Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers thématiques (types d'espace) De villes en métropoles Organiser une visite urbaine et/ou virtuelle. L'exemple d'un itinéraire photographique à Stratford à la veille des Jeux Olympiques de Londres en 2012

De villes en métropoles

Organiser une visite urbaine et/ou virtuelle. L'exemple d'un itinéraire photographique à Stratford à la veille des Jeux Olympiques de Londres en 2012

Publié le 06/01/2012
Auteur(s) : Manuel Appert, maître de conférences, université de Lyon (Lyon 2), UMR 5600 "Environnement, Ville, Société" (EVS)
Sylviane Tabarly, DGESCO-ENS de Lyon

La déambulation, pédestre ou à vélo, en "modes doux" de préférence, permet de mieux comprendre l'espace urbain habité et vécu. L'itinéraire peut être construit et balisé autour d'un projet précis : effectuer un transect ubain par exemple qui permettra de visualiser les gradients, de déceler et de ressentir les limites, les "frontières", les seuils entre modes d'appropriation de l'espace, entre niveaux de richesses et de statuts, types d'activité et de fonctionnalités, etc. Elle pourra être thématique : l'eau, les espaces verts, les immeubles de grande hauteur, les mobilités, les friches, etc. Elle pourra aussi se faire sur un mode plus intuitif, celui de la flânerie, de la déambulation, de l'improvisation.

Itinéraire photographique du côté de Stratford, épicentre des Jeux Olympiques de Londres 2012 : un espace urbain en rapide mutation

La sélection de clichés proposée infra à partir de cartes à zones réactives, invite à arpenter Stratford, épicentre des Jeux Olympiques de Londres 2012. Pour une mise en perspective, voir l'article Les JO 2012 à Londres : un grand événement alibi du renouvellement urbain à l'est de la capitale. À l'exception de la photo 47, prise 3 km plus au sud, les clichés ont été classés selon une progression du nord-est au sud-ouest, depuis Leyton Road (1) jusqu'à Roman Road (59-62). Les vues datent de 2010 et 2011 et l'icône triangulaire à cliquer qui représente chacune d'entre elles indique l'orientation cardinale des prises de vue.

L'itinéraire commence par les abords de la gare régionale de Stratford (1-9). Stratford City est visible tout comme la requalification des espaces publics sur le parvis de la gare. L'ancien centre-ville se trouve derrière nous. L'ancien et le nouveau centres sont séparés par le faisceau ferroviaire qu'une passerelle permet de traverser (3, 5). L'exploration des lieux se poursuit par une incursion dans le Carpenters Estate (10-22). Quartier moderne d'habitat collectif constitué de tours et de maisons mitoyennes, il abrite une population issue de l'immigration aux conditions de vie précaires. Depuis le dernier étage de Dennison Point, la tour la plus septentrionale du quartier (7-21-11-12), un panorama s'offre sur le site olympique, au nord, et le centre de Londres, à l'ouest.

La série suivante invite à constater les transformations de Stratford High Street ou A11 (23-38). Le visage de cette avenue de faubourg, qui était bordée de maisons mitoyennes (XIXe s.), de reconstructions d'après-guerre et d'édifices industriels, a radicalement changé. La Grand Rue est une artère importante qui relie Stratford à l'autoroute A12 plus à l'ouest : sa requalification ne s'est pas accompagnée d'une réduction de la voirie pour le trafic routier. De part et autre de l'avenue, une dizaine de tours résidentielles sont construites sans que l'espace au sol ne soit occupé par des commerces. Les commerces préexistants ont pour la plupart fermé depuis 2005. Les photos 32 et 33 montrent des unités industrielles dont certaines abritent aujourd'hui les entreprises expropriées lors de la construction des équipements olympiques.

Un itinéraire photographique dans Stratford à la veille des Jeux Olympiques 2012

Pour voir les photos cliquer sur les sous-images réactives plus bas dans la page

Les clichés suivants (39-41) sont pris au carrefour de l'A11 et de l'autoroute urbaine A12. Cette dernière est un axe majeur dans la métropole, qui conduit à l'un des rares tunnels sous la Tamise (Blackwall Tunnel) et assure la continuité autoroutière du périphérique A406 à l'A2 au sud de la Tamise. De nombreux sites le long de l'axe seront transformés en complexes résidentiels. Plus à l'ouest, Bow Road est requalifié (42). Le quartier est très polarisé par une gentrification accélérée (46) et la présence d'innombrables logements sociaux que la municipalité de Tower Hamlets réhabilite (44-45).

Un retour en arrière s'impose pour emprunter ensuite l'itinéraire paysager Greenway (piste cyclable et voie piétonne). Du Tube (50), centre d'information sur les transformations du site olympique, la tour ArcelorMittal Orbit, la piscine et le stade olympiques sont clairement visibles (48-51). En direction du nord-ouest, le chemin nous conduit à Hackney Wick et jusqu'à l'A12. L'environnement reste dégradé et les quelques immeubles résidentiels qui émergent des édifices industriels obsolètes bénéficient de vues sur le cours de la rivière Lea (54-56). Au barrage de l'A12, les cités et les terrains en friches se succèdent.

Nous terminons l'itinéraire par une incursion à Old Ford (59-62). Depuis ces quartiers, le stade donne l'impression d'être proche alors qu'en réalité il faut faire un détour pour emprunter une passerelle sur l'A12, qui joue comme une barrière physique et symbolique. L'espace est occupé par l'une des réalisations les plus emblématiques du modernisme anglais d'après-guerre : le Cranbrook Estate (60-61). Un labyrinthe de tours et de barres nous rappelle que l'East de Londres est populaire, mais pour combien de temps encore ?

Balade urbaine du côté de Stratford, épicentre des JO de Londres 2012

Image cliquable est : clichés 1 à 35

Image cliquable ouest : clichés 30 à 62

Sous-image

 

Compléments :

- D'autres photos de Manuel Appert sur Flickr :

> sur Stratford, www.flickr.com/photos/manuel69/sets/72157615995259968

> dans l'album Londres : www.flickr.com/photos/manuel69/sets/72157604500272404

- Pour des photos plus anciennes, voir : www.newhamstory.com/image

Retour en haut de page

D'autres exemples de balades et visites urbaines

De nombreuses communes et autres collectivités, des associations, organisent des "balades urbaines". Elles ont souvent des objectifs touristiques mais aussi des objectifs citoyens et éducatifs.

Les départements de géographie des universités y ont aussi souvent recours, d'une manière ou d'une autre, à travers les excursions et voyages d'étude, pour faciliter l'appréhension des logiques et des dynamiques spatiales. En voici quelques exemples.

Voir aussi  en lien avec cet article : Réaliser une balade urbaine avec des outils nomades, Pascal Mériaux et Franck Besqueut, Géoconfluences, 2015.

Retour en haut de page

Entre réel et virtuel : excursions, visites au service de l'enseignement

Pour un enseignant, excursions, visites sur le terrain permettent de donner corps à un projet pédagogique : reportage photographique ; activités de localisation / identification, avec cartes et GPS ; enquêtes avec interviews éventuels, mises en perspective historique et approches diachroniques avec des recherches d'archives ou à partir des cartes anciennes à disposition sur le Géoportail (en France) ; etc. L'essor contemporain des outils de mobilité et de géolocalisation (tablettes, smartphone) laisse entrevoir une grande diversité d'applications d'intérêt géographique et pédagogique. L'enseignant peut aussi recourir à des modes virtuels de visite car il n'est pas toujours envisageable d'aller sur place.

 

Manuel Appert, maître de conférences, université de Lyon (Lyon 2), UMR 5600 "Environnement, Ville, Société" (EVS)

Sylviane Tabarly, DGESCO-ENS de Lyon

Retour en haut de page
 

Mise à jour :   06-01-2012

Copyright ©2002 Géoconfluences - Dgesco - ENS de Lyon - Tous droits réservés, pour un usage éducatif ou privé mais non commercial

Actions sur le document