Vous êtes ici : Accueil Actualités Veille Le "non" au référendum en Colombie ne remet pas en cause le processus de paix

Le "non" au référendum en Colombie ne remet pas en cause le processus de paix

Publié le 07/10/2016
  • Le 2 octobre 2016 s'est tenu le référendum organisé en Colombie sur les termes de l'intégration des Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (FARC) à la vie politique du pays, après 52 ans de guerre civile. Il a abouti à une majorité de "non" (50,23%) qui a surpris les commentateurs. Les articles précédant le scrutin et s'appuyant sur les sondages étaient en effet plutôt optimistes, comme en témoigne le ton de cette publication du 1er octobre 2016 :

- Marie Delcas, « Référendum en Colombie : "Je n’aurais jamais cru voir un jour les FARC déposer les armes" », Le Monde, 1er octobre 2016

  • L'accord proposé au corps électoral colombien précisait les conditions dans lesquels les combattants des FARC, qui ont déjà déposé les armes, pouvaient continuer leur action dans la légalité. Certains termes de l'accord cités ci-après permettent de mieux comprendre son rejet par une partie de la population : « [L’État] s’engage à assurer le financement de ce mouvement pendant dix ans, à lui assurer cinq sièges de député (sur 166) et cinq de sénateur (sur 102) pendant les deux prochaines législatures. Il promet aussi d’assurer leur sécurité en renforçant la protection individuelle des membres politisés des Farc, mais également de l’ensemble des partis et mouvements politiques. Par ailleurs, l’État s’engage à participer économiquement à la réinsertion civile des anciens combattants à travers le versement d’aides sociales autour de 90 % du salaire minimum – 200 euros – pendant deux ans et celui de subventions pour la création d’entreprises. »

- Luis Rivera Velez « Colombie, des armes aux urnes », The Conversation France, 28 septembre 2016

  • La presse tente, après le scrutin, de trouver des éléments d'explication au "non" : Outre une abstention élevée (62,6%) liée en partie au passage du cyclone Matthew qui a perturbé le déroulement du scrutin, il semble que l'amnistie des combattants des FARC soit l'un des éléments ayant entraîné le rejet de l'accord par une partie des votants. Par ailleurs, le cessez-le-feu bilatéral signé en août 2016 n'est pas remis en question. 

- Marie Delcas, « Accord de paix avec les FARC : la Colombie dans l’incertitude après le "non" au référendum », Le Monde, 1er octobre 2016

 

Voir aussi : 

- http://geographie-ville-en-guerre.blogspot.fr/2012/02/geographie-des-conflits-selection-de.html

  • Un article scientifique de 2009 expliquant la guérilla des FARC en Colombie : 

- Daniel Pécaut, « La "guerre prolongée" des FARC », EchoGéo, 15 décembre 2008

Actions sur le document
Veille : dernière publication