Vous êtes ici : Accueil Actualités Veille Habiter dans un conteneur, solution à la pénurie de logement ou partie du problème ?

Habiter dans un conteneur, solution à la pénurie de logement ou partie du problème ?

Publié le 07/06/2018

Les conteneurs, après avoir été le support de la standardisation du transport maritime et de la mondialisation des échanges, sont devenus la solution d’hébergement à la mode. Dans certaines villes portuaires du nord-ouest de l'Europe, des Pays-Bas à Londres, la conteneurisation de l’habitat apparaît comme une réponse à la crise du logement, autant que comme une promesse architecturale.

Ceux qui le promeuvent réunissent des arguments de tous ordres en faveur de l’habitat en conteneurs. Ses principales qualités sont la résistance de son matériau principal, l’acier, la facilité avec laquelle il peut être transporté et empilé, son faible coût et sa très importante disponibilité, puisqu’aux centaines de millions de conteneurs en circulation s’ajoutent ceux qui sont abandonnés. Un argument écologique s’y ajoute : la réutilisation d’un conteneur pour en faire une maison peut être considérée comme une forme de recyclage. La flexibilité est sans doute le mot le plus fréquemment employé concernant ce type d’habitat, laissant entendre que la flexibilité de l’habitat est une résultante logique de celle de l’emploi dans les sociétés post-industrielles.

La défense d’une esthétique post-moderne

Les blogs consacrés à l’architecture témoignent d’un engouement croissant pour l’habitat en conteneur. Chaque conteneur est comme une brique aux formes simples que l'architecte peut agencer à son gré pour imaginer un habitat collectif original.

Le cabinet de conseil en prospective urbaine Pop-up urbain fait l’éloge de l’habitat en conteneurs dans un billet entièrement rédigé en novlangue (« ville agile », « convoque des imaginaires », « artefacts résilients »…) : Margot Baldassi, « Popfolio #3 : Gogo gadget-au-conteneur, la ville agile in a nutshell ». 16 mai 2018.

D’autres exemples avec des photographies de projets architecturaux :

Trinity Buoy Wharf

Le projet Container City 1 et 2, est à Trinity Buoy Wharf, au centre de l'image, dans la dernière boucle de la Lea avant qu'elle se jette dans la Tamise. Le quartier se trouve en aval de la City et de Canary Wharf. Source : Capture d'écran Google Maps.

Container city à Londres

Container City 2, à Trinity Buoy Wharf, Londres. Cliché de Cmglee, septembre 2012. SourceCC BY-SA 3.0Fiche technique sur http://projets-architecte-urbanisme.fr.

Solution à la crise du logement ou institutionnalisation de l’habitat précaire ?

Le débat sur la conteneurisation de l’habitat a émergé en France avec le projet A’ Docks, au Havre, d’une résidence universitaire construite en conteneurs et inaugurée en 2010. Cette résidence est aujourd’hui gérée par le CROUS qui est l’organisme public chargé du logement étudiant et des bourses. Le principal argument avancé en faveur du projet est la surface habitable des logements : 25 m² environ pour un logement en conteneurs contre environ 14 m² pour une chambre en résidence universitaire classique.

Le Havre résidence étudiante dans des conteneurs

Le Havre résidence étudiante dans des conteneurs

Ci-dessus : vue de la résidence  universitaire A' Docks, au Havre, sur Google Street View

Ci-contre : image satellite du Géoportail

On voit la résidence dans son environnement proche, au bord d’un bassin, dans la zone portuaire. Non loin, un empilement de conteneurs qui ont gardé leur fonction première.


Les critiques avaient alors été nombreuses : en faisant vivre les étudiants « dans des boîtes », les institutions entérinaient leur précarité et les effets de la pénurie de logements au lieu de traiter ces problèmes à la racine.

Huit ans après, peu de témoignages d’habitants ont été publiés. La plupart des prises de parole concernant l’habitat en conteneurs vantent l’idée « sur le papier ». Quelques articles mentionnent des problèmes d’isolation et de fuites d’eau à propos de la résidence A Dock du Havre, ce à quoi le CROUS répond qu’il s’agissait seulement d’une mauvaise utilisation des équipements. Les quelques articles que nous avons trouvé ne citent pas convenablement leur source commune, le journal local Paris Normandie : « Les logements en conteneur, un flop ? » sur le site Digischool, ou encore « Logements étudiants : les conteneurs prennent l'eau » sur le site Capital. Paris Normandie semble aussi avoir publié des témoignages d’habitants satisfaits, dans des articles réservés à leurs abonnés.

La plupart des témoignages sur l’habitat en conteneur que nous avons trouvés proviennent de propriétaires ayant opté pour l’autoconstruction. Le fait de vivre dans un conteneur est pour eux une décision à long terme, ce qui diffère du choix des locataires précaires ou étudiants confrontés à la pénurie de logements des grandes villes. Voir par exemple :

La mondialisation libérale appliquée à l’habiter ?

Dans un article publié dans Techniques & cultures, l’économiste Arnaud Le Marchand critique le parallèle entre mondialisation des transports et précarité de l’emploi et de l’habitat :

  • Arnaud Le Marchand, « Les cités en conteneurs », Techniques & Culture [En ligne], 56 | 2011, mis en ligne le 30 novembre 2011.


Il défend l’idée que l’appropriation des conteneurs s’est faite en dehors des grandes instances de la mondialisation libérale et loin des FTN : dans les interstices, par ruse, avec une dose de bricolage et de créativité. C’est donc un détournement d’un symbole de la mondialisation plutôt qu’un modèle imposé. Néanmoins son enquête à Séoul montre bien que la conteneurisation de l’habitat est en lien avec la précarisation des travailleurs après la crise économique de 1997. On y trouve notamment de nombreuses photographies d’habitat informel dans les conteneurs à Incheon en Corée.

Il rappelle cependant les résistances, notamment à l’occasion de l’inauguration de A’ Dock en 2010. C’est surtout l’assimilation des étudiants à des marchandises qui a pu choquer. Mais il y a aussi eu à cette occasion des débats théoriques plus approfondis sur le plan juridique, qui concernaient l’habitat mobile en général, par exemple en termes d'accès aux aides sociales voire au droit de vote. Le flou juridique a été contourné en faisant des conteneurs un habitat fixe, de manière contradictoire avec leur vocation originelle.

L’auteur estime que le conteneur, lorsqu’il comble les interstices laissés vacants par des propriétaires, peut servir la lutte contre la spéculation foncière et qu’il est aussi une manière de promouvoir des modes de vie alternatifs. La récupération institutionnelle de ce qui était au départ un détournement montre simplement l’inventivité des populations qui s’en sont emparées : « La précarité génère l’invention de solutions qui peuvent "monter en généralité" et trouver une légitimité culturelle et politique, autant que simplement économique. » (ibid.)


L’habitat en conteneur est donc principalement adapté à des situations transitoires, en particulier dans les quartiers en reconversion, les espaces interstitiels, les friches industrielles et surtout portuaires, là où sa présence a du sens. Le conteneur est adapté à une occupation provisoire comme boutique temporaire (sur le modèle des food trucks) ou comme logement locatif correspondant à une étape dans un parcours de vie (hébergement d’urgence, logement étudiant). Le projet havrais de résidence étudiante était d’ailleurs pensé au départ pour disparaître après la reconversion du quartier. On peut toutefois déplorer que ce type d’habitat soit le plus souvent abordé sous l’angle de la prouesse architecturale plutôt que sur l’appropriation possible de ses (futurs) habitants et de son insertion dans un quartier.

hebergement d'urgence Le CPA (Centre de Premier Accueil) de La Chapelle à Paris. Cliché de Clélia Gasquet-Blanchard, juin 2017. Source : Clélia Gasquet-Blanchard, « Le provisoire qui dure. Géographie comparée de deux centres humanitaires parisiens », Géoconfluences, février 2018.
Pour compléter avec Géoconfluences :

 

Actions sur le document