Vous êtes ici : Accueil Actualités Veille Les mots et les maux : les géographes au défi des définitions

Les mots et les maux : les géographes au défi des définitions

Publié le 21/01/2015

Les géographes définissent les mots de la ville.
Voici quelques définitions disponibles dans des dictionnaires en ligne ou des articles consacrés à la question des mots, des définitions et des représentations.

  • Hervé Vieillard-Baron,
    - « Banlieue, quartier, ghetto : de l'ambiguïté des définitions aux représentations », Nouvelle revue de psychosociologie, 2011/2 (n° 12), p. 27-40.

« Cet article revient sur les définitions de la banlieue, du quartier et du ghetto. Il s’agit de montrer toutes les ambiguïtés du vocabulaire, de souligner comment ces notions se transforment dans le temps, et de mettre en évidence le rôle de la rumeur et le poids des représentations qui sont véhiculées par l’emploi de ces mots dans des contextes particuliers. »
« En dépit de l’enclavement spatial et de la précarité sociale qui concernent de nombreux quartiers sensibles et leur population, l’emploi même du mot « ghetto » à leur propos est inapproprié. Ce terme fige une situation qui est en mouvement. Il occulte les processus externes qui conduisent à la relégation. Il s’inscrit dans un système de représentations qui amalgame misère sociale, terreur et communautarisme. En somme, il ne fait que renforcer une situation qu’il convient de dénoncer. » http://www.cairn.info/revue-nouvelle-revue-de-psychosociologie-2011-2-page-27.htm
       - et en 2006 pour Géoconfluences, « La banlieue au risque des définitions », http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/territ/FranceMut/FranceMutScient3.htm

  • Jean-Marc Stébé, La crise des banlieues, P.U.F. « Que sais-je ? », 2010 (4e éd.), p. 3-10.

L'introduction de l'ouvrage précise « si nous regardons de plus près la ville contemporaine, nous observons qu’elle est traversée par toute une série de fractures de plus en plus accentuées spatialement et socialement. [...] Cette nouvelle approche de la fragmentation sociospatiale, qui ne se limite plus aux seules banlieues paupérisées, met principalement en avant les mécanismes d’évitement et de ségrégation spatiale à l’origine de l’enfermement des plus pauvres dans une spirale de précarité. » www.cairn.info/la-crise-des-banlieues--9782130582717-page-3.htm.

Actions sur le document