Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques À la une Carte à la une Carte à la une : la première carte scolaire (1963), quand les S.I.G. éclairent l’histoire

Carte à la une : la première carte scolaire (1963), quand les S.I.G. éclairent l’histoire

Publié le 17/10/2018
Auteur(s) : Malorie Ferrand, Doctorante, professeure agrégée d’histoire - Université Lumière Lyon II
La carte scolaire française, avant d'être un enjeu de mixité sociale et de politique éducative, a d'abord visé à répartir sur le territoire la construction des équipements, en particulier les collèges. Malgré son nom, peu de représentations cartographiques existent de cette « carte ». L'auteure nous propose de revenir sur les modalités de sa fabrication à son origine en 1963, à partir de l'exemple de l'Est du département de la Drôme.

Bibliographie | citer cet article

Exemple de l’Est Drômois

 

Malorie Ferrand, secteurs scolaires dans l'Est drômois, 1964 carte

Les secteurs scolaires dans l'Est drômois (Vercors, Diois, Baronnies), 1964.
 

L’histoire, à l’instar des autres sciences sociales, s’est emparée des systèmes d'information géographique (SIG). Ces outils, grâce à la masse de données qu’ils peuvent croiser, permettent de faire de la carte un élément central du raisonnement historique, suscitant des questions nouvelles et permettant de tester des hypothèses. Ce travail en est un exemple.

À partir de 1959, l’État réforme en profondeur le système scolaire de second cycle en créant les collèges contemporains. Une politique visant à rationaliser le réseau d’établissements est menée, avec pour outil la carte scolaire (créée en 1963), qui découpe le territoire en secteurs de recrutement et y associe un type de collège. Trois types de secteurs sont définis : mixte à forte concentration urbaine, mixte (10 000 habitants/600 élèves) auquel on associe un établissement de type C.E.S et rural (6 000 habitants, 400 élèves) équipé d’un C.E.G. Cependant, il semble que malgré cette politique d’uniformisation, la carte scolaire s’adapte à l’hétérogénéité des territoires et soit plus négociée qu’imposée. Cette hypothèse a été testée grâce aux cartes suivantes, réalisées grâce au logiciel QGIS Trois éléments guidant la construction de la carte scolaire ont été mis en évidence : le contexte démographique, l’accessibilité et l’historicité du réseau.

 
Les différents types d'établissement avant le collège unique


C.C : cours complémentaire annexé à certaines écoles primaires et assurant un enseignement plus poussé que les classes de fin d’études, sur 4 années.

C.E.G : collège d’enseignement général crée en 1959, il succède au C.C (cours complémentaire).

C.E.S : collège d’enseignement secondaire crée en 1963. Il propose plus de filières que le CEG, notamment une filière classique (avec du latin). Certains C.E.G sont transformés en C.E.S. Les C.E.G subsistent dans les milieux considérés comme ruraux par l’administration, jusqu’en 1975 ( loi Haby).

G.O.D : groupe d’enseignement dispersé crée en 1959, il ne comprend que le cycle d’observation (niveaux 6e et 5e).

 
 
Figure 2. Les secteurs de la carte scolaire dans l'Est drômois

 

Les valeurs inférieures aux seuils préconisés par l’administration figurent en caractère gras.

Numéro de secteur sur la carte
(Figure 1)
Chef-lieu de secteur Type de secteur défini par la carte scolaire Population du secteur (recensement 1962) Population scolarisable (déduction faite des enfants dits « inadaptés » et des élèves absorbés par le privé)
1 Saint-Jean-en-Royans Rural 6 043 314
2 La Chapelle-en-Vercors Rural 2 108 81
3 Die Mixte 8 702 393
4 Nyons Mixte 11 439 483
5 Buis-les-Baronnies Rural 5 278 230

Source : Sous-direction de l’orientation scolaire et professionnelle, Archives départementales de la Drôme, 906W.

 

Un cas à échelle locale : les secteurs scolaires dans l’Est Drômois

L’Est Drômois a été choisi comme cas d’étude en raison de ses caractéristiques géographiques (relief, faibles densités) à priori contraignantes pour la construction du réseau scolaire, mais aussi parce que l’élaboration de la première carte scolaire drômoise, validée fin 1965, est particulièrement bien renseignée((Dossier « carte scolaire » des Archives départementales de la Drôme (906W) répertoriant les documents préparatoires et la correspondance entre les différents acteurs ayant œuvré à la définition des secteurs scolaires.)). Ainsi, dans les montagnes drômoises marquées par l’exode rural, la faible densité de population rend le respect des seuils requis impossible. L’État s’accommode donc de seuils bien en-deçà, en termes de population globale et surtout scolaire, plutôt que de faire le choix d’élargir des zones déjà vastes afin de respecter les seuils préconisés.

Figure 3. Sectorisation dans le Vercours drômois, 1964
  Malorie Ferrand, secteurs scolaires et relief dans l'Est drômois, 1964 carte  

En changeant d’échelle, on observe que le découpage prend en compte le relief et le réseau routier, justifiant ainsi le maintien de deux collèges dans le Vercors drômois, dont celui de La Chapelle-en-Vercors (81 élèves seulement) qui dessert le plateau, peu accessible depuis Saint-Jean-en-Royans((Le fond de carte a été réalisé à partir de données contemporaines modifiées grâce aux cartes 1950 de Géoportail, notamment pour les routes.)).

Figure 4. Le réseau scolaire public de second degré dans la Drôme, 1959
 

Malorie Ferrand, réseau scolaire public de second degré 1964 carte

 

Superposer la carte du réseau de 1964 et celle de la période antérieure aux réformes (1959) permet de faire apparaître un palimpseste révélant que la plupart des établissements préexistaient. La carte scolaire se fonde donc également sur les héritages, les établissements existants ne sont ni déplacés ni supprimés, par souci d’économie mais aussi pour ne pas prendre le risque de susciter le mécontentement des familles et des élus locaux.

Cet exemple permet donc de valider l’hypothèse d’une première carte scolaire qui s’adapte au territoire plutôt que de le nier. L’utilisation des SIG permet de développer une analyse historique à la fois multiscalaire et multifactorielle. La carte doit ensuite être croisée avec d’autres sources pour affiner l’analyse.

 


Pour compléter :

 

 

Malorie FERRAND,
Doctorante, professeure agrégée d’histoire, Université Lumière Lyon II — Laboratoire d’études rurales
Thèse en préparation : Les CEG (Collège d’Enseignement Général) dans l’académie de Grenoble, 1959-1981.

Mise en web : Jean-Benoît Bouron

 

Pour citer cet article :

Malorie Ferrand, « La première carte scolaire (1963), quand les S.I.G. éclairent l’histoire », Carte à la une de Géoconfluences, octobre 2018.

URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/a-la-une/carte-a-la-une/premiere-carte-scolaire-1963

 

Actions sur le document