Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers régionaux La Méditerranée, une géographie paradoxale La Méditerranée, interface : quelles inégalités de développement ? 2. La gouvernance : un indicateur pertinent ? et Corrélations et causalités : les précautions d'usage

La Méditerranée, une géographie paradoxale

La Méditerranée, interface : quelles inégalités de développement ? 2. La gouvernance : un indicateur pertinent ? et Corrélations et causalités : les précautions d'usage

Publié le 01/03/2004

La gouvernance : un indicateur pertinent ? | Corrélations et causalités : les précautions d'usage

 

La gouvernance : un indicateur pertinent ?
 

- Voir l'entrée "gouvernance" du glossaire


- Différents types de mesure de la gouvernances, document

Mais la gouvernance est un concept complexe et malaisé à évaluer. Pour le mesurer, les méthodes sont souvent empiriques, fondées sur des critères variés : État de droit, lutte contre la corruption, efficacité du secteur public, liberté d'opinion, démocratie. La plupart de ces mesures sont subjectives car basées sur des perceptions et des opinions d'experts. En effet, de manière logique, la gouvernance est difficile à mesurer de manière objective précisément là où elle est de mauvaise qualité ! Bien entendu, les indicateurs produits sont discutables. Par exemple, la perception occidentale des méditerranéens du Nord peut les conduire à qualifier de "clientélistes" et "corrompues" certaines pratiques de l'Islam traditionnel, ce qui peut alors relever davantage de l'incompréhension entre cultures différentes. Enfin, d'aucuns pourront reprocher à la Banque mondiale, grande institution internationale, son approche libérale de la gouvernance. C'est ainsi que d'autres approches, d'autres mesures et indicateurs ont été proposés par différentes organisations "alternatives".

Bien qu'imparfaits, de tels indicateurs fournissent néanmoins des éléments comparatifs à ne pas négliger. C'est ainsi qu'on pourra mettre en évidence, pour les pays du pourtour méditerranéen, des niveaux de gouvernance diversifiés. À côté d'autres critères, ces différences peuvent contribuer à expliquer certains phénomènes tels que les flux migratoires, les différences de performances économiques, etc.

La Banque mondiale, soucieuse d'une meilleure efficacité de ses financements, propose d'évaluer et de quantifier la gouvernance à l'aide d'indicateurs agrégés portant sur six domaines de gouvernance : participation et responsabilisation (voice and accountability) ; instabilité politique et violence (political stability) ; efficacité des pouvoirs publics (government effectiveness) ; qualité de la réglementation (regulatory quality) ; primauté du droit (rule of law) ; lutte contre la corruption (control of corruption). Depuis 1996 une enquête, suivie d'un rapport, a lieu tous les deux ans. Les indicateurs de gouvernance sont alors pulbiquement disponibles.

Téléchargement du document excel (.xls) : les indicateurs 2002 de gouvernance de la Banque mondiale pour la région Europe - Méditerranée élargie.

L'intérêt de ces mesures est avant tout comparatif, mais il est très intéressant de les croiser avec d'autres indicateurs, d'autres variables afin de mettre en évidence d'éventuelles corrélations dont l'interprétation devra être raisonnée (voir ci-dessous).

Les indices et faits de gouvernance de la Banque mondiale : www.worldbank.org/wbi/governance/fra
> Base de données > Indices et faits de gouvernance > Accéder aux données sur la gouvernance (en anglais à partir de là) : www.worldbank.org/wbi/governance/govdata2002/index.html

Le "Governance Research Indicator Country Snapshot (GRICS)" permet d'accéder à diverses données graphiques et statistiques sur les questions de gouvernance, d'après les études réalisées par la Banque mondiale depuis 1996. Des fichiers (format excel) peuvent être téléchargés, un générateur de cartes interactif peut être utilisé (Worldwide comparison of governance and socio-economic indicators - The Governance & Development Map Interface Web Tool) : http://info.worldbank.org/governance/kkz2002.
Les cartes, à l'échelle mondiale, portent, au choix :
- d'une part sur les six indicateurs agrégés de gouvernance évoqués ci-dessus, plus l'indicateur composite calculé à partir des classements pour ces six indicateurs,
- d'autre part sur les quatre années de calcul par la Banque mondiale de ces indicateurs (1996, 1998, 2000, 2002), ce qui permet de faire des comparaisons et d'apprécier des évolutions.

Quelques exemples des cartes produites à partir du générateur de cartes de la Banque mondiale : primauté du droit (rule of law) ; participation et responsabilisation (voice and accountability) ; indicateur composite de gouvernance (Composite Governance Indicator)

 À partir de l'image (capturée sur écran, ses fonctions sont non actives) ci-dessous, faire défiler le cartorama pour consulter la série

Mode automatique (pas de 6 secondes)
Lancement/Arrêt

Téléchargement des données (fichier excel)
  


L'échelle est conçue d'après les deux déciles extrêmes et les quartiles de tous les pays analysés par la Banque mondiale (échelle mondiale)

D'après le Governance & Development Map Interface Web Tool :
http://info.worldbank.org/governance/kkz2002


 

 

Corrélations et causalités : les précautions d'usage


 

Il est tentant de rechercher, à travers ces différants indices ou indicateurs, des relations de causalité : tel déficit de gouvernance provoquerait telle diminution de l'espérance de vie par exemple. Les racines du mal-développement ainsi identifiées, on aimerait pouvoir passer directement du diagnostic au remède. Mais les réalités sont souvent complexes. Il conviendra donc d'être particulièrement vigilant lorsque, constatant des corrélations, on se pose la question des relations de causalité qu'elles induisent.

Établir une corrélation c'est constater la variation simultanée de deux phénomènes sans en déduire, a priori, aucune interprétation. Cette corrélation peut être directe : les deux variables observées évoluent dans le même sens, croissant ou décroissant. Ou inverse : les deux variables observées évoluent en sens opposé, l'une croissant, l'autre décroissant.

Lorsqu'une corrélation est constatée, différentes hypothèses peuvent être formulées :
- s'agit-il d'une simple coïncidence ?
- peut-il y avoir relation de dépendance, relation de "cause à effet", dans l'évolution des différentes variables observées ?
- et si oui, est-ce l'évolution de la variable "a" qui détermine celle de la variable "b" ? Est-ce l'inverse ? Ou l'évolution de ces deux variables n'est-elle pas la conséquence d'une ou de plusieurs autres variables ?

Le géographe utilise couramment des cartes pour établir les corrélations : la représentation cartographique permet de croiser visuellement et efficacement différentes variables. Mais on peut aussi recourir à des représentations graphiques plus souvent utilisées par les économistes par exemple.

Pour pouvoir associer les cartes deux à deux, ouvrir deux fois le cartorama (ils sont alors disponibles dans la barre d'outils) et les placer sur l'écran de manière à pouvoir les juxtaposer, horizontalement ou verticalement en fonction de la définition de l'écran.
La série comporte les thèmes suivants, dans l'ordre de défilement du cartorama : IDH, PIB/hab, taux d'analphabétisme des adultes, taux brut de scolarisation, espérance de vie à la naissance, indice synthétique de fécondité, nombre de médecins / 100 000 hab., accès à l'eau, taux de croissance démographique annuel, taux de mortalité infantile, indice de perception de la corruption.

Série cartographique sous forme de cartorama (pop-up)

Exemple de disposition sur écran de deux fenêtres ouvertes avec des sélections cartographiques différentes :

Note : il est également possible d'ouvrir plus de deux fois la fenêtre de visualisation du cartorama, la seule limite étant celle de l'encombrement visuel sur l'écran.

Pour utiliser les données en autonomie : téléchargement (fichier excel)

Documentation proposée et mise en page web par Sylviane Tabarly

Retour en haut de page
Retour haut de page

Mise à jour :   01-03-2004

 


Copyright ©2002 Géoconfluences - DGESCO - ENS de Lyon - Tous droits réservés, pour un usage éducatif ou privé mais non commercial
Actions sur le document