Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers régionaux (Territoriaux) La France : des territoires en mutation popup Le hameau du Villaret : un exemple type d'organisation de l'espace dans la Cévenne ardéchoise

La France : des territoires en mutation

Le hameau du Villaret : un exemple type d'organisation de l'espace dans la Cévenne ardéchoise

Publié le 08/02/2013
Auteur(s) : Clément Dodane - université de Lyon, université Jean Monnet Saint-Etienne

En s'inspirant de l'exemple du hameau du Villaret sur la commune de Laviolle dans la Cévenne ardéchoise, nous proposons la lecture suivante de l'organisation de l'espace (document ci-contre) :

1) La forêt domaniale du Pradou (505 ha au total sur 6 communes). Elle est issue de la Restauration des terrains en montagne de la fin du XIXe siècle. Elle concerne des terrains en tête de bassin versant, situés au-dessus de 800 à 1 000 m d'altitude jusqu'aux plus hauts sommets (sommet non nommé à 1 318 m et Suc de la Cuche à 1 217 m). Elle a été installée sur des terrains aux conditions topographiques et climatiques difficiles (pente, altitude, vent, température), dont les potentialités agricoles étaient faibles. Le périmètre de cette forêt comporte de nombreux vides, qui sont des pierriers ou des landes d'altitude. Ce n'est plus une nouvelle forêt. La structure régulière de ses peuplements a évolué ; elle est plus complexe. Elle est éloignée du chef-lieu. Elle est gérée par l'ONF.

À de rares exceptions près, l'habitat dans la montagne est abandonné depuis des décennies. Il est en ruine.

2) Les forêts privées. Apparues après la Seconde guerre mondiale, elles sont de deux types, naturelles et anthropiques. Elles couvrent dorénavant pratiquement tout l'espace entre la forêt domaniale du Pradou et la Volane qui coule en contrebas du hameau du Villaret. Elles occupent une surface à peu près identique à la forêt domaniale sur le versant uniquement. La propriété du groupement forestier (GF) de la Volane occupe une place centrale sur le versant (environ 180 ha). Les peuplements du GF sont composés de douglas et de pins laricio de Corse plantés par la main de l'homme, il y a une quarantaine d'années. Les lignes de plantation sont encore visibles. À la limite inférieure du GF se sont installés des boisements spontanés feuillus, au milieu desquels apparaissent quelques châtaigneraies abandonnées, retournées à l'état boisé. C'est la forêt naturelle.

3) Le "conservatoire". Il correspond à l'habitat autour duquel sont maintenus des espaces cultivés et ouverts. C'est là que se concentrent les hommes et l'agriculture. C'est là que les hommes continuent d'entretenir quelques terrasses. Ailleurs, elles sont ruinées et écroulées. C'est aussi là que l'on conserve les dernières châtaigneraies à fruits ou tout simplement quelques arbres épars en bordure de routes, de parcelles. C'est sur cet espace réduit que se concentre le maximum d'investissements et d'efforts des hommes qui y habitent (maintien de l'ouverture, conservation du patrimoine bâti, économie touristique).

La description des trois cellules faite, il s'agit de voir comment elles fonctionnent les unes avec les autres.

  • 1 + 2 > La forêt couvre pratiquement toutes les pentes de la vallée jusqu'aux sommets.
  • 1 + 2 / 3 > Depuis le "conservatoire", les résineux marquent le paysage et attirent le regard. Ils occupent une plus grande surface que les feuillus.
  • 1 + 3 > La forêt domaniale du Pradou est gérée par l'ONF. Le "conservatoire" est entretenu par les hommes qui y habitent et par l'agriculture. L'une et l'autre génèrent des ressources : du bois récolté et commercialisé en forêt domaniale, une économie touristique qui s'appuie sur un patrimoine bâti dans un espace conservé, une offre hôtelière et des paysages.
  • 2 / 1 + 3 > Les forêts privées concentrent les difficultés en matière de gestion et d'entretien. Leur mise en valeur dépend de la forêt domaniale qui permet l'accès aux plantations du GF de la Volane ainsi que de l'avenir du "conservatoire", où résident à l'année ou de façon temporaire les propriétaires des forêts privées.
  • 3 / 2 > Le "conservatoire", lieu stratégique, d'où l'on observe le paysage, où l'on échange des idées, où l'on s'observe aussi, où l'on bâti des stratégies. Il n'a pas encore établi de plan pour l'avenir du GF, ni même décidé d'un mode opératoire. Il attend un signal qui viendra peut-être du Parc Naturel Régional des Monts d'Ardèche, un acteur nouveau (4) qui saura diagnostiquer, montrer, révéler, faire discuter, réunir et financer un projet avec 1 + 2 + 3 aux bénéfices de 1 + 2 + 3 + 4 = le territoire dans toutes ses composantes.

 

pour Géoconfluences le 4 octobre 2010

Copyright ©2002 Géoconfluences - DGESCO - ENS de Lyon - Tous droits réservés, pour un usage éducatif ou privé mais non commercial

Actions sur le document