Vous êtes ici : Accueil / Glossaire

Glossaire

Publié le 13/12/2012
Auteur(s) : Sylviane Tabarly, professeure agrégée de géographie, responsable éditoriale de Géoconfluences de 2002 à 2012 - Dgesco et École normale supérieure de Lyon
Marie-Christine Doceul, professeure de chaire supérieure, responsable éditoriale de Géoconfluences - DGESCO, ENS de Lyon
Jean-Benoît Bouron, agrégé de géographie, responsable éditorial de Géoconfluences - DGESCO, ENS de Lyon.
Contributions de :
Jean-Louis Carnat
Laurent Carroué, inspecteur général de l’éducation, du sport et de la recherche, directeur de Recherche à l’IFG - Éducation nationale, Université Paris VIII
Anne-Sophie Clémençon, Historienne des formes urbaines et de l’architecture - Chercheuse-photographe associée au laboratoire « Environnement, Ville, Société », Université de Lyon.
Samuel Depraz, maître de conférences (HDR) en géographie-aménagement - Université Jean Moulin Lyon 3.
Étudiants de master de l'ENS de Lyon dirigés par Emmanuelle Boulineau
Auteurs des articles
Le vocabulaire de la géographie à travers des propositions de définitions de termes et de notions géographiques. Plus d'un millier d'entrées pour découvrir des mots, faire des liens, consolider ses connaissances, trouver des pistes bibliographiques... Ce glossaire est en perpétuelle amélioration. Les définitions ne comportant pas de date sont les plus anciennes.

Il existe 102 résultats dans Glossaire correspondant aux critères suivants : Supprimer le critèreLe développement durable, approches géographiques
Cadre logique
Méthode d'évaluation de projet qui repose sur la construction « logique » d'une matrice croisant : d'une part, la hiérarchie des objectifs d'un projet (finalités, objectifs spécifiques, réalisations envisagées, activités et moyens à mettre en œuvre) ; d'autre part, les indicateurs de suivi, les moyens de vérification et les hypothèses critiques. Cette méthode, d'abord utilisée par l'USAID (Agence des États-Unis pour le développement international) dès 1969, est à présent utilisée (...)
Capacité de charge d'un milieu
À l'origine, définie par les biologistes ou les agronomes pastoralistes, la capacité de charge désigne le nombre (maximum ou optimum selon les définitions) d'animaux qu'un territoire donné peut tolérer sans que la ressource végétale ou le sol ne subissent de dégradation irrémédiable. Plus généralement, la notion est largement utilisée en gestion des ressources naturelles.
À titre méthodologique, Virginie Cazes-Duvat a évalué la capacité de charge des espaces côtiers à (...)
Capital (naturel, social, humain)
La capital naturel peut désigner les actifs naturels relatifs à la production des ressources (le bois, l'herbe, les ressources animales, les ressources énergétiques), à l'assimilation des déchets, aux qualités environnementales indispensables à une vie durable sur la Terre (protection contre le rayonnement UV, qualité de l'air, de l'eau). Le capital naturel est en interaction avec :
- le capital social, qui dépend des caractéristiques de l'organisation sociale (réseaux, valeurs, (...)
Carbone (marché, taxe, empreinte, bilan ...)
Le carbone est à tous les carrefours, politiques et médiatiques, des problématiques environnementales. Ce qui correspond bien entendu aux dynamiques enclenchées par le protocole de Kyoto, mais aussi (et surtout parfois), d'une manière souvent plus implicite, à la quête d'indépendance énergétique et au souci d'économiser des ressources épuisables et importées. Les mesures et les dispositifs adoptés à court ou à plus long terme sont appelés à avoir des impacts sur les choix individuels (...)
Catastrophisme
La communication médiatique des problèmes environnementaux adopte bien souvent des stratégies catastrophistes réputées accrocheuses et donc vendeuses : inondations, déforestations, dégel de la banquise, sécheresses et famines, incendies de forêt et autres ravages. Alors qu'il est peu question des événements inverses qui peuvent être favorables. Certaines grilles de lecture événementielle sont prises comme des évidences que rien ne saurait perturber : le réchauffement climatique, la (...)
Certification
La certification est un processus de vérification confié à un organisme tiers accrédité et impartial pour attester qu’un service, un produit ou un processus sont conformes aux spécifications énoncées dans un cahier des charges.
Ainsi, si certification et accréditation sont deux procédures de vérification, l’accréditation vérifie des compétences alors que la certification vérifie une conformité à un cahier des charges (document visant à définir au préalable les (...)
Charte française de l'environnement
Le 1er juin 2004, les députés de l'Assemblée nationale ont adopté une Charte de l'environnement inscrite dans le préambule de la Constitution de la Ve république révisée pour la première fois depuis 1958. À égalité des droits de l'homme et du citoyen de 1789 et des droits économiques et sociaux de 1946, elle consacre le droit de chacun à "vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé". La principale innovation du texte, mais aussi la plus controversée, porte sur (...)
Climat, réchauffement, changement et variabilité climatiques
Le système climatique est un système extrêmement complexe dont les éléments (atmosphère, hydrosphère, cryosphère, géosphère, biosphère dont les sociétés humaines) sont en interaction. Il évolue dans le temps sous l’effet de ses propres éléments dynamiques internes et en raison de forçages (contraintes) externes tels que les variations orbitales, l’évolution et les cycles solaires, les éruptions volcaniques majeures et de forçages anthropiques tels que la modification de la (...)
Commerce équitable
Le commerce équitable peut contribuer au développement durable en proposant de meilleures conditions commerciales aux producteurs marginalisés, essentiellement dans les pays du Sud. Né de la volonté d'adopter des règles "équitables", par opposition au fonctionnement actuel du marché mondial, le commerce équitable comporte trois dimensions :
- une dimension commerciale, avec une aide au renforcement financier, technique et opérationnel des organisations de producteurs du Sud,
- une (...)
Commerce éthique
Le commerce éthique garantit que les producteurs, les distributeurs et leurs salariés travaillent dans le respect des droits de l’homme, des normes fondamentales de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) et éventuellement de critères de protection de l’environnement.
Mais en l'absence de critères de définition, tout acteur économique soucieux de minimiser certains des manquements du commerce conventionnel vis-à-vis de ces aspects sociaux ou environnementaux, peut qualifier sa (...)
Commerce solidaire
Le commerce solidaire permet au consommateur de soutenir par son achat une organisation de solidarité, par exemple, une entreprise d’insertion qui embauche un personnel habituellement marginalisé du marché de l’emploi.. Le commerce solidaire relève de l’économie sociale et solidaire.
Ses critères de définition sont moins globaux que ceux du commerce équitable car il n’y a pas de contrôle rigoureux de l’ensemble des modalités de production et de distribution, mais seulement une (...)
Conservation
La conservation est une démarche de protection de la nature.
En français, la conservation promeut une gestion raisonnée de la nature, en conscience des équilibres naturels, dans le respect des rythmes de renouvellement des milieux, selon un usage raisonnable des ressources. C'est donc une protection qui inclut l'intervention humaine, à la différence de la préservation.

Dans le monde anglophone, le mot conservation est devenu aujourd'hui le terme générique signifiant, à (...)
Continent de plastiques
Voir l'article soupe (de plastiques)(...)
Conventions internationales
Les conventions de l'ONU engagent les pays signataires. Parmi celles qui concernent, d'une manière ou d'une autre, le développement durable :
La Convention de Ramsar Voir Ramsar (convention de)
La Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel Adoptée le 16 novembre 1972 par l'ONU, cette convention est à l'origine de la mise en place de la liste du patrimoine mondial, sous l'égide de l'UNESCO. 
Voir Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO
(...)
Copenhague (accord de)
Les États signataires du traité de Rio se réunissent à intervalles réguliers dans des Conférences des Parties (CDP - Conference of Parties - COP), à la fois organes institutionnels et forums de discussion et de négociation. La quinzième COP a eu lieu à Copenhague du 7 au 18 décembre 2009 dans le but de débattre de la suite à donner au protocole de Kyoto après 2012, à l’expiration de la première période d’engagement. La recherche d'un accord mondial s'est avérée délicate.
Si (...)
Cycle du produit
Le cycle du produit classique se décompose en quatre phases, effectuant le lien entre le degré de technologie du produit, les quantités produites et le temps. En phase initiale, le produit lancé intègre les coûts de recherche et de mise au point. En avançant dans le temps, le produit se banalise et il est produit de plus en plus largement, jusqu'à devenir obsolète et disparaitre progressivement au profit de produits nouveaux. Pour les hautes technologies, le cycle se raccourcit. Les besoins de (...)
Déchet
Un déchet est un objet, ou une certaine quantité d'objets, qui a une valeur nulle ou négative pour son propriétaire. Celui-ci est prêt à s'en séparer gratuitement ou à payer pour en être débarrassé. Le déchet est une donnée sociale : alors que la nature fonctionne en cycles, et qu'une grande partie de l'humanité minimise ses déchets par réparation, réemploi ou recyclage, une petite partie de l'humanité produit une grande partie des déchets. Le fait de considérer quelque chose comme (...)
Décroissance
La décroissance est un concept politique, économique et social qui remet en cause l’idée selon laquelle l’augmentation des richesses produites conduit à l’augmentation du bien-être social. La théorie économique de la décroissance vise donc à réduire la production de biens et de services afin de préserver l'environnement. Elle se distingue des modèles de croissance économique et de développement durable (Nicholas Georgescu-Rogen, l'un des fondateurs du courant de la décroissance dans (...)
Désastre
La notion de désastre désigne d’abord un événement de fréquence rare mais d’intensité de dommage comparativement élevée.
C’est la définition que propose le CRED. Le désastre y correspond à tout événement ayant provoqué au moins 10 morts et/ou 100 sinistrés et/ou le recours à une aide extérieure à la collectivité locale. Les deux premiers critères précisent le seuil d’intensité de dommage retenu, le troisième attire l’attention sur le fait que le désastre dépasse (...)
Désertification
La Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification définit la dégradation des terres comme la diminution ou la disparition, dans les zones arides, semi-arides et subhumides, de la productivité biologique ou économique du fait de l’affectation des terres par un ou plusieurs phénomènes tels que : l’érosion des sols par le vent et/ou l’eau, la dégradation de leurs propriétés, et la disparition à long terme de la végétation naturelle. Man and Biosphere (MAB) et (...)

Actions sur le document

Affiner les résultats par :