Vous êtes ici : Accueil / Glossaire

Glossaire

Publié le 13/12/2012
Auteur(s) : Sylviane Tabarly, professeure agrégée de géographie, responsable éditoriale de Géoconfluences de 2002 à 2012 - Dgesco et École normale supérieure de Lyon
Marie-Christine Doceul, professeure de chaire supérieure, responsable éditoriale de Géoconfluences - DGESCO, ENS de Lyon
Jean-Benoît Bouron, agrégé de géographie, responsable éditorial de Géoconfluences - DGESCO, ENS de Lyon.
Contributions de :
Jean-Louis Carnat
Laurent Carroué, inspecteur général de l’éducation, du sport et de la recherche, directeur de Recherche à l’IFG - Éducation nationale, Université Paris VIII
Anne-Sophie Clémençon, Historienne des formes urbaines et de l’architecture - Chercheuse-photographe associée au laboratoire « Environnement, Ville, Société », Université de Lyon.
Samuel Depraz, maître de conférences en géographie-aménagement - Université de Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3.
Étudiants de master de l'ENS de Lyon dirigés par Emmanuelle Boulineau
Auteurs des articles
Le vocabulaire de la géographie à travers des propositions de définitions de termes et de notions géographiques. Plus d'un millier d'entrées pour découvrir des mots, faire des liens, consolider ses connaissances, trouver des pistes bibliographiques... Ce glossaire est en perpétuelle amélioration. Les définitions ne comportant pas de date sont les plus anciennes.

Il existe 43 résultats dans Glossaire correspondant aux critères suivants : Supprimer le critèreLes relations nature-sociétés face au changement global
Espaces-déchets, wastelands et junkspaces
Les wastelands, espaces-déchets, ne représentent pas seulement les espaces sacrifiés pour l’entassement et le traitement des déchets, c’est-à-dire les décharges, mais plus généralement les espaces qui sont consommés comme des produits puis « jetés » après usage.
Les géographes Marie-Noëlle Carré et François-Michel Le Tourneau, qui se sont intéressés au cas des wastelands nord-américains et en ont proposé la traduction française « espaces-déchets », ont montré que (...)
Espèce porte-drapeau, espèce-phare, espèce parapluie
Une espèce porte-drapeau ou espèce-phare (flagship species) est une espèce emblématique bénéficiant d’une représentation positive de la part du grand public et facilitant la mobilisation en faveur de la protection de son habitat. L’une des premières utilisations du mot concerne les tortues de mer (Frazier, 2005). On parle aussi à propos de ces espèces d’un charisme non humain (Lorimer, 2007). On peut citer le panda et les grands singes pour les forêts équatoriales et tropicales, (...)
Formation végétale
Une formation végétale est une communauté de végétaux caractéristique d'un écosystème ou d'un biome. Terme englobant, la formation végétale peut être reconnue facilement à la vue d'un paysage, sans analyse poussée, selon l'importance et la taille des types de végétaux qui la composent : herbes, buissons, arbustes, arbres... On distingue ainsi, parmi les types de formation les plus courants, la prairie, la forêt, la savane, la taïga, la steppe... Une formation (...)
Géosystème
Le géosystème est un système spatialisé dynamique formé d'un ensemble d'éléments (naturels et anthropiques) interconnectés qui sont en interrelations. Forme d'analyse spatiale développée par la science géographique russe et introduite en France par Georges Bertrand (années 1970), il s'inspire des écosystèmes des biologistes mais prend en compte la place et le rôle de l'homme. 
Géosystème paysager Pour les géographes de Besançon, le paysage se lit à travers un filtre (...)
Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC - Intergovernmental Panel on Climate Change - IPCC)
Le GIEC, fondé en 1988 dans le cadre de l'ONU et à la demande du G7, par l'Organisation Météorologique Mondiale (OMM) et par le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE), rassemble des groupes d'experts dont le rôle est d'évaluer les informations scientifiques, techniques et socio-économiques pour analyser, comprendre et prévenir les risques de changements climatiques imputables à l'homme. Il joue un rôle central dans les négociations internationales sur le changement (...)
Habitat écologique
L'habitat, au sens des écologues, désigne les espaces de vie des espèces animales ou végétales. Un même écosystème peut fournir un habitat à de nombreuses espèces différentes. 
Par souci de biodiversité, leur protection peut s'imposer lorsqu'il s'agit d'espèces menacées, d'autant que la disparition d'espèces est probablement davantage le résultat de la destruction de leur habitat que des prélèvements d'individus. D'où des pratiques d'inventaire et la délimiation de zones de (...)
Hydrosystème fluvial
L'hydrosystème fluvial est un concept systémique se rapportant à un tronçon de cours d’eau incluant le lit mineur, le lit majeur, la nappe phréatique et les milieux aquatiques et riverains qu’ils contiennent, au sein du bassin versant. Ce concept interdisciplinaire met l’accent sur les flux d’eau, d’énergie, de sédiments, de nutriments, d’organismes vivants et de matière organique dans quatre dimensions :

- longitudinale : des montagnes aux embouchures ;
- (...)
Hypothèse Gaïa
L’hypothèse Gaïa est une hypothèse posée dans les années 1960 par James Lovelock, alors chimiste de l’atmosphère. Elle postule que l’interaction de l’ensemble des organismes vivants maintiendrait des conditions optimales à la vie sur terre.
Cette hypothèse provoque de nombreuses controverses scientifiques. Suite au premier ouvrage « grand public » de Lovelock, publié en 1979, Dawkins, et plusieurs de ses collègues néo-darwiniens spécialistes des sciences de l’évolution ont (...)
Inégalité, inégalités sociales
Les inégalités sociales sont l'une des grandes grilles d'analyse de la géographie. La géographie des inégalités n'est pas en soi une branche de la géographie mais un angle particulier de l'étude des rapports des sociétés à leur espace. Qu’on s’intéresse aux relations des sociétés à leur milieu ou bien à la géographie culturelle, l’étude des inégalités s’avère souvent une piste d’analyse pertinente. Si l’observation des écarts de richesse entre les classes sociales est (...)
Mangrove
La mangrove est constituée par l’association de plantes arborescentes ou arbustives regroupées sous le terme de palétuviers et qui se développent dans la zone de balancement des marées en régions intertropicales.
Ainsi, entre 25°N et 25°S, les mangroves colonisent presque 75% de la côte en situation abritée de la houle, des deltas, des estuaires, couvrant une surface estimée à 182 000km². Localement, elles peuvent se maintenir jusqu’à 32°N et 28°S sous l’effet de courants (...)
Niveau de la mer (élévation)
Quels pourraient être les effets d'un réchauffement climatique sur le niveau de la mer et sur les littoraux ?
Le niveau moyen de la mer se serait élevé au rythme de 1 à 2 mm par an depuis le début du XXe siècle, soit 15 cm sur le siècle, selon le premier rapport du "Groupe intergouvernemental d'experts sur le changement climatique" (GIEC - Intergovernmental Panel on Climate Change - IPCC) en 1995 et les scientifiques s'attendraient à une remontée du niveau de la mer comprise entre 20 et (...)
Organisation non gouvernementale (ONG)
Les Organisations non gouvernementales (ONG) sont des acteurs importants du monde contemporain. Le terme regroupe un très vaste spectre d'associations, d'organisations, de fondations dont les dimensions sont extrêmement variables. L’Union des Associations Internationales en recense 70 691, dans un immense fourre-tout, sans qu’aucun dénominateur commun ne puisse être dégagé entre elles (voir la liste), sauf peut-être d’être à but non lucratif.
On distingue parfois les ONG (...)
Polder, poldérisation, dépoldérisation
Le polder est un « espace clos, conquis sur les eaux au moyen d’endiguements, puis asséché par le drainage à des fins traditionnellement agricoles. [...] un polder – puisqu’il peut se voir envahi par les eaux marines – n’a donc pas vu sa surface rehaussée par le remblaiement, à la différence des terres-pleins industriels japonais conquis sur la mer et improprement appelés « polders industriels » (Goeldner-Gianella et Verger, 2009). 
La poldérisation, l'assèchement de (...)
Produits forestiers non ligneux (PNFL)
Les Produits Forestiers Non Ligneux (PNFL), sont des produits forestiers collectés sans qu'il soit nécessaire d'abattre des arbres : résines, fruits, lianes... Leur récolte peut revêtir un rôle très important dans les systèmes vivriers, en particulier pendant la période de soudure. 
Pour compléter :
- Mohamed Lamine NDAO, « Cueillir pour survivre, un exemple d’adaptation à la crise agricole et sociale dans la commune de Niaguis (Ziguinchor, Sénégal) », (...)
Référence (en écologie)
La référence utilisée pour guider les actions de restauration écologique peut être historique (retour à l’état « naturel » du milieu, avant dégradation), spatiale (un milieu de même type mais non dégradé pris comme modèle) ou écologique (définition d’objectifs améliorant la fonctionnalité et la structure des écosystèmes). Une restauration peut aussi cibler des services que les milieux assurent et qui sont utiles aux sociétés (nourriture, renouvellement d’eau de surface et (...)
Réserve Légale (Brésil)
la Réserve Légale correspond, au Brésil, à un pourcentage de chaque propriété foncière dont la végétation doit être maintenue, et qui ne peut pas faire l’objet d’une coupe rase. Si elle comporte des restrictions d’usage, il est possible d’y réaliser des activités économiques (collecte de Produits Forestiers Non Ligneux ou exploitation forestière durable) : elle n’est donc pas à proprement parler une zone gelée. À l’origine, 25 % de la végétation existante sur les (...)
Restauration (écologique, hydromorphologique)
La restauration écologique est l'ensemble des mesures visant à améliorer la qualité et le fonctionnement écologique d’un milieu « naturel » dégradé par l’homme. Par exemple, en Europe, la Directive-Cadre sur l’Eau 2000/60/CE a apporté une forte impulsion dans le domaine de la restauration des rivières, lacs et eaux souterraines en fixant comme objectif l’atteinte du « bon état écologique » en 2015, avec la possibilité de reports en 2021 voire 2027. La restauration des rivières (...)
Savane
La savane est une formation végétale caractéristique du climat tropical à deux saisons. Il s'agit aussi de l'un des grands biomes terrestres. Contrairement à la steppe, la savane est une formation végétale fermée, c'est-à-dire recouvrant entièrement le sol. Elle est dominée par les herbacées mais les végétaux ligneux n'en sont pas absents.
La savane peut-être climacique (apparue avec les conditions climatiques actuelles) ou secondaire (liée à l'action anthropique, par exemple (...)
Soudure
Dans les sociétés reposant sur une économie vivrière et une agriculture familiale, la soudure désigne la période qui précède la récolte et pendant laquelle la récolte précédente a été écoulée. Hier comme aujourd'hui, elle est une période délicate au cours de laquelle il est indispensable de diversifier l'approvisionnement alimentaire (par exemple avec les produits de l'élevage ou de la cueillette) ; tout aléa climatique venant retarder la récolte pouvant s'avérer critique.(...)
Sphères du conflit environnemental
D’après Lionel Laslaz (2016), les espaces d'un conflit environnemental s'inscrivent dans différentes sphères. La sphère de proximité concerne l'espace concerné par un projet ou un équipement, éventuellement occupé par une ZAD. La sphère de concernement se déploie à l'échelle de la commune ou des communes alentour, où s'expriment en général les violences les plus fortes, hors des grandes manifestations dans les pôles urbains proches. On repère ensuite une sphère de l'intéressement, (...)

Actions sur le document