Vous êtes ici : Accueil Actualités Veille L’élevage : statistiques récentes et analyses (UE, France, Grand Ouest, Bretagne)

L’élevage : statistiques récentes et analyses (UE, France, Grand Ouest, Bretagne)

Publié le 04/04/2016

La crise des éleveurs français a fait l'objet de maints articles, notamment lors du dernier Salon de l'agriculture tenu à Paris du 27 février au 6 mars 2016.
Ainsi, "Crise de l’élevage : les six commandements", Libération, 26 février 2016. Avec des infographies http://www.liberation.fr/futurs/2016/02/26/crise-de-l-elevage-les-six-commandements_1436153

Voici des données statistiques récentes parfois accompagnées d'analyses qui permettent de dresser un tableau de la situation de la filière élevage en 2015, à plusieurs échelles territoriales.

1. À l’échelle de l’Union européenne
  • Eurostat, "Un portrait statistique de l’agriculture dans l’UE", 18 février 2016.

Le plus grand nombre de de bovins se trouve en France. Avec quelque 19 millions de têtes, la France compte un peu plus de 1 bovin sur 5 dans l’UE en 2014 (22 % du total de l’UE). Elle est au 3ème rang pour la production de porcins, loin derrière l’Allemagne et l’Espagne. Pour les ovins, la France est 5ème producteur, derrière le Royaume-Uni, l’Espagne, la Roumanie et la Grèce
http://ec.europa.eu/eurostat/documents/2995521/7158652/5-18022016-BP-FR.pdf/c968f9f0-7411-4c96-b3a9-194f6215ade2

  • Un an après l’abolition des quotas laitiers :

"Lait : comment les autres pays d’Europe vivent l’après-quotas", Les Echos, 1er avril 2016. http://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/021808498354-lait-comment-les-autres-pays-deurope-vivent-lapres-quotas-1211023.php
"L’Europe n’a pas encore fini de digérer la fin des quotas laitiers", Les Echos, 1er avril 2016. L’Union européenne est largement responsable des excédents de lait dans le monde. Les pays du Nord continuent d’augmenter leur production malgré l’impact de la baisse des prix sur les éleveurs. http://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/021809347050-leurope-na-pas-encore-fini-de-digerer-la-fin-des-quotas-laitiers-1211022.php

2. À l’échelle nationale

les pages sur les productions animales, 2 p. de graphiques et de tableaux sur la production française comparée à la production des autres pays européens, et sur l’évolution des cheptels et des exploitations
http://agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/memo15animal.pdf

  • Porcins, En 2015, le marché français du porc subit une forte baisse des cours, sous l’effet d’une production européenne en hausse et d’une concurrence renforcée entre pays de l’UE

Agreste Conjoncture, mars 2016. 6 p. avec tableaux et graphiques http://agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/conjsynt281201603porc.pdf

3. À l’échelle régionale

Le Grand Ouest

  • « Le Grand Ouest, premier bassin de production et de transformation de viande de France », INSEE Analyses, Pays  de la Loire, n° 24, décembre 2015.

Le bassin Grand Ouest – les Pays de la Loire, la Bretagne, la Normandie – représente 60 % de la production nationale de viande. En France, la moitié des salariés de l’abattage travaillent dans le bassin Grand Ouest. 4 p. avec tableaux statistiques et cartes à l’échelle du Grand Ouest. http://www.insee.fr/fr/insee_regions/pays-de-la-loire/themes/insee-analyses/pa_ina_24/pa_ina_24.pdf

La Région Bretagne

  • « La filière viande en 2013. La Bretagne : première région française pour la production et la transformation de viande », Agreste Bretagne, mars 2016.

En Bretagne, la filière viande génère 55 000 emplois. Elle est fortement présente à tous les échelons. Première des treize régions françaises pour la production, la Bretagne fournit plus du tiers des animaux finis du pays. Elle assure également 40 % de la production d’aliments pour animaux de ferme. Elle se situe aussi au premier rang en termes d’emploi dans l’abattage-transformation avec 27 000 salariés. Enfin, les activités de commerce de gros liées à la filière sont également bien implantées sur le territoire avec 400 établissements. Face aux difficultés récentes, la filière s’est restructurée mais reste fragilisée, notamment en raison du coût des matières premières et de la dépendance des marchés étrangers pour le secteur export.
6 p. avec schéma, tableaux statistiques, cartes http://agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/R5316A08.pdf

  • « Les industries agroalimentaires bretonnes en 2013. Un marché tourné essentiellement vers la demande française », Agreste Bretagne, février 2016.

Avec 58 200 salariés, l’agroalimentaire breton reste en tête des treize régions françaises en termes d’emploi. L’industrie agroalimentaire bretonne constitue un pilier économique en volume d’emplois, mais aussi en répartition géographique équitable sur tout le territoire régional. Le marché est surtout orienté vers la demande intérieure et les exportations ont baissé en 2013.
6 p. avec tableaux statistiques et une carte  http://www.draaf.bretagne.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/IAA_2013_cle8b2d19.pdf

  • La DRAAF Bretagne a édité une fiche par filière (bovins viande, lait, porcs, volaille de chair, volaille de pont) au 31 décembre 2015. Chaque fiche de 2 p. comporte des tableaux, des graphiques et des cartes en couleurs à différentes échelles.

Toutes les fiches http://www.draaf.bretagne.agriculture.gouv.fr/Fiches-filiere

 

Actions sur le document
Veille : dernière publication