Vous êtes ici : Accueil Actualités Veille Les commerces de centre-ville : un déclin inéluctable ?

Les commerces de centre-ville : un déclin inéluctable ?

Publié le 04/07/2016

L’Observatoire des territoires de Procos, la fédération du commerce spécialisé fournit des études sur l’évolution des commerces.

Dans son dossier de presse du 21 juin 2016, elle présente les derniers chiffres de l’observatoire Procos concernant l’évolution du phénomène vacance commerciale dans les centres-villes en 2015.

La vacance commerciale s’est de nouveau accrue dans les centres-villes, entre 2014 et 2015. Elle atteint en moyenne 9,5 % du parc de locaux commerciaux, en 2015. Elle s’élevait à 8,5 % en 2014. Depuis 2012, le phénomène gagne environ un point chaque année. Les centres-villes de petites villes et de villes moyennes, déjà sensiblement plus affectés que les autres par le phénomène, ont vu leur situation le plus fortement se dégrader. La vacance progresse de + 1,8 point, passant de 9,3 % à 11,1 % entre 2014 et 2015 dans les cœurs d’agglomération de moins de 50.000 habitants alors que la vacance commerciale se maintient à 6 % dans les cœurs d’agglomération de plus de 500.000 habitants.
En France, le parc de magasins atteint son apogée dans les années 1920. On recense alors près de 1,5 million de boutiques. En moins d’un siècle, la France perd près de la moitié de ses commerces (elle en compte environ 850.000  aujourd’hui) alors que sa population croît dans le même temps de 50 %. Depuis les années 2000 en France, le parc de surfaces commerciales croit en effet à un rythme plus rapide que celui de la consommation. Ce parc a progressé de 3 % par an alors que dans le même temps, la consommation n’a progressé que de 1,5 % par an.
Le rapport comporte des graphiques et une carte du taux de vacance commerciale dans les centres-villes et une carte des disparités à l’échelle infra-urbaine pour Nevers et,Perpignan.
http://www.procos.fr/images/procos/presse/2016/procos_dossier_presse_0616.pdf
 

Dans la presse

- « Commerce : la désertification des centres-villes s'accentue », 9 juin 2016
Ce sont les villes de 100.000 habitants ou moins qui sont concernées. Pour plusieurs raisons. D'abord, l'atonie économique générale qui pèse sur la consommation des Français. A cela s'est ajouté le développement de l'e-commerce. Il ne représente encore globalement que 7 % du commerce de détail, mais sur certains marchés, comme le textile ou les produits techniques, il monte à 15 %. Sans parler des biens culturels, disques, livres, vidéos, touchés par la dématérialisation. Dans les petites villes, en outre, la création de centres commerciaux en périphérie se poursuit.. On peut parler également de la "déboboïsation" des centres. http://www.lesechos.fr/journal20160609/lec2_industrie_et_services/0211004687732-commerce-la-desertification-des-centres-villes-saccentue-2004875.php
- « Comment des villes bretonnes réagissent », 9 juin 2016. A Fougères, Saint-Brieuc ou Pontivy, les élus mettent en place des stratégies de reconquête du commerce. http://www.lesechos.fr/journal20160609/lec2_industrie_et_services/0211009024420-comment-des-villes-bretonnes-reagissent-2004983.php

  • Le Monde,

- « Le tourisme pour sauver le commerce et lutter contre la dévitalisation », 11 janvier 2016 (accès restreint)
Parmi les villes qui échappent encore à la dévitalisation figurent les grandes métropoles, mais aussi les cités touristiques, telles que Nice, Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) ou Les Sables-d’Olonne (Vendée) http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/01/11/le-tourisme-pour-sauver-le-commerce-et-lutter-contre-la-devitalisation_4845094_3234.html
- Le Monde, « Centres-villes à vendre », 11 janvier 2016 (accès restreint)
« Jusqu’à présent, on attribuait la situation du commerce aux politiques menées localement. Or, les maires sont en train de s’apercevoir que c’est un phénomène global, qui dépasse d’ailleurs les frontières », relève Nicole Gibourdel, déléguée générale de Villes de France, l’ancienne Fédération nationale des villes moyennes. http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/01/11/centres-villes-a-vendre_4845066_3234.html
 

Les acteurs impliqués et leurs actions
  • les élus

- La Gazette des communes, « La redynamisation des centres-villes, priorité des villes moyennes », 16 mars 2016.
Les villes plus touchées cumulent généralement déclin démographique, économique et social. « La France n’est pas la plus touchée par ce phénomène de dévitalisation des villes moyennes, l’Allemagne, le Japon, le sont davantage, analysait Sylvie Fol, professeur d’urbanisme à l’université Paris 1. Cependant 20% des aires urbaines ont perdu de la population entre 1975 et 2007, et ce processus s’accélère. Les villes les plus touchées sont de taille moyenne, les trois quarts comptent moins de 50 000 habitants. Ce sont d’anciennes villes industrielles, ou de garnison, déconnectées des grands axes de circulation ». Pour Sylvie Fol, la notion de resserrement urbain, mise en oeuvre dans des villes allemandes comme Dresde, est aussi une piste intéressante de réflexion, mais difficile pour des élus locaux d’accepter la décroissance de leur territoire…http://www.lagazettedescommunes.com/433657/la-redynamisation-des-centre-villes-priorite-des-villes-moyennes/

- Le Courrier des maires, « La vacance commerciale toujours plus importante, partout, sur le territoire national », 23 juin 2016
http://www.courrierdesmaires.fr/62884/la-vacance-commerciale-toujours-plus-importante-partout-sur-le-territoire-national/

- Sur le site Centres Bourgs, Programme de  revitalisation, l’exemple de Carvin (Pas-de-Calais) : « A Carvin, le commerce en cœur de ville se teste (62) », 4 mai 2015 http://www.centres-bourgs.logement.gouv.fr/IMG/pdf/Carvin_le_commerce_en_cour_de_ville_se_teste.pdf

- Le manifeste de VillesdeFrance, l’ancienne Fédération nationale des villes moyennes, association d’élus des villes et agglomérations de taille infra-métropolitaine : « Faire vivre le cœur des villes » 15 mars 2016 http://www.villesdefrance.fr/onde.php?onde_id=411&id=2936

  • les commerçants

- L’institut pour la ville et le commerce.  Il organise un colloque Commerce et Territoires : la nouvelle donne pour les collectivités et les acteurs privés, 16 septembre 2014 http://www.institut-ville-commerce.fr/

- Ville et commerce, Redonnons des couleurs aux Centres-villes ! Des opportunités d’implantation commerciales partout en France. Site lancé par la  Confédération des commerçants de France dans le but de mettre en contact commerçants et élus http://villeetcommerce.fr/

- Les Echos, « Pourquoi faut-il intervenir pour la revitalisation du centre-ville ? », Olivier Bourdon / Coordinateur national pour la Fédération des Boutiques à l'essai 14 avril 2016 http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-156164-pourquoi-faut-il-intervenir-pour-la-revitalisation-du-centre-ville-1213885.php

- Ma boutique à l’essai, un nouveau concept pour redynamiser le centre–ville
Depuis juin 2013, la ville de Noyon en partenariat avec la Communauté de Communes du Pays Noyonnais et Initiative Oise Est a lancé un nouveau concept intitulé Ma Boutique à l'Essai. Un porteur de projet peut ainsi tester pendant 6 mois son idée de commerce dans un local de 60 m² idéalement situé au centre ville de cette commune de 15 000 habitants.Il s'agit d'un projet de dynamisation du centre ville qui associe à la fois des acteurs publics et privés qui participent ensemble à une dynamique territoriale. http://www.maboutiquealessai.fr/

 

Pour élargir hors des centres-villes
  • CGET, « Les commerces dans les quartiers : une offre à revitaliser et diversifier », En Bref, février 2016.

Dans les quartiers de la politique de la ville, qui concentrent une population à très faible revenu, le pouvoir d’achat des ménages baisse et ces derniers recherchent les prix les plus bas et la proximité. Le n° se penche sur la question du déploiement et de la revitalisation des commerces de ces quartiers, fragilisés par la concurrence des plus grandes surfaces http://www.cget.gouv.fr/sites/cget.gouv.fr/files/atoms/files/en-bref-13-cget-02-2016.pdf

  • Les Echos, « Gares, aéroports, métros : le commerce ne reste pas à quai », 14 juin 2016

Les spécialistes de ce marché des lieux de transit (« travel retail ») tablent sur une progression jusqu'à 8 milliards d'euros en 2020, alors même que les centres commerciaux français se battent contre l'effritement de leur fréquentation, et que la vacance grignote de nombreux centres-villes. http://www.lesechos.fr/journal20160614/lec2_supplement/0211009274611-gares-aeroports-metros-le-commerce-ne-reste-pas-a-quai-2006205.php

Actions sur le document
Veille : dernière publication