids croissant des métropoles.

– Des métropoles inégales et en mutation.

Commentaire

Depuis 2007, la moitié de la population mondiale vit en ville ; cette part ne cesse de progresser. Cette urbanisation s’accompagne d’un processus de métropolisation : concentration des populations, des activités et des fonctions de commandement.
En dépit de ce que l’on pourrait identifier comme des caractéristiques métropolitaines (quartier d’affaires, équipement culturel de premier plan, nœuds de transports et de communication majeur, institution de recherche et d’innovation, …), les métropoles sont très diverses. Elles sont inégalement attractives et n’exercent pas la même influence.
À l’échelle locale, l’étalement urbain combiné à l’émergence de nouveaux centres fonctionnels (dans la ville-centre comme dans les périphéries) contribuent à recomposer les espaces intra-métropolitains. Cela se traduit également par une accentuation des contrastes et des inégalités au sein des métropoles.

Études de cas possibles :

– La métropolisation au Brésil : dynamiques et contrastes.
– Londres : une métropole de rang mondial.
– Mumbai : une métropole fragmentée.
– La mégalopole du Nord-Est des États-Unis (de Boston à Washington) : des synergies métropolitaines.

Question spécifique sur la France

La France : la métropolisation et ses effets.

Commentaire

La métropolisation renforce le poids de Paris (ville primatiale) et recompose les dynamiques urbaines. L’importance et l’attractivité des métropoles régionales métropolitaines et ultra-marines tendent à se renforcer, mais de façon différenciée, de même que la concurrence qu’elles se livrent.
Cela conduit à une évolution de la place et du rôle des villes petites et moyennes, entre, pour certaines, mise à l’écart, dévitalisation des centres-villes, et, pour d’autres, un renouveau porté par une dynamique économique locale et la valorisation du cadre de vie.

Thème 2 : Une diversification des espaces et des acteurs de la production (12-14 heures)

Questions

– Les espaces de production dans le monde : une diversité croissante.

– Métropolisation, littoralisation des espaces productifs et accroissement des flux.

Commentaire

À l’échelle mondiale, les logiques et dynamiques des principaux espaces et acteurs de production de richesses (en n’omettant pas les services) se recomposent. Les espaces productifs majeurs sont divers et plus ou moins spécialisés. Ils sont de plus en plus nombreux, interconnectés et se concentrent surtout dans les métropoles et sur les littoraux.
Les processus de production s’organisent en chaînes de valeur ajoutée à différentes échelles. Cela se traduit par des flux d’échanges matériels et immatériels toujours plus importants.
Les chaînes et les réseaux de production sont, dans une large mesure, organisés par les entreprises internationales, mais l’implantation des unités productives dépend également d’autres acteurs – notamment publics –, des savoir-faire, des coûts de main d’œuvre ou encore des atouts des différents territoires. Ceux-ci sont de plus en plus mis en concurrence. Parallèlement, l’économie numérique élargit la diversité des espaces et des acteurs de la production.

Études de cas possibles :

– Les espaces des industries aéronautique et aérospatiale européennes : une production en réseau.
– Singapour : l’articulation de la finance, de la production et des flux.
– Les investissements chinois en Afrique : la recomposition des acteurs et espaces de la production aux échelles régionale et mondiale.
– La Silicon Valley : un espace productif intégré de l’échelle locale à l’échelle mondiale

Question spécifique sur la France

La France : les systèmes productifs entre valorisation locale et intégration européenne et mondiale.

Commentaire

L’étude des systèmes productifs français (Outre-mer inclus) permet de mettre en avant les lieux et acteurs de la production à l’échelle nationale, tout en soulignant l’articulation entre valorisation locale et intégration européenne et mondiale.

Thème 3 : Les espaces ruraux : multifonctionnalité ou fragmentation ? (12-14 heures)

Questions

– La fragmentation des espaces ruraux.

– Affirmation des fonctions non agricoles et conflits d’usages.

Commentaire

Les recompositions des espaces ruraux dans le monde sont marquées par le paradoxe de liens de plus en plus étroits avec les espaces urbains et l’affirmation de spécificités rurales (paysagères, économiques, voire socioculturelles), impliquant des dynamiques contrastées de valorisation, de mise à l’écart ou de protection de la nature et du patrimoine. Globalement, la part des agriculteurs diminue au sein des populations rurales. Toutefois, l’agriculture reste structurante pour certains espaces ruraux, avec des débouchés de plus en plus variés, alimentaires et non alimentaires.

À l’échelle mondiale, la multifonctionnalité des espaces ruraux s’affirme de manière inégale par l’importance croissante, en plus de la fonction agricole, de fonctions résidentielle, industrielle, environnementale ou touristique, contribuant tout à la fois à diversifier et à fragiliser ces espaces. Cette multifonctionnalité et cette fragmentation expliquent en partie la conflictualité accrue dans ces espaces autour d’enjeux divers, notamment fonciers : accaparement des terres, conflits d’usage, … Elles posent la question de leur dépendance aux espaces urbains.

Études de cas possibles :

– Les mutations des espaces ruraux de Toscane.
– Les transformations paysagères des espaces ruraux d’une région française (métropolitaine ou ultramarine).
– Mutations agricoles et recomposition des espaces ruraux en Inde.
– Les espaces ruraux canadiens : une multifonctionnalité marquée.

Question spécifique sur la France

La France : des espaces ruraux multifonctionnels, entre initiatives locales et politiques européennes.

Commentaire

En France, les espaces ruraux se transforment :

– mutation des systèmes agricoles et diversification des fonctions productives,
– pression urbaine croissante et liens accrus avec les espaces urbains,
– entre vieillissement et renouveau des populations rurales, diversification des dynamiques démographiques et résidentielles.

Ces mutations s’accompagnent d’enjeux d’aménagement et de développement rural : valorisation et soutien de l’agriculture, équipement numérique, télétravail, protection de l’environnement, maintien et organisation ou réorganisation des services publics, … Ces enjeux mobilisent des acteurs à différentes échelles, du développement local aux politiques nationales et européennes de développement rural.

Thème 4 conclusif : La Chine : des recompositions spatiales multiples (8-10 heures)

Questions

– Développement et inégalités.

– Des ressources et des environnements sous pression.

– Recompositions spatiales : urbanisation, littoralisation, mutations des espaces ruraux

Commentaire

La Chine est un pays où les évolutions démographiques et les transitions (urbaine, environnementale ou énergétique, …) engendrent de nombreux paradoxes et suscitent des recompositions spatiales spectaculaires. Les évolutions démographiques, les migrations des campagnes vers les villes, la surexploitation des ressources, la pollution, l’ouverture et l’insertion de plus en plus forte dans la mondialisation accentuent les contrastes territoriaux.

Notions et vocabulaire à maîtriser à l’issue de la classe de première (en complément des notions et vocabulaires acquis en classe de seconde qui seront remobilisés tout comme les repères spatiaux acquis) :

Recomposition : notion transversale à l’ensemble des thèmes.
Centralité, centre-périphérie, métropole/métropolisation, ville.
Espace productif, entreprise multinationale, chaîne de la valeur ajoutée, flux, production, système productif.
– Espace rural, multifonctionnalité, fragmentation, périurbanisation, ruralité.

Classe de première, voie technologique

Thème 1 : La métropolisation : un processus mondial différencié (6-8 heures)
Question obligatoire (A) et sujets d’étude (B) Notions Commentaire
A – Les villes à l’échelle mondiale : le poids croissant des métropoles et des mégalopoles

Agglomération urbaine.
Centre-périphérie.
Métropole / métropolisation. Ville.

Depuis 2007, la moitié de la population mondiale vit en ville ; cette part ne cesse de progresser. Cette urbanisation s’accompagne d’un processus de métropolisation : concentration des populations, des activités et des fonctions de commandement.

En dépit de ce que l’on pourrait identifier comme des caractéristiques métropolitaines (quartier d’affaires, équipement culturel de premier plan, nœuds de transports et de communication majeurs, institution de recherche et d’innovation, …), les métropoles sont très diverses. Elles sont inégalement attractives et n’exercent pas la même influence selon qu’il s’agit d’une métropole de rang mondial, de rang national ou de rang régional.

B – Un sujet d’étude au choix :

– Lyon : les mutations d’une métropole.

 

– Londres, une métropole de rang mondial.

 

L’affirmation de la dimension métropolitaine de Lyon s’est accompagnée de multiples recompositions à l’échelle locale (renforcement des réseaux de transports et de communication, création et rénovation de grands équipements culturels, de formation, de santé ou de sport, reconquête du front d’eau et des friches urbaines, fonctionnement polycentrique, étalement urbain, …). Ces mutations ont accentué les contrastes au sein de la métropole.

L’agglomération londonienne fait l’objet d’aménagements d’envergure et de recompositions territoriales. Elle témoigne des grandes mutations liées à la métropolisation (concurrence croissante entre les métropoles de rang mondial, réorganisation des réseaux de transports et renforcement des connexions aéroportuaires, réhabilitation du secteur portuaire, création et rénovation de grands équipements culturels, influence des Jeux Olympiques, recompositions locales autour de nouveaux centres fonctionnels, accentuation des contrastes socio-spatiaux, …).

Thème 2 : Une diversification des espaces et des acteurs de la production (6-8 heures)
Question obligatoire (A) et sujets d’étude (B) Notions Commentaire
A – Métropolisation, littoralisation des espaces productifs et accroissement des flux

Espace productif.
Flux.
Production.
Réseau international de production.
Chaîne mondiale de valeur ajoutée.

À l’échelle mondiale, les logiques et dynamiques des principaux espaces et acteurs de production de richesses (en n’omettant pas les services) se recomposent. Les espaces productifs majeurs sont divers et plus ou moins spécialisés. Ils sont de plus en plus nombreux, interconnectés et se concentrent surtout dans les métropoles et sur les littoraux. Les processus de production s’organisent en chaîne de valeur ajoutée à différentes échelles. Cela se traduit par des flux matériels et immatériels toujours plus importants.

B – Un sujet d’étude au choix :

– Les espaces des industries aéronautique et aérospatiale européennes.

 

– Rotterdam : un espace industrialo-portuaire européen de dimension internationale.

 

Les espaces des industries aéronautique et aérospatiale européennes témoignent d’une mise en réseau d’acteurs et de territoires par un processus de production. Cela stimule des dynamiques territoriales à l’échelle locale, tout en relevant d’enjeux internationaux, comme le montrent par exemple Hambourg et Toulouse, dont le dynamisme est en partie lié à Airbus (emplois directs mais aussi sous-traitants).

L’espace industrialo-portuaire de Rotterdam permet d’illustrer la mondialisation des processus de production, en lien avec l’importance fondamentale du transport maritime. Les dynamiques industrielles et portuaires recomposent les territoires et présentent des enjeux majeurs d’aménagement. On assiste au déplacement du port vers l’aval de l’estuaire et au déclin de zones industrielles au profit d’espaces de logistique.

Thème 3 : Les espaces ruraux : une multifonctionnalité toujours plus marquée (6-8 heures)
Question obligatoire (A) et sujets d’étude (B) Notions Commentaire
A – Des espaces ruraux aux fonctions de plus en plus variées Espace rural. Multifonctionnalité. Fragmentation.
Périurbanisation.

Les espaces ruraux connaissent d’importantes transformations. Globalement, le rôle de l’agriculture est encore important, mais ces espaces sont de plus en plus liés aux espaces urbains. Ils sont marqués par l’essor de fonctions résidentielle, industrielle, environnementale ou touristique, qui contribuent à les diversifier.

B – Un sujet d’étude au choix :

– Les espaces périurbains en France (métropolitaine et ultramarine).

 

– L’agro-tourisme en France (métropolitaine et ultramarine).

 

Les espaces périurbains connaissent de profondes recompositions. L’agriculture a fortement reculé et évolué sous l’effet de la progression marquée des fonctions résidentielles, logistiques, de loisirs, de production non agricoles, ... On peut s’interroger sur leur extension, leur localisation et sur le maintien de leur caractère rural.

L’agro-tourisme – tourisme valorisant l’agriculture et les produits du terroir – est en plein essor même si les flux concernés restent modestes à l’échelle nationale. Né de volontés individuelles locales et soutenu par les politiques nationales et européennes de développement rural, il contribue au renouveau d’espaces ruraux. La valorisation du patrimoine se traduit par une diversification des fonctions, un développement économique et une diversification des populations permanentes et saisonnières. Elle peut cependant poser la question de la préservation du patrimoine rural, qu’il soit bâti, paysager, ou encore culturel.

Thème 4 conclusif : La Chine : des recompositions spatiales multiples (3-4 heures)

Questions

– Urbanisation, littoralisation, mutations des espaces ruraux

Commentaire

La Chine connaît des recompositions spatiales spectaculaires. Des campagnes aux villes, de l’agriculture à une économie diversifiée, du repli à l’ouverture et à une insertion de plus en plus forte dans la mondialisation, les contrastes territoriaux sont de plus en plus accentués.

 

Actions sur le document