Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers régionaux Territoires européens : régions, États, Union popup La région apprenante (learning region) et Richard Florida en débats

Territoires européens : régions, États, Union

La région apprenante (learning region) et Richard Florida en débats

Publié le 15/06/2008

Une approche spécifique de l'économie de la connaissance, à l'échelle régionale en général, à celle des métropoles en particulier, est liée au concept de région apprenante (ou learning region) introduit par Richard Florida (Florida, 1995). Il part du constat que les capacités d'interaction et d'apprentissage des différents acteurs sont au cœur des économies des régions apprenantes où elles se concentrent. Dans de tels environnements, les différentes institutions et les entreprises qui produisent des connaissances et de l'innovation vont interagir et ainsi acquérir et développer de nouvelles compétences. Le tableau ci-dessous compare les principales caractéristiques des régions apprenantes à celles des régions de production de masse.

De la région de production de masse à la région apprenante (learning region)

 

Région de production de masse

Région apprenante

Bases de la compétitivité

Avantages comparatifs fondés sur les ressources naturelles et le travail physique Avantages durables basés sur la création de connaissances et une amélioration continue

Système de production

Une production de masse où le travail physique est source de valeur et où l'innovation et de la production sont cloisonnées. Une production fondée sur la création continue de connaissance, source de valeur. La région apprenante fait la synthèse de l'innovation et de la
production

Infrastructure industrielle

Des relations entre fournisseurs indépendants Les réseaux d'entreprises et de fournisseurs sont une source d'innovation

Infrastructure
humaine

Une main d'œuvre bon marché et avec des compétences et spécialisées, un système de formation fondé sur le taylorisme Un travail fondé sur la connaissance et sur une formation continue tout au long de la vie active

Infrastructures physique et de communication

Infrastructure physique orientée par la demande intérieure Infrastructures physique et de communication sont orientées par une demande globale et organisées par l'échange permanent de données électroniques

Système de gouvernance industrielle

Des relations entre adversaires contrôlées par une structure régulatrice et par l'autorité Des relations de dépendances mutuelles, l'organisation en réseaux, une structure régulatrice flexible

Les collectivités jouent un rôle important par l'adoption de politiques incitatives favorisant la mise en réseau des acteurs de l'innovation et créant un climat favorable à l'innovation.

R. Florida a introduit la notion de climat, de culture créative favorable à l'innovation, qui se trouverait en quelque sorte "dans l'air" du lieu. La qualité de l'environnement créatif ne dépendrait donc pas uniquement de variables relatives aux activités scientifiques, technologiques, productives, mais pourrait aussi être liée aux activités culturelles et artistitiques du territoire. L'essor économique régional ne dépendrait plus de la présence de matières premières ou de ports naturels : "La créativité les a désormais remplacés comme source cruciale de la croissance économique. Pour prospérer dans ce nouvel âge créatif, les régions doivent produire, attirer et retenir des gens talentueux et créatifs, qui apportent des innovations, développent des activités à forte teneur technologique et alimentent la croissance économique." (extrait de Competing on Creativity).

Selon R. Florida, la "classe créative" qui désigne les sujets doués de talent et de créativité contribuerait à doper la croissance liée à la technologie de pointe. Son analyse reposait sur les corrélations entre les indices rendant compte des " trois T" de la croissance économique : talent, tolérance et technologie. Elle révélait un lien statistique, qu'il a appelé "indice de la créativité", entre les mesures du talent (% d'habitants possédant un diplôme universitaire), de la tolérance (% de personnes nées à l'étranger dans la population), de la créativité (% du nombre national d'emplois dans les domaines artistiques et créatifs que compte la région, par rapport à son % de la population nationale) et de la technologie (% du nombre national d'emplois dans des secteurs de haute technologie que compte la région, par rapport à son % du nombre global d'emplois à l'échelle nationale).

Si l'analyse de R. Florida a été employée comme argument en faveur de l'amélioration de la "qualité du lieu" de diverses villes, le plus souvent dans une optique de développement de la culture et des loisirs, elle a également fait l'objet de nombreuses critiques de la part des chercheurs qui lui reprochent son manque de rigueur scientifique, tels Richard Shearmur, qui a montré, à l'appui du cas de Montréal, qu'il n'existe pas de lien de causalité entre l'attractivité de la classe créative et la croissance économique. Aux États-Unis, elle a été la cible de critiques virulentes. Marc Levine, professeur en études urbaines à l'université du Wisconsin-Milwaukee, déclare qu' "il n'existe presque aucune donnée empirique pour étayer la thèse de la classe créative. Il n'y a de corrélation entre aucun des célèbres indices de R. Florida (les indices "gay" ou "cool") – et les indicateurs élémentaires de la performance économique urbaine comme la croissance de l'emploi ou les taux de pauvreté.". De plus, M. Levine fait remarquer que les personnes occupant des emplois de la classe dite "créative" préfèrent souvent vivre dans les banlieues des grandes agglomérations, qui n'ont certainement rien de branché.

Dans un article du City Journal intitulé "The Curse of the Creative Class", l'éditorialiste Steven Malanga [1] affirme qu'une série des villes désignées par R. Florida comme des triomphes de l'âge créatif sont depuis longtemps à la traîne par rapport à l'économie américaine. Il fournit des données sur les flux migratoires à l'intérieur du pays qui révèlent que cinq des dix villes championnes à l'indice de la créativité de R. Florida ont subi des hémorragies démographiques au cours de la deuxième moitié des années 1990 alors que certaines des villes qu'il taxe de peu créatives (Las Vegas, Memphis et Tampa Bay) ont vu leur population s'accroître considérablement. Différents classements récents des meilleures villes innovatrices et des "tech cities" aux États-Unis confirment les divergences avec les palmarès de R. Florida (voir par ex. l'étude de P. Auerswal, 2008) [2].

Notons que ces différentes études ne mesurent pas toujours la même chose ni de la même manière. En réponse à certaines de ces critiques, R. Florida précise ainsi son message principal : la créativité humaine est le principal moteur de la croissance économique et chaque personne est créative à sa manière. Or, la tolérance, les qualités d'accueil et d'ouverture à la diversité sont des conditions favorables pour exploiter pleinement la créativité de chacun.


Retour en haut de page

Principales sources

Notes

[1] Steven Malanga, archives du City Journal : www.city-journal.org/author_index.php?author=128

[2] Le Bulletin électronique de la  Mission pour la science et la technologie de l'Ambassade de France aux Etats-Unis (10 avril 2008), Un classement surprenant : le top ten des prochaines "tech cites" américaines, d'après une étude de Philipe Auerswald, professeur en politiques publiques à l'Université de George Mason. L'auteur a dressé une liste des 10 prochains pôles technologiques ou "tech cites" les plus prometteurs pour imaginer quelle sera la prochaine Silicon Valley ? Selon lui, le top ten des prochaines "tech cites" américaines serait le suivant : 1- Colombus (Ohio), 2- Santa Fe (Nouveau Mexique), 3- Palm Beach County (Floride), 4- Houston (Texas), 5- Milwaukee-Waukesha (Wisconsin), 6- Pittsburgh (Pennsylvanie), 7- Boise City (Oklahoma), 8-Iowa City (Iowa), 9-Lake Charles (Louisiane), 10-Yuma (Arizona).www.bulletins-electroniques.com/actualites/053/53943.htm

Une présentation de ces "tech cities" par le magazine Forbes : www.forbes.com/2008/03/10/columbus-milwaukee-houston-ent-tech-cx_wp_0310smallbizoutlooktechcity.html

Références, compléments

  • Florida, Richard et son cercle de réflexion (think tank) : http://creativeclass.com
  • Florida, Richard - “Toward the learning region”, Futures, 27, 1995
  • Florida, Richard - “The rise of the creative class : Why cities without gays and rock bands are losing the economic development race”. The Washington Monthly, May 2002
  • Florida, Richard - An introduction to the creative class, in Franke S. et Verhagen E., Creativity and the city, how the creative economy changes the city, Coll. Reflect, n°5, Rotterdam, Nai Publishers, pp. 20-40, 2005
  • Levy, Rachel - "La place de la recherche universitaire dans les systèmes d'innovation, une approche territorialisée", Thèse, Université Louis Pasteur, Faculté de Sciences Economiques et de Gestion de Strasbourg, novembre 2005 http://eprints-scd-ulp.u-strasbg.fr:8080/418/01/LEVY2005.pdf , http://coursenligne.u-strasbg.fr/depotcel/DepotCel/274/levy/cours-iup_systemes_regionaux_dinnovation-levy.ppt
  • Pilati, Thomas et Tremblay, Diane-Gabrielle - "Cité créative et District culturel ; une analyse des thèses en présence", Géographie, économie, société, 2007/4 - Vol. 9. L'objet du texte est de montrer la richesse des écrits sur l'importance de la créativité et de la culture, alors que l'on ne retient pratiquement plus que les écrits de Florida sur cette question, et que ceux-ci présentent une vision particulière, et limitée. : http://cairn.webnext.com/resume.php?ID_ARTICLE=GES_094_0381
  • Shearmur, Richard - L'artistocratie du savoir et son tapis rouge. Quelques réflexions sur les thèses de Richard Florida. In Diane-Gabrielle Tremblay et Rémy Tremblay (dir.). La compétitivité urbaine à l'ère de la nouvelle économie : enjeux et défis. Presses de l'Université de Québec, p. 285-303, 2006
  • Shearmur, Richard - Métropoles : des "bols" pour l'innovation ?, Géoconfluences, juin 2003 http://geoconfluences.ens-lsh.fr/doc/typespace/urb1/MetropScient.htm

 

Retour en haut de page

Adaptation, synthèse : Sylviane Tabarly pour Géoconfluences le 15 juin 2008

Actions sur le document