Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers thématiques Les relations nature-sociétés face au changement global Géographie des animaux Synthèse d'un renouveau prometteur et hétéroclite : vers une géographie humaine et politique de l’animal

Dossier : Les relations nature-sociétés face au changement global

Synthèse d'un renouveau prometteur et hétéroclite : vers une géographie humaine et politique de l’animal

Publié le 10/04/2019
Auteur(s) : Farid Benhammou, Docteur d'Agro Paris Tech, professeur de géographie en classes préparatoires, chercheur associé - Lycée Camille Guérin de Poitiers / Université de Poitiers
Farid Benhammou propose un éclairage épistémologique sur l’état de la recherche sur les animaux en géographie, et sur les différences entre les approches des auteurs ayant travaillé sur le sujet.

Bibliographie | citer cet article

 

N.B. Ce propos, qui n'a pas la prétention de l'exhaustivité, s'inspire de la communication au Colloque « Géographie, écologie et politique : un climat de changement ? » à Orléans en 2012, publiée sous le titre « Une histoire contemporaine de la géographie française de l'animal », in Denis Chartier et Estienne Rodary (dir.), Géographie, écologie, politique. Manifeste pour une géographie environnementale, Presses de Sciences Po, Paris, p. 141-163, paru en 2016. Voir la bibliographie pour d'autres références.

 

Les travaux récents des géographes portant sur l’animal répondent à deux aspirations du biogéographe Paul Arnould. La première est que les géographes investissent le champ de la faune et notamment de la grande faune (Arnould, 1994), la seconde concerne le rééquilibrage des aspects naturalistes par les aspects sociaux et culturels. En réponse à ces aspirations, les approches de géographie humaine ont été de plus en plus mobilisées et associées à des travaux de géographie physique et de géographie de l’environnement. Mais les géographes portant cette nouvelle dynamique se lisent peu entre eux et les influences étrangères, notamment anglo-saxonnes, sont variables. Se pose alors la question d’un enrichissement mutuel à venir. Néanmoins, ils ont tous pour point commun de se nourrir des apports d’autres sciences humaines. L'ouvrage de Xavier de Planhol, Le Paysage animal, paru en 2004, relève davantage d'une zoogéographie historique que d'une géographie actuelle. Elle n'a pas inspiré de travaux comparables mais elle a eu le mérite d'affirmer un lien entre géographie et questions animales.

1. Panorama des autres sciences humaines et fondements d’une géographie récente sur l’animal

L’animal est un sujet qui connaît un regain d’intérêt de la part des autres sciences sociales et humaines, comme le montrent des numéros spéciaux de revues de premier plan (Manceron et Rouet, 2009 ; Kohler, 2012). En 2011, un collectif d'auteurs réalise ou ouvrage visant à mettre en dialogue littérature, sciences et philosophie autour de la question animale, notamment en lien avec les apports de l'éthologie sur les cultures animales et les évolutions des réflexions éthiques. En anthropologie, la liste des travaux portant sur l’animal est longue (Despret, 2002 ; Dalla Bernardina, 2006 ; Galhano Alves, 2002, 2012). En histoire, les ouvrages de Michel Pastoureau (2007) sur l’ours ou de Jean-Marc Moriceau sur le loup (2007, 2011) sont devenus des références médiatisées. Le travail historique d’Éric Baratay (2009, 2012) portant sur le point de vue animal fait écho à la géographie humaine de l’animal la plus influencée par les Anglo-Américains, sur laquelle nous reviendrons. Il a dirigé la thèse innovante de l'historienne belge Violette Pouillard (2015) portant sur les jardins zoologiques (Paris, Anvers, Bruxelles) en tentant de se mettre « du côté des animaux », de la période coloniale à nos jours. Elle a notamment abordé les effets de la captivité sur les corps et les comportements des animaux mis en perspective par une approche politique. Dans les années 1990, de jeunes géographes, souvent en maîtrise ou en DEA (aujourd'hui Master 1 et 2), s’inscrivant dans des démarches et des courants divers, initient quelques amorces, révélant l’intérêt mais aussi la forte inertie de la géographie universitaire, la plupart de ces travaux n’étant pas pérennes, à quelques exceptions près. Les travaux de sociologie de Jean-Pierre Digard, d’André Micoud et surtout d’Isabelle Mauz ont une influence sur cette « nouvelle » géographie de l’animal. Cette dernière, qui a travaillé sur les espaces protégés de montagne et la grande faune (loup, bouquetin, chamois), est citée par les géographes en raison de son travail sur « la juste place » des animaux et la distance entre ceux-ci et les humains (Mauz, 2002). Elle a d’ailleurs participé à un numéro spécial d’Espaces et Sociétés portant sur la place de l’animal en géographie et dirigé par Jean-François Staszak (2002).

Plus que cet opus lui-même, où les non-géographes dominent, ce sont l’introduction de Jean-François Staszak et surtout l’article de Nathalie Blanc et Marianne Cohen (2002) qui représentent la première tentative contemporaine d’un cadrage théorique d’une géographie de l’animal (Benhammou, 2009). La cohabitation dans l’espace des humains et des animaux implique des questions territoriales de partage, de conflits et d’identité. L’animal est-il une contrainte, une richesse, un risque, une ressource ou un patrimoine ? Les deux auteurs ne proposent pas de démarches préétablies, ce qui permet d’ouvrir le champ à des approches variées : « Au contraire, nous pensons que l’animal a une valeur heuristique pour le géographe, l’amenant à renouveler sa réflexion sur l’espace, sur le rapport homme-milieu et le fonctionnement de ce dernier, et à participer à la réflexion collective de la communauté scientifique sur les questions d’environnement. […] La pertinence de l’animal, pour le géographe, ne repose pas simplement sur sa localisation : son exploitation et sa représentation signalent le renouveau du géographique comme lieu (et enjeu) du politique » (Blanc et Cohen, 2002, p. 32). Pour reformuler : a) l’animal est un outil d’analyse particulièrement pertinent dans le cadre d’une requalification des territoires, la présence de certaines espèces pouvant transfigurer positivement ou négativement l’image de territoires ; b) l’animal peut être vu comme un symptôme du rapport des sociétés à la nature dans leurs dimensions matérielles, socioculturelles, politiques et stratégiques, et révéler l’évolution de ce rapport à la lumière des nouveaux enjeux environnementaux ; c) l’animal demeure l’élément d’un milieu biophysique plus ou moins anthropisé, qu’il s’agisse d’une espèce commune ou d’une espèce emblématique.

Ce dernier point nous semble important, car tout problème d’environnement a une origine écologique que les chercheurs en sciences humaines ont parfois tendance à faire passer au second plan. Selon nous, la géographie de l’animal se renouvelle en suivant deux grandes tendances : l’une tournée vers l’action, la gestion, dont les dimensions politiques sont évidentes, l’autre davantage théorique où le politique n’est pas absent pour autant. Cette classification peut évidemment apparaître quelque peu rigide, puisque la plupart de ces nouveaux travaux présentent souvent les deux aspects.

2. Géopolitique, gestion, conservation et action

Dans la première catégorie, nous pouvons placer la thèse peu connue de la géographe nantaise Céline Chadenas (2003) sur l'appropriation de l'espace et les enjeux territoriaux liés à la gestion des oiseaux sur le littoral d'Europe occidentale. Dans la foulée de son directeur, Alain Miossec, elle entre par la géographie physique (biogéographie) pour déployer une analyse systémique permettant de balayer tous les champs de la géographie et question la durabilité de la gestion de l'avifaune. Dans une logique proche, mais sans avoir alors connaissance de ce travail, nous pouvons classer nos travaux sur l'ours et le loup (Benhammou, 2007), ceux de Coralie Mounet sur le loup et le sanglier (2007) et de Julie Delfour sur les petits carnivores dits « nuisibles » (2011), auxquelles nous pouvons ajouter ceux de Sarah Bortolamiol sur les grands singes à l'ancrage biogéographique et éco-éthologique fort (2014). Davantage centrés sur la chasse, nous trouvons les travaux de Pierre-Armand Roulet (2004), de Ludovic Boussin (2006), d’Yves Poinsot (2008, 2009), de François Saldaqui (2010) et de Laine Chanteloup (2013). Les notions transversales de conflits, de gestion, d’acteurs et de territoires, sont centrales dans nos travaux, puisque pour aborder les conflits et la cohabitation entre grands prédateurs (ours et loup) et humains en France, nous avons croisé une démarche géopolitique classique (Lacoste, 1976, 1995) et l’analyse stratégique de la gestion de l’environnement (ASGE) développée par l’équipe de Laurent Mermet (Mermet et al., 2005). La première invite à étudier les rivalités de pouvoir entre groupes humains au sujet des territoires, la seconde s’intéresse aux systèmes d’acteurs en évaluant la gestion en fonction d’objectifs environnementaux et en assumant un positionnement normatif. Si notre point de départ est une nécessaire biogéographie animale (répartition de l’espèce, dynamique des populations, besoins écologiques, état des milieux), les éléments sociaux et politiques dominent rapidement dans notre étude. Dans cette continuité, une réflexion géopolitique multiscalaire a pu être étendue à l'ours polaire (Marion et Benhammou, 2015). Le conflit est également central dans les recherches de Coralie Mounet. Son travail, qui porte sur le loup et le sanglier et qui emprunte davantage à la sociologie latourienne, opte pour un autre positionnement, puisqu’il insiste sur les nuisances générées par les animaux dans la construction des conflits socio-environnementaux. La chasse, thème central dans certains travaux (Roulet, 2004 ; Boussin, 2006 ; Saldaqui, 2010, 2013), est aussi l’occasion d’étudier les rapports à la nature de différents groupes humains, de questionner les aspects économiques et politiques, et de lancer des pistes pour une gestion durable. Notons également le travail de Laine Chanteloup qui étudie l’animal en tant que ressource faunique pour le tourisme et pour la chasse, en cours de patrimonialisation. Ce travail, comme celui de Guillaume Marchand (2012) sur la cohabitation entre faune sauvage et populations humaines au Brésil, présente l’intérêt d’attester une bonne maîtrise des littératures françaises et anglo-saxonnes en la matière. Ce premier groupe de géographes est marqué par une volonté de préconisation, pour mieux prendre en compte l’environnement, faciliter la gestion directe de l’animal ou améliorer le « vivre ensemble ». On pourrait reprocher à ces démarches de ne pas considérer la spécificité de l’animal et de le traiter comme un enjeu d’écologie politique comme un autre. Cependant, l’importance des représentations entraîne des réactions exacerbées chez les groupes humains quand un problème environnemental implique l’animal. Des travaux novateurs orientées vers une géographie de la conservation se développent également à l'image de ceux de Sarah Bortolamiol portant sur la fragmentation des habitats des grands singes dans des contextes de promiscuité avec des sociétés humaines en Ouganda (Bortolamiol, 2014). Elle étend sa réflexion aux éléphants de son terrain africain et aux renards en région parisienne. Cela peut aussi renvoyer aux travaux de Sylvie Guillerme, Éric Maire, Béatrice Moppert et Christielle Hinnewinkel sur la grande faune dans le sud de l’Inde (2009).

Notons que deux revues de renom dans la géographie française ont consacré un numéro aux questions animales en insistant, par des études de cas variées, sur les interactions entre le biogéographique et le culturel. En 2009, Éric Glon coordonne un numéro de la revue Géographie et Cultures intitulé « Protéger la nature, est-ce protéger la société ? ». Si l'animal est moins le fil directeur que le questionnement des politiques de protection de la nature, il est très présent dans la plupart des articles. Sarah Bortolamiol, Richard Raymond et Laurent Simon ont coordonné en 2017 un numéro des Annales de géographie rassemblant des travaux récents de géographes partant de la dimension écologique et biogéographie des animaux pour réfléchir aux interactions nature/sociétés.

3. Une géographie sociale et politique

Parallèlement à ces travaux, une géographie sociale, culturelle et politique sur l’animal est en plein essor. Initiée par Nathalie Blanc (1996) et Jean-François Staszak (2000) ; (Hancock et Staszak, 2002), cette géographie est principalement représentée par le travail de Jean Estebanez sur les zoos (2010). Nathalie Blanc s’est intéressée aux animaux en ville (blatte, pigeon, chat errant) pour étudier le rapport société-nature dans les espaces urbains. Le zoo est vu quant à lui comme un dispositif spatial qui s’organise en fonction d’une vision politique du monde au regard des espèces choisies, des espaces, des milieux présentés et de leur qualification. La réflexion sur la sauvagerie et l’exotisme rappelle les fondements coloniaux des zoos contemporains. Cette géographie s’inspire exclusivement de la riche animal geography qui s’est développée dans la lignée des recherches, principalement américaines, sur les minorités et les opprimés (Wolch et Emel, 1998 ; Philo et Wilbert, 2000). Ces géographes anglo-américains sont imprégnés de travaux d’éthologie et de philosophie((La plupart de ces travaux sont clairement engagés dans le sens de la protection animale et ces géographes se regroupent dans l’Animal Geography Speciality Group au sein de l’American Association of Geographers.)). Une réflexion plus ontologique est également menée autour de la question de l’altérité et de l’identité humaine. On peut y voir des passerelles avec le travail d’Éric Baratay (2012) qui présente l’animal comme « subissant » l’histoire des hommes. Il s’agit ici de remettre l’animal au centre de l'étude et de le considérer comme un acteur-animal à part entière. Pour l’édition des Carnets de géographes, Jean Estebanez, entouré de sociologues (Estebanez, Gouabault et Michalon, 2013), lançait un appel à contribution auprès de chercheurs aspirant à une géographie « humanimale » : autour de l’agentivité, la capacité à prendre des décisions de manière autonome, cette géographie dépasserait les dichotomies classiques séparant monde humain et monde non humain, en mettant en avant le « point de vue » animal. Se pose certes la question des limites disciplinaires au regard des références et des approches issues de l’anthropologie, de la sociologie et de la philosophie (Descola, 2005 ; Latour, 1991), mais il s’agit d’une perspective riche, qui peut contribuer au renouvellement disciplinaire. Les travaux de la géographe Emmanuelle Surmont (2014, 2016) sur la « crise requin » à la Réunion sont clairement irrigués par ces nouvelles manières de faire de la géographie.

Conclusion

La géographie des animaux est une géographie en mouvement. Elle n'est pas une sous-discipline mais une façon supplémentaire d'aborder les questions environnementales et géographiques. En effet, sans perdre de vue les bases biogéographiques, l' « objet » animal permet de traiter des questions à l'interface nature-société en sollicitant des aspects culturels, politiques, économiques, sociaux qui font toute la richesse des approches géographiques contemporaines. À l'heure de l'Anthropocène, cela permet de décentrer le regard et de mettre en perspectives l'insertion de nos sociétés dans notre environnement en mutation.

 


Bibliographie

Sur l'épistémologie de la géographie des animaux
  • Madeline Philippe, « Loup, faune sauvage et géographie » in Moriceau Jean-Marc (dir.), Vivre avec le loup : 3000 ans de conflit ?, Éditions Taillandier, 2014
  • Benhammou Farid et Sierra Philippe, 2017, « Épistémologie de la géographie des animaux en France : de la biogéographie à la géopolitique », Historiens et Géographes, n° 439, dossier spécial FIG « Territoires humains, mondes animaux », p. 44-48.
Thèses de géographie
  • Benhammou Farid, Crier au loup pour avoir la peau de l’ours. Une géopolitique locale de l’environnement à travers la gestion et la conservation des grands prédateurs en France, thèse de doctorat en géographie, AgroParisTech/ENGREF, Paris, 2007.
  • Blanc Nathalie, La Nature dans la cité, thèse de doctorat en géographie, Université Paris-1-La Sorbonne, 1996.
  • Bortolamiol Sarah, Interactions hommes - chimpanzés - forêt. Approche spatiale et territoriale de la répartition des chimpanzés, des perceptions locales et de la gestion de la biodiversité Sebitoli, parc national de Kibale, Ouganda, thèse de doctorat en géographie, Université Paris-7, 2014
  • Boussin Ludovic, Société et animal : contrôler la grande faune sauvage. L’exemple du chevreuil dans le département de la Haute-Vienne, thèse de doctorat en géographie, Université de Limoges, 2006.
  • Chadenas Céline, L'Homme et l'oiseau sur les littoraux d'Europe occidentale. Appropriation de l'espace et enjeux territoriaux : vers une gestion durable ? Thèse de doctorat en géographie, Université de Nantes, 2003.
  • Chanteloup Laine, Territoires des hommes – Territoires des animaux. Étude des perceptions « homme/animal » et des dynamiques territoriales et touristiques liées à la grande faune sauvage Nunavut, Alpes françaises, thèse de doctorat en géographie, Université de Savoie. Chambéry, 2013..
  • Delfour Julie, Le Partage des territoires entre hommes et petits carnivores dits « nuisibles », thèse de doctorat en géographie et écologie, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 2011.
  • Mounet Coralie, Les Territoires de l’imprévisible. Conflits, controverses et « vivre ensemble » autour de la gestion de la faune sauvage. Le cas du loup et du sanglier dans les Alpes françaises, thèse de doctorat en géographie, Université Joseph-Fourier, Grenoble, 2007.
  • Roulet Pierre-Armand, Chasseur blanc, cœur noir ? La chasse sportive en Afrique centrale. Une analyse de son rôle dans la conservation de la faune sauvage et le développement rural au travers des programmes de gestion de la chasse communautaire, thèse de doctorat en géographie, Université d’Orléans, 2004.       
  • Saldaqui François, Configurations territoriales et gestion de la faune sauvage : les sangliers aquitains entre espaces protégés et campagnes chassées, thèse de doctorat en géographie, Université de Pau, 2013.
Ouvrages et articles de géographie
  • Benhammou Farid, « Renouveler l’approche géographique en environnement. L’ours des Pyrénées, entre territoires et géopolitique », dans Émilie-Anne Pépy et Stéphane Frioux (dir.), L’Animal sauvage entre nuisance et patrimoine, Lyon, ENS éditions, 2009, p. 49-70.
  • Benhammou Farid, « Une histoire contemporaine de la géographie française de l'animal », in Denis Chartier et Estienne Rodary (dir.), Géographie, écologie, politique. Manifeste pour une géographie environnementale, Presses de Sciences Po., Paris, 2016, p. 141-163.
  • Blanc Nathalie et Cohen Marianne, « L’animal, une figure de la géographie contemporaine », Espaces et Sociétés, 110-111, 2002, p. 25-40.
  • Laine Chanteloup. « Entre patrimonialisation et mise en valeur touristique de la faune sauvage : l'exemple d'une ressource patrimoniale en sursis, le caribou de la Gaspésie ». in Duval Mélanie, Peyrache-Gadeau Véronique, Oudada Mohamed (coord.), Ressources Patrimoniales et Alternatives Touristiques, Collection Edytem, p. 131-142, 2013, n°14
  • Estebanez Jean, « Le zoo comme dispositif spatial : mise en scène du monde et de la juste distance entre l’humain et l’animal », L’Espace géographique, 39, 2010, p. 172-179.
  • Estebanez Jean, Gouabault Emmanuel et Michalon Jérôme, « Où sont les animaux ? Vers une géographie humanimale », Carnets de géographes, n°5, janvier 2013, 9 p.
  • Hancock Claire et Staszak Jean-François, « L’animal au zoo, enjeu de géographie politique. Le zoo de Mexico, de Moctezuma à l’écologie », Espace et société, 110-111, 2002, p. 88-110.
  • Lacoste Yves, La Géographie, ça sert d’abord à faire la guerre, Paris, Maspéro, 1976.
  • Lacoste Yves (dir.), Dictionnaire de géopolitique, Paris, Flammarion, 1995.
  • Marchand Guillaume, « Nos voisines, les bêtes : situation des conflits avec la faune sauvage dans une aire protégée de la périphérie de Manaus Amazonas, Brésil », Développement durable et territoires [En ligne], 3 1, mai, 2012, http://developpementdurable.revues.org/9158.
  • Marion Rémy et Benhammou Farid, Géopolitique de l'ours polaire, Editions Hesse, 2015.
  • Philo Chris et Wilbert Chris, Animal Spaces, Beastly Places. New Geographies of Human-Animal Relations, Londres, Routledge, 2000.
  • Planhol Xavier de, Le Paysage animal. L’homme et la grande faune : une zoogéographie historique, Paris, Fayard, 2004.
  • Poinsot Yves, « Les enjeux géographiques d’une gestion durable de la faune sauvage en France », Annales de géographie, 663, 2008, p. 26-47.
  • Poinsot Yves, « Protection de la grande faune et territoires : deux modèles de gestion dans la cordillère Cantabrique », L’Espace géographique, 4, 2009, p. 289-302.
  • Saldaqui François, « Réguler les grands ongulés dans les espaces protégés : un enjeu social et écologique mettant en question les modes de gestion », dans Lionel Laslaz, Christophe Gauchon, Mélanie Duval-Massaloux et Stéphane Héritier (dir.), Espaces protégés, acceptation sociale et conflits environnementaux, Le Bourget-du-Lac, EDYTEM, 2010, p. 213-223.
  • Simon Laurent (dir.), « Animaux, sociétés et territoires », Annales de géographie, à paraître en 2017.
  • Staszak Jean-François (dir.), « La place de l’animal », Espaces et Sociétés, 110-111, 2002, p. 19-23.
  • Surmont Emmanuelle. La crise requin à La Réunion, entre science et fiction. Mémoire de master 1, ENS Lyon, 2014.
  • Surmont Emmanuelle, « Peur sur les plages. Du "risque requin" à la "crise requin" à La Réunion », Géoconfluences, 2016
  • Wolch Jennifer et Emel Jody, Animal Geographies. Place, Politics and Identity in the Nature-Culture Borderlands, Brooklyn N. Y., Verso, 1998.
Histoire
  • Baratay Éric, « Introduction : De l’homme héros à l’animal acteur et retour », Histoire des Alpes, 15, 2010, p. 15-23, https://halshs.archives-ouvertes.fr.
  • Baratay Éric, Le Point de vue animal. Une autre version de l’histoire, Paris, Seuil, 2012.
  • Moriceau Jean-Marc, Histoire du méchant loup. 3000 attaques sur l’homme en France, XVe-XXe siècle, Fayard, Paris, 2007.
  • Moriceau Jean-Marc, L’Homme contre le loup. Une guerre de deux mille ans, Paris, Fayard, 2011.
  • Pastoureau Michel, L’Ours. Histoire d’un roi déchu, Paris, Seuil, 2007.
  • Pouillard Violette, En captivité. Politiques humaines et vies animales dans les jardins zoologiques du XIXe siècle à nos jours : ménagerie du Jardin des Plantes, zoos de Londres et Anvers, Thèse de doctorat en Histoire, co-tutelle Université Lyon 2 et Université libre de Bruxelles, 2015.
Ethnologie, sociologie, philosophie
  • Dalla Bernardina Sergio, L’Éloquence des bêtes. Quand l’homme parle des animaux, Paris, Métailié, 2006.
  • Descola Philippe, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005.
  • Despret Vinciane, Quand le loup habitera avec l’agneau, Paris, Les Empêcheurs de tourner en rond, 2002.
  • Galhano Alves Joao Pédro, Vivre en biodiversité totale. Des hommes, des grands carnivores et des grands herbivores sauvages. Deux études de cas : loups au Portugal, tigres en Inde, Lille, ANRT Diffusion, 2002.
  • Galhano Alves Joao Pédro, Anthropologie et écosystèmes au Niger. Humains, lions et esprit de la forêt dans la culture gourmantché, Paris, L’Harmattan, 2012.
  • Kohler Florent (dir.), « Sociabilités animales », Études rurales, 189, 2012.
  • Latour Bruno, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte, 1991.
  • Manceron Vanessa et Rouet Marie (dir.), « Les animaux de la discorde », Ethnologie française, 39, 2009.
  • Mauz Isabelle, Gens, cornes et crocs. Relations hommes-animaux et conceptions du monde, en Vanoise, au moment de l’arrivée des loups, thèse de doctorat en sciences de l’environnement, ENGREF, Paris, 2002.
  • Mermet Laurent, Billé Raphaël, Leroy Maya, Narcy Jean-Baptiste et Poux Xavier, « Analyse stratégique de la gestion environnementale : un cadre théorique pour penser l’efficacité en matière d’environnement », Nature Sciences Sociétés, 13 2, 2005, p. 127-137.
Autres publications

 

 

 

Farid BENHAMMOU
Docteur d'Agro Paris Tech, professeur de géographie en classes préparatoires au Lycée Camille Guérin, et chercheur associé au laboratoire Ruralités, université de Poitiers.

Mise en web : Jean-Benoît Bouron. Image de couverture : Kasper Rasmussen / Lifeofpix

 

Pour citer cet article :

Farid Benhammou, « Synthèse d'un renouveau prometteur et hétéroclite : vers une géographie humaine et politique de l’animal », Géoconfluences, février 2019.
URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/changement-global/geographie-des-animaux/la-geographie-et-les-animaux

 

Actions sur le document