Vous êtes ici : Accueil Vocabulaire et notions générales

Vocabulaire et notions générales

Publié le 13/12/2012
Auteur(s) : réalisation : Sylviane Tabarly, Marie-Christine Doceul, et Jean-Benoît Bouron (ENS de Lyon, Dgesco),
avec la collaboration de Jean-Louis Carnat (IA-IPR) et les contributions des étudiants de master de l'ENS de Lyon dirigés par Emmanuelle Boulineau.
Une sélection de termes et de notions utilisés en géographie.

Il existe 29 résultats dans Vocabulaire et notions générales correspondant aux critères suivants : Supprimer le critèreRisques et sociétés Supprimer le critèrerisque
 Culture et représentation du risque
Modes de connaissance et/ou de communication du risque par ses principaux acteurs : décideurs économiques et politiques, formateurs, associations, simples citoyens, etc. Ce qui implique la connaissance rationnelle : de l’incertitude liée au phénomène ; de la gravité de ses conséquences ; des mesures de prévention existantes (information, réaction en cas d’alerte, secours) ; de la répartition des responsabilités.
Les différences dans les représentations individuelles ou (...)
 Risque(s)
Il ne faut pas confondre aléa, risque et vulnérabilité. L'aléa est un phénomène (naturel, technologique) plus ou moins probable sur un espace donné. La vulnérabilité exprime le niveau d'effet prévisible de ce phénomène sur des enjeux (l'homme et ses activités). Le risque (risk en anglais) peut être défini comme la probabilité d’occurrence de dommage compte tenu des interactions entre facteurs d’endommagement (aléas) et facteurs de vulnérabilité (peuplement, répartition des biens). (...)
 Incertitudes, certitudes
L'incertitude peut être définie comme la difficulté, voire l'impossibilité, de se représenter l'avenir dans les limites du savoir scientifique disponible. Elle peut être due :
– à un manque d’informations ou à un désaccord sur ce qui est connu (erreurs, approximations au niveau des données), voire sur ce qui ne peut pas être connu, l'incertitude absolue étant de ne pas savoir qu'on ne sait pas ;
– à des projections du comportement humain difficiles à anticiper.
(...)
 Danger
Le danger est une menace sur la sûreté ou l’existence des personnes, des biens, des activités et des milieux. Il provoque un état ou une situation comportant une potentialité de dommages jugés inacceptables.
En France, la loi du 19 juillet 1976 (et son décret d'application du 21 septembre 1977) sur les Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE), oblige l’exploitant à réaliser une "étude de dangers", document de référence soumis à la DRIRE. Elle va (...)
 Aléa
L'aléa (hazard en anglais) est un phénomène résultant de facteurs ou de processus qui échappent, au moins en partie, au contrôle de l'homme : inondation, cyclone, glissement de terrain, éruption volcanique, séisme, tsunami. L'aléa ne devient un risque qu'en présence d'enjeux humains, économiques et environnementaux, possédant une certaine vulnérabilité (fragilité). Par exemple : un typhon sur un atoll désert de l'océan Pacifique n'est pas un risque, mais un cyclone sur des secteurs (...)
 Prévention
La prévention a pour but d’anticiper la manifestation éventuelle d’un risque en limitant ses effets destructeurs. L'action préventive agit en priorité à la source : pour réduire les dommages liés aux déchets, par exemple, on s'efforcera de réduire les quantités produites. Elle relève surtout de la sensibilisation, de l’information et de l’éducation de la population (prévention routière). La prévention est encadrée par la succession de plusieurs dispositions législatives en (...)
 Information et alerte risque
Les systèmes d'information sont essentiels au bon fonctionnement et à l'efficacité des politiques de prévention. Pour faire face aux situations de crise, ils comportent des procédures d'alerte à diffuser auprès des populations vulnérables. Des insuffisances ou des défaillances des systèmes d'alerte peuvent être à l'origine d'accidents ou de catastrophes majeures.
L'information est également au cœur de l'exigence démocratique et de bonne gouvernance. Les termes du débat ayant suivi, (...)
 Catastrophe
La catastrophe est la réalisation d'un risque, c'est un risque devenu réalité qui, sur un territoire donné, par l’ampleur et le coût des dommages causés, provoque une grave interruption du fonctionnement d'une société. Dans la pratique, la catastrophe est bien souvent révélatrice du risque. Dans le cas d'une catastrophe, les pertes humaines, matérielles ou environnementales ne peuvent être surmontées par les seules ressources de la société affectée.
Différente par son ampleur, (...)
 Cindynique
Science des risques et du danger, la cindynique (du grec κίνδυνος, danger, péril) propose « d’échapper à l’illusion de la fatalité » suscitée par les catastrophes. Elle relève d'une approche globale des risques largement fondée sur la théorie des systèmes complexes et elle en propose une approche transversale, quelle que soit leur nature (technologique, géopolitique, naturelle, etc.). Les cindyniciens, spécialistes de la gestion des risques et souvent ingénieurs de formation, (...)
 Normes
La mesure du risque permet d'établir des normes : parasismiques, ouvrages de protection (hauteurs de digues par exemple), etc. Les normes sont des outils de gestion des risques et contribuent à en fixer les seuils d'acceptabilité : leur respect est assimilé à l'absence de danger, et rend le risque acceptable. Leurs conséquences territoriales et économiques sont considérables, aussi leur établissement peut donner lieu à des "batailles d'experts", à des pressions lobbyistes, d'une manière (...)
 Assureurs et réassureurs
Le risque, en tant qu’objet d’assurance, se définit par la probabilité de survenance d’un sinistre, c’est-à-dire d’un élément déclenchant la garantie d’un contrat. Le monde de l'assurance et de la réassurance (l'assurance des assureurs) est directement concerné par les incertitudes et les risques du monde contemporain. La vulnérabilité croissante face aux aléas naturels est une réalité. Les assureurs constatent à travers le monde que le coût des dommages causés par ces (...)
 Sécurité, sûreté / insécurité
Parmi les "droits naturels, inaliénables et sacrés de l'homme", la déclaration des droits de l'Homme de 1789 reconnaissait le droit à la sûreté (article 2). Mais il s'agissait alors de protéger les individus de l'arbitraire. Aujourd'hui, la notion de sûreté prend un nouveau sens : il s'agit de mieux assurer la sécurité des citoyens au quotidien. À l'égard du risque, sûreté et sécurité traduisent un état de confiance, individuel ou collectif, et le sentiment que les dangers encourus sont (...)
 Vulnérabilité
La vulnérabilité exprime le niveau d'effet prévisible d'un phénomène naturel (aléa) sur des enjeux (l'homme et ses activités). Elle est traduite en anglais par les termes vulnerability ou sensitivity. Elle évalue dans quelle mesure un système socio-spatial risque d’être affecté par les effets néfastes des aléas.
Les approches en termes de vulnérabilité sont assez récentes, elles datent des années 1960 - 1970 dans le monde anglo-saxon, des années 1980 en France. La (...)
 Acceptabilité
L'acceptabilité sociale des risques est fortement liée à la reconnaissance de leur nature anthropique et à leur gestion à travers un ensemble de procédures, de controverses, d'expertises. Un risque est considéré comme acceptable (ou tolérable) par une personne ou une collectivité lorsqu'elle peut en supporter les conséquences, les dommages, au regard de sa probabilité d’occurrence (aléa). De fait, l'acceptabilité est variable dans le temps et dans l'espace. Les législations et les (...)
 Sinistre
Événement fortuit (incendie, explosion, cataclysme naturel, etc.) consécutif à un phénomène extérieur involontaire ayant occasionné l’endommagement ou la destruction d’un bien. Le code des assurances définit le sinistre comme la réalisation du risque garanti et, pour les assureurs de responsabilité civile, il n'y a sinistre que si la victime réclame un dédommagement au responsable assuré.

Mise à jour : mai 2005(...)
 Expertise scientifique
Expertise scientifique et risque | Expertise scientifique et santé
Expertise scientifique et risque
La réflexion et la prise de décision concernant les conditions d'application du principe de précaution, l'appréciation de l'incertitude, impliquent nécessairement le recours à des expertises scientifiques. Ces expertises produisent des connaissances au service de la décision et de l'action. Mais on peut légitimement s'interroger sur la manière dont elles sont conduites, dans une (...)
 Mesures et modèle des risques
Les études portant sur les risques et les catastrophes sont souvent de type idiographique, mais certaines recherches s'orientent dans la voie de la modélisation. Par ailleurs, pour établir des seuils et des normes d'exposition aux risques, experts, scientifiques et décideurs peuvent s'appuyer sur des modèles.
On distingue deux principaux types d'approche de la modélisation : l'approche déterministe, souvent privilégiée en France et l'approche probabiliste, davantage privilégiée dans le (...)
 Probabilité d'un événement
Mesurer et quantifier le risque permet d'établir des normes de protection et donc d'influer sur le degré d'acceptabilité de ce risque. Par exemple, quelle doit être la hauteur d'une digue de protection contre les crues ? De telles mesures peuvent prendre appui sur des techniques probabilistes.

La théorie des probabilités offre un cadre mathématique rigoureux pour établir ces normes. Elle s'articule en deux étapes. Dans un premier temps, elle décrit un ensemble d'états possibles. (...)
 Précaution / principe de précaution
Alors que la prévention correspond à des risques connus pouvant être plus ou moins réduits, la précaution se situe dans un domaine où subsiste d'importantes incertitudes quant à l'existence et à l'ampleur d'un risque dont les effets pourraient être graves et irréversibles, ce qui rend difficile, voire impossible, l'estimation de ses enjeux. La précaution s'impose donc comme attitude de prudence autorisant la prise de décision en attente d'informations supplémentaires sur la prise de risque (...)
 Aménagement du territoire
La racine latine d'aménagement, manere, évoque la maison, le manse, le manoir. Aménager comme emménager ou déménager fait aussi allusion à l'espace domestique et à des actions de la vie quotidienne.
Les sociétés humaines aménagent l'espace dans lequel elles vivent, produisent, échangent. Elles doivent s'organiser, par exemple, pour gérer leurs systèmes d'échange et de transport, leurs ressources en eau, leurs déchets, etc. L'aménagement du territoire désigne aujourd'hui l'action (...)
Actions sur le document