Vous êtes ici : Accueil Glossaire

Glossaire

Publié le 13/12/2012
Auteur(s) : Sylviane Tabarly, professeure agrégée de géographie, responsable éditoriale de Géoconfluences de 2002 à 2012 - Dgesco et École normale supérieure de Lyon
Marie-Christine Doceul, professeure de chaire supérieure, responsable éditoriale de Géoconfluences - DGESCO, ENS de Lyon
Jean-Benoît Bouron, Agrégé de géographie, responsable éditorial de Géoconfluences - Dgesco, Université de Lyon, ENS de Lyon.
Contributions de :
Jean-Louis Carnat
Laurent Carroué, Directeur de Recherche IFG, Inspecteur Général de l'Éducation Nationale - IGEN, Université Paris VIII
Anne-Sophie Clémençon, Historienne des formes urbaines et de l’architecture - Chercheuse-photographe associée au laboratoire « Environnement, Ville, Société », Université de Lyon.
Samuel Depraz, maître de conférences en géographie-aménagement - Université de Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3.
Étudiants de master de l'ENS de Lyon dirigés par Emmanuelle Boulineau
Auteurs des articles
Le vocabulaire de la géographie à travers des des propositions de définitions de termes et de notions géographiques. Plus d'un millier d'entrées pour découvrir des mots, faire des liens, consolider ses connaissances, trouver des pistes bibliographiques... Ce glossaire est en perpétuelle amélioration. Les définitions ne comportant pas de date sont les plus anciennes.

Il existe 44 résultats dans Glossaire correspondant aux critères suivants : Supprimer le critèreLa frontière, discontinuités et dynamiques
 Géographie et frontières
Ce que l’on peut retenir de ces vingt dernières années dans les approches proposées par les géographes, c'est qu’ils envisagent la frontière comme un objet complexe permettant aussi de cerner les grandes mutations contemporaines comme : effacement des frontières au sein de la Communauté européenne ; l’apparition de nouvelles frontières entre pays riches et pays pauvres ; le surgissement de nouvelles discontinuités linguistiques, culturelles ; les frontières à l’épreuve des (...)
 Haute mer
Selon le droit de la mer, la haute mer est la partie de la mer située en dehors des zones de souveraineté et des ZEE des États côtiers. La haute mer comprend les eaux situées au-dessus du plateau continental juridique au-delà de la limite des 200 milles nautiques.
En théorie, la haute mer n'appartient à personne (principe « res nullius »), parce que nul n'a le droit de s'approprier ce qui de ce point de vue pourrait tout aussi bien être la propriété d'un autre. En pratique, c'est un (...)
 Interface
Zone de contact entre deux espaces différenciés engendrant des dynamiques d’échange entre ces deux espaces. L'interface est une bande plus ou moins large (de quelques dizaines à quelques centaines de kilomètres),de discontinuité mais aussi de contact et/ou de confrontation entre deux espaces, deux systèmes territoriaux distincts. L'interface suppose le passage : une frontière totalement fermée n'est pas une interface. L'interface est irriguée, à des degrés variables, par des flux, plus ou (...)
 Limite(s)
Ligne réelle ou imaginaire discriminante, la limite définit une entité spatiale en la distinguant d’une autre : par exemple, Romulus crée Rome en traçant sa limite à la charrue.  Par extension, c’est la ligne au-delà de laquelle on passe dans un "ailleurs" ou bien la ligne qu’on ne peut pas franchir. La limite crée donc une discontinuité qui peut être plus ou moins marquée entre les deux systèmes territoriaux qu’elle sépare, selon leurs différences et les rapports qu’ils (...)
 Maritimes (frontières)
La définition de frontières et de délimitations en milieu maritime a des enjeux considérables du point de vue du partage des ressources (halieutiques, énergétiques, minières) et de la gestion des droits de passage. La situation est d'autant plus complexe lorsque les espaces auxquels deux ou plusieurs États adjacents peuvent prétendre se chevauchent. Par ailleurs, les progrès réalisés par les technologies d'exploitation off shore des ressources, la pression croissante sur ces dernières, (...)
 Mémoires et frontières
Les frontières d'État sont inscrites dans les paysages plus souvent qu'on ne le croit, comme le souligne l'examen des cartes et de l'imagerie satellite. Pour l'oeil exercé, les frontières sont le plus souvent visibles d'avion. Si la limite ex-RDA / ex-RFA vue du ciel est spectaculaire, ce n'est pas du fait de la ligne, fortifiée, mais en raison des contrastes des structures agraires, produit des systèmes socio-politiques.
Frontières et espaces frontaliers sont toujours des produits de (...)
 Migrant
Selon plusieurs organisations internationales (Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, Organisation internationale pour les migrations...), un migrant est, au sens large, est une personne qui change de domicile de façon définitive. On distingue souvent les migrants intérieurs des migrants internationaux (voir aussi : migrations).
Est migrant international tout individu qui a quitté son pays d'origine et est en chemin vers un autre, quelles que soient les raisons de son (...)
 Migrations et frontières
Les migrations internationales impliquent le franchissement des frontières politiques et elles s'incrivent plus ou moins durablement dans le temps et l'espace : plus qu’un simple acte de passage de frontières, c'est un long processus qui affecte les vies des personnes impliquées. Les flux migratoires, qui incluent les mouvements de réfugiés, les personnes déplacées et les migrants économiques, peuvent être un facteur important d’érosion des frontières traditionnelles. Même ceux qui ne (...)
 Mobilités transfrontalières
Les populations transfrontalières jouent de la frontière par leurs différents types de mobilités (pour les loisirs, l'habitat, les achats, etc.) à des degrés divers en fonction de son ouverture ou de sa fermeture. Aussi, l’étude d’une frontière ne peut faire l’économie d’une analyse des territorialités des populations qui en jouent. La mobilité transfrontalière de voisinage découle de plusieurs champs d‘application : le libre choix éventuel du lieu de domicile comme du lieu de (...)
 Murs, remparts et autres barrières frontalières
L’édification de murs et de murailles exprime au sens le plus concret du terme la fonction de barrière de la frontière. Ils introduisent une perturbation notable des flux, dans le sens de leur réduction, de leur détournement. Murs et murailles relèvent de la logique de la fermeture spatiale et de l’exclusion. La construction des murs à l’heure de la mondialisation relève ainsi d'un paradoxe qui consiste à briser des flux dans un monde où les échanges explosent.
Les fonctions (...)
 Nodales (Frontières : aéroports, ports et autres lieux de transit)
Les mouvements contemporains de mondialisation ou de régionalisation à des échelles continentales (construction européenne par exemple) brouillent les frontières classiques héritées des XIXe et XXe siècles. À l'heure actuelle, la frontière n'est plus seulement la ligne qui délimite le territoire de l'État et qui tend à se dévaluer alors que les entités politiques se déterritorialisent. La territorialisation d'un État peut de moins en moins être réduite au contenu de son enveloppe (...)
 Perception et représentations de la frontière
La perception de la frontière, qui repose sur les filtres des organes sensoriels, des vécus et des cultures individuels ou collectifs, produit des représentations et des images variées qui diffèrent en fonction :
- de l’échelle d’observation, la perception de la frontière par les populations locales n'étant pas la même que celle de l'ensemble de la société d'un État,
- du type de mobilité qui définit autant de pratiques et d'expériences du passage de la frontière,
(...)
 Périphéries frontalières en Europe
C'est le sceau de l'histoire qui marque la spécificité et l'originalité des espaces périphériques frontaliers. En Europe, anciennes "marches" des États, ces espaces se sont vus confier, au cours du temps, des fonctions, non plus militaires, mais de plus en plus fonctionnelles de recomposition de l‘espace. Dans ce contexte historique nouveau, selon quels critères, dans quelles conditions, la zone frontalière, souvent périphérique, peut-elle devenir pivot ou, reste-t-elle, au contraire, (...)
 Piraterie
La piraterie maritime est aussi ancienne que la navigation. Elle signe son retour dans les années 1990, avec la fin de la Guerre froide : après avoir frappé l’Asie orientale puis la Somalie, elle est de nouveau très active en Asie du Sud-Est. Avec 106 attaques recensées, contre 15 en 2009, l’Indonésie est redevenue en 2013 le pays le plus touché par les abordages. Elle est sans doute appelée à durer, favorisée par le passage de routes commerciales, l’existence de cachettes sur les côtes (...)
 Plate-forme continentale ou plateau continental
La plate-forme continentale ou plateau continental est un replat marin à pente faible, compris entre le littoral et le talus continental qui plonge vers des profondeurs voisines de 200 m. Sa largeur peut osciller de quelques kilomètres à plus de 1 000 km. Son modelé hérité de formes terrestres immergées est soumis à l’accumulation sédimentaire. 
Il s’agit de l’ancienne étendue des continents engloutis lors des périodes de transgression marine et entaillée par les tracés des (...)
 Réfugié
Le terme de réfugié recouvre une définition juridique précise qui relève du droit international. L’article 1 de la Convention de Genève de 1951, ratifiée par 145 pays, relative au statut des réfugiés définit un réfugié comme "une personne qui se trouve hors du pays dont elle a la nationalité ou dans lequel elle a sa résidence habituelle, et qui du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un groupe social déterminé ou de ses opinions politiques craint (...)
 Région frontalière / transfrontalière
Une région frontalière, au sens strict, est une collectivité territoriale publique située immédiatement au-dessous du niveau de l‘État et qui a une frontière terrestre (ou parfois maritime) commune avec une ou plusieurs collectivités de même type situé dans un autre État voisin.
C'est à des problèmes spécifiques aux niveaux spatial, socio-économique, socioculturel, politique, juridique et institutionnel qu'ont à faire face les régions frontalières, souvent périphériques, (...)
 Schengen (accord, convention, espace)
L'Accord de Schengen, signé le 14 juin 1985 entre l'Allemagne, la Belgique, la France, le Luxembourg et les Pays-Bas, visait à instaurer un régime de libre circulation des personnes et la suppression des contrôles aux frontières terrestres, aériennes et maritimes, pour les ressortissants des États de l'UE et d'autres pays tiers européens signataires. La Convention de Schengen, entrée en vigueur en 1995, définit les conditions d'application et les garanties de mise en œuvre de cette libre (...)
 Tracés et bornages des frontières
Tracer une frontière est un acte géopolitique par excellence puisqu’il s’agit de délimiter des aires d’exercice de la souveraineté, d’inscrire le politique dans l’espace. Cependant, le droit international ne préside aucunement à la répartition des espaces terrestres entre groupes humains et il ne permet pas, a fortiori, de déterminer ce qu'est une "bonne" frontière. Il s'agit d'un processus conditionné, pour l'essentiel, par les circonstances historiques et politiques. Le tracé (...)
 Transfrontalier
L’adjectif transfrontalier caractérise un phénomène qui concerne les deux côtés d’une frontière mais son sens varie selon le substantif qu’il qualifie.
Un sens faible désigne la traversée d’une frontière, le développement de relations transfrontalières à travers cette limite politique. Il suppose donc l’existence d’une limite mais aussi une relative perméabilité de celle-ci. Il introduit une notion de proximité et concerne les relations entre deux espaces contigus tandis (...)
Actions sur le document