Vous êtes ici : Accueil Vocabulaire et notions générales Glossaire général

Glossaire général

Il s'agit ici d'une présentation des principales notions-clefs généralistes utilisées dans l'énoncé des programmes de géographie dans l'enseignement secondaire en France. Ce glossaire est évolutif, au fil des collaborations et des dossiers et documents proposés sur le site.
Surpeuplement
Le surpeuplement ou la surpopulation se définit comme un excès de population par rapport à des ressources disponibles, ou par rapport à des normes (logement, classes). Cette notion ne peut être que relative. À l'échelle d'un pays ou d'une région, la notion a très peu de sens. À travers l'exemple de l'Union indienne, on mesure toutes les nuances à apporter : les densités humaines sont extrêmement contrastées entre des États très densément peuplés comme le Bengale occidental, (...)
Enclave
Une enclave est un territoire enfermé dans un autre (de la racine latine clavis, clé ou verrou). Les enclaves existent à toutes les échelles depuis les parcelles sans accès sur la voie publique jusqu'aux parties d'États, entourées par un territoire étranger. Une enclave est considérée comme une exclave par l'État qui en a la souveraineté. Très nombreuses autrefois, elles tendent à reculer à la faveur de traités frontaliers. Mais lorsque subsistent des désaccords frontaliers, (...)
Acteurs spatiaux / action spatiale
Ensemble des agents (individu, groupe de personnes, organisation) susceptibles d'avoir, directement ou indirectement, une action sur les territoires. De l'individu à l'État et aux structures transnationales, en passant par l'entreprise, les collectivités locales, les associations, etc. Ils ont leurs représentations mentales et patrimoniales, leurs pratiques socio-spatiales des territoires ; leurs intérêts, leurs objectifs et donc leurs stratégies. Ils peuvent passer des alliances, faire (...)
Aire
Étendue de l'espace présentant un ou des caractères communs. À la différence de la maille administrative, l'aire est dépourvue de limite précise, de type administratif par exemple, et peut présenter des caractères de discontinuité et d'hétérogénéité. Une aire est donc souvent difficile à cartographier. On peut distinguer des aires dans les domaines : socio-économique (aires de chalandise, de services, d'attraction), socioculturel (aires de civilisation, de pratiques (...)
Aménagement du territoire
La racine latine d'aménagement, manere, évoque la maison, le manse, le manoir. Aménager comme emménager ou déménager fait aussi allusion à l'espace domestique et à des actions de la vie quotidienne. Les sociétés humaines aménagent l'espace dans lequel elles vivent, produisent, échangent. Elles doivent s'organiser, par exemple, pour gérer leurs systèmes d'échange et de transport, leurs ressources en eau, leurs déchets, etc. L'aménagement du territoire désigne aujourd'hui (...)
Carte (croquis, schéma)
Les trois termes carte, croquis, et schéma, utilisés en géographie désignent de manière générique les représentations graphiques appliquées aux espaces géographiques ; afin d’éviter toutes confusions et incompréhensions, en particulier dans les demandes adressées aux élèves, il convient que, sans esprit dogmatique, un accord se fasse entre enseignants sur l’usage de ces termes. Ainsi, la carte, sous ses différentes formes, permet de repérer les lieux et l’extension (...)
Densité
D'une manière générale, la notion de densité désigne de manière qualititive ou quantitative l’intensité d’un phénomène. De manière pratique, c'est le rapport entre un indicateur statistique, un nombre d'« individus » (au sens statistique : nombre d'habitants, de médecins, de logements, d'unités de production, etc.) ou d'autres paramètres (tels que le déroulé linéaire d'un réseau autoroutier par exemple) et une surface. La qualification des densités (fortes, moyennes ou (...)
Échelle
Fréquemment utilisé en géographie, le terme "échelle" est polysémique. Parmi d’autres sens, il exprime aussi bien l’intensité d’un phénomène (échelle de Richter, échelle de Beaufort, etc.) que  le rapport de réduction ou d’agrandissement d’un objet ou  d’une représentation graphique (dessin, carte, photographie, etc.). Au sens strictement cartographique, le terme "échelle" désigne le rapport entre une distance réelle, mesurée dans l'espace terrestre et celle de (...)
Habiter / habitant
Comme concept, "habiter" a été exploré, notamment, par la philosophie d’Heidegger qui en a fait une activité primordiale, constitutive de l'être humain. Il désigne, aux yeux des géographes, le processus de construction des individus et des sociétés par l’espace et de l’espace par l’individu, dans un rapport d’interaction voire un rapport ontologique qui les relie : nous habitons l'espace et c'est pour cela qu'il nous habite. Henri Lefebvre (1901 - 1991), annonçant un (...)
Héritage
Le fonctionnement, la morphologie, l'aspect des lieux résultent de mémoires superposées : celles des successions géologiques, des structures politiques et sociales qui les ont organisés, du "poids de l'histoire". L'ancrage de certaines identités et activités humaines dans des "pays" et des "terroirs" résulte bien souvent de situations et de savoir-faire hérités. Ces mémoires du territoire se manifestent à plusieurs niveaux d’échelle temporelle (géologique, historique, etc.). (...)
Géosystème
Forme d'analyse spatiale développée par la science géographique russe et introduite en France par Georges Bertrand (années 1970). Il s'inspire des écosystèmes des biologistes mais prend en compte la place et le rôle de l'homme. Le géosystème est un système spatialisé dynamique formé d'un ensemble d'éléments (naturels et anthropiques) interconnectés qui sont en interrelations. Géosystème paysager Pour les géographes de Besançon, le paysage se lit à travers un filtre (...)
Pôles
Au-delà des pôles "géographiques" servant de repères sur la planète, la notion, en partie dérivée du champ de l'économie, désigne des centres de production ou d'organisation de la production ayant des effets d'attraction et d'entraînement sur les espaces qui les entourent. Les pôles ont vocation à polariser une région, un État, voire l'espace mondial. Un espace multipolaire est un espace soumis aux effets conjugués de plusieurs pôles. Un pôle ou un ensemble multipolaire (...)
Territoires, territorialisation, territorialité
Le territoire est un espace délimité, approprié par un individu, une communauté, sur lequel peut s'exercer l'autorité d'un État, d'une collectivité. Les territoires s'étudient donc en fonction des mailles de gestion de l'espace mais ils peuvent être emboîtés. La territorialisation consiste en une appropriation qui peut être juridique et économique (la propriété) ou symbolique (le sentiment d'appartenance, de connivence). La notion de territoire implique, en principe, (...)
Gouvernance
Gouvernance dans l'Union européenne | Gouvernance en Russie | Gouvernance en Chine | Gouvernance en Afrique subsaharienne La notion de gouvernance est à la mode et, à l'instar de celle de "développement durable", elle court le risque de devenir un simple mot-valise galvaudé et sans signification précise. Pourtant, on la perçoit déjà chez les philosophes de l’Antiquité. Au quinzième siècle un juriste anglais écrit un livre intitulé The governance of England dans lequel ce mot (...)
Façade
La métaphore désigne, d'une manière générale les lieux tournés vers l'extérieur et le terme s'emploie plus particulièrement pour les espaces littoraux. Mais elle peut aussi s'appliquer aux lieux "au contact", "de contact". La plupart du temps, les dynamiques des façades sont largement empreintes de leurs fonctions frontalières. Une façade, océanique ou maritime, est une bande de quelques dizaines à plusieurs centaines de kilomètres de large à partir du littoral. Cet espace est (...)
Mobilité
Dans son acception la plus générale, la mobilité désigne un changement de lieu. Les individus et les groupes humains sont confrontés à l'exigence de maîtrise de la distance par la mobilité (Lévy, Lussault, 2003). Celle-ci ne se limite pas au déplacement physique effectif et aux techniques de transport, à l'accessibilité, mais elle embrasse les idéologies et les technologies du mouvement en cours dans une société. Elle rassemble donc à la fois : un ensemble de valeurs sociales ; (...)
Anthropisé (anthropique)
Soumis à l'influence humaine, transformé par elle : aménagements, dégradations, exploitations des ressources, etc... Fait provoqué ou accentué par l'action de l'homme. Est anthropique un phénomène géographique attribuable à l'action de l'homme. (...)
Carte mentale
On appelle carte mentale la transcription sous forme cartographique de l'espace tel qu'un individu ou un groupe se le représente. Il ne s'agit pas d'une simple représentation mentale mais bien d'une expression cartographique d'une représentation subjective de l'espace. La personne testée reporte sur un support, de mémoire et sans aide extérieure, les lieux qu'elle fréquente et/ou qu'elle connaît plus ou moins. Ce faisant, elle sélectionne, hiérarchise, localise des éléments de (...)
Paysage
Le paysage est l'étendue d'un pays s'offrant à l'observateur. Derrière cette définition qui peut paraître simpliste se cache une notion qui a donné lieu à une abondante bibliographie et à de multiples approches. En France, les géographes ont d'abord étudié le paysage de façon segmentée (paysages urbains, ruraux, industriels, etc.). Trois écoles en ont renouvelé l'approche dans un sens systémique et historique : celle de Toulouse représentée par Georges Bertrand ; celle de (...)
Centralité
La centralité qualifie la capacité d'action d'un élément central (le centre urbain, la métropole) sur sa périphérie en termes de desserte, de services, d'attractivité, d'une manière générale, de polarisation. En matière urbaine, elle fut analysée par W.E. Christaller en 1933 : dans le cadre de son étude des lieux centraux il cherche à rendre compte de la taille, de l'espacement et du nombre des villes. Depuis, de nombreux travaux se sont succédé pour analyser, mesurer les (...)
Centre
Lieu de concentration dont le poids, la "taille" dépend d'un certain nombre de critères de nature socio-économiques, socioculturels. Le centre aura une capacité d'impulsion, de commandement qui dépendra de : - sa population (densité, part/reste de la population), de son niveau de vie, de l'ancienneté de son développement, - ses capacités de production (capitaux, qualifications,etc.), - ses capacités d'autodéveloppement sur ses propres ressources humaines et financières, - (...)
Urbanisation
L'urbanisation désigne le processus, continu depuis la première révolution industrielle, de croissance de la population urbaine et d'extension des villes. Au début du XXIe siècle, le phénomène tend même à s'accélérer avec le développement des pays émergents et un exode rural parfois massif. Depuis 2008, on estime que plus de la moitié des 6,7 milliards d'humains vivent dans des villes aux contours de plus en plus flous, contre 1/3 seulement en 1950. De 86 agglomérations de plus (...)
Axes et carrefours
Un axe est un élément structurant d'un espace géographique, il canalise des voies de communication, draine des échanges, suscite des convergences. Un carrefour est un lieu d'intersection, de rencontre, qui contribue à polariser l'organisation de l'espace. (...)
Commandement
Capacité à influencer, contrôler, dominer en fonction des pouvoirs de contrôle accumulés par une unité spatiale donnée : métropole, État, région, ... (...)
Contrainte spatiale
Élément de l'espace qui gêne ou limite les activités humaines en un lieu. Il n’y a pas que des contraintes « naturelles ». Une frontière fermée est une contrainte. Une contrainte peut devenir une ressource compte tenu de l'évolution de la demande et des besoins sociaux. (...)
Contrastes (spatiaux)
Différenciations spatiales résultant de facteurs divers : héritages historiques, administratifs (maillages territoriaux) ; différences de capacités de développement ; dotation en ressources de tout type. Le constat, la mesure et l'explication des discontinuités et des contrastes spatiaux sont au cœur de l'analyse géographique qui peut alors guider l'action des agents (individus, institutions, etc.) et la politique d'aménagement du territoire en faveur de mesures d'équité (...)
Croquis
Voir l'entrée Carte (croquis, schéma) (...)
Développement humain
Le développement, selon les échelles et le maillage étudiés, est inégal, contrasté : entre micro-régions et régions, villes d'un même État, entre États et grands ensembles régionaux à l'échelle mondiale. La notion de développement est longtemps restée perçue en simple termes de croissance économique et quantitative (PNB/PIB, flux de capitaux et d'échanges, capacités d'investissement, etc.). Promue par la Banque mondiale, la notion de "développement humain" complète cette (...)
Discontinuités
Ruptures, interfaces, frontières résultent de phénomènes et processus variés : modes d'appropriation des territoires (maillages, frontières administratives) ; lignes de contact, interfaces d'origine "naturelle" (piedmonts, littoraux, sahels et autres rivages) ; différences de développement. Elles peuvent être mesurées dans l'espace par un gradient plus ou moins brutal : différence d'intensité d'un phénomène sur une surface donnée, d'un point à un autre, il en mesure la "pente" (...)
Disparités
Disparités socio-spatiales en Union européenne | Disparités socio-spatiales en Chine Différences de niveau de développement dans les domaines économiques, sociaux et culturels. Elles sont souvent appréhendées comme révélatrices d’une situation de déséquilibre voire d’injustice. Leur mesure, leur évaluation, permettent de comparer divers territoires. Utilisée essentiellement au pluriel, la "disparité" est toujours qualifiée selon le paramètre, la variable, pris(e) en (...)
Dynamique
Changement, évolution et, par extension, capacité à changer, à évoluer. Au demeurant, la notion ne doit pas être interprétée uniquement en termes de croissance positive. Une dynamique, dans telle situation socio-spatiale, peut-être négative, elle peut traduire le déclin, la déshérence, la déprise. La dynamique des territoires étudie les changements qui sont en œuvre du point de vue : - des localisations des populations et de leurs activités, - des aménagements et des (...)
Géopolitique
Géopolitique et développement durable | Géopolitique et Méditerranée Après être entré en disgrâce du fait de son instrumentalisation par les nazis, l'emploi du terme a été progressivement réhabilité, tout particulièrement à travers les travaux d'Yves Lacoste. Jusqu'à devenir un peu invasif : il est souvent simple synonyme de politique, de géographique, de stratégique. Le dictionnaire "Les mots de la Géographie" propose "l'idée selon laquelle il existe en permanence une (...)
Identité
L’identité est un des fondements de l’appartenance et une composante de la territorialité. La notion d'identité renvoie à la fois à ce qui est semblable (similarité) et à ce qui est distinct (singularité). L'identité comme similitude renvoie aux processus d'homogénéisation observables dans le monde : paysages d'entrée des villes, effets de la transnationalisation des entreprises, etc. À travers des représentations modélisées de l'organisation de l'espace certains travaux (...)
Interface
Zone de contact entre deux espaces différenciés engendrant des dynamiques d’échange entre ces deux espaces. L'interface est une bande plus ou moins large (de quelques dizaines à quelques centaines de kilomètres),de discontinuité mais aussi de contact et/ou de confrontation entre deux espaces, deux systèmes territoriaux distincts. L'interface suppose le passage : une frontière totalement fermée n'est pas une interface. L'interface est irriguée, à des degrés variables, par des flux, (...)
Littoralisation
Processus fréquemment observé de concentration des populations et des activités humaines le long ou à proximité des littoraux. Il est sous-tendu par deux grandes logiques d'attractivité : - logique de l'ordre de la production matérielle qui vise à la recherche d'une efficacité économique croissante liée à la mondialisation des échanges et permise en particulier par la révolution des transports maritimes et terrestres, - logique de récréation, de recherche d'aménités : (...)
Localisation
Emplacement d'un lieu envisagé du point de vue de sa situation dans l'espace géographique c'est-à-dire dans sa relation aux autres lieux de sa périphérie proche ou plus lointaine selon que l'on se place dans une logique locale, régionale ou mondiale. "La localisation n'est pas équivalente au lieu : elle l'englobe et le lie aux autres, elle le situe" (Les mots de la Géographie). À l'époque de la globalisation et de la mise en réseaux et en compétition des territoires, les (...)
Maillage
Maillage du territoire français | Maillage du territoire de l'Union européenne | Maillage des régions méditerranéennes | Maillage du territoire chinois | Maillage du territoire brésilien Découpage de l’espace  qui permet son appropriation, sa gestion ou sa connaissance. Le maillage relève de la figure de l’aire – l’espace qu’il découpe – et du réseau, formé par les limites de ce maillage. Il est très divers dans sa forme comme dans sa taille : de la parcelle aux (...)
Milieu (géographique, « naturel »...)
Au sens large, ensemble cohérent des conditions naturelles ou sociales, visibles ou invisibles, qui régissent ou influencent la vie des individus et des communautés dans un espace donné. Dans ce sens on doit préférer le terme d'environnement.  Dans une acception plus restrictive, le milieu renverra plutôt au milieu « naturel » désignant l'ensemble des conditions naturelles dans un écosystème donné : milieu forestier, littoral, marin, rural, etc. Pour le géographe, le milieu (...)
Modélisation spatiale
La modélisation, en géographie, produit de modèles spatiaux. Les modèles, basés majoritairement sur des méthodes de statistiques spatiales, sont des représentations schématiques de réalités matérielles ou immatérielles. Les modèles des géographes sont largement utilisés pour faire ressortir les schémas généraux d’organisation de phénomènes divers dans l’espace et ainsi mieux les percevoir. L’étude des observations qui s’écartent du modèle général (les (...)
Organisation (de l'espace)
L'organisation de l'espace est au cœur même des préoccupations du géographe. De quelle manière, avec quelles logiques spatiales les sociétés humaines s'organisent-elles ? Leurs principales actions consistent à : s'approprier et administrer l'espace sur lequel elles vivent ; y habiter et y développer leurs activités de production et d'échange ; en utiliser, exploiter les ressources. Toutes ces actions contribuent à organiser l'espace. (...)
Pouvoir (commandement)
L'organisation de l'espace traduit des rapports de force, des stratégies. De certains lieux émanent des pouvoirs de commandement, des influences qui s'exercent à divers niveaux d'échelle : région, État, ensembles régionaux ou étendus à la planète entière. Ces pouvoirs sont de nature politique, militaire, économique, culturelle ou symbolique, bien souvent de manière cumulée (tout ou partie). L'analyse des capacités de commandement peut se faire à partir d'instruments (...)
Population, peuplement
Population, peuplement de l'Union européenne | Population, peuplement de la Russie | Population, peuplement de la Chine L'étude géographique de la population n'est pas réductible à son approche démographique. Elle appelle l'étude du peuplement et des dynamiques territoriales à l'œuvre : distribution des hommes sur un territoire (trame de peuplement), ses modifications (migrations, concentrations, déprises, etc.). En géographie, l’étude du peuplement d’un espace n'est pas (...)
Puissance
Gérard Dorel définit ainsi ce qu'est une puissance : « un État qui dans le monde se distingue non seulement par son poids territorial, démographique et économique mais aussi par les moyens dont il dispose pour s'assurer d'une influence durable sur toute la planète en termes économiques, culturels et diplomatiques ». On peut donc identifier les attributs, les leviers de la puissance puis évaluer la façon dont les États peuvent en disposer. Ainsi : - le poids territorial peut (...)
Région
La notion n'est pas une propriété de la géographie, son emploi induit un certain nombre de polysémies, surtout en français. Polysémie en fonction de l'échelle et du point de vue : une région à l'échelle d'une étude sur la France n'aura pas les mêmes dimensions et réalités qu'une région à l'échelle mondiale qui, au sens économique se mesure par l’intensité des échanges.  Une région peut devoir son identité à un caractère commun à l'espace concerné : régions (...)
Schéma
Voir l'entrée Carte (croquis, schéma) (...)
Situation
La situation géographique d'un lieu s'analyse dans sa relation aux autres lieux ou espaces (à différents niveaux d'échelle : local, régional, mondial ... ), il s'agit donc d'une approche relative. L'étude peut se faire en termes : - de réseau (accessibilité, systèmes de communication, etc.), - du contrôle des ressources, - de maillage (niveau de la hiérarchie administrative, de la hiérarchie des États). La situation se distingue ainsi du site du lieu qui ne renvoie qu'à sa (...)
Foncier (question foncière)
Désigne ce qui touche aux terres en tant que fonds c'est-à-dire en tant que richesse ou propriété. L'étude du foncier est l'étude des modes d'appropriation des terres. Ses orientations jouent un rôle essentiel dans toute politique d'aménagement du territoire, dans les modalités du développement tant urbain que rural. Foncier (question foncière) au Brésil | Foncier (question foncière) en Afrique subsaharienne   Foncier (question foncière) au Brésil Sur les 850 millions (...)
Développement (économique)
Développement en Afrique | Développement en Chine | Développement en Russie Le concept de développement désigne l’ensemble des transformations techniques, sociales, territoriales, démographiques et culturelles accompagnant la croissance de la production. Il traduit l’aspect structurel et qualitatif de la croissance et peut être associé à l’idée de progrès économique et social. Après avoir privilégié la seule croissance de la production de richesses par des (...)
Développement durable
Développement durable dans l'Union européenne | Développement durable en Méditerranée | Développement durable en France Le concept de développement durable (Sustainable Development) a été introduit en 1987 par le rapport dit Brundtland (Our Common Future) qui en donne la définition suivante : « mode de développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs ». Il fut adopté lors du "Sommet de la Terre" (...)
Espace
Espace géographique | Espace vécu | Espace médical Espace géographique Alors que le mot territoire est, au-delà de son emploi en géographie, d’un large usage en sciences humaines, l’expression espace géographique est une création spécifique des géographes. Elle s’emploie soit au singulier pour rendre compte des combinaisons physiques, économiques  et sociales s’exerçant sur un espace donné, soit au pluriel pour désigner des espaces présentant des caractères de (...)
Environnement
Environnement en Afrique | Environnement au Brésil | Environnement en Chine | Environnement en Russie L'environnement traite de la combinaison des éléments naturels (le champ de forces physico-chimiques et biotiques) et socio-économiques qui constituent le cadre et les conditions de vie d'un individu, d'une population, d'une communauté à différentes échelles spatiales. Ce vieux mot français qui vient du verbe "environner", dans le sens d'"entourer", qui évoque le contour, la (...)
Flux
On appelle flux l’écoulement, le transfert, d’une certaine quantité de personnes, de véhicules, d’informations, de marchandises, transportés par un moyen de communication, par le biais d'un réseau. La différenciation spatiale engendre nécessairement des flux entre des espaces complémentaires. Mais, si les flux sont révélateurs de différenciations spatiales, ils sont aussi facteurs de leur apparition ou de leur maintien.  Pour mesurer les flux, il faut tenir compte de la (...)
Frontières
Frontières en Europe / de l'Europe | Frontières méditerranéennes | Frontières russes | Frontières chinoises | Frontières africaines Si l'on considère ici avant tout les frontières d'État, la frontière comme enveloppe externe d'un territoire est une ligne continue qui a caractérisé l'apparition des États modernes. L'effort d'assignation de leurs limites a été rendu possible par le progrès des techniques de localisations géographiques et de cartographie. Auparavant, en (...)
Métropolisation
La métropolisation est un processus qui affecte la ville dans ses formes et dans ses fonctions. La métropolisation désigne le mouvement de concentration de populations, d'activités, de valeur dans des ensembles urbains de grande taille. Il peut se faire au détriment de villes de niveau hiérarchique inférieur et l'on assiste bien souvent au renforcement des niveaux supérieurs (lieux centraux) du système urbain. Les facteurs de la métropolisation sont divers : économies d'échelle (...)
Mondialisation
Ensemble des processus (socio-économiques, culturels, technologiques, etc.) facilitant la mise en relation des sociétés du monde entier. Le terme "mondialisation" s'est imposé à partir des années 1980 même s'il a été employé en France pour la première fois dès 1904. Il se distingue de la "globalisation", anglicisme qui, en français, désigne plutôt la mondialisation financière. La mondialisation est un processus continu d'intensification et de fluidification des échanges, (...)
Genre
La terme de genre (ou de gender, en anglais) s'applique à un groupement d'êtres ou d'objets présentant des caractéristiques communes ; le genre est un terme voisin de classe, de type, de catégorie. En sciences sociales, le genre désigne la construction sociale de la différence des sexes et les rapports sociaux qui en découlent. Ce concept rappelle que les différences entre les attributs du féminin et du masculin ne sont pas fondées en nature, mais sont historiquement construites et (...)
Transaction spatiale
La transaction constitue l'une des opérations les plus élémentaires et les plus fondamentales de la vie sociale (Lévy, 2013) : elle consiste à échanger un objet contre un autre objet. Une transaction spatiale est une mise en relation entre espaces pouvant s'accompagner de certaines formes de contractualisation dans les échanges. d'après J. Lévy, M. Lussault, Dictionnaire de la géographie et de l'espace des sociétés, Paris, Belin, 2ème éd., 2013. (...)
Représentation
Une représentation désigne une entité formelle – toujours spatiale et temporelle, matérielle et mentale, individuelle et collective – qui évoque une autre entité (appelée le référent) et favorise ainsi la cognition et l’action des individus. Toute représentation remplace quelque chose d’autre pour quelqu’un : la carte, l'image mentale, le député et la performance artistique peuvent tous constituer, à leur manière, une représentation d'un espace, d'un objet, d'une (...)
Écosystème
L’écosystème est un assemblage fonctionnel d’organismes qui détient les propriétés requises pour assurer la continuité du vivant, c’est-à-dire pour assurer les conditions nécessaires à l’évolution biologique (au sens darwinien) sur le long terme. En tant que support à la continuité du vivant, tout écosystème se caractérise (1) par une structure (définie par le biotope, ou milieu physique, et la biocénose, ou assemblage d’espèces présentes en un lieu défini) ; et (...)
Ségrégation
La ségrégation (du latin segregare = ôter du troupeau, disjoindre) désigne à la fois : - un état : la séparation physique des lieux de résidence des groupes sociaux ds l’espace urbain. Le sens du mot est alors voisin de division sociale de l’espace. La ségrégation résidentielle se mesure par différents indices. L’indice de dissimilarité, défini par Duncan en 1955, compare la distribution de deux groupes à travers des unités spatiales (quartiers, unités de recensement) (...)
Indice de dissimilarité
L'indice de dissimilarité proposé en1955 par Duncan et Duncan s’est imposé dans les études de ségrégations résidentielle et scolaire. Cet indice compare les distributions de deux groupes à travers les unités spatiales, et mesure ainsi leur séparation spatiale. Il varie de 0 (similitude parfaite) à 1 (dissemblance la plus grande). Pour approfondir : - Duncan O.D. et Duncan B., 1955, « A Methodological Analysis of Segregation Indexes ». American Sociological Review, 41, pp. (...)
Ghetto
Le terme de ghetto désigne un quartier d'une ville bien individualisé où sont regroupés les membres d'une communauté plus ou moins homogène. Le lieu éponyme se situe à Venise : l'île de Ghetto a été un lieu d'installation des Juifs chassés d'Espagne (1516). Le terme s'est ensuite étendu à l'espace de relégation des juifs dans les villes d'Europe centrale et orientale.  Sous l'impulsion de l'École de Chicago, le ghetto est devenu, dans les villes américaines, un espace de (...)
Marginalité
Les historiens comptent parmi les premiers à avoir introduit dans le champ des sciences sociales la notion de marginalité sociale. Ainsi, Bronislaw Geremek s’intéresse à la figure du vagabond dans son analyse de la pauvreté dans les cités médiévales. Toutefois, c’est l’École de Chicago qui suscite de nombreuses recherches sur les individus marginaux (l’étranger, le hobo) puis sur les groupes en marge de la ville. En minorité, coupés de leur communauté d’origine, ils ne (...)
Réseau
Ensemble de lignes ou de relations aux connexions plus ou moins complexes. Certains réseaux sont matériels et structurent l'espace. Ils sont les supports des flux d'échanges. En topologie, un réseau est formé de nœuds, de segments, de sommets et d'arcs (voir la "théorie des graphes"). Leur étude permet d'analyser leur connexité, leur connectivité, leur nodalité. Les enseignants de mathématiques en proposent une étude (sur le site de la Dgesco) : (...)
Ressource(s)
Le terme "ressource" désigne la mise en valeur d’un capital, dit naturel (ressources minérales, énergétiques mais aussi avantages de localisation) ou encore matériel (machines, etc.), exploité par une société donnée à un moment donné dans le but de créer des richesses. Le terme "ressource" a ensuite été étendu à des biens immatériels, les capitaux par exemple (ressources financières), ou les "ressources humaines" (capacités de travail, d'innovation, etc.). La question du (...)
Risque(s)
Il ne faut pas confondre aléa, risque et vulnérabilité. L'aléa est un phénomène (naturel, technologique) plus ou moins probable sur un espace donné. La vulnérabilité exprime le niveau d'effet prévisible de ce phénomène sur des enjeux (l'homme et ses activités). Le risque (risk en anglais) peut être défini comme la probabilité d’occurrence de dommage compte tenu des interactions entre facteurs d’endommagement (aléas) et facteurs de vulnérabilité (peuplement, répartition (...)
Urbain (l')
Traditionnellement utilisé sous la forme d'un adjectif désignant ce qui se rapporte à la ville, le terme d'urbain s'est peu à peu imposé sous la forme d'un substantif dans le vocabulaire géographique. Il désigne alors « la civilisation qui se met en place à l'échelle planétaire, supprimant l'ancestrale différence entre rural et urbain » (Françoise Choay). Les phénomènes d'étalement urbain et de périurbanisation, entamés après la Seconde Guerre Mondiale, ont entraîné le (...)
École de Chicago
L'École de Chicago est d'abord une école de sociologie, à partir du premier département de sociologie américain, fondé à l'Université de Chicago dès 1892. On désigne habituellement sous l’expression “ École de Chicago ” un ensemble de travaux de recherches sociologiques conduites, entre 1915 et 1940, par des enseignants et des étudiants de l’université de Chicago. L’École de Chicago est une sociologie urbaine qui a entrepris une série impressionnante d’études sur (...)
Observables
En sciences sociales, on appelle observables l'ensemble des réalités spatiales qui adviennent au visible. Parce qu'il est possible de les observer, ces substances sociales sont une clé de lecture essentielle pour étudier l'espace des sociétés. Les observables ne sont pas nécessairement matériels ; ils relèvent aussi, et même d'abord, des comportements et des mouvements, des pratiques et des interactions des acteurs. Pour compléter, l'exemple des observables autour du pôle (...)
Instanciation / instance spatiale
Dans l’étude de l’espace des sociétés, l’instanciation est l’ensemble des formalités envisagées pour le passage d’un espace à un autre. Il s’agit d’une programmation sélective à travers laquelle l’individu mobilise les compétences de la maîtrise spatiale. Dès lors, l’instance spatiale est la procédure individuelle et singulière d’ouverture instruite à partir de l’éducation sociale et des habitudes individuelles. Elle enclenche l’instanciation et (...)
Interspatialité
Par interspatialité, on entend une interaction entre espaces. Les interspatialités peuvent se classer en trois familles : l'interface, l'emboîtement et la cospatialité. L'interface est la mise en contact de deux espaces, par exemple, la frontière interétatique joue le rôle d'interface entre des États. La connexion se fait ici par une limite. L'emboîtement se caractérise par l'inclusion d'espaces les uns dans les autres. Le géographe connaît bien les emboîtements d'échelle, (...)
Porte
Selon les dictionnaires usuels, une porte est une ouverture pratiquée dans des plans verticaux permettant la communication entre un espace et son extérieur. Ses racines indo-européennes ont leurs représentations en latin (porta) ou en grec (pylos) ; elles renseignent sur les multiples dimensions concernées, de port à porche, d’ouverture à barrière ou obstacle, de seuils, d’appui ou de passage. À la fois lieu et instant de transaction entre espaces, une porte est donc bien plus (...)
Lieu
Un lieu est une portion d’espace sujette à des appropriations singulières et à des mises en discours spécifiques. Mise à jour : novembre 2015 (...)
Justice spatiale
La notion de justice spatiale ne doit pas être entendue comme une justice entre les lieux, mais comme la dimension spatiale de la justice entre les hommes. Parce que les sociétés organisent l'espace qu'elles habitent, les territoires reflètent les rapports sociaux. Parler de la justice spatiale, c'est donc parler du socio-spatial : action du social sur le spatial et rétroaction du spatial sur le social. La notion de justice spatiale est pertinente à toutes les échelles, du local (...)
Topologie
La topologie (du grec topos, lieu et logos, savoir) est la branche des mathématiques qui aborde les questions de proximité entre entités mathématiques. Elle a établi ses premiers éléments au XIXe siècle. Elle trouve dans l'analyse spatiale un domaine d'application riche car elle permet d'analyser les relations spatiales entre les objets par les notions de continuité, limite, voisinage, inclusion, intersection, connexité, connectivité, nodalité, accessibilité. On y recourt en (...)
Crise(s)
La notion de crise est caractérisée par sa nature polysémique, ce qui représente un défi de conceptualisation. La crise ne doit pas être réduite à sa définition économique, mais entendue au sens large, d'où l'usage à privilégier du pluriel "crises". Le mot crise désigne à la fois un événement brutal, une rupture, mais aussi une évolution longue qui révèle des faiblesses structurelles, inhérentes à un système. Dans une proposition synthétique, la crise serait une (...)
Genre de vie
Ce terme désigne dans la géographie vidalienne du début du XXe siècle l'ensemble des formes matérielles d'existence de groupes sociaux, adaptées à un milieu donné. Le genre de vie répond à un thème fondamental d'activités : genre de vie pastoral, genre de vie montagnard. La notion de genre de vie traduit les principes du possibilisme : la nature propose, l'homme dispose. Mais si la notion était éventuellement applicable à des sociétés plus ou moins fermées et confrontées à (...)
Inégalités de genre
Les inégalités de genre désignent les déséquilibres entre hommes et femmes en termes de réalisations. Obstacle majeur au développement humain, elles sont mesurées par le Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD) par l'Indice d'inégalités de genre (IIG). L'IIG tient compte de trois aspects importants du développement humain : - la santé reproductive mesurée par le taux de mortalité maternelle et le taux de fertilité des adolescentes ; - l'autonomisation, (...)
Anthropocène
N. B. : Cette entrée a été partiellement reprise dans la Notion à la une de septembre 2017 : Anthropocène, plus développée et détaillée. Au sein de l’Holocène, dernière époque géologique du Quaternaire qui commence après la dernière glaciation et qui dure depuis 10 000 ans, l’Anthropocène peut être considéré comme l'époque de l'histoire de la Terre au cours de laquelle les activités humaines ont un impact significatif et global sur le système planétaire.  Ce (...)
Métrique
La métrique est un mode de mesure et de traitement de la distance entre des unités spatiales (J. Lévy, 2013, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés). La métrique euclidienne n'est pas la seule possible. Choisir une métrique plutôt qu'une autre, c'est aussi s'engager sur un mode de gestion de l'espace. (...)
Productivité
La productivité est le rapport entre une production et des ressources mises en œuvre pour réaliser cette production : les facteurs de production. La production désigne les biens et/ou les services produits. Les facteurs de production désignent le travail, le capital technique (installations, machines, outillages...), les capitaux engagés, les consommations intermédiaires (matières premières, énergie, transport...), ainsi que des facteurs moins faciles à appréhender bien (...)
Coordonnées
Les coordonnées sont les repères qui permettent de définir la position d'un point sur le globe terrestre, en latitude et en longitude. La latitude est définie par la distance angulaire de ce point à l’équateur, mesurée en degrés. La longitude est définie par la distance angulaire de ce point au méridien d’origine mesurée en degrés Par convention les coordonnées géographiques s'écrivent ainsi : 45° 45′ 35″ nord, 4° 50′ 32″ est. Dans cet exemple, il faut lire « (...)
Projection
Technique mathématique par laquelle on reporte des points de la surface d’une sphère à la surface d'un plan, et notamment de la Terre sur une carte. Aucune projection ne permet la représentation d’une sphère sur un plan sans déformation. En effet, la sphère comme l’ellipsoïde ne sont pas des surfaces développables (forme géométrique simple capable d’être aplatie, c’est-à-dire découpée puis développée, sans déformation), contrairement à d'autres formes géométriques (...)
Système, systémique
En grec le mot système signifie "ensemble, organisation". Ainsi, tout système forme une unité caractérisée, d’une part, par plusieurs éléments en interaction les uns avec les autres dans une structure et, d’autre part, par les propriétés de cohésion, d’interdépendance avec l’environnement, de stabilité. La description du système se fait : par l’analyse de sa structure interne et des relations entre ses éléments ; par la distinction de sous-systèmes ; par ses (...)
Sunnisme et chiisme
Le sunnisme et le chiisme sont les deux branches principales de la religion musulmane. Leur origine remonte à la mort de Mahomet (Muḥammad) et au problème de sa succession. Les sunnites reconnaissent les trois premiers califes (terme qui signifie « successeurs ») tandis que les chiites ne reconnaissent comme légitimes que le quatrième calife, Ali, cousin de Mahomet ayant épousé sa fille. et ses successeurs. À l'époque ottomane et jusqu'à l'abolition du califat en 1924 par Mustapha (...)
Informalité
L’informalité est un terme générique forgé en référence au cadre réglementaire et institutionnel. Il désigne des activités ou des pratiques qui s’exercent hors des règles. Selon les cas, ce jeu transgressif peut être choisi ou bien contraint lorsque le droit en vigueur réduit certains à y avoir recours pour vivre, travailler, se loger, se déplacer. La spécificité de l’informalité est d’échapper, tout ou partiellement, aux archives, à la mesure et aux statistiques (...)
Chorème, chorématique
« Le chorème est la structure élémentaire de l'espace géographique », selon les termes de Roger Brunet (1980). Le terme est indissociable de cet auteur et de l'école géographique qui l'a entouré. Il a été largement popularisé, en particulier dans la géographie scolaire, par l'intermédiaire du GIP Reclus et d'ouvrages tels que la Géographie universelle.  Les chorèmes étaient des formes simples (la maille, le front, la synapse...) dont la combinaison permettait (...)

Retour en haut

Actions sur le document