Vous êtes ici : Accueil Actualités Veille Les villes intelligentes en débat

Les villes intelligentes en débat

Publié le 22/11/2017

En octobre 2017, France Stratégie (le « laboratoire d'idées public » qui a succédé au Commissariat au Plan)  publiait une note intitulée « Smart Cities : "il faut partir des besoins et des usages des citoyens" ». Le chapô précise : « Il ne suffit pas de connecter une ville pour la rendre intelligente ». L'article souligne que si les villes intelligentes ont des objectifs communs, toutes les implications de ce phénomène ne sont pas encore prises en compte. Par exemple, la collecte massive de données, aux mains d'entreprises privées, soulève d'importantes questions de sécurité et de liberté des citoyens.


On le voit, la ville intelligente comme horizon d'avenir est débattue, en particulier lorsqu'on réfléchit aux modalités d'application, au-delà d'un mot d'ordre séduisant. En témoignent deux articles récents :


Ces deux articles font le même constat : alors que les promoteurs de la ville intelligente insistent sur l'importance de l'hyperconnectivité dans les métropoles en particulier, les très grandes villes n'attirent plus et souffrent d'une image dégradée. À une ville intelligente, connectée, mesurée, organisée, les enquêtes semblent opposer, dans la représentation des individus, un désir de campagnes et de villes de taille modeste, humaines, avec une bonne qualité de vie.

L'intelligence urbaine peut donc s'appliquer hors des grandes métropoles mondiales et elle peut être un mot d'ordre pour d'autres types d'espaces. La campagne intelligente, ou le village intelligent, pourrait ainsi devenir un mot d'ordre des aménageurs : 

Pour compléter

Récemment paru dans le dossier sur le Japon : Nicolas Leprêtre, « Les villes « intelligentes » au Japon », Géoconfluences, octobre 2017. (illustration ci-contre)

Dans le glossaire : Ville intelligente (smart city) | gouvernance urbaine | fabrique urbaine | ville néolibérale

D'autres brèves sur le sujet :

 

 

Actions sur le document