Vous êtes ici : Accueil / Glossaire

Glossaire

Publié le 13/12/2012
Auteur(s) : Sylviane Tabarly, professeure agrégée de géographie, responsable éditoriale de Géoconfluences de 2002 à 2012 - Dgesco et École normale supérieure de Lyon
Marie-Christine Doceul, professeure de chaire supérieure, responsable éditoriale de Géoconfluences - DGESCO, ENS de Lyon
Jean-Benoît Bouron, agrégé de géographie, responsable éditorial de Géoconfluences - DGESCO, ENS de Lyon.
Contributions de :
Jean-Louis Carnat
Laurent Carroué, inspecteur général de l’éducation, du sport et de la recherche, directeur de Recherche à l’IFG - Éducation nationale, Université Paris VIII
Anne-Sophie Clémençon, Historienne des formes urbaines et de l’architecture - Chercheuse-photographe associée au laboratoire « Environnement, Ville, Société », Université de Lyon.
Samuel Depraz, maître de conférences (HDR) en géographie-aménagement - Université Jean Moulin Lyon 3.
Étudiants de master de l'ENS de Lyon dirigés par Emmanuelle Boulineau
Auteurs des articles
Le vocabulaire de la géographie à travers des propositions de définitions de termes et de notions géographiques. Plus d'un millier d'entrées pour découvrir des mots, faire des liens, consolider ses connaissances, trouver des pistes bibliographiques... Ce glossaire est en perpétuelle amélioration. Les définitions ne comportant pas de date sont les plus anciennes.

Il existe 1403 termes dans l'ensemble de "vocabulaire et notions générales". Consultez l'aide à l'utilisation de "vocabulaire et notions générales".
Campanilisme
On parle de campanilisme (de l'italien campanile, clocher) pour désigner un esprit de clocher, c'est-à-dire un attachement exclusif à sa ville d'origine. Cette forme de localisme célèbre l'histoire et la géographie locales, et implique la croyance en l’existence d’un génie du lieu.
Mise à jour : décembre 2013(...)
Capacité d'accueil / capacité de charge touristique
La capacité de charge touristique est le nombre de touristes qu’un lieu (/ un système touristique) peut recevoir sans en être durablement modifié. Les multiples définitions de ce terme reposent toutes sur la volonté de trouver quantitativement le nombre idéal de touristes pouvant fréquenter un lieu sans le transformer de manière préjudiciable, ce qui est évidemment une illusion. Ce terme a été forgé à partir des sciences physiques, le lieu mis en tourisme étant conçu comme un matériau (...)
Capacité de charge d'un milieu
À l'origine, définie par les biologistes ou les agronomes pastoralistes, la capacité de charge désigne le nombre (maximum ou optimum selon les définitions) d'animaux qu'un territoire donné peut tolérer sans que la ressource végétale ou le sol ne subissent de dégradation irrémédiable. Plus généralement, la notion est largement utilisée en gestion des ressources naturelles.
À titre méthodologique, Virginie Cazes-Duvat a évalué la capacité de charge des espaces côtiers à (...)
Capital (naturel, social, humain)
La capital naturel peut désigner les actifs naturels relatifs à la production des ressources (le bois, l'herbe, les ressources animales, les ressources énergétiques), à l'assimilation des déchets, aux qualités environnementales indispensables à une vie durable sur la Terre (protection contre le rayonnement UV, qualité de l'air, de l'eau). Le capital naturel est en interaction avec :
- le capital social, qui dépend des caractéristiques de l'organisation sociale (réseaux, valeurs, (...)
Capital spatial
Le capital spatial est la somme des compétences acquises par un individu ou un groupe d’individus dans le champ de la maîtrise de l’espace. Issu des travaux des sociologues, Pierre Bourdieu notamment, sur le capital culturel, le capital spatial décrit la façon dont l’espace, notamment son usage, sa connaissance et sa maîtrise, font l’objet d’un apprentissage qui relève du construit social et culturel. Le capital spatial recouvre la capacité à se déplacer (capital mobilitaire), à (...)
Capitale
Une capitale est la ville où siègent les institutions gouvernant un État ou un territoire. C'est par essence un lieu de pouvoir. Il est courant que plusieurs villes soient en concurrence pour ce statut. Le cas, comme celui de la France, où Paris est à la fois le siège des institutions politiques, la capitale historique de longue date, l'agglomération la plus peuplée, et la principale métropole économique, est finalement assez rare.
Il est en effet courant, dans un même État, qu'une (...)
Carbone (marché, taxe, empreinte, bilan ...)
Le carbone est à tous les carrefours, politiques et médiatiques, des problématiques environnementales. Ce qui correspond bien entendu aux dynamiques enclenchées par le protocole de Kyoto, mais aussi (et surtout parfois), d'une manière souvent plus implicite, à la quête d'indépendance énergétique et au souci d'économiser des ressources épuisables et importées. Les mesures et les dispositifs adoptés à court ou à plus long terme sont appelés à avoir des impacts sur les choix individuels (...)
Care
L'usage du mot « care » en France date d'une dizaine d'années et nous vient des États-Unis. Ce verbe qui signifie "s'occuper de" est devenu un substantif à la suite des travaux de la psychologue américaine Carol Gilligan en 1982 sur l'éthique du care, dans le cadre d’une étude de psychologie morale. Le concept de « care » s'est ensuite diffusé dans de nombreux champs disciplinaires, allant de l’éthique à la sociologie, en passant par les études médicales et la philosophie politique. (...)
Carrier haulage
Le carrier haulage désigne en anglais le transport terrestre ou fluvial précédant ou faisant suite à un transport maritime, lorsqu’il est effectué par le transporteur maritime pour le compte du client. (Source : Lexique du Port de Rouen). Il s'oppose au merchant haulage, dans lequel c'est le client qui transporte le conteneur à vide.(...)
Carte, croquis, schéma
Les trois termes carte, croquis, et schéma, utilisés en géographie, désignent de manière générique les représentations graphiques appliquées aux espaces géographiques ; afin d’éviter toute confusion et de limiter les incompréhensions, en particulier dans les demandes adressées aux élèves, il convient que, sans esprit dogmatique, un accord se fasse entre enseignants sur l’usage de ces termes.
La carte, sous ses différentes formes, permet de repérer les lieux et l’extension des (...)
Carte mentale
On appelle carte mentale la transcription sous forme cartographique de l'espace tel qu'un individu ou un groupe se le représente. Il ne s'agit pas d'une simple représentation mentale mais bien d'une expression cartographique d'une représentation subjective de l'espace. La personne testée reporte sur un support, de mémoire et sans aide extérieure, les lieux qu'elle fréquente et/ou qu'elle connaît plus ou moins. Ce faisant, elle sélectionne, hiérarchise, localise des éléments de l'espace en (...)
Carte scolaire
On regroupe sous le terme « carte scolaire » l’ensemble des dispositifs définissant spatialement l’offre éducative sur un territoire. Dans le cas général, il s’agit de définir un secteur géographique de recrutement pour chaque établissement scolaire, comme c’est le cas dans les pays comme la France, le Japon ou les États-Unis. De nombreux cas particuliers existent, notamment lorsque ce système de sectorisation est modulé par des dérogations accordées à certaines populations, (...)
Cartepostalisation
Voir aussi : disneylandisation, mise sous cloche, muséification
La cartepostalisation est un néologisme qui désigne en géographie du tourisme le fait que de nombreux sites soient transformés, consciemment ou inconsciemment, afin d’évoquer des paysages de cartes postales, et donc une image standardisée, ce qui a tendance à gommer leurs spécificités pour les faire ressembler à d’autres lieux référents.
Le phénomène de cartepostalisation a été étudié en géographie du (...)
Cartographie participative
La cartographie participative consiste à permettre à des non-spécialistes de la cartographie de participer à la construction d'une carte, de manière collective, généralement à l'aide d'internet. Le projet le plus connu est celui proposé par OpenStreetMap à l'échelle mondiale, avec un niveau de détail inférieur au mètre dans les zones les mieux cartographiées. Le projet réunit des milliers de contributeurs depuis sa fondation. Outre les informations classiques de la carte topographique (...)
Caste
Le mot "caste" n'est pas un mot d'origine indienne mais portugaise ("casta" qui signifie "lignée", "race", "espèce"). À leur arrivée en Inde, les Portugais l'utilisèrent pour désigner deux notions distinctes, nommées en sanskrit varna et jati. Les Britanniques ont contribué à rigidifier l'organisation sociale qui structure la société indienne en l'inscrivant dans les données du recensement, en tentant de répertorier les sous-castes et de les classer les unes par rapport aux autres.
La (...)
Catastrophe
La catastrophe est la réalisation d'un risque. c'est un risque devenu réalité qui, sur un territoire donné, par l’ampleur et le coût des dommages causés, provoque une grave interruption du fonctionnement d'une société. Dans la pratique, la catastrophe est bien souvent révélatrice du risque. Dans le cas d'une catastrophe, les pertes humaines, matérielles ou environnementales ne peuvent être surmontées par les seules ressources de la société affectée.
Différente par son ampleur, (...)
Catastrophe et rationalité
La liste des menaces et des catastrophes livrée par l'actualité médiatique est longue : inondations, séismes, incendies, accidents technologiques, industriels et sanitaires alimentent des approches catastrophistes de l'information du public. Inversement, les pouvoirs publics peuvent, à l'occasion et pour ne pas effrayer l'opinion publique, être tentés par l'attitude, tout aussi discutable, du secret ou du "tout va très bien". Ces deux principes conjugués aboutissent à de la désinformation (...)
Catastrophisme
La communication médiatique des problèmes environnementaux adopte bien souvent des stratégies catastrophistes réputées accrocheuses et donc vendeuses : inondations, déforestations, dégel de la banquise, sécheresses et famines, incendies de forêt et autres ravages. Alors qu'il est peu question des événements inverses qui peuvent être favorables. Certaines grilles de lecture événementielle sont prises comme des évidences que rien ne saurait perturber : le réchauffement climatique, la (...)
Catch-up industrialization (« industrialisation de rattrapage »)
La catch-up industrialization, qu’on pourrait traduire en français par « industrialisation de rattrapage », est une stratégie d’industrialisation reposant sur les investissements privés nationaux et étrangers et qui consiste à générer rapidement des devises grâce à l’exportation de produits manufacturiers et à l’usage d’une main-d’œuvre bon marché, tout en évitant une industrialisation lourde, souvent lente et coûteuse. L'expression a été popularisée depuis la parution de (...)
Causalité
La relation de causalité est un principe essentiel dans une démonstration scientifique, médicale, épidémiologique et/ou spatiale. Elle suppose que tout phénomène ait une cause ou plusieurs causes, le rapport de causalité exprimant cette relation "de cause à effet", immédiate ou différée.
L'étiologie des maladies est de plus en plus comprise comme un processus multifactoriel aux causes multiples (facteurs de risque, variables prédisposantes, contextes, ...), de nature très diverse (...)

Actions sur le document

Affiner les résultats par :