Vous êtes ici : Accueil Glossaire

Glossaire

Publié le 13/12/2012
Auteur(s) : Sylviane Tabarly, professeure agrégée de géographie, responsable éditoriale de Géoconfluences de 2002 à 2012 - Dgesco et École normale supérieure de Lyon
Marie-Christine Doceul, professeure de chaire supérieure, responsable éditoriale de Géoconfluences - DGESCO, ENS de Lyon
Jean-Benoît Bouron, agrégé de géographie, responsable éditorial de Géoconfluences - DGESCO, Université de Lyon, ENS de Lyon.
Contributions de :
Jean-Louis Carnat
Laurent Carroué, inspecteur général de l’éducation, du sport et de la recherche, directeur de Recherche à l’IFG - Éducation nationale, Université Paris VIII
Anne-Sophie Clémençon, Historienne des formes urbaines et de l’architecture - Chercheuse-photographe associée au laboratoire « Environnement, Ville, Société », Université de Lyon.
Samuel Depraz, maître de conférences en géographie-aménagement - Université de Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3.
Étudiants de master de l'ENS de Lyon dirigés par Emmanuelle Boulineau
Auteurs des articles
Le vocabulaire de la géographie à travers des des propositions de définitions de termes et de notions géographiques. Plus d'un millier d'entrées pour découvrir des mots, faire des liens, consolider ses connaissances, trouver des pistes bibliographiques... Ce glossaire est en perpétuelle amélioration. Les définitions ne comportant pas de date sont les plus anciennes.

Il existe 95 résultats dans Glossaire correspondant aux critères suivants : Supprimer le critèreOcéans et mondialisation
 Mer
La mer est un terme d'usage très courant et polysémique.
Au singulier et au pluriel, elle peut avoir un sens générique de vaste étendue d'eau salée incluant tous les océans et toutes les mers.
Elle peut aussi désigner seulement une fraction bien identifiée d'un océan. C'est en général une mer bordée par un rivage ou mer épicontinentale ou bordière, ainsi la mer du Nord ou la mer de Norvège, mais il existe des mers sans rivages, telle la mer des Sargasses. La mer se distingue (...)
 Mer Méditerranée
La Méditerranée a une superficie de 2,5 millions de km2. Étirée sur environ 4 000 km d'Est en Ouest depuis Tanger jusqu'à Beyrouth, elle est divisée en deux bassins par le seuil sicilo-tunisien, un seuil de 138 km entre le cap Bon et Marsala avec des profondeurs n'excédant pas 400 m. Ce cloisonnement entre l’est et l’ouest est accentué par les avances des plates-formes de Malte et de la Tunisie orientale. Le plus grand écart entre les deux rives de la Méditerranée n'est que de 800 km (...)
 Mille nautique ou mille marin international
Le mille nautique ou mille marin international est une unité de distance utilisée en navigation maritime ou aérienne. Il équivaut à 1 852 mètres, valeur correspondant en pratique à une minute d'arc terrestre mesuré à la latitude de l'Équateur, et à la 60e partie d'un degré de latitude (40 000 / 360 / 60 = 1,8518). Un nœud correspond à un mille marin par heure, soit 1 852 mètres par heure.
Au-delà de la navigation, le mille nautique est utilisé dans tous les réglements (...)
 Mondialisation
La mondialisation est l'ensemble des processus (socio-économiques, culturels, technologiques, etc.) facilitant la mise en relation des sociétés du monde entier.
Le terme « mondialisation » s'est imposé à partir des années 1980 même s'il a été employé en France pour la première fois dès 1904. Il se distingue de la « globalisation », anglicisme qui, en français, désigne plutôt la mondialisation financière.
La mondialisation est un processus continu d'intensification et (...)
 Convention de Montego Bay et droit de la mer
Le droit maritime international est d'origine coutumière et conventionnelle. Les « quatorze points du président Wilson », prononcé par celui-ci devant le congrès des États-Unis en 1918 pour préparer l'après-guerre, comprenaient dès le deuxième point la libre circulation maritime : « Une absolue liberté de navigation sur les mers, en dehors des eaux territoriales, en temps de paix, aussi bien qu'en temps de guerre, sauf si les mers doivent être en partie ou totalement fermées afin de (...)
 Niveau de la mer (élévation)
Quels pourraient être les effets d'un réchauffement climatique sur le niveau de la mer et sur les littoraux ?
Le niveau moyen de la mer se serait élevé au rythme de 1 à 2 mm par an depuis le début du XXe siècle, soit 15 cm sur le siècle, selon le premier rapport du "Groupe intergouvernemental d'experts sur le changement climatique" (GIEC - Intergovernmental Panel on Climate Change - IPCC) en 1995 et les scientifiques s'attendraient à une remontée du niveau de la mer comprise entre 20 et (...)
 Océan
L'Océan mondial couvre 70,8 % de la surface de la terre, soit 361 millions de km², pour un volume évalué à 1 332 millions de km³. Son étendue est répartie de façon très dissymétrique entre l'hémisphère austral très maritime avec ses 80,9 % de surfaces océaniques, et l'hémisphère boréal plus continental avec 60,7 % d'océans.
Les interrelations Océan-Terre sont permanentes, et comme l'a montré J-R Vanney dans son Introduction à la géographie de l'océan (1991), c'est l'Océan (...)
 Océanisme
La notion d'océanisme répond à celle de continentalisme. Toutefois, il est difficile de lui donner corps. En effet, les efforts diplomatiques pour rassembler les pays baignés par un même océan restent modestes.
La Commission de l’océan Indien créée en 1982 est une organisation francophone qui ne réunit que cinq pays). Beaucoup plus lourd est le forum économique de l’Apec (Asia-Pacific Economic Cooperation) né en 1989 : 21 membres, dont la Chine, les États-Unis et la Russie. Mais, (...)
 Organisation maritime internationale (OMI)
Née à Genève en 1948, l'OMCI (Organisation maritime consultative internationale), devenue OMI (ou IMO en anglais) en 1982, siège à Londres, en raison du rôle fondamental du Royaume-Uni dans le monde maritime international. Elle regroupe 170 Etats membres et 3 Etats associés. Des observateurs peuvent participer à ses travaux, ainsi l’International Chamber of Shipping (association internationale des armateurs) ou Greenpeace.
Cette agence spécialisée de l'ONU s'est consacrée à (...)
 Outre-mer
L'expression outre-mer désigne les terres situées au-delà des mers, par rapport à l'endroit où l'on se situe. Elle désigne aussi les territoires appartenant à des États européens mais situés hors des limites conventionnelles de l'Europe, le lieu de référence étant alors le territoire métropolitain, par rapport auquel ces espaces, souvent insulaires, sont situés « outre-mer ». Utilisé pour désigner directement ces espaces, le terme prend une majuscule. Les habitants de l'Outre-mer sont (...)
 Pavillon (en navigation)
Tout navire possède un pavillon qui résulte de l’enregistrement de ce bateau dans un État donné qui le contrôle et lui impose ses règles fiscales, sociales, environnementales, pénales à appliquer hors des mers territoriales (« droit du pavillon »). Ce pavillon est arboré à la poupe du navire dans les ports.
Après la seconde guerre mondiale, l’organisation du transport maritime international a été profondément transformée par la pratique de la libre immatriculation des navires (...)
 Pêche minotière
La pêche dite minotière, par opposition à la pêche alimentaire, est spécialisée dans la capture d’espèces transformées en farines, en huiles par les usines de réduction. On l’appelle aussi « pêche à finalité industrielle » (Carré, 2006). La pêche minotière se pratique avec des filets à petites mailles qui capturent de grandes quantités de poissons, principalement de petits pélagiques ; elle n'est pas sélective.
Sa production s’élève à 30 % des prises mondiales. Elle (...)
 Pêcherie
Une pêcherie consiste en un stock de ressources halieutiques d'un domaine géographique donné, exploité par une flottille donnée. Ainsi, la flotille de pêche française travaille la pêcherie du golfe de Gascogne, les pêcheries thonières de l’océan Indien, la pêcherie profonde.
Une pêcherie peut être monospécifique spécialisée dans la capture d’une seule espèce cible ou plurispécifique.

Une pêcherie durable, c’est un espace où le stock prélevé n’endommage (...)
 Pélagiques (espèces)
Les espèces pélagiques vivent en haute mer (pélagos en grec). En font partie les « poissons bleus », qui passent leur vie en pleine mer, à proximité de la surface et sont essentiellement planctonophages. On y trouve les petits pélagiques tels que les sardines, anchois, lançons, harengs, … et les grands pélagiques comme les thonidés, les espadons, les requins.
La production de pélagiques représente 45 % des productions mondiales, dont la moitié de petits pélagiques très présents (...)
 Phytoplancton
C’est l’ensemble des organismes du plancton appartenant au règne végétal, de taille très petite ou microscopique, qui vivent en suspension dans l'eau. Le phytoplancton comprend de nombreuses espèces de micro-algues et de diatomées.
La quantité de phytoplancton dépend de la disponibilité en nutriments, de la température et de la lumière de l’eau de mer. Il est donc surtout présent dans les eaux froides et côtières soumises aux apports humains, et dans les eaux de surface. Il (...)
 Piraterie
La piraterie maritime est aussi ancienne que la navigation. Elle signe son retour dans les années 1990, avec la fin de la Guerre froide : après avoir frappé l’Asie orientale puis la Somalie, elle est de nouveau très active en Asie du Sud-Est. Avec 106 attaques recensées, contre 15 en 2009, l’Indonésie est redevenue en 2013 le pays le plus touché par les abordages. Elle est sans doute appelée à durer, favorisée par le passage de routes commerciales, l’existence de cachettes sur les côtes (...)
 Plaisance
La plaisance est un mode de navigation pratiqué exclusivement à titre de loisir (voile ou moteur).
Elle a connu un essor considérable depuis 40 ans. La flottille de plaisance immatriculée en France est ainsi passée de 40 000  unités au début des années 1960 à 158 000 en 1970, 550 000 en 1980, 775 000 en 1990 et environ 940 000 en 2010. Le nombre de bateaux en état de naviguer est sans doute inférieur. Les bateaux à moteur représentent 75 % du total des navires immatriculés. La (...)
 Plate-forme continentale ou plateau continental
La plate-forme continentale ou plateau continental est un replat marin à pente faible, compris entre le littoral et le talus continental qui plonge vers des profondeurs voisines de 200 m. Sa largeur peut osciller de quelques kilomètres à plus de 1 000 km. Son modelé hérité de formes terrestres immergées est soumis à l’accumulation sédimentaire. 
Il s’agit de l’ancienne étendue des continents engloutis lors des périodes de transgression marine et entaillée par les tracés des (...)
 Rangée portuaire (range)
Une façade maritime peut être appelée « rangée portuaire » (ou parfois « rangée maritime ») quand certaines conditions sont réunies, comme le recouvrement au moins partiel des aires de desserte continentale, l'insertion dans des services communs de lignes régulières à escales multiples intra-régionales, l'harmonisation des régimes douaniers et des rythmes de trafic portuaire entre les ports ; l'ensemble témoignant d'un processus d'intégration régionale (Vigarié, 1979).
On peut (...)
 Récif corallien
Récif formé par la construction, par des animaux et des végétaux, à peine au-dessous du niveau des hautes mers, d'une masse solide dont les parties dures sont calcaires.
Le récif barrière est un type de récif corallien construit nettement en avant des terres émergées non coralliennes sur le prolongement sous-marin desquelles il est installé. Le récif barrière est séparé de la terre ferme par un lagon dont le fond n'est pas, en principe, constitué de corail mort en place, mais de (...)
Actions sur le document