Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers thématiques (types d'espace) De villes en métropoles popup Le Garden Festival de Glasgow – 1988

De villes en métropoles

Le Garden Festival de Glasgow – 1988

Publié le 15/09/2008
Auteur(s) : Fabien Jeannier, docteur en civilisation britannique, professeur d’anglais - lycée Aristide Briand, Gap
>>> Retour vers l'article principal : Fabien Jeannier, « Culture et régénération urbaine : le cas de Glasgow », septembre 2008.

Le Garden Festival de Glasgow en 1988 succède à celui de Liverpool en 1984 et à celui de Stoke-on-Trent en 1986. Il y aura au total cinq Garden Festivals en Grande-Bretagne : celui de Glasgow sera suivi de celui de Gateshead en 1990 et celui de la petite ville galloise de Ebbw Vale en 1992. L'idée des Garden Festivals avait été lancée par le ministre conservateur de l'environnement Michael Heseltine en 1980 : ils avaient pour objectif de contribuer à la régénération de grands sites industriels en friche grâce à l'organisation des manifestations culturelles d'ampleur. À Ebbw Vale, le Garden Festival eut lieu sur l'emplacement d'une ancienne aciérie et ferblanterie de British Steel démolie au début des années 1980. À Stoke-on-Trent, il s'est déroulé sur la moitié du site industriel des anciennes aciéries Shelton Bar laissé à l'abandon après leur fermeture en 1978 (l'autre moitié du site est restée occupée par une usine de laminage de British Steel. À Glasgow et à Liverpool ce sont des docks désaffectés qui furent les sites des Garden Festivals.

À Glasgow, Prince's Dock, à Govan, sur la rive sud de la Clyde, était depuis bien longtemps une friche industrielle. Inauguré en 1897, Prince's dock était le plus grand dock le long de la Clyde qui traverse Glasgow. C'était une aire de chargement de bateaux cargos à destination ou en provenance d'Afrique du Sud, d'Afrique de l'est et de l'ouest, d'Inde, du Pakistan, du Golfe persique, du Canada, d'Amérique du Sud, de Suède et des Grands Lacs. Après une activité maximale dans les années 1960, alors que le dock était équipé de nombreuses grues hydrauliques et que plus de 20 cargos accostaient chaque mois, le déclin provoqué par la containeurisation fut ensuite rapide. Prince's dock a cessé son activité officiellement le 2 juillet 1971 puis fut racheté à l'autorité portuaire de la Clyde en 1983 par le promoteur immobilier Laing Homes qui voulait le convertir en un complexe immobilier et une marina. À cette époque, ses trois bassins étaient partiellement remplis de gravas et de détritus, cinq des 22 grues étaient encore debout, la plupart des entrepôts étaient restés intacts et le West Quay de Prince's Dock était encore utilisé par des petits bateaux côtiers comme aire de chargement et de déchargement pour bateaux cargos.

Comme ailleurs, l'objectif de la tenue du Garden Festival était de revitaliser l'économie de la ville en générant des revenus supplémentaires grâce au tourisme. Quand la décision d'organiser le Garden Festival sur Prince's dock fut annoncée, la ville commençait à peine à mettre en œuvre une politique volontariste basée sur la campagne de communication intitulée Glasgow's Miles Better, lancée en 1983 dans le but de réinventer la ville post-industrielle. Cette même année avait été inaugurée la Burrell Collection pour rendre accessible aux Glaswégiens et aux touristes une collection de quelque 9 000 œuvres d'art que Sir William Burrell, un riche armateur de la ville, avait légué à la ville en 1944. Par ailleurs, en 1982 toujours, la municipalité avait engagé le premier programme de rénovation d'un quartier du centre-ville appelé Merchant City dont l'objectif était de convertir d'anciens bâtiments industriels désaffectés en zone commerciale et résidentielle.

Le Garden Festival fut financé par le gouvernement central, les autorités locales et des investisseurs privés. Le site a été loué à la société Laing Homes par la Scottish Development Agency. Le festival couvrait une cinquantaine d'hectares, dont presque sept aquatiques. Les trois bassins de Prince's dock furent complètement comblés de façon à créer suffisamment d'espace pour accueillir 112 jardins. Un nouveau pont, le Bell's Bridge fut construit pour relier le site du Garden Festival au tout nouveau Scottish Exhibition and Conference Center (SECC) qui avait été inauguré en 1985 et faisait lui aussi partie intégrante de la nouvelle stratégie de la ville de se tourner vers une économie de tourisme de loisirs et d'affaires pour régénérer son économie. Avec le SECC, la ville s'offrait une infrastructure lui permettant d'accueillir conférences, manifestations et artistes de rang mondial  et ainsi d'affronter la concurrence d'autres villes dans le secteur de l'industrie du tourisme d'affaire et culturel. Il fut construit sur le site de l'ancien Queen's dock, juste en face de Prince's dock.

Les Garden Festivals ont réussi à attirer des millions de touristes de toute la Grande-Bretagne qui avaient depuis bien longtemps oublié ces zones industrielles en friche. À Glasgow, ce sont plus de 4,3 millions de touristes qui se sont rendus au Garden Festival, sur une période de cinq mois. Le Festival a permis d'injecter autour de 100 millions de livres dans l'économie locale. Il est estimé que l'événement a généré des dépenses s'élevant à 170 millions de livres dans les cinq années suivantes.

Cependant, les Garden Festivals, malgré leur succès populaire, n'ont pas toujours atteint leurs objectifs de stimuler les investissements privés dans la durée dans ces zones désaffectées. Ainsi, à l'issue du Festival, à Liverpool, le site a été repris par toute une série de promoteurs et une moitié a été convertie en zone résidentielle de luxe, l'autre partie restant à l'abandon. En 2006, les entreprises locales Langtree et McLean ont annoncé la restauration des jardins créés à l'occasion du Garden Festival de 1984 ainsi que la construction de 1 000 nouveaux logements autour de l'emplacement du dôme qui avait été laissé à l'abandon et tombait en ruines.

Le site du Garden Festival de Stoke-on-Trent est devenu une zone verte et boisée avec des bureaux et des commerces. Celui de Gateshead est maintenant un ensemble résidentiel et celui de Ebbw Vale se compose de logements, de parcs et de zones boisées. Quant à celui de Glasgow, il ne connut pas un sort plus enviable que celui de Liverpool pendant les années qui suivirent la clôture de Festival. Une des attractions du site, la Clydesdale Bank Anniversary Tower (financée par Clydesdale Bank à hauteur de 500 000 livres), une tour de 240 pieds de haut, fut ainsi démontée pour être érigée à Rhyl, au Pays de Galles. Pendant plusieurs années, le site est resté à l'abandon avant d'être choisi pour la construction du Glasgow Science Centre et du cinéma IMAX. Devenu Pacific Quay, il est aussi un campus media où se trouvent le siège de la télévision écossaise et celui de l'antenne écossaise de la BBC. On y trouve également, quasiment à l'endroit où avait été érigée la Clydesdale Bank Anniversary Tower, la Glasgow Millenium Tower, qui fait partie du complexe du Science Center.

 

Bibliographie sélective

  • Dick, M. - Half of Glasgow's Gone - Brown, Son & Ferguson, 128 p., 1986
  • Keating, M. – The City that Refused to Die, Glasgow: the politics of urban regeneration – Aberdeen University Press, 211 p., 1986
  • Theokas A. C. – Grounds for Review: The Garden Festival in Urban Planning and Design - Liverpool University Press, 302 p., 2004

 

Webographie

(Liens mis à jour en mai 2018)

 

Fabien Jeannier, 
doctorant à l'Université de Lyon au moment de la parution de l'article.

 

pour Géoconfluences le 15 septembre 2008.

Actions sur le document