Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers thématiques (types d'espace) De villes en métropoles popup La politique des pôles de compétitivité française. Les pôles nantais

De villes en métropoles

La politique des pôles de compétitivité française. Les pôles nantais

Publié le 20/05/2008
Auteur(s) : Jacques Fache, Institut de Géographie de l'Université de Nantes (IGARUN)

Les pôles de compétitivité ont été lancés en juillet 2005 par le gouvernement De Villepin, suite au rapport Blanc (2004). Cette politique consiste à structurer l'activité économique de certains secteurs porteurs autour de l'innovation d'une part, et de pôles performants d'autre part. La philosophie en termes d'aménagement est assez nouvelle : il ne s'agit plus de mettre l'accent là où les fragilités se manifestent et les retards s'accumulent, mais au contraire de concentrer l'effort là où se situent la compétitivité et la performance, afin que ces villes et régions servent de moteur au reste de l'espace régional et national. Calibré à l'origine pour quinze à vingt pôles à rayonnement international, cette politique a été dépassée par le nombre de candidatures (105). Ce sont donc 67 pôles qui ont été identifiés dans un premier temps (aujourd'hui 71), dont une quinzaine qualifiés de mondiaux ou à vocation mondiale (aujourd'hui 17).

Cette politique soulève de nombreuses questions. Tout d'abord, le nombre de pôles permet de douter de la concentration de l'effort, même si dans les faits, les quinze pôles importants absorbent l'essentiel des subsides. Ensuite, la notion de pôle est un problème, car de fait, très peu de ces pôles en sont, au sens géographique. Or la mise en réseau, ou simplement la juxtaposition de centres de compétences dispersés ne produit pas le même effet qu'un pôle. Enfin, cette politique est passée de l'idée d'un soutien à des pôles puissants à la possibilité de lancer des pôles dans des régions où tout reste à construire. Ce n'est plus du tout la même logique.

Nantes est impliquée dans quatre pôles de compétitivité. Atlantic Biotherapies constitue le pôle biotechnologique orienté vers la santé. Emc2 est un pôle sur les matériaux composites regroupant principalement Airbus, Alstom Marine, Bénéteau et la DCN. Le pôle Végétal est centré sur Angers (pôle mondial), Nantes complétant le dispositif. Le pôle Génie Civil, enfin, est porté par la présence du LCPC, ou laboratoire des Ponts et Chaussées, ainsi que l'Ecole Centrale et son bassin à houle.

Jacques Fache,

Institut de Géographie de l'Université de Nantes (IGARUN)

pour Géoconfluences le 20 mai 2008

Actions sur le document