Vous êtes ici : Accueil Actualités Veille La mixité scolaire en débat

La mixité scolaire en débat

Publié le 22/09/2016

L'article de l'économiste Thomas Piketty paru dans la version numérique du Monde du 6 septembre 2016 et dans l'édition papier du lendemain a entraîné une série de publications sur le thème de la mixité scolaire, en particulier sur le cas parisien et francilien, emblématique. Si l'article n'est accessible qu'aux abonnés du journal, il reprend en grande partie une note du 31 août 2016 qu'on peut retrouver sur le blog de Thomas Piketty. A partir de plusieurs documents et notamment des cartes, l'auteur y propose une géographie de la ségrégation scolaire à l'échelle de la ville de Paris et de certains de ces arrondissements. Il montre l'écart de la part des élèves issus de milieux sociaux défavorisés, entre des établissements parfois très proches. Il met également en évidence l'accentuation de ce phénomène par la compétition entre les établissements publics et privés.

La réponse de la ministre de l'éducation est parue dans les colonnes numériques du même quotidien du 7 septembre 2016. Elle y reconnaît la responsabilité de l'enseignement privé tout en refusant d'en faire le seul facteur de ségrégation scolaire. Elle pointe également la politique de l'habitat menée depuis des décennies à Paris. L'intervention ministérielle fait l'objet d'une analyse détaillée de François Jarraud dans « L'Expresso » des Cafés pédagogiques du 8 septembre 2016. Cette analyse s'appuie notamment sur un épais dossier constitué sur la base des travaux d'un colloque du Cnesco (Conseil national d'évaluation du système scolaire, instance gouvernementale fondée en 2013) de juin 2015. Ce dossier contribue à proposer des solutions à ce qu'un rapport de 2002 appellait « une situation complexe héritée de l’histoire des relations entre l’école, la Nation et la République ».

Le débat à conduit le recteur de l'académie de Paris, François Weil, à annoncer le 9 septembre qu'il était envisagé d'affecter les collégiens parisiens à la rentrée 2017 par un algorithme similaire à celui qui est utilisé à l'entrée au lycée. Les conditions de mises en oeuvre restent à éclaircir, la procédure destinée aux élèves de seconde n'étant pas transposable à ceux de sixième. C'est ce que souligne par exemple un article de Marie Piquemal dans Libération du 12 septembre 2016. 

Il faut surtout signaler, dans les mêmes Cafés pédagogiques, le compte-rendu des travaux de l'ethnographe Denis Laforgue, dans lesquels il explique qu'une partie du problème vient du fonctionnement des rectorats et que la méconnaissance mutuelle de l'administration académique et des équipes dans les établissements scolaires et l'inertie du système peut conduire à aggraver la ségrégation. 

  • Pour compléter avec le cas de Marseille :

- Audren Gwenaëlle, Dorier Elisabeth, Leydet Jean‐Louis, 2015, « Fractures territoriales et fractures scolaires à Marseille : ségrégations, séparatismes ou vivre ensemble ? ». Géoconfluences. Une présentation faite à l'occasion de la Journée Magistère « Les territoires de l’Ecole » du 10 mars 2015 et composée de 50 pages d'une grande richesse cartographique et iconographique et dotée d’une bibliographie très à jour. 

  • Pour aller plus loin :

- Journée d'étude "Les territoires de l'école" : les interventions, Géoconfluences, veille du 13 juin 2015
Les inégalités territoriales en matière d’éducation : Géographie de l’école 2014Géoconfluences, veille du 1er juillet 2014
- Pierre Merle, La ségrégation scolaire, Paris, La Découverte, « Repères », 2012, 128 pages. Accessible sur Cairn.

  • Pour comparer avec la situation aux États-Unis :

- Nora Nafaa, « Quand l’éducation fait son marché : ségrégation, marchandisation et néolibéralisation. L’exemple de Philadelphie », Géoconfluences, 2016, mis en ligne le 15 avril 2016.

Actions sur le document
Veille : dernière publication