Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers régionaux Afrique subsaharienne : territoires et conflits Cadrage et problématiques générales

Afrique subsaharienne : territoires et conflits

Cadrage et problématiques générales

Publié le 11/01/2013

Sans sombrer dans un afro-pessimisme systématique qui nierait toute capacité d'action et d'initiative à ce continent et aux États et sociétés qui le composent, force est de constater l'accumulation et la combinaison sur les territoires africains de phénomènes ou de situations qui pénalisent les populations et handicapent leur développement.
Pourtant chacun des caractères parfois abusivement présentés comme spécifiquement africains se rencontre en d'autres lieux de la planète. Pour ce qui est de la mal-gouvernance ou de la confiscation systématique de la rente tirée de l'exploitation des ressources naturelles, certaines Républiques issues du démembrement de l'Empire soviétique n'ont rien à envier à l'Afrique. L'Asie constitue, avec le SRAS ou le virus H5N1, une zone potentielle d'émergence de nouvelles pandémies tout aussi active que l'Afrique subsaharienne. Sur un autre plan, l'explosion urbaine récente en Afrique et son difficile accompagnement en termes de gestion et d'équipements collectifs, ne sont pas radicalement différents des situations constatées en Asie ou en Amérique latine. Enfin, les contestations frontalières et les conflits qui en sont issus n'y sont pas plus nombreux que dans l'ensemble euro-asiatique.
En revanche les conflits intra-étatiques à tonalité fréquemment, mais non exclusivement, ethnique, sont par leur fréquence et malgré une certaine amélioration, une spécificité actuelle de l'Afrique subsaharienne avec son cortège d'effets directs ou indirects sur les populations : massacres, viols, déplacement forcés, camps de réfugiés, enrôlement d'enfants soldats. Dans les zones d'affrontement et sur leurs marges accueillant les réfugiés, ils constituent, souvent et beaucoup plus que l'explication climatique, le facteur central des situations de famine. On peut même trouver des formes d'utilisation économique de la guerre : rançons, exploitation de situations de crise humanitaire parfois provoquées ou accentuées dans l'objectif d'obtenir et de confisquer l'aide internationale.
L'objectif de ce dossier est d'éclairer quelques-uns de ces aspects tout en montrant que les sociétés africaines ne sont pas cantonnées dans une forme de résignation dans l'attente d'une aide extérieure, qu'elle soit le fait de la communauté internationale, d'États, ou d'ONG : des dynamiques internes y sont en œuvre contribuant à de nouvelles configurations territoriales.

 

Actions sur le document