Vous êtes ici : Accueil / Glossaire

Glossaire

Publié le 13/12/2012
Auteur(s) : Sylviane Tabarly, professeure agrégée de géographie, responsable éditoriale de Géoconfluences de 2002 à 2012 - Dgesco et École normale supérieure de Lyon
Marie-Christine Doceul, professeure de chaire supérieure, responsable éditoriale de Géoconfluences - DGESCO, ENS de Lyon
Jean-Benoît Bouron, agrégé de géographie, responsable éditorial de Géoconfluences - DGESCO, ENS de Lyon.
Contributions de :
Jean-Louis Carnat
Laurent Carroué, inspecteur général de l’éducation, du sport et de la recherche, directeur de Recherche à l’IFG - Éducation nationale, Université Paris VIII
Anne-Sophie Clémençon, Historienne des formes urbaines et de l’architecture - Chercheuse-photographe associée au laboratoire « Environnement, Ville, Société », Université de Lyon.
Samuel Depraz, maître de conférences en géographie-aménagement - Université de Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3.
Étudiants de master de l'ENS de Lyon dirigés par Emmanuelle Boulineau
Auteurs des articles
Le vocabulaire de la géographie à travers des propositions de définitions de termes et de notions géographiques. Plus d'un millier d'entrées pour découvrir des mots, faire des liens, consolider ses connaissances, trouver des pistes bibliographiques... Ce glossaire est en perpétuelle amélioration. Les définitions ne comportant pas de date sont les plus anciennes.

Il existe 25 résultats dans Glossaire correspondant aux critères suivants : Supprimer le critèreGéographie de l'école, géographie à l'école
Acteurs spatiaux, action spatiale
Les acteurs sont, en géographie, l'ensemble des agents (individus, groupes de personnes, organisations) susceptibles d'avoir, directement ou indirectement, une action sur les territoires. Leurs échelles vont de l'individu à l'État et aux structures transnationales, en passant par les entreprises, les collectivités locales, les associations, etc. Ils ont leurs représentations mentales et patrimoniales, leurs pratiques socio-spatiales des territoires ; leurs intérêts, leurs objectifs et donc leurs (...)
Altérité
L'altérité est un concept culturel qui renvoie à l'autre et à l'ailleurs.
Selon l'Équipe MIT, le concept d'altérité appliqué au champ du tourisme permet « l’exploitation dynamique d’un différentiel d’identité géographique ou social à travers la mise en relation d’un individu avec des lieux ou des individus qui lui sont autres, dans un processus de mobilité. L’altérité est relative à un capital spatial accumulé au cours des déplacements. Elle exprime toutes les facettes (...)
Anthropocène
N. B. : Cette entrée a été partiellement reprise dans la Notion à la une de septembre 2017 : Anthropocène, plus développée et détaillée.
Au sein de l’Holocène, dernière époque géologique du Quaternaire qui commence après la dernière glaciation et qui dure depuis 10 000 ans, l’Anthropocène peut être considéré comme l'époque de l'histoire de la Terre au cours de laquelle les activités humaines ont un impact significatif et global sur le système planétaire. 
Ce (...)
Assignation, injonction spatiale
En sciences sociales, l’assignation correspond au rôle ou aux rôles qui sont attribués à un groupe social en fonction des représentations majoritaires, c'est-à-dire en fonction d’une norme. Ce groupe social ou cette minorité doit se conformer au rôle qui lui est assigné sous peine d’être considéré comme sortant de la norme. Le terme est proche de celui d'injonction sociale.
Les études sur les minorités raciales ou ethniques utilisent le terme pour revendiquer la possibilité de (...)
Balade urbaine, balade virtuelle
Une balade urbaine est une sortie de terrain dans un espace de dimension réduite (généralement un quartier urbain), réalisée dans un but pédagogique, scientifique ou de médiation culturelle. La balade virtuelle repose sur le même principe mais s’appuie sur des outils numériques tels que les webcams ou les photographies de rue (Google street view par exemple). Elle n’est possible qu’à partir de vues à hauteur d’humain : une série de photographies aériennes ne saurait constituer une (...)
Carte (croquis, schéma)
Les trois termes carte, croquis, et schéma, utilisés en géographie désignent de manière générique les représentations graphiques appliquées aux espaces géographiques ; afin d’éviter toutes confusions et incompréhensions, en particulier dans les demandes adressées aux élèves, il convient que, sans esprit dogmatique, un accord se fasse entre enseignants sur l’usage de ces termes.

Ainsi, la carte, sous ses différentes formes, permet de repérer les lieux et l’extension (...)
Carte mentale
On appelle carte mentale la transcription sous forme cartographique de l'espace tel qu'un individu ou un groupe se le représente. Il ne s'agit pas d'une simple représentation mentale mais bien d'une expression cartographique d'une représentation subjective de l'espace. La personne testée reporte sur un support, de mémoire et sans aide extérieure, les lieux qu'elle fréquente et/ou qu'elle connaît plus ou moins. Ce faisant, elle sélectionne, hiérarchise, localise des éléments de l'espace en (...)
Carte scolaire
On regroupe sous le terme « carte scolaire » l’ensemble des dispositifs définissant spatialement l’offre éducative sur un territoire. Dans le cas général, il s’agit de définir un secteur géographique de recrutement pour chaque établissement scolaire, comme c’est le cas dans les pays comme la France, le Japon ou les États-Unis. De nombreux cas particuliers existent, notamment lorsque ce système de sectorisation est modulé par des dérogations accordées à certaines populations, (...)
Cartographie participative
La cartographie participative consiste à permettre à des non-spécialistes de la cartographie de participer à la construction d'une carte, de manière collective, généralement à l'aide d'internet. Le projet le plus connu est celui proposé par OpenStreetMap à l'échelle mondiale, avec un niveau de détail inférieur au mètre dans les zones les mieux cartographiées. Le projet réunit des milliers de contributeurs depuis sa fondation. Outre les informations classiques de la carte topographique (...)
Charter schools
On appelle charter schools les écoles publiques confiées à des entreprises privées spécialisées dans l'éducation qui ont mandat (charter) pour rétablir des conditions optimales d'enseignement et de gestion. Ces écoles bénéficient d'une large autonomie tout en étant financées par des fonds publics. Elles proposent des programmes spéciaux et recrutent sur un système de loterie. Les parents déposent des dossiers et sont ensuite tirés au sort. On en compte environ 5 000 aux Etats-Unis soit (...)
Exotisme
L'exotisme est le fait d'enfermer un « autre » (cet autre pouvant être un individu, un groupe social, un espace...) dans un rôle que notre imaginaire lui a préalablement attribué, et d'attendre de lui qu'il se conforme à ce rôle. En assignant un rôle à des individus, l'exotisme peut contribuer à construire une identité, d'autant que le rôle peut être intériorisé. Le concept d'Orient, par exemple, s'il peut aujourd'hui être revendiqué, est une construction qui résulte d'un mouvement (...)
Géographie
La géographie est une science sociale qui étudie le rapport des sociétés humaines à leurs espaces. Son étymologie, d’origine grecque et latine (du grec via le latin geographia, « écriture de la Terre »), témoigne de son ancienneté et de ses buts initiaux. La géographie s’est ainsi longtemps limitée à une simple description du monde. De nos jours, son nom est encore utilisé maladroitement, par exemple dans certaines encyclopédies, pour des inventaires hydrographiques, orographiques, (...)
Habiter / habitant
Comme concept, « habiter » a été exploré, notamment, par la philosophie d’Heidegger qui en a fait une activité primordiale, constitutive de l'être humain. Il désigne, aux yeux des géographes, le processus de construction des individus et des sociétés par l’espace et de l’espace par l’individu, dans un rapport d’interaction voire un rapport ontologique qui les relie : nous habitons l'espace et c'est pour cela qu'il nous habite.
Henri Lefebvre (1901 - 1991), annonçant un (...)
Illettrisme cartographique
L'illettrisme cartographique est la traduction de l'anglais « geographic illiteracy » et décrit une incapacité à comprendre les codes formels de la cartographie, et par conséquent à les utiliser pour constuire une carte. 
Au-delà de la sémiologie graphique qui repose sur des règles dont certaines, si elles ne sont pas maîtrisées, peuvent déboucher sur des contresens, les règles de base de la cartographie s'appuient sur des conventions qui doivent faire l'objet d'un apprentissage. (...)
Inégalité, inégalités sociales
Les inégalités sociales sont l'une des grandes grilles d'analyse de la géographie. La géographie des inégalités n'est pas en soi une branche de la géographie mais un angle particulier de l'étude des rapports des sociétés à leur espace. Qu’on s’intéresse aux relations des sociétés à leur milieu ou bien à la géographie culturelle, l’étude des inégalités s’avère souvent une piste d’analyse pertinente. Si l’observation des écarts de richesse entre les classes sociales est (...)
Justice spatiale
La notion de justice spatiale ne doit pas être entendue comme une justice entre les lieux, mais comme la dimension spatiale de la justice entre les hommes. Parce que les sociétés organisent l'espace qu'elles habitent, les territoires reflètent les rapports sociaux. Parler de la justice spatiale, c'est donc parler du socio-spatial : action du social sur le spatial et rétroaction du spatial sur le social.
La notion de justice spatiale est pertinente à toutes les échelles, du local (opposition (...)
Microterritoire
Un microterritoire est une portion d'espace observée à une échelle fine et appropriée par un seul individu ou par un très petit groupe d'individus. L'étude des micro-territoires relève d'une géographie des spatialités du quotien et des pratiques, voire d'une géopolitique des petits espaces : cours de récréation, salles de classe (Clerc, 2020), trottoirs, terrasses, jardins, toits, cellules, cimetières... L'anayse des rapports de domination, des conflits, et plus généralement, des formes (...)
Microgéographie
Si la géographie est l’étude de l’espace des sociétés, la microgéographie est l’étude d’espaces des sociétés d’échelle micro : de l’ordre du mètre à la dizaine voire la centaine de mètres. On peut aussi la définir comme une géographie des microterritoires. La question n’est pas tant de déterminer une surface ou une distance plafond que de distinguer des pratiques et des méthodes scientifiques qui caractérisent cette approche.
La microgéographie relève de la (...)
Monde
Le Monde est la planète Terre habitée par les humains. Habiter est ici à entendre au sens géographique de pratiques, de savoirs et de discours sur un espace. Le Monde se distingue de l’écoumène en ce qu’il comprend aussi les espaces qui ne sont que traversés comme l’intérieur des déserts ou les océans. Si l’étendue spatiale de la Terre et celle du Monde se recoupent, le terme de Monde renvoie aussi à l’appropriation collective de la planète Terre par l’humanité (appropriation au (...)
Motilité
En langue française, la motilité désigne la faculté de se mouvoir. En géographie, l'étude de la motilité, complémentaire de celle de la mobilité, insiste sur la possibilité réelle qu'ont certaines catégories de personnes de mettre en œuvre des déplacements.
Alors que les mobilités couvrent l'ensemble du champ des déplacements humains consentis, la motilité désigne la capacité d'une personne ou d'un groupe à la mobilité. Cet angle d'approche permet d'aborder les mobilités non (...)

Actions sur le document

Affiner les résultats par :