Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers régionaux Le Japon : les fragilités d'une puissance Articles scientifiques Tokyo, ville globale olympique : de l’échec du projet de 2016 au succès de la candidature de 2020

Le Japon : les fragilités d'une puissance

Tokyo, ville globale olympique : de l’échec du projet de 2016 au succès de la candidature de 2020

Publié le 18/10/2017
Auteur(s) : Raphaël Languillon-Aussel, chercheur de la Confédération Suisse – Université de Genève, chercheur associé – UMR 5600, Université de Lyon, ancien boursier du Comité International Olympique
Capitale d'un Japon vieillissant, Tokyo a misé sur les Jeux Olympiques pour affirmer sa place de ville mondiale et réveiller un secteur immobilier en difficulté. Après un échec pour les jeux de 2016, la ville a finalement été retenue pour 2020. Cette réussite permet à Tokyo de proposer des aménagements urbains durables dans une logique de compacité évitant les mégaprojets coûteux. Raphaël Languillon-Aussel analyse les deux projets de candidature successifs, pour montrer ce qu'ils reflètent des orientations politiques prises par les acteurs de la fabrique urbaine de demain.

Bibliographie | citer cet article

Le regard des enseignants

Introduction : De 1964 à 2020, évolution des Jeux et des enjeux à Tokyo

En 1964, s’ouvraient à Tokyo les premiers Jeux Olympiques d’Asie, symboles du miracle japonais (Johnson, 1982). Ils consacraient le Japon en tant que puissance industrielle et pays développé. Près d’un demi-siècle plus tard, Tokyo, capitale d’un pays vieillissant et stagnant au sortir de la décennie perdue((Pour une discussion de cette formule controversée qu’est la « décennie perdue », voir Marc Bourdier et Philippe Pelletier (dir.), L’Archipel accaparé. La question foncière au Japon, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2000, 310 p.)) des années 1990, présente une nouvelle fois sa candidature pour l’obtention des Jeux en 2016. Malheureusement, elle ne remporte pas la compétition, et les plans d’aménagement urbain mis en place lors de la phase préparatoire de la candidature sont mis en suspens (TMG, 2006 ; Languillon-Aussel, 2014). Cette incapacité à remporter les Jeux après plus d’une décennie de renaissance urbaine et de réformes économiques interroge en profondeur le bilan des politiques menées depuis les années 2000.

Tournant heureux de l’Histoire, le Comité olympique accorde à Tokyo l’opportunité d’organiser les Jeux pour 2020, faisant oublier l’échec de la candidature précédente. La décision peut paraître choquante, voire irresponsable : pourquoi refuser de donner les Jeux de 2016 à une métropole qui a mené une politique dynamique pendant plus de 10 ans, et accorder ceux de 2020 à la capitale d’un pays ayant essuyé une catastrophe nucléaire majeure encore largement incontrôlée, menaçant la sécurité des habitants et des activités par des émissions radioactives à moins de 200 km de la plus grande concentration humaine du monde ?

Cet article se propose de contextualiser les projets olympiques des années 2010 dans une réflexion plus globale sur la maturité et la renaissance urbaine. Il s’agit de voir dans le projet olympique Tokyo 2020 l’expression d’une stratégie de maximisation des ressources urbaines. Elle présuppose un lien puissant entre le projet olympique et la politique de renaissance urbaine menée depuis le tournant des années 2000. L’essoufflement de cette dernière serait alors compensé par Tokyo 2020 qui en prend la relève afin d’assurer la continuité dans la redynamisation de la ville globale.

1. Tokyo 2016 : heurs et malheurs d’un projet olympique adapté aux enjeux de la maturité

Analyser un projet urbain avorté peut sembler inutile. Pourtant, un tel travail présente une série d’intérêts pour les géographes, les urbanistes, les économistes, les sociologues ainsi que les politologues. Ce type de candidature relève d’une sorte d’exercice de marketing urbain pour lequel les métropoles doivent satisfaire à deux défis presque contradictoires. D’un côté, il leur faut acquérir un langage urbanistique commun, sur un modèle convergent. Il s’agit d’un processus homogénéisateur. D’un autre côté, l’affirmation d’une typicité urbaine qui rende compte d’une créativité et d’une force de proposition sources d’attractivité et de compétitivité est indispensable pour remporter la décision du Comité olympique. C’est une forme de résistance à l’homogénéisation, avec la recherche d’une divergence au sein de la convergence des modèles de villes globales. 

1.1. Accélérer la compacification grâce à l’événementiel

Le projet de 2016 proposait de dédoubler le cœur de ville de Tokyo et organisait l’aménagement des Jeux en 5 clusters regroupant les infrastructures sportives et logistiques. La compacité se retrouvait ainsi à deux niveaux : à l’échelle macro-urbaine avec le cœur dédoublé ; à l’échelle micro-urbaine, avec les clusters (figure 1).

Les plaquettes de Tokyo 2016 le présentaient comme étant le projet olympique le plus compact du monde. Plus de 95 % des installations sportives et des services se concentraient dans un rayon de 4 km autour du stade. Ce dernier devait être localisé sur le terre-plein Harumi, dans l’arrondissement de Chûô, à côté de Tsukishima et à proximité du Rinkai Fukutoshin. Il se trouvait à la jonction de la zone dite « Héritage » et de celle de la Baie de Tokyo.

La zone Héritage devait regrouper les espaces dynamisés et aménagés lors des Jeux Olympiques de 1964, pendant la période de la Haute Croissance qui a vu l’expansion de Tokyo vers l’ouest, en particulier autour de Yoyogi, avec les quartiers de Shibuya et de Shinjuku. La zone de la Baie correspondait au front de mer et formait un Rinkai Fukutoshin élargi que se proposaient d’investir, de dynamiser et surtout d’urbaniser les Jeux de 2016. On avait ainsi un glissement dans le front d’urbanisation de l’ouest, terrestre, vers l’est, maritime qui correspond à un retournement dans les plans d’urbanisation de Tokyo (TMG, 2007). Le projet de Tokyo 2016 reprenait cette logique sans en être l’initiateur.

Répartis entre ces deux ensembles, les cinq clusters étaient emblématiques de la compacité et de la continuité urbaine entre les deux périodes promues dans le projet. Le cluster central du projet était appelé « Musubi » et correspondait au front de mer. Il se trouvait à la jonction entre la zone Héritage et la zone de la Baie de Tokyo. Il devait accueillir le stade olympique avec la vasque autour desquels se structure le reste des infrastructures. Il accueillait aussi le village olympique, l’hôtel des médias, le centre principal de presse ainsi que six sites de compétitions.

Le terme de musubi était programmatique. Symbole des Jeux de Tokyo 2016, il s’agissait d’un nœud coloré fait de fils de papier, utilisé au Japon dans la célébration d’événements heureux. Il faisait référence à l’union des différents fils qui symbolisaient les flux convergents. À l’échelle locale, ils convergeaient vers le centre des Jeux et mettaient en lumière le poids nouveau de l’hyper-centre dans la stratégie de compacification réalisée par la renaissance urbaine. À l’échelle de l’agglomération, ils reliaient urbanisation héritée et future. À l’échelle mondiale, ils convergeaient vers Tokyo comme capitale olympique mais aussi comme métropole aux prétentions globalisées.

Utilisés pour les naissances, les nœuds musubi faisaient d’une part écho au slogan « Tokyo Renaissance » (« Reboot Tokyo »), utilisé lors de la troisième campagne du gouverneur Ishihara Shintarô((Dans cet article et l’ensemble du dossier nous nous plions à l’usage japonais consistant à placer en premier le patronyme et en second le prénom.)) et symbolisaient d’autre part la politique de renaissance urbaine mise en place depuis le tournant des années 2000. La candidature de 2016 apparaissait donc comme le point d’orgue et l’aboutissement de plus d’une décennie de politique urbaine intense, devant conduire au retour de Tokyo dans le concert des grandes métropoles internationales. Si la signification du musubi était difficilement perceptible par les étrangers, elle était clairement identifiable par les Japonais.

Les quatre autres clusters étaient équitablement répartis entre zone Héritage et zone de la Baie. La première en comprend deux : celui de Yoyogi, issu des Jeux de 1964 et recyclé par le projet de 2016 ; celui du Palais, autour du parc impérial et des quartiers du pouvoir. Ceux de la zone de la Baie correspondaient aux espaces clés du front d’urbanisation contemporain. Celui de l’Île du Rêve (Yume no shima) était le symbole du succès de la politique d’aménagement d’espaces verts gagnés sur la mer. Celui de la Forêt de la Mer (Umi no mori) se situait dans la continuité des expériences de végétalisation de l’Île du Rêve, avec le projet de parc du même nom mené par Andô Tadao.

Figure 1 : Organisation générale du projet urbain de Tokyo 2016

Raphaël Languillon-Aussel – Projet olympique Tokyo carte plan

Source : dossier de candidature olympique de Tokyo, Tokyo Metropolitan Government, 2007. Cartographie : R. Languillon-Aussel et J.-B. Bouron, 2017.

 

1.2. Revitaliser le front de mer : la zone de la Baie dans la continuité des opérations du Rinkai Fukutoshin

Le projet de Tokyo 2016 affichait la volonté de faire de Tokyo une métropole exemplaire de la durabilité, comme l’attestent ces quelques citations : « La motivation de Tokyo est claire : inspirer et donner un nouveau souffle à la ville et à sa population en mettant en œuvre (...) des Jeux durables d’un point de vue social, économique et environnemental » (tome 1, page 23) ; « La transformation urbaine de Tokyo – intégrant parfaitement un environnement durable et le développement social – fera de la capitale nippone un modèle idéal de la ville du XXIème siècle » (tome 1, page 27). Dans ce contexte, le front de mer constituait un espace pilote dans la mise en œuvre de la durabilité urbaine nouvelle de Tokyo : « la zone de la Baie de Tokyo [est un] modèle pour les environnements urbains de demain. (...) [Elle est l’] illustration d’un modèle de développement urbain durable au cœur de la mégalopole, en harmonie avec l’eau et la verdure » (tome 1, page 39).

 
Figure 2 : La localisation du village olympique du projet de 2016

Raphaël Languillon-Aussel – Tokyo villes olympique - vue d'artiste oblique

Source : Raphaël Languillon, à partir d’une vue d’artiste du tome 2 du dossier de candidature, p. 189-190.

 

Le village olympique devait être construit à Ariake-Kita. Il participait du mouvement de conversion des terre-pleins de Tokyo en espace vitrine de la durabilité, en continuité avec la réorientation du projet d’aménagement d’Odaiba et du Rinkai Fukutoshin (Saito, 2003 ; Scoccimarro, 2007). Dans le village olympique, la compacité se retrouvait à deux niveaux (figure 2). Au niveau de l’agglomération, sa situation centrale rendait accessibles à 70 % des athlètes les sites de compétition en moins de 10 minutes de transport. Au niveau du quartier lui-même, la compacité du bâti rendait accessibles à moins de 500 mètres tous les logements et les services depuis l’entrée principale. La conception universelle permettait d’adapter les logements aux handicapés, en particulier aux fauteuils roulants. Les immeubles ne dépassaient pas 9 étages et offraient des appartements allant de 136 m² (pour huit personnes) à 63 m² (pour quatre personnes). Chaque bâtiment respectait les standards de l’architecture passive, grâce à la prise en compte du microclimat du terre-plein, à des économies d’énergie et à la végétalisation des toits et des murs extérieurs.

L’ambition du projet était ainsi de faire du village olympique un modèle de durabilité. « Le Village Olympique deviendra un modèle de solution pour l’habitat urbain durable » (tome 2, pages 201-202) ; « Le Village Olympique laissera aux citoyens de Tokyo et du Japon un héritage durable et constituera pour le monde entier une vitrine en matière de développement durable » (tome 2, pages 203-204). À l’issue des Jeux, le quartier d’Ariake-Kita aurait dû devenir une zone résidentielle et un nouveau pôle urbain du front de mer comme le prévoyait le plan directeur d’aménagement urbain du quartier d’Ariake-Kita, amendé par le TMG en 2007 afin d’y inclure le village olympique.

1.3. Échec et limites d’un projet de qualité

Expliquer l’échec d’un projet olympique n’est pas chose aisée, tant la décision du comité relève d’une grande variété de facteurs : qualité intrinsèque du dossier, qualité du dossier comparativement à ceux des concurrents, degré de corruption plus ou moins élevé des membres, prises de position irrationnelle en raison de facteurs relevant de sentiments personnels, de croyances collectives, de discours et de représentations plus ou moins fondés. Les éléments sont variés, et la liste n’est pas exhaustive. Néanmoins, trois facteurs permettent d’expliquer en partie l’échec du projet de 2016, malgré sa très bonne facture technique et formelle.

1) Le projet olympique de 2016 aurait relevé de l’ambition politique d’Ishihara Shintarô, le gouverneur du département de Tokyo entre 1999 et 2012. S’il n’initiait pas la politique de durabilité mise en place par Ishihara, en constituait une vitrine marketing de premier plan. Il a été dès le début identifié comme une ramification de la stratégie politique du gouverneur de Tokyo, qui a même modifié les plans de développement à moyen terme du gouvernement métropolitain lors de sa réélection pour y inclure les références au projet olympique.

Complément 1 : La figure controversée de l’ancien maire de Tokyo, Ishihara Shintarô

2) Par ailleurs, le projet de candidature de Tokyo 2016 n’était pas véritablement novateur, ni dans la forme, ni dans le fond. La « renaissance » de Tokyo à partir des Jeux Olympiques était affichée comme l’un des objectifs de cette candidature : « La motivation de Tokyo est claire : inspirer et donner un nouveau souffle à la ville et à sa population en mettant en œuvre (...) des Jeux durables d’un point de vue social, économique et environnemental » (tome 1, page 23). L’objectif, à terme, était de faire de Tokyo le nouveau modèle urbain de l’Asie et du monde et ainsi de recouvrer à la fois son prestige, mais aussi son attractivité et sa compétitivité : « La transformation urbaine de Tokyo – intégrant parfaitement un environnement durable et le développement social – fera de la capitale nippone un modèle idéal de la ville du XXIème siècle » (tome 1, page 27). Le discours utilisé et ses références inscrivaient la démarche dans la promotion de la ville d’exception, sur les bases d’une renaissance emprunte de durabilité((La lettre du président du comité olympique japonais, Kôno Ichirô, qui clôt le dossier de candidature, reprend l’idée selon laquelle Tokyo comptait se servir des Jeux pour faire la démonstration de sa nouvelle ambition : « nous souhaitons humblement faire la démonstration d’un modèle de durabilité urbaine du 21ème siècle. (...) Comme ce document le montre, le travail est déjà en cours de réalisation » (tome 3, page 173). Ainsi, contrairement à ce que l’on aurait pu croire, la politique de développement durable mise en place par les acteurs tokyoïtes n’a pas pour objet les Jeux Olympiques, mais visent un objectif bien plus vaste.)).

Au-delà du rejet par les habitants eux-mêmes, une grande part de la population japonaise dénonce le surinvestissement dont bénéficie Tokyo au détriment du reste du pays. Défaut de soutien local et national, l’exceptionnalisme de la ville olympique a donc été confronté à un rejet massif quoique silencieux, qui s’est traduit par l’absence de ferveur populaire plus que par la dénonciation bruyante d’un projet spatialement inégalitaire. La lassitude citoyenne a finalement sanctionné une politique jugée trop élitiste, déconnectée des enjeux du plus grand nombre, inscrite dans la continuité de la renaissance urbaine des années 2000 qui avait déjà survalorisé l’hyper-centre tokyoïte au détriment du reste de l’agglomération et du pays.

3) Malgré la très grande qualité factuelle du dossier, le comité olympique préfère accorder les Jeux à Rio de Janeiro. Pour la première fois de l’Histoire, ils se sont déroulés en Amérique latine. Ce choix rappelle l’édition pékinoise de 2008, mais aussi celle de Tokyo de 1964, ou la coréenne de 1988. Les choix économiques semblent avoir primé sur les choix urbanistiques ou techniques. L’attribution des Jeux revêt une charge symbolique d’accession à un certain niveau de puissance ou de développement. Le choix de Rio entérine ainsi le grand basculement du monde des économies atones des pays développés aux économies dynamiques des pays émergents.

Le manque de soutien populaire a été mis en avant dans l’échec du projet de Tokyo 2016. Mais les raisons économiques priment très certainement sur les raisons sociales dans la décision du comité. Au-delà de la défaite, c’est toute la politique de renaissance urbaine menée depuis plus d’une décennie qui est remise en question. Malgré les efforts politiques et économiques consentis par le Japon et par Tokyo, la très grande mutation urbaine qu’a connue la capitale japonaise n’a pas suffi à convaincre une instance internationale.

 

2. Tokyo 2020 : événementiel et mégaprojet, vers l’ouverture de nouveaux champs d’urbanisation

La décision du Comité olympique d'attribuer les Jeux de 2020 à Tokyo a été prise le 7 septembre 2013, un an et demi après la catastrophe de Fukushima((Toute référence à la catastrophe nucléaire est absente du dossier olympique. Seuls le séisme et le tsunami sont évoqués, en particulier par Takeda Tsunekazu, le président du Comité olympique japonais, dans sa lettre qui ouvre le dossier. Page 7 à ce même dossier, on trouve cette autre référence : « Dans le contexte du tremblement de terre et du tsunami de 2011, la candidature de 2020 est une illustration du pouvoir du sport et du Mouvement olympique de générer de l'espoir, de motiver et d'inspirer les pays et les peuples ».)). Elle a été saluée par une vive émotion, mais aussi par une réaction très positive des marchés : la bourse de Tokyo, en particulier, fermait en très nette hausse ce jour-là. 

2.1. La reprise du projet de Tokyo 2016 : quelles variations ?

Le dossier de candidature annonce dès l'introduction la filiation avec deux éléments forts : le dossier de candidature de 2016 et les JO de Londres de 2012. Le dossier de 2020 repose sur le principe claire de « conserver le meilleur de 2016, améliorer le reste ». Il insiste également sur la modernité, l'avant-gardisme et le très haut degré de globalisation de la capitale britannique dans le succès des Jeux de 2012, qui servent de modèle pour Tokyo.

Les grands principes du projet de 2016 ont donc été conservés. On retrouve la division du centre de Tokyo entre Zone Héritage et Zone de la Baie, avec le même esprit : l'un réutilise les infrastructures des Jeux de 1964, l'autre en crée de nouvelles en les intégrant dans le front d'urbanisation résolument futuriste de la Baie (figure 3). Comme tous les projets d’aménagement de Tokyo depuis les années 1980, la Baie est encore une fois un serpent de mer qui refait surface et cristallise les espoirs d'urbanisation haut de gamme, vitrine de la grande capacité du Japon en termes d'innovations.

 
Figure 3 : Le projet de Tokyo 2020, divisé entre Zone Héritage et Zone de la Baie. 

Raphaël Languillon-Aussel – projet olympique Tokyo carte plan

Source : dossier de candidature Tokyo 2020, t. 1, p. 2 et 3. 
Cartographie : R. Languillon-Aussel et J.-B. Bouron, 2017.

 

2.2. Tokyo 2020 : aboutissement de vingt ans de politiques urbaines

Alors que la politique de renaissance urbaine initiée en 2002 s'essouffle, le programme de grands travaux lancé par l'obtention des Jeux constitue une opportunité importante pour les entreprises et les acteurs impliqués dans la fabrique des environnements urbains, ceux-là même qui ont assuré une grande partie de la renaissance de la capitale japonaise dans les années 2000. Les principales entreprises impliquées dans le projet olympique ont vu leurs titres s'envoler lors de l'annonce de l'attribution des Jeux en septembre 2013 : Taisei Corporation (l'entreprise de construction en charge de la réalisation du stade olympique), Mitsui Fudôsan, Mitsubishi Jisho (en charge du village olympique), Sumitomo Real & Development, JR East, et les compagnies aériennes Japan Airlines et All Nippon Airways qui desservent le Japon et qui sont responsables d'une grande partie du développement de l'aéroport de Haneda, à proximité des futurs sites olympiques (Mellet, 2014).

Le village olympique est représentatif de ce mouvement de continuité. Il sera pris en charge par Mitsubishi Jisho((Mitsubishi Jisho est l’une des trois grandes entreprises immobilières qui opèrent à Tokyo. Elle est surtout présente dans le quartier d’affaires historique de la capitale, à Marunouchi, et a été l’un des grands bénéficiaires de la politique nationale de renaissance urbaine initiée en 2002.)), dans le secteur de Harumi, sur les terre-pleins de la Baie de Tokyo (figure 4). Il sera donc réalisé par des promoteurs privés, sur un site qui appartient néanmoins au gouvernement métropolitain qui en tire des bénéfices importants. Situé à 6 m au-dessus du niveau de la mer, il est sensé échapper à la plupart des tsunami moyens. A la jonction entre Zone Héritage et Zone de la Baie, il bénéficie d'une situation de centralité intéressante.

Pendant les Jeux, le village aura une capacité de 17 000 lits : 16 000 pour les athlètes, et 1 000 pour les officiels en cas de besoin. Comme pour le projet de 2016, le site est compact : tous les bâtiments se trouvent dans un rayon de 550 m de distance à la gare qui dessert la zone, soit 6 minutes de marche à pied. Aux trois zones résidentielles s'ajoutent des restaurants, une polyclinique, des sites sportifs d'entraînement (comme une piste d'athlétisme de 400 m, ou des itinéraires de jogging).

Les bâtiments seront HQE (haute qualité environnementale) et respecteront les principes de l'accessibilité universelle. Les logements bénéficieront de larges ouvertures sur la Baie, pour offrir un paysage urbain sur Tokyo de très grande qualité. Après les Jeux, Harumi sera réutilisé pour créer un nouveau quartier de haut standing. Il offrira des logements adaptés à des familles avec enfants, du F2 au F6. Une partie du village olympique deviendra par ailleurs l'Esplanade des Nations, qui hébergera des institutions culturelles, des infrastructures sportives et éducatives, ainsi qu'un institut des sciences et des technologies spécialisé dans le sport et les grands événements.

Le secteur de Harumi entre donc dans un vaste mouvement d'urbanisation de la Baie, tel qu'on l'observe déjà à Odaiba, et participe du mouvement de retour au centre de la population (Scoccimarro, 2007). Dans cette perspective, des entreprises privées ont déjà anticipé cette urbanisation. Ainsi, Sumitomo Realty & Development a mis au point un projet de grande envergure à Ariake, sur le terre-plein juste à proximité.

Le projet olympique crée un signal fort qui nourrit la demande de copropriétés dans le secteur du front de mer((« Les Jeux Olympiques nourrissent la demande de copropriétés dans la zone de la Baie de Tokyo » (Gorin kôka manshon ni mo tonai no bunjô zôka wangan eria kyakkô), Yomiuri Shinbun, 13 septembre 2013)), au bénéfice de l'arrondissement de Chûô pour lequel le mouvement de retour au centre des populations est garanti jusqu’après 2020 par la conversion du site. Cette caution permet à ce dernier de consentir des investissements dans des équipements, comme des infrastructures éducatives ou des réseaux d'assainissement qui constituent autant de charges de centralité couteuses que Chûô-ku ne peut pas mettre en œuvre sans la certitude qu'elles seront rentabilisées.

En valorisant le cœur de Tokyo, en urbanisant le front de mer et en encourageant le mouvement de retour au centre des populations (voir l’article de Rémi Scoccimarro dans ce dossier), le projet olympique se situe dans la continuité des politiques de renaissance urbaine développées dans les années 2000. Il apporte des garanties qui permettent de prolonger les bénéfices de la renaissance et d’enrayer l'essoufflement postérieur à 2008. Trois types d'acteurs sont particulièrement concernés.

1) Le secteur privé, qui se mobilise dans l'aménagement des nouveaux espaces, bénéficie des garanties reposant sur la qualité du projet olympique, sur l'engagement du gouvernement central et du gouvernement métropolitain à le réaliser mais aussi à assurer l'exploitation des infrastructures une fois l’événement terminé. Il profite également de l'effet signal très positif que l’annonce des Jeux a eu sur les marchés boursiers et financiers. Ce n'est pas un hasard si les entreprises immobilières et de construction mobilisées dans les aménagements olympiques sont les mêmes que celles qui avaient pris en charge la renaissance urbaine du centre de Tokyo : Mitsubishi et Mitsui.

2) Il y a ensuite les garanties apportées aux arrondissements centraux, en particulier celui de Chûô, sur la perpétuation des mouvements de retour au centre et des investissements immobiliers sur leurs territoires. Elles permettent d'obtenir des financements à meilleurs taux pour moderniser ou agrandir les infrastructures. L'argent public des échelons supérieurs mobilisés dans le projet olympique déleste une partie des dépenses que les municipalités locales allouent à l’entretien et à la modernisation des équipements et des infrastructures.

3) Avec les investissements que permet le projet olympique, la valeur des biens immobiliers que les particuliers achètent est garantie par un contexte très favorable. Or, ces derniers sont d'autant plus enclins à s'endetter que leurs investissements ne sont pas exposés au risque de décote, ce qui est un élément supplémentaire qui explique cet engouement populaire pour les logements de cette partie du centre de Tokyo, surtout dans un contexte national déflationniste.

Il est intéressant à ce titre de voir comment s’articule le projet olympique et les zonages économiques spéciaux mis en place à Tokyo la même année que la proclamation du vote du CIO, en particulier concernant le zonage dit Special Zone for Asian Headquarters. Sa logique de localisation est la même que celle de la renaissance urbaine : il recouvre l’hyper-centre, le front de mer, les environs des gares de Shinjuku, Shibuya, Shinagawa et Tamachi, auxquels s’ajoutent l’aéroport de Haneda et, depuis novembre 2016, les environs de la gare d’Ikebukuro (figure 4). L’objectif principal est d’attirer les sièges sociaux des entreprises asiatiques ou les antennes asiatiques des entreprises occidentales. Il s’inscrit dans la continuité de la renaissance urbaine et vise à en absorber l’offre immobilière neuve de grande qualité construite lors de la décennie 2000 et, plus marginalement, à contrecarrer le déclin à venir de la population active qui réduit les besoins locaux en surfaces de bureaux des centres d’affaires tokyoïtes. L’objectif est d’attirer à moyen terme 500 entreprises étrangères, dont une cinquantaine d’antennes asiatiques de multinationales, via des incitations fiscales, des dérégulations et un soutien administratif et financier((Voir le site Internet du gouvernement métropolitain de Tokyo)).

 
Figure 4 : Spatialisation des Special Zones for Asian Headquarters et des aménagements olympiques du projet de 2020. 

Raphaël Languillon-Aussel – Village olympique Tokyo carte plan

Source : Site Internet du TMG. Les zones d’Ikebukuro et de Haneda, hors du cadre, ne sont pas représentées.
Cartographie : R. Languillon-Aussel et J.-B. Bouron, 2017.

 

On observe une continuité entre la renaissance urbaine qui rénove l’hyper-centre et les sous-centres tokyoïtes dans les années 2000, avec l’aménagement de tours de bureaux, et les Special Zones for Asian Headquarters qui visent à attirer de nouveaux clients de l’immobilier commercial depuis l’Asie-Pacifique. Pour simplifier à l’extrême, les années 2000 sont celles de la production de surfaces immobilières nouvelles de très haut standing, et les années 2010 sont celles de leur écoulement sur le marché internationalisé à l’Asie toute entière. Dans cette logique à double détente, le positionnement du projet olympique est en revanche légèrement différent.

Si l’on superpose la localisation des infrastructures et le zonage des années 2010, on peut observer qu’il n’y a pas d’adéquation parfaite entre les deux : sur 37 sites sportifs, seuls 11 sont localisés dans le zonage spécial, soit 30 %. Il faut néanmoins bien distinguer deux types d’infrastructures olympiques : d’un côté, les sites dédiés aux compétitions, de l’autre les sites au caractère immobilier commercial ou résidentiel plus affirmé. Si l’on se concentre sur la seconde catégorie de sites, la plupart se trouve effectivement à l’intérieur du zonage : le village olympique se situe sur le front de mer (figure 4), tout comme le centre des médias. Une fois les jeux achevés, le village sera transformé en quartier résidentiel avec alternance d’immeubles collectifs de moyenne hauteur et de tours résidentielles de standing.

En observant la composition d’ensemble du projet olympique, l’idée de continuité spatiale apparaît plus claire. À l’échelle globale, 28 des 37 sites se trouvent dans le centre de Tokyo, dont 21 sur le front de mer : cette logique de forte concentration relève donc spatialement d’une volonté de renforcer la centralité tokyoïte aussi bien à l’échelle nationale que régionale et métropolitaine, reprenant par-là la même logique que celle du zonage des années 2000 et celui des années 2010. À l’échelle du cœur de ville, le projet distingue par ailleurs deux zones : la zone dite « héritage » et celle dite « de la Baie » (figure 4). Cette division acte le lent glissement de l’urbanisation de Tokyo de l’ouest, aménagé en particulier en relation avec les Jeux Olympiques de 1964, vers le sud (Shinagawa) et le front de mer, nouvelle frontière urbaine depuis les années 1980 et 1990((Le projet d’urbanisation de la Baie avait été modifié et retardé à de nombreuses reprises en raison du dégonflement de la Bulle en 1991. Serpent de mer, il a connu un second souffle dans les années 2000, dynamique que poursuit et valorise le projet olympique. Sur les nombreux aléas de l’urbanisation du front de mer, voir les travaux de Saito, 2003 et Scoccimarro, 2007.)), majoritairement concerné par la renaissance urbaine des années 2000 et dans lequel se loge la majeure partie des aménagements olympiques.

Dans la zone dite « héritage », la quasi-totalité des infrastructures sportives se localise à la périphérie immédiate des centres urbains concernés par le zonage spécial et traduit donc une logique de péri-centralité. Dans la seconde zone, la totalité des sites se localise elle-aussi soit en marge immédiate du zonage, avec les 17 infrastructures aménagées dans l’arrondissement de Kôtô (arrondissement péri-central bordant ceux de Chuo et de Chiyoda), soit dans le zonage mais en marge des terre-pleins concernés par la dynamique la plus intense de la renaissance urbaine et de la construction de tours résidentielles et/ou de bureaux. Ainsi, quel que soit le cas de figure, les aménagements olympiques s’inscrivent dans une logique de péri-centralité vis-à-vis des zonages des années 2000 et 2010.

2.3. Préparer les JO de 2020, horizon dynamique pour Tokyo ? Les aménagements olympiques et leurs effets d’entraînement

Contrairement aux Jeux de 1964, qui avaient donné lieu à l'inauguration de nombreuses infrastructures, à commencer par la première ligne de shinkansen, les Jeux de 2020 ne prévoient pas de grands chantiers de ce type. On en compte néanmoins trois, de taille plus modeste : la création d'une portion d'autoroute urbaine, l'agrandissement de l'aéroport de Haneda et l'inauguration d'une nouvelle gare sur la ligne circulaire de la Yamanote-sen.

La portion d'autoroute sera longue de 14 km, partira de Kanda, à l'intérieur de Tokyo, contournera le palais impérial et se dirigera vers la Baie de Tokyo, au sud-est. Comme elle passe dans un tissu urbain dense, une partie sera souterraine, en particulier dans le secteur de Toranomon et de Shinbashi, dans l’arrondissement de Minato. En surface, Mori Biru et le gouvernement métropolitain, en partenariat avec des acteurs privés et le gouvernement d'arrondissement, aménageront un projet d’avenue commerçante d’un genre nouveau.

L'agrandissement de l'aéroport de Haneda, qui se situe dans la Baie de Tokyo à proximité du front de mer et de l'hyper-centre, est en partie pris en charge par les compagnies aériennes qui y ont basé leur hub : Japan Airlines et All Nippon Airways. Les travaux ont déjà été en partie réalisés, mais seront redimensionnés en vue des Jeux (Mellet, 2014). Les vols internationaux y seront aussi renforcés, grâce à sa plus grande proximité au centre de Tokyo que l’actuel aéroport international de Narita. Le développement de Haneda devrait améliorer le positionnement de Tokyo en Asie orientale. C’est pour cette raison que la zone de Tenkubashi, à proximité immédiate, a été incluse en 2016 dans les Special Zones for Asian Headquarters.

Enfin, une nouvelle gare sur la ligne Yamanote-sen sera construite. Promesse de campagne de l’ancien gouverneur Masuzoe Yôichi (2014-2016), ce sera la première gare créée depuis 1971((La dernière gare inaugurée sur cette ligne a été Nishi-Nippori, en 1971, dans l'arrondissement d'Arakawa.)) sur une ligne qui en compte déjà 29. Elle sera le fruit d'un projet de rénovation d'une friche ferroviaire de 20 ha entre les deux gares déjà existantes de l'arrondissement de Minato-ku : celle de Shinagawa et celle de Tamachi (figure 5). Le tronçon, d'une longueur de 2,2 km parcouru en trois minutes, est le plus long en distance comme en temps de la ligne. Mais l'espacement n'explique pas à lui seul l'intérêt du projet, qui est beaucoup plus ambitieux. Le projet inclut cinq acteurs majeurs : le gouvernement métropolitain, le gouvernement de Minato-ku, JR East, et les deux ôtemintetsu qui possèdent des lignes à proximité : Keikyû et Seibû. Son inauguration devrait avoir lieu juste avant les Jeux olympiques afin d'absorber les flux de touristes en provenance de l'aéroport de Haneda.

Trois éléments viennent étayer l'intérêt de la nouvelle gare. D’abord, elle sera située dans la zone d'accueil de l'aéroport de Haneda, dont les agrandissements auront des retombées économiques importantes sur les espaces limitrophes. Elle constituera ainsi une zone clé pour l'accueil de touristes et d'hommes d'affaires, avec des hôtels, des bureaux, des services. Ensuite, elle sera située à proximité de Shinagawa, qui devrait accueillir le train à lévitation magnétique qui sera inauguré entre Tokyo et Nagoya en 2027. Enfin, elle permettra de connecter la ligne Yamanote-sen avec celles de Keihin-Tôhoku.

Ces trois projets d’aménagement sont ainsi directement connectés d’une part à la préparation des Jeux Olympiques, d’autre part à la politique des zonages spéciaux de renaissance urbaine et aux Special Zones for Asian Headquarters. Leur effet d’entraînement sur les investissements immobiliers de bureaux, mais aussi résidentiels et commerciaux (hôtels, commerces de détail, restauration) seront importants.

 
Figure 5 : Localisation de la nouvelle gare sur la ligne de la Yamanote-sen

JB-Bouron – nouvelle gare sengakuji Tokyo plan

Source : The Japan Times, 30 juin 2014

Parmi les projets qui bénéficient de cet effet d'aubaine se trouve ainsi le dernier né de Mori Biru : Toranomon Hills. Si l’entreprise immobilière n’est pas mobilisée directement dans l’aménagement des infrastructures olympiques, elle s’agrège néanmoins à la dynamique d’ensemble et aux opportunités créées par l’aménagement de nouveaux équipements qui en découlent, en particulier dans le secteur Roppongi-Toranomon-Asagi qui constitue son fief historique. Le projet s'inscrit également dans le zonage spécial de la renaissance urbaine et dans les Special Zones for Asian Headquarters.

Toranomon Hills est une tour mixte de 52 étages et de 247 m de haut, comprenant des bureaux, des logements de luxe((Un total de 172 résidences de luxe sera proposé entre les étages 37 et 46, offrant des vues sur la Tour de Tokyo, le Rainbow Bridge, ou le Skytree.)), un hôtel (Andaz Tokyo), des salles de conférence et des boutiques, le tout réparti sur presque 250 000 m². Elle s’élève à l’endroit précis où l’autoroute urbaine menant au village olympique (la Loop Line N° 2, nommée Shintora après une concertation populaire au niveau de la portion enfouie) devient souterraine, recouverte en surface par un nouvel axe marchand (figure 6).

 
Figure 6 : La tour de Toranomon Hills et l'autoroute urbaine de Shintora

Raphaël Languillon – Mori Biru quartier en rénovation et Toranomon Hills

Source : Site Internet de Mori Biru, consulté en octobre 2014.
Réalisation : R. Languillon-Aussel et J.-B. Bouron, 2017.

Voir aussi dans le même dossier l'article de Rémi Scoccimarro : « Naissance d’une skyline : la verticalisation du front de mer de Tokyo et ses implications sociodémographiques »

 

Même si la maîtrise d'œuvre a été effectuée par Mori Biru, le projet est le fruit d'une association, la Loop Line N°2 Zone Redevelopment Association (Toranomon chiku dainishu shigaichi saikaihatsu), pilotée par le Toranomon District Subcommittee. Ce dernier réunit les propriétaires fonciers, le Gouvernement métropolitain de Tokyo, la municipalité de Minato-ku et Mori Biru. Il s'agit donc ici d'un partenariat public-privé classique. S’il bénéficie d'un contexte général qui anticipe la tenue des Jeux olympiques en jouissant d'effet d'aubaine, il correspond à une décision du gouvernement métropolitain remontant à 2002((De son côté, la décision d'établir le périphérique n° 2 remonte au plan de 1946, décidé sous occupation américaine.)). En 2009, Mori Biru acquiert la maîtrise d'œuvre et ce n'est qu'au tournant des années 2010 que l'entreprise immobilière acquiert aussi la gestion du bien immobilier. Les Jeux ont ici surtout permis d’accélérer les procédures et la prise de décision dans le processus d’aménagement du complexe.

Toranomon Hills repose sur une innovation urbanistique : le système routier multi-niveau (multi-level road system) qui associe un projet de rénovation immobilière avec un aménagement autoroutier en centre-ville. Il fait donc la démonstration du caractère incitatif que peut avoir un projet autoroutier en milieu urbain dense, en répondant à l'objectif de maximisation des opportunités foncières et financières. L'avenue créée en surface de l'autoroute, au bout de laquelle se trouve la tour de Toranomon Hills où plongeront et remonteront les véhicules, a été pensée comme une artère commerçante de luxe, sur le modèle des Champs-Élysées. D'une longueur totale de 760 m, elle se divisera en deux sections : une section ouest, large de 40 m, avec une chaussée de 16 m et des trottoirs de 12 m chacun ; une section est, large de 36 m, avec une chaussée de 17,5 m, un trottoir nord de 8,5 m et un trottoir sud de 10 m. Ils seront plantés d'arbres et agrémentés de terrasses pour les cafés et les restaurants, éléments rares au Japon. L’aménagement des commerces de luxe en pieds d'immeuble a pour ambition d’en faire l’une des artères commerciales les plus chères de la capitale(("High hopes for the new Shintora-dôri", The Japan News (Yomiuri Shinbun), 27 mars 2014.)). Le foncier encadrant l’avenue appartenant en majorité à Mori Biru, l’opération à moyen et long termes assure un potentiel de rénovation et de réaménagement immobilier commercial important à l’entreprise.

2.4. Les retombées positive de l’olympisme sur le secteur de l’hôtellerie de luxe

Les Jeux olympiques constituent un levier pour la fréquentation touristique et tous les équipements qui y sont associés. Entre janvier et juillet 2014, les autorités ont ainsi enregistré une augmentation de la fréquentation touristique étrangère de 26 % par rapport à la même période en 2013 (JJL, 2014). La proclamation de septembre 2013 a donc eu un impact important sur ce secteur d’activité. Depuis lors, des projets hôteliers se multiplient dans la capitale, démontrant par là un transfert important d'investissement du secteur des bureaux vers l'hôtellerie((Marutani Ichirô, "Toshin no hoteru kaigyô rasshu... gaishi to kokunai-zei ga hibana" (« Course à l'ouverture d'hôtels avant les Jeux de Tokyo. Capitaux étrangers et énergie intérieure »), Yomiuri Shinbun, 12 juin 2014.)). Si Tokyo possède 94 000 chambres d’hôtel en 2012, le nombre sera augmenté jusqu’en 2020 pour pouvoir absorber les 8,5 millions de touristes attendus cette année-là, soit un chiffre suppérieur à la fréquentation touristique enregistrée dans le pays tout entier en 2012 (JLL, 2014). À ce titre, la Kokkaren, l'association des ryôkan (hôtels traditionnels), a indiqué son souhait d'augmenter son offre pour les touristes étrangers. À terme, ce sont 7 500 chambres supplémentaires qui seront aménagées d’ici à 2020, soit une augmentation du parc de 8 % par rapport à 2013. Toutefois, contrairement à 1964, les Jeux de 2020 ne feront pas entrer Tokyo dans un intense boom hôtelier. C’est essentiellement le secteur de l’hôtellerie de luxe qui est ainsi concerné par la croissance du parc. On peut citer à ce titre deux mégaprojets hôteliers dans le centre de Tokyo : un à Toyosu et un onsen (source chaude) gigantesque à Ôtemachi.

Le complexe en projet à Toyosu s'articule autour de deux pôles : le marché aux poissons de Tsukiji, qui y localisera ses activités futures ; un onsen accolé de boutiques et de restaurants. Il sera ouvert la nuit, pour offrir la possibilité de prendre des bains en extérieur avec une vue sur la Baie de Tokyo et le front d'eau juste en face(("Tôkyôwan no yakei nagame nyûyoku mo... Toyosu ni ichidai kankô zon" (« Un méga complexe touristique à Tokyo... avec vue nocturne sur la Baie de Tokyo »), Yomiuri Shinbun, 20 février 2014.)) (Mellet, 2014). Le complexe à Ôtemachi a été présenté par Mitsubishi Jisho((L’entreprise communique beaucoup sur ce projet, avec par exemple cette vidéo publicitaire.)). Sur un site de 1,12 ha, il comprendra une tour de 21 étages occupés par un onsen dont l'eau chaude sera captée grâce à un forage de 1 500 m de profondeur sous la ville. Le projet est estimé à 1,3 milliard de dollars. Le bâtiment sera transformé en ryôkan de luxe et exploité par le groupe Hoshino Resort, qui y établira son Hoshinoya Resort. D'autres projets d'hôtels luxueux, comme l'hôtel Aman, sont attendus d'ici à 2020. L'hôtel Okura sera rénové et agrandi pour 2019, l'hôtel Peninsula compte aménager un système de transport par hélicoptère depuis l'aéroport de Haneda.

Cette offre nouvelle correspond à la volonté du gouvernement central comme du gouvernement métropolitain de doubler la fréquentation touristique d'ici à 2020 : de dix millions de visiteurs étrangers par an, ils espèrent en recevoir vingt millions. Pour ce faire, des efforts politiques, culturels et publicitaires sont consentis. Un projet politique vise à faire passer les visas touristiques de trois mois à un an, un autre à doubler les magasins duty free dans le pays (les faisant passer de 4 600 à 10 000)(( "Jinkô-gen kasegu chikara migaku seichô senryaku de kô kawaru" (« Mettre en valeur la force de travail en temps de déclin de la population. Un changement de la stratégie de croissance »), Yomiuri Shinbun, 17 juin 2014.)). Si les Jeux olympiques n'auront pas d'impacts directs très importants sur les infrastructures lourdes, ils auront (et ont déjà) des impacts indirects nombreux sur l’immobilier privé. Deux secteurs sont principalement concernés : le commerce de détail et l'hôtellerie de luxe. Ce sont de nouveaux débouchés après le ralentissement de la construction de bureaux. En ce sens, les Jeux olympiques constituent un effet d'aubaine important dans le report des investissements immobiliers.

 

Conclusion : De Tokyo 2016 à Tokyo 2020 : un projet olympique mesuré pour une ville globale mature ?

Alors que la renaissance urbaine s’essouffle et que le choc Lehman est venu perturber la santé de l’immobilier tokyoïte, les Jeux olympiques apparaissent comme une opportunité majeure pour relancer une dynamique d’investissements positive à Tokyo. L’annonce de la victoire de la ville pour 2020 a créé un effet signal important. Le projet des JO de 2016 était très axé sur une politique du moindre coût. Le choix d'aménager une grande partie des infrastructures sur les terre-pleins dans la Baie de Tokyo, qui appartiennent en grande partie au gouvernement métropolitain, était une façon de limiter les coûts d'acquisition du foncier. Un grand nombre d’équipements et d’infrastructures du projet était également prévu pour être non pas créé mais réhabilité à partir d’infrastructures plus anciennes, datant des Jeux de 1964. Le couplage durabilité-patrimonialisation était à la fois prospectif et rétrospectif : prospectif, car l’un des enjeux affichés du projet était de constituer un « héritage sur 100 ans » en terme de dynamisme, d’équipements et de formation/culture, grâce aux programmes de sensibilisation et d’éducation mis en place ; rétrospectif, car le projet prévoyait d'établir un lien avec les Jeux Olympiques de 1964, notamment à travers la Zone Héritage.

Le projet de 2020 change de ton. Il n’axe plus sa communication sur les moindres coûts, mais sur la sécurité des financements et des investissements. C'est à ce titre qu'est mobilisée la maturité. La page 3 du tome 1 fait ainsi référence à « une société mature, unie par une vision commune des Jeux », ou encore à « la maturité politique et la stabilité politique (du Japon, qui) offrent de solides fondations pour livrer des Jeux ». Ainsi, alors que le projet de 2016 prévoyait de construire seulement onze sites nouveaux, dont une grande partie devait être temporaire, le projet de 2020 en prévoit vingt-deux sur les trente-sept sites proposés, dont onze destinés à être réutilisés. Parmi eux se trouve le stade olympique de Kasumigaoka. Malgré la maturité et la sagesse dont se targuent les organisateurs japonais, les aménagements budgétés dans le dossier de candidature ont déjà vu leurs coûts fortement augmenter une fois connue la décision du Comité olympique. Ceux du stade olympique ont presque triplé, passant de 130 à 300 milliards de yens, soit à peu près trois milliards de dollars. Le gouvernement central a alors demandé aux collectivités locales d’en prendre en charge 30 %, ce que ces dernières ont refusé de faire. Le projet a ensuite été revu à la baisse, passant d'une emprise au sol de 290 000 m² à 211 000 m², pour un coût au final évalué à 162,5 milliards de yens. Les dix autres installations pérennes ont vu elles aussi leurs coûts augmenter, passant de 153,8 à 380 milliards de yens (Mellet, 2014).

Même s'il reprend une partie du projet de Tokyo 2016, le dossier de candidature de 2020 est marqué par un certain nombre de différences. Le contexte a changé : le projet de 2016 était présenté à un moment où Tokyo avait du mal à se relever du choc Lehman et où la politique de renaissance urbaine s'essoufflait. Le choix de retenir Rio, métropole nettement plus dynamique à l'époque, était en partie fondé sur ce contexte défavorable. La politique de moindre coût mise en avant n'avait pas convaincu et ressemblait un peu à une tentative désespérée d'économiser de l'argent.

Au contraire, le projet de 2020 a vu plus grand, trop grand d'ailleurs, puisqu'une part des investissements a dû être revue à la baisse suite au dérapage des coûts. L'attribution des Jeux peut être vue comme le résultat de l'amélioration de la situation économique, avec, entre autre facteur, l'effet positif à court terme des abenomics (surnom donné aux politiques économiques d’Abe Shinzô). Néanmoins, le contexte d'attribution des Jeux de 2020 est marqué par un événement bien plus troublant que le choc Lehman : celui de Fukushima. Un tel contexte n'est pas sans interroger les intentions des membres du Comité olympique quant à leur décision. Il y a eu la volonté d'aider un pays touché par les catastrophes du 11 mars, mais on pourrait se questionner également sur la place du puissant lobby international du nucléaire dans ce choix. 

 

 

Bibliographie

Rapports
  • Comité Olympique, 1966, The Games of the XVIII Olympiad Tokyo 1964, Tokyo, 635 p.
  • JLL, 2014, Tokyo 2020: The Olympic Games Effect, Tokyo, novembre.
  • JLL, 2013, Tokyo 2020: The Olympic Games Effect, Tokyo, octobre.
  • TMG, 2012, Tokyo 2020 (Dossier de candidature aux Jeux Olympiques d’été de 2016), trois tomes (124 p., 136 p., 140 p.), Tokyo.
  • TMG, 2011, Urban development in Tokyo, Tokyo.
  • TMG, 2011, Tokyo Vision 2020, Tokyo.
  • TMG, 2007, Urban Development in Tokyo, Tokyo.
  • TMG, 2006, Tokyo’s Big Change: The 10-Years Plan, Tokyo.
  • TMG, 2006, Tokyo 2016 (Dossier de candidature aux Jeux Olympiques d’été de 2016), trois tomes (146 p., 228 p., 176 p.), Tokyo.

 

 

 

 

Raphaël LANGUILLON-AUSSEL
chercheur de la Confédération Suisse – Université de Genève, chercheur associé – UMR 5600, Université de Lyon
ancien boursier du Comité International Olympique

Mise en web : Jean-Benoît Bouron

 

Pour citer cet article :

Raphaël Languillon-Aussel, « Tokyo, ville globale olympique : de l’échec du projet de 2016 au succès de la candidature de 2020 », Géoconfluences, octobre 2017.
URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/japon/articles-scientifiques/jeux-olympiques-tokyo

 

Actions sur le document