Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers thématiques (transversaux) Le paysage dans tous ses états Autour du paysage : propos de géographes

Le paysage dans tous ses états

Autour du paysage : propos de géographes

Publié le 26/03/2004
Auteur(s) : Paul Arnould, professeur des universités, ENS de Lyon
Vincent Clément, maître de conférences, ENS de Lyon

Le paysage : de la production à l'usage

Cliquer sur l'image pour ouvrir le document

 

Ce schéma comporte trois boîtes correspondant respectivement au paysage produit, visible et utilisé.

Dans le premier sous-système producteur le paysage est le produit de trois grandes catégories de forces interagissantes : abiotiques, biotiques ou anthropiques. Abiotiques car les volumes paysagers dépendent des matériaux rocheux, de leur âge, leur agencement, leurs déformations, leur érosion. Un riche arsenal notionnel permet de désigner et expliquer ces formes du relief (cuesta, crêt, combe, val, escarpement, falaise vive ou morte, etc.). Biotiques puisque vie végétale et animale constituent la couverture vivante de l'épiderme de la terre : forêts, prairies, steppes, savanes, landes, etc., identifient des paysages végétaux. Ils mettent de la couleur, de la texture, des structures de surface sur les volumes précédemment définis. Enfin, les paysages, constructions humaines, sont d'une extrême diversité, depuis les villages jusqu'aux villes géantes, en passant par les forêts aménagées, les champs ouverts ou clos, les près, les vignobles, les vergers, etc.. Ils sont reliés par les réseaux plus ou moins denses des infrastructures de transport et de circulation.

La troisième boite est le système utilisateur. On propose d'y distinguer les grandes catégories suivantes : tout d'abord, celle des chercheurs, des scientifiques de toutes disciplines, qui mènent des études fondamentales ou appliquées sur les paysages ; ensuite, celle des aménageurs, des décideurs, des architectes qui fabriquent des paysages dans les villes, sur le bord des routes, sur les voies ferrées, qui réaménagent les friches industrielles et urbaines ; celle enfin des consommateurs (touristes, promeneurs, etc.) qui effectuent leurs choix de déplacement en fonction de paysages naturels et culturels aux caractères exceptionnels et des vendeurs de paysages, agents de voyage qui fabriquent des paysages emblématiques dans leurs brochures et autres dépliants Tous les utilisateurs sont dépendants d'un effet de filtre de type psycho-social où jouent la culture individuelle et collective, les mythes, les valeurs, les représentations, les expériences accumulées, le jeu des comparaisons, l'affectivité. Serge Ormaux insiste beaucoup sur le rôle de ce qu'il appelle le filtre "épistémo-social" qui domine le filtre "psycho-social" : les manières de voir ou de lire le paysage sont fortement conditionnées par les règlements administratifs, le vocabulaire, les manuels scolaires et l'enseignement à l'école et, de plus en plus, les médias qui valorisent certaines gammes de paysages. Certains conflits à propos de paysages trouvent leur origine dans des appréciations différentes du beau paysage, entre une vision de proximité et de connivence et des logiques d'aménageurs.

Entre ces deux systèmes, le deuxième sous-système, en position centrale est appelé paysage visible. Il correspond d'abord au paysage vu directement depuis un point de vue plus ou moins élevé et offrant des angles de vues et des perspectives plus ou moins vastes. Les questions de vision tangentielles, obliques, dominantes, dominées y jouent un rôle majeur. Ce paysage est fondamentalement changeant, fuyant, mobile, renouvelé. Il est bien sûr nourri de mémoire, de souvenirs mais aussi de projets. Il est aussi la collection d'éléments d'images qui figurent le paysage : cartes postales, photographies, films, tableaux, logos, mais également descriptions littéraires, qui constituent le vaste champ des perceptions et des représentations. Le statut des documents cartographiques, des photographies aériennes et des images satellitales mérite que l'on s'interroge sur ce qu'elles livrent comme image paysagère construite, sur le paysage plus conçu que réellement perçu.

Par zone de non-réductibilité, il faut entendre que le visible ne rend jamais compte de la totalité du réel.

La principale critique opposée à cette fructueuse tentative de conceptualisation porte sur l'insuffisante prise en compte de la dimension temporelle dans la formulation initiale. Ces reproches ont suscité de nombreux travaux pour y intégrer temps longs voire très longs (évolution géologique ou systèmes technico-économiques stables) et temps courts des événements de tous ordres affectant le paysage. Il s'agit de peser le poids des rythmes, des cycles, des seuils, des ruptures, des bifurcations. Cette question des temporalités et des discontinuités s'applique non seulement au système producteur mais aussi aux deux autres systèmes où peuvent jouer le temps social des mythes et des modes.

A l'heure où le paysage devient une valeur marchande, un patrimoine, une référence dans les enjeux environnementaux, un objet d'études d'impact, un outil de transaction et de négociation, ce souci d'en décortiquer tous les aspects est une démarche fructueuse de prise en compte de la complexité du réel.

Note - Ce schéma est inclus dans "Propos sur le paysage" - Mémoire d'habilitation à diriger des recherches - Serge Ormaux - Théma (Théoriser et modéliser pour aménager) - Besançon - 1999. Il a été progressivement formalisé par les chercheurs de l'école, dite bisontine, rassemblés à l'Université de Franche Comté, autour de Jean Claude Wieber et Thierry Brossard. Affiné au fil de diverses thèses, publications, études de cas, il a été testé et a prouvé son caractère fécond et opératoire dans des programmes interdisciplinaires avec des archéologues, des architectes, pour les services de l'environnement et dans des opérations d'aménagement.

 

Discours sur le paysage : à la croisée des regards et des systèmes

Le terme paysage est installé en "cœur de cible", à la croisée des systèmes.

Le terme placé au centre du modèle peut être remplacé par d'autres concepts, passés au crible de la même analyse.

Les concepts flous et mixtes, comme environnement, aménagement, patrimoine, milieu, biodiversité, développement durable… et bien d'autres encore se prêtent à cette mise en perspective.

Un essai de lecture du terme aménagement, suivant ces principes, a été proposé lors d'un colloque sur l'aménagement forestier à Tours (publication dans : Arnould, P., 2002, Histoire et mémoire des aménagements forestiers, Ingénieries)

Ce schéma identifie six grands systèmes (écosystème, géosystème, psychosystème, politico-juridico système, sociosystème, système technico-économique), liés à des champs disciplinaires. Ces systèmes peuvent être éventuellement dédoublés. La séparation du politique et du juridique est justifiée dans certains cas. L'agrégation du système technique et économique est également à évaluer. Ils sont caractérisés par un certain nombre de mots clés dont l'intitulé et le nombre ne sont pas figés.

Cette formalisation du paysage, à la croisée de plusieurs systèmes, a été présentée au : Colloque européen de Florence, sur le paysage ("Analysis and Management of Forest and Rural Landscapes"), de septembre 2002.

 

(cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Pour les paysages industriels, urbains, ruraux ou pour d'autres lectures, les champs lexicaux peuvent être sensiblement modifiés, adaptés.

L'intérêt de cette formalisation est de déboucher sur des hypothèses sur les hiérarchies et les interactions entre ces systèmes interdépendants. Il est ainsi possible d'affirmer que longtemps le paysage forestier a été ignoré par les deux sphères les plus influentes dans l'aménagement, celle des ingénieurs, des techniciens, des économistes et celle des politiques et des juristes.

L'irruption des réflexions menées par les géographes sur géosystème, paysage et territoire (voir les travaux de G. Bertrand, G. Rougerie dans la partie ressources …), la constitution d'une écologie du paysage (voir ce terme), dans la sphère des sciences de la vie, la reconnaissance de l'importance des paysage sensibles, perçus, vécus, imaginés, rêvés par les historiens, les philosophes, les agronomes, les architectes, les sociologues, l'appropriation du concept par différents acteurs sociaux, de l'échelon local au national, en ont fait un objet de lois, de recherches scientifiques, de colloques, de films, de dialogue mais aussi de conflits.

Les jugements de valeur, parfois simplistes, sur le beau ou le laid, l'exceptionnel ou l'ordinaire, le rare ou le banal, le bon marché ou le cher… sont nécessairement relativisés et contestés, par la prise en compte des autres dimensions attachées à un terme aux sens et aux significations multiples.

Paul Arnould, professeur des universités, ENS de Lyon

pour Géoconfluences, le 23 février 2003

Retour en haut de page

Perception et représentation des paysages castillans dans la littérature : Théophile Gautier - Voyage en Espagne (1840) (Vincent Clément)

Contextualiser

Au XVIIIe siècle, une image négative de l'Espagne prévaut et la description du paysage en est l'écho : les paysages sont désolés, les routes dangereuses, les auberges malfamées .. autant de poncifs sur une Espagne jugée répulsive et qui alimenteront longtemps un certain pittoresque du récit de voyage dans la péninsule.

Cette image évolue au cours du XIXe siècle. L'invasion napoléonienne et la Guerre d'Indépendance (1808-1814) ont conduit vers l'Espagne des centaines de milliers de soldats : contact qui a permis de remettre en cause bien des clichés. La résistance héroïque du peuple espagnol face à l'envahisseur français a suscité admiration et intérêt dans le reste de l'Europe et l'Espagne devient une destination à la mode.

Pour un Romantique, le voyage en Espagne est un aboutissement. Ont ainsi été recensé 599 récits de voyages d'étrangers en Espagne dont de nombreux français : Alexandre Dumas, Théophile Gautier par exemple. Les écrivains trouvent aussi dans les signes de l'héritage mauresque [1] des résonances à la mode orientaliste du moment.

L'itinéraire de Théophile Gautier lors de son voyage en Espagne de 1840
(5 mois de mai à octobre)

La Castille vue par T. Gautier

"Le pays que nous traversions avait un aspect d'une sauvagerie étrange : c'étaient de grandes plaines arides, sans un seul arbre qui en rompît l'uniformité, terminées par des montagnes et des collines d'un jaune d'ocre que l'éloignement pouvait à peine azurer" - p. 89-90

La gorge de Pancorbo, porte de la Vieille Castille : "Les rochers ne laissent plus que la place du chemin tout juste et l'on arrive à un endroit où deux grandes masses granitiques, penchées l'une vers l'autre, simulent l'arche d'un pont gigantesque que l'on aurait coupé par le milieu, pour fermer le passage à une armée de Titans" - p. 60

Sur le piémont de la Sierra de Guadarrama : "(...) d'immenses quartiers de grès affectant des formes architecturales se dressaient de toutes parts et découpaient sur le ciel des silhouettes de Babels fantastiques. Ici, une pierre plate tombée en travers de deux autres roches simulait, à s'y méprendre, des peulvens ou des dolmens druidiques ; plus loin, une suite de pitons en forme de fûts de colonnes représentaient des portiques et des propylées ; d'autres fois, ce n'était plus qu'un chaos, un océan de grès figé au moment de sa plus grande fureur" [2] - p. 101

Dans la sierra de Guadarrama : "Sous les rayons du soleil, les hautes cimes scintillaient et fourmillaient comme des basquines de danseuses sous leur pluie de paillette d'argent ; d'autres avaient la tête engagée dans les nuages et se fondaient dans le ciel par des transitions insensibles, car rien ne ressemble à une montagne comme un nuage." p. 102

Un regard romantique sur le paysage

Théophile Gautier aurait-il mieux saisi que d'autres le caractère de certains paysages espagnols ?

Il fut d'abord peintre avant de devenir écrivain. D'où l'importance des précisions sur les couleurs ainsi que ce regard particulier qui lui fait détacher chaque objet pour l'analyser, l'individualiser.

On lui reprochera d'être trop descriptif, de décrire avec trop de détachement, voire d'indifférence. On a dit aussi qu'il faisait des descriptions de myope à cause de sa manière particulière de grossir les détails.

De fait, dès le début de son voyage, il se définit comme un "voyageur enthousiaste et descriptif qui, la lorgnette à la main, s'en va prendre le signalement de l'univers". Lors de sa visite de Tolède, à la suite d'une digression historique, il dit "revenir bien vite à notre humble mission de touriste descripteur et de daguerréotype littéraire".

Mais il ne faut pas surestimer l'objectivité de son récit. Ainsi, il souscrit, de manière parfois maladroite, avec certaines approximations, à la mode orientaliste. Tout au long de son récit, il maintient le lecteur dans une ambiance mauresque : à Irun, les murs des maisons sont blanchis à la chaux "selon l'usage arabe" ; à Salinas le clocher a une "forme sarrasine" ; etc.

Le regard qu'il pose sur l'Espagne n'est pas neutre. Il s'agit d'un regard construit, à la fois par la lecture d'œuvres littéraires et par sa propre imagination, comme lui-même le précise, juste avant de franchir la frontière :

"Encore quelques tours de roue, je vais peut-être perdre une de mes illusions, et voir s'envoler l'Espagne de mes rêves, l'Espagne du Romancero, des ballades de Victor Hugo, des nouvelles de Mérimée et des contes d'Alfred Musset. En franchissant la ligne de démarcation, je me souviens de ce que le bon et spirituel Henri Heine me disait au concert de Liszt, avec son accent allemand plein d'humour et de malice : "Comment ferez-vous pour parler de l'Espagne quand vous y serez allé ?" (p. 43)"

 

Notes

[1] Par exemple, à travers le style mudéjar. Le mudéjar est le musulman resté en territoire castillan après la reconquête .. par extension, le style mudéjar, qui se développe en Castille entre le XIIe et le XVIe siècle, désigne toutes les formes architecturales ou de décor chrétiennes influencées par l'art mauresque.

[2] Il s'agit ici de toute évidence d'un modelé granitique typique, composé de tors, de pierres branlantes et de chaos de blocs. La seule erreur commise concerne l'identification de la roche qu'il prend pour du grès alors qu'il s'agit de granite.

Les numéros de pages du "Voyage en Espagne" correspondent à l'édition Gallimard de 1981

 

Références, bibliographie

  • Pays et paysages de Vieille Castille - Vincent Clément - Thèse - Lille - 1997
  • La perception romantique de la Castille à travers le récit de voyage de Théophile Gautier - Vincent Clément - L'Espace Géographique, n°4, 1998
  • Voyage en Espagne - Théophile Gautier - Gallimard - Edition 1981

 

Vincent Clément, maître de conférences, ENS de Lyon,

pour Géoconfluences, le 23 février 2003

Retour en haut de page
Retour haut de page

Mise à jour :   26-03-2004

 


Copyright ©2002 Géoconfluences - DGESCO - ENS de Lyon - Tous droits réservés, pour un usage éducatif ou privé mais non commercial
Actions sur le document