Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers régionaux La Chine entre espaces domestiques et espace mondial popup Taiwan au fil du temps : chronologie de 1943 à 2006

La Chine entre espaces domestiques et espace mondial

Taiwan au fil du temps : chronologie de 1943 à 2006

Publié le 15/07/2006

1943 – Conférence des alliés (F.D. Roosevelt, W. Churchill et  Chiang Kai-shek), au Caire (décembre), durant laquelle est évoquée l'idée d'une rétrocession à la Chine des territoires "volés" par le Japon (Taiwan, cependant, avait été cédée au Japon par un traité en 1895). La "Déclaration du Caire", régulièrement mise en avant par la Chine depuis 1950 pour justifier le retour de Taiwan dans le giron chinois, n'existe en fait pas. Il ne s'agit que d'un point de presse par les porte-parole indiquant aux journalistes les thèmes des discussions. Chiang Kai-shek était d'ailleurs déjà dans son avion pour rentrer en Chine au moment de cette conférence de presse.
1945 – "Rétrocession" intervenue le 25 octobre sur l'aéroport de Taipei. Le texte signé par les Japonais et les Chinois indique que le transfert de souveraineté se fait du Japon vers les alliés, et non au profit de la Chine. Celle-ci est représentée (par Chiang Kai-shek) par la volonté du Général Mac Arthur, pour prendre acte de la capitulation japonaise sur cette partie du théâtre asiatique, "au nom des alliés". L'intelligence politique des Nationalistes conduira le monde à l'interpréter comme une rétrocession formelle de Taiwan à la Chine.
1947 - Constitution de Nankin, adoptée par la République de Chine en 1947 et toujours en vigueur à Taiwan. La République de Chine n'ayant pas disparu en 1949, ni sa constitution avec elle, il y a continuité juridique entre sa période continentale et sa période insulaire.
1948 - L'Assemblée nationale élue fin 1947 sous le tout nouveau régime constitutionnel siège pour la première fois le 29 mars. Vote des "dispositions temporaires" le 18 avril 1948, qui suspend le fonctionnement normal de la Constitution sans l'abolir.
1949 – Le régime nationaliste s'effondre. La République populaire de Chine (RPC) est fondée à Pékin (1er octobre). Les institutions, le gouvernement et les assemblées de la République de Chine se replient à Taipeh (8 décembre). Fin de l'ère continentale de la République de Chine (RDC).
1951 - Traité de paix de San Francisco entre les États-Unis et le Japon, par lequel ce dernier confirme son abandon de la souveraineté sur Taiwan mais sans spécifier de bénéficiaire : ni la Chine nationaliste, ni la Chine communiste ne sont invitées.
1952 - Chiang Kai-shek  signe le "Traité de Taipei", traité de paix entre le Japon et la République de Chine qui rétrocède formellement la souveraineté de Taiwan à la "Chine", représentée légalement par la puissance signataire du traité, la République de Chine. A ce jour, le seul traité international clarifiant la situation, et ce, au profit de la RDC (Taiwan) et non de la RPC.
1954 - Traité sino-américain de défense mutuelle signé par les deux gouvernements de Washington et de Taipei. Du fait de la division de la Chine et de la question des "offshores" (îles de Kinmen et Matsu), le gouvernement de Taipei doit signer un traité au terme duquel le "territoire national" de la République de Chine est décrit comme se limitant exclusivement à l'île de Taiwan et à l'archipel des Penghu.
1971 – L'Assemblée générale de l'ONU vote, en contournant l'opposition du Conseil de sécurité (où siègent la RDC et les États-Unis), l'exclusion "des représentants de Chiang Kai-shek", remplaçant de ce fait la RDC par la RPC à l'ONU. La formulation, en dépit de l'analyse de Pékin, n'aborde pas la question du statut international de Taiwan et ne consacre pas en droit la disparition de la RDC qui continue d'exister et d'être reconnue par un certain nombre d'États. Taiwan (la RDC) est exclue depuis de toutes les agences onusiennes.
1979 – Les États-Unis (sous la présidence de J. Carter) reconnaissent  Pékin ; en réaction, le Congrès vote le "Taiwan relation Act" contraignant notamment Washington à défendre Taiwan en cas d'attaque chinoise.
1987 - Le Président Chiang Ching-kuo lève la loi martiale (15 juillet).
1988 – Décès de Chiang Ching-kuo, remplacé par Lee Teng-hui, son vice-président, taiwanais de souche, qui lance entre 1988 et 2000 la démocratisation et l'indigénisation du régime.
1989 - En RPC, massacre de la place Tiananmen.
1991 - Le Président Lee Teng-hui proclame la fin de la "période de mobilisation contre la rébellion communiste" (mai) et lève les "Dispositions temporaires" de 1948 qui imposaient une légalité d'exception. Il promulgue les premiers "Articles additionnels à la Constitution de la République de Chine" (中華民國憲法增修條文). Le 21 juin, le Conseil des Grands Juges impose aux élus de 1947 de se retirer de leurs fonctions, pour permettre enfin le renouvellement des Assemblées.
1992 - Adoption des "Lignes directrices pour la réunification nationale".
1994 - Adoption du "Livre blanc sur les relations entre les deux rives du détroit" (兩岸關係白皮書) ; émergence de la  théorie d'une "souveraineté en commun, gouvernance séparée" (主權共享,治權分屬).
 1996 - le 23 mars, première élection du Président de la République de Chine au suffrage universel direct. Outre compléter le mouvement de démocratisation, l'événement indigénise fortement le politique, le Président étant élu par la seule population taiwanaise.
1997 - Création d'un centre "Centre de transbordement hors douane" (境外轉運中心) dans le port de Kaohsiung, permettant aux navires chinois d'effectuer pour la première fois un voyage direct légal entre les deux rives, mais sans pouvoir décharger en zone sous douane des marchandises – qui ne peuvent être que réexportées vers un tiers pays. La frontière douanière est respectée, et même, d'une certaine manière reconnue, par les deux bateaux envoyés, en éclaireurs mais avec réticence, par la Chine populaire.
1999 - Le gouvernement insulaire proclame que les  deux rives constituent deux États séparés, réalité banale, mais rejetée par la Chine qui rompt jusqu'à ce jour le dialogue avec Taiwan.
2000 – Le candidat de l'opposition indépendantiste, Chen Shui-bian, emporte la présidence, sous le regard bienveillant du sortant, Lee Teng-hui. Cet événement constitue la première alternance politique majeure de l'histoire de Taiwan et une étape importante dans l'évolution de la jeune démocratie taiwanaise. L'option indépendantiste de plus en plus affirmée du nouveau président l'oblige à démissionner de la présidence du Parti nationaliste. Il fonde le Parti à ce jour le plus indépendantiste, le Taiwan Solidarity Union, ce qui lui vaut d'être exclu du Kuomintang qui repasse aux mains des réunificateurs d'origine continentale.
2004 -
Premier referendum à Taiwan visant à autoriser le gouvernement à acheter un volume particulier d'armes aux États-Unis. Le 28 février, une chaîne humaine a rassemblé entre 1,5 et 2,5 millions de personnes, selon les sources, afin de manifester contre le déploiement des missiles chinois. Elle s'étirait sur 550 km du nord au sud de l'île et s'accompagnait de divers autres meetings et manifestations. Journée dite du "2-2-8" car le 28 février est le 28e jour du 2e mois, soit 2-2-8 pour les Taiwanais – , date anniversaire de la sauvage répression d'un soulèvement local perpétrée par le régime du Kuomintang en 1947.
2005 - Le 14 mars, vote par l'Assemblée Populaire Nationale chinoise d'une loi dite "anti-sécession" permettant au pouvoir de recourir à des "moyens non pacifiques" en cas de déclaration d'indépendance formelle de Taiwan. La Chine et la Russie développent leur relation stratégique et militaire en organisant des exercices communs dont l'envergure paraît surtout destinée à faire démonstration de leur force dans la zone Asie-Pacifique, signal direct à Taiwan et à ses alliés dans la région.
2006 -  Le Conseil pour l'unification nationale, devenu symbolique, purement consultatif, est "suspendu" le 28 février, et les "lignes directrices pour l'unification nationale" abolies par Chen Shui-bian.

2008 - La Chine va organiser à Pékin les vingt-neuvièmes Olympiades, ce qui peut l'inviter à donner une image de respectabilité internationale et à repousser une éventuelle épreuve de force vis-à-vis de Taiwan.

Synthèse chronologique : Sylviane Tabarly, le 15 juillet 2006

Copyright ©2002 Géoconfluences - DGESCO - ENS de Lyon - Tous droits réservés, pour un usage éducatif ou privé mais non commercial

 

Actions sur le document