Vous êtes ici : Accueil Glossaire

Glossaire

Publié le 13/12/2012
Auteur(s) : Sylviane Tabarly, professeure agrégée de géographie, responsable éditoriale de Géoconfluences de 2002 à 2012 - Dgesco et École normale supérieure de Lyon
Marie-Christine Doceul, professeure de chaire supérieure, responsable éditoriale de Géoconfluences - DGESCO, ENS de Lyon
Jean-Benoît Bouron, agrégé de géographie, responsable éditorial de Géoconfluences - DGESCO, Université de Lyon, ENS de Lyon.
Contributions de :
Jean-Louis Carnat
Laurent Carroué, inspecteur général de l’éducation, du sport et de la recherche, directeur de Recherche à l’IFG - Éducation nationale, Université Paris VIII
Anne-Sophie Clémençon, Historienne des formes urbaines et de l’architecture - Chercheuse-photographe associée au laboratoire « Environnement, Ville, Société », Université de Lyon.
Samuel Depraz, maître de conférences en géographie-aménagement - Université de Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3.
Étudiants de master de l'ENS de Lyon dirigés par Emmanuelle Boulineau
Auteurs des articles
Le vocabulaire de la géographie à travers des des propositions de définitions de termes et de notions géographiques. Plus d'un millier d'entrées pour découvrir des mots, faire des liens, consolider ses connaissances, trouver des pistes bibliographiques... Ce glossaire est en perpétuelle amélioration. Les définitions ne comportant pas de date sont les plus anciennes.

Il existe 95 résultats dans Glossaire correspondant aux critères suivants : Supprimer le critèreOcéans et mondialisation
 Halieutique
Du grec halieutikos, qui a trait à la pêche, le terme qualifie toutes les activités relevant de la pêche sous toutes ses formes, professionnelle ou de loisirs, en eau douce ou marine. Selon certains auteurs, la filière halieutique peut s'étendre aussi à la production aquatique.
Voir :
- Yvanne Bouvet, Le parcours de la mer à l’assiette : présentation de la filière halieutique dans le monde, Géoconfluences, 2014
Mise à jour : juillet 2014(...)
 Halophile
Ensemble de plantes terrestres supérieures tolérant le sel, donc supportant la submersion par les pleines mers. Les plantes halophiles s'installent à la frange supérieure des estrans pendant les années dépourvues de très grandes marées. Elles sont surtout constitutives des prés salés, dont elles fixent les matériaux.(...)
 Haute mer
Selon le droit de la mer, la haute mer est la partie de la mer située en dehors des zones de souveraineté et des ZEE des États côtiers. La haute mer comprend les eaux situées au-dessus du plateau continental juridique au-delà de la limite des 200 milles nautiques.
En théorie, la haute mer n'appartient à personne (principe « res nullius »), parce que nul n'a le droit de s'approprier ce qui de ce point de vue pourrait tout aussi bien être la propriété d'un autre. En pratique, c'est un (...)
 Houle
La houle est un mouvement ondulatoire de la surface de la mer qui se propage sur de longues distances, indépendamment du vent local qui lui a donné naissance. Elle est caractérisée par une période plus régulière et plus longue, et par des crêtes plus aplaties que celles des vagues existant dans la zone d'action du vent (zone de fetch). Le profil des oscillations de la houle est approximativement sinusoïdal, ce qui permet de définir des crêtes, des creux, une amplitude, une longueur d’onde et (...)
 Hydrolienne
L’énergie hydrolienne est produite par l’énergie des courants qui sont concentrés dans certains endroits près des côtes. Elle en est au stade expérimental.
On appelle aussi hydroliennes les machines posées au fond et dotées d'une turbine qui utilise les courants puissants.(...)
 Hydrosphère
L’hydrosphère (du grec hydros, eau) est l’ensemble des eaux qui enveloppent le globe terrestre sous les trois formes : liquide, solide et gazeuse, soit 1 406 000 km³. Elle est composée à 97.2 % d’eau salée présente dans les mers et océans. L’eau salée des continents ne compte que pour 0.01 % des eaux continentales.
Les 2.79 % d'eau douce, sont stockées pour les ¾ sous forme de glaces et pour ¼ dans les eaux souterraines profondes. L’eau atmosphérique et les eaux de surface ne (...)
 Ichtyophage
Ce terme désigne le fait de consommer du poisson ou ichtyofaune. L’ichtyophagie se mesure par la quantité de produits de la mer consommée en kg, par an et par habitant. La disponibilité halieutique moyenne (DAH) est de 16 kg/an/h dans le monde.
L’ichtyophagie est une réalité plurifactorielle où se combinent des données naturelles (la proximité des ressources) et les pratiques culturelles.
Les modes de consommation varient d’une région du monde à l’autre. L’Amérique (...)
 Krill
Nom générique, d'origine norvégienne, utilisé pour désigner des espèces de crustacés planctoniques qui ont l'apparence de petites crevettes pouvant atteindre jusqu'à cinq centimètres de long, notamment Euphausia superba.  Ces espèces pélagiques qui pullulent dans l'océan Antarctique constituent la part prépondérante de l'alimentation des cétacés. Elles existent aussi en Arctique où elles font l'objet de pêches spéciales, notamment en Norvège, pour la fabrication de farines riches en (...)
 Lagon
Étendue d'eau en liaison restreinte avec la mer, et presque totalement fermée par une barrière corallienne. Ce terme est l'une des deux traductions françaises de l'anglais lagoon, qui a le double sens de lagon et de lagune.

Voir la page "corpus documentaire" du dossier Espaces littoraux(...)
 Laisses (de haute et de basse mer)
La laisse de haute mer correspond au point atteint par le plus haut flot sur l'estran, la laisse de basse mer correspond au point atteint par la plus grande marée basse sur l'estran.(...)
 Littoralisation
Processus fréquemment observé de concentration des populations et des activités humaines le long ou à proximité des littoraux.
Il est sous-tendu par deux grandes logiques d'attractivité :
- logique de l'ordre de la production matérielle qui vise à la recherche d'une efficacité économique croissante liée à la mondialisation des échanges et permise en particulier par la révolution des transports maritimes et terrestres,
- logique de récréation, de recherche d'aménités (...)
 Mangrove
La mangrove est constituée par l’association de plantes arborescentes ou arbustives regroupées sous le terme de palétuviers et qui se développent dans la zone de balancement des marées en régions intertropicales.
Ainsi, entre 25°N et 25°S, les mangroves colonisent presque 75% de la côte en situation abritée de la houle, des deltas, des estuaires, couvrant une surface estimée à 182 000km². Localement, elles peuvent se maintenir jusqu’à 32°N et 28°S sous l’effet de courants (...)
 Marchandises (trafic de)
Le trafic maritime de marchandises se décompose généralement en trois grandes masses :
− les marchandises diverses : conteneurs, remorques, palettes, fûts, caisses, tubes, sacs, colis, produits manufacturés…
− les vracs : marchandises non emballées et non arrimées constituant généralement la cargaison homogène d'un navire. Il existe deux sortes de vracs. Les vracs liquides sont principalement des produits pétroliers et chimiques, du gaz, ou des liquides alimentaires. (...)
 Marée
Les marées sont des variations du niveau de la mer dues principalement aux actions combinées de la lune et du soleil.
On distingue l'espace infratidal (de l'adjectif anglais tidal signifiant « relatif à la marée  »), situé au-dessous du niveau de la basse-mer, l'espace intertidal situé entre la basse et la pleine mer (ou estran ), et l'espace supratidal, situé au-dessus du niveau de la pleine mer.
L'amplitude de la variation de niveau est quantifiée par des coëfficients de (...)
 Marina
En France, la marina désigne un ensemble architectural construit sur le littoral, composé de logements et services de loisirs construits autour d'un port de plaisance. L'exemple le plus abouti est la marina de Port-Grimaud (Var).
À l'étranger, le terme "marina" désigne un port de plaisance. La mondialisation de la plaisance conduit à une multiplication des marinas sur les littoraux du monde.
Voir :
- Anne Gaugue, La conquête plaisancière de la haute mer, Géoconfluences, (...)
 Maritime (transport) et ports
Les transports par voie maritime ont été les premiers à jouer un rôle essentiel dans les processus de mondialisation des économies et des sociétés de la planète.
L'organisation spatiale des réseaux maritimes repose sur des lignes (ou routes) maritimes et sur des ports (nœuds ou pôles des réseaux). L'exploitation et l'équipement sont entre les mains des armateurs et des armements. Objectifs et fonctionnements des armements sont très diversifiés, leur degré d'intégration dans les (...)
 Maritimes (frontières)
La définition de frontières et de délimitations en milieu maritime a des enjeux considérables du point de vue du partage des ressources (halieutiques, énergétiques, minières) et de la gestion des droits de passage. La situation est d'autant plus complexe lorsque les espaces auxquels deux ou plusieurs États adjacents peuvent prétendre se chevauchent. Par ailleurs, les progrès réalisés par les technologies d'exploitation off shore des ressources, la pression croissante sur ces dernières, (...)
 Maritimisation/démaritimisation
La maritimisation est un processus d'accroissement des échanges internationaux par voie maritime qui s'accélère depuis les années 1970. En effet, le trafic maritime mondial est passé de 2,6 milliards de tonnes en 1970 à 8.7 milliards de tonnes en 2011. Quand le taux de croissance de l'économie mondiale se situe autour de 3 % en 2009, la croissance des flux commerciaux s'élève à 5 % et celle du transport maritime à 7 %.
L'abaissement du coût et des temps du transport maritime est à (...)
 Maritimité
Apparue au début des années 1990, la notion de maritimité désigne les façons de s'approprier la mer : les relations professionnelles, culturelles, récréatives, sportives entre les sociétés et la mer .. Ces relations incluent bien sûr les représentations collectives, les préférences, les perceptions dont les groupes sociaux sont porteurs : les images que les populations se font de ces milieux, les idées des ressources qu’ils peuvent offrir ou des plaisirs qu’ils peuvent procurer, et les (...)
 Marnage
C'est la différence de hauteur d'eau, observée ou calculée, en un lieu et pour un jour donné entre le niveau de pleine mer et le niveau de basse mer. Il ne doit pas être confondu avec l'amplitude de la marée.
Sa valeur varie considérablement selon les rivages. Des valeurs exceptionnelles se rencontrent dans les golfes ou fonds de baie, ouverts sur des mers bordières également ouvertes sur les océans : en baie de Fundy dans les Provinces maritimes du Canada (20 m), dans l'estuaire de la (...)
Actions sur le document