Vous êtes ici : Accueil / Glossaire

Glossaire

Publié le 13/12/2012
Auteur(s) : Sylviane Tabarly, professeure agrégée de géographie, responsable éditoriale de Géoconfluences de 2002 à 2012 - Dgesco et École normale supérieure de Lyon
Marie-Christine Doceul, professeure de chaire supérieure, responsable éditoriale de Géoconfluences - DGESCO, ENS de Lyon
Jean-Benoît Bouron, agrégé de géographie, responsable éditorial de Géoconfluences - DGESCO, ENS de Lyon.
Contributions de :
Jean-Louis Carnat
Laurent Carroué, inspecteur général de l’éducation, du sport et de la recherche, directeur de Recherche à l’IFG - Éducation nationale, Université Paris VIII
Anne-Sophie Clémençon, Historienne des formes urbaines et de l’architecture - Chercheuse-photographe associée au laboratoire « Environnement, Ville, Société », Université de Lyon.
Samuel Depraz, maître de conférences (HDR) en géographie-aménagement - Université Jean Moulin Lyon 3.
Étudiants de master de l'ENS de Lyon dirigés par Emmanuelle Boulineau
Auteurs des articles
Le vocabulaire de la géographie à travers des propositions de définitions de termes et de notions géographiques. Plus d'un millier d'entrées pour découvrir des mots, faire des liens, consolider ses connaissances, trouver des pistes bibliographiques... Ce glossaire est en perpétuelle amélioration. Les définitions ne comportant pas de date sont les plus anciennes.

Il existe 147 résultats dans Glossaire correspondant aux critères suivants : Supprimer le critèreDe villes en métropoles
Aérotropolis
Le mot « aerotropolis », mot formé sur la racine aero et le mot metropolis, a été utilisé pour la première fois par un artiste new-yorkais en 1939, mais c’est John Kasarda, universitaire américain et expert du transport aérien qui l’a diffusé à partir de 2000 et qui continue de le promouvoir. John Kasarda considère que « les aéroports dessineront le développement urbain et l'implantation des entreprises au XXIe siècle comme l'ont fait les autoroutes au XXe , les chemins de fer au (...)
Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU)
L’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) est l’un des acteurs institutionnels de la politique de la ville en France. Créée en 2003, elle a pour principale mission d’encadrer et de soutenir la rénovation (le plus souvent) et la réhabilitation (plus rarement) des quartiers urbains en difficulté. Elle-même outil de planification urbaine, l’agence vise en même temps à corriger certaines des erreurs commises par la planification urbaine dans le passé. Elle est principalement (...)
Agglomération, agglomération urbaine
Une agglomération est un regroupement de bâtiments. Un hameau ou un village sont une agglomération, les bâtiments isolés étant appelés les écarts. Le terme d'agglomération est le plus souvent un raccourci pour désigner une agglomération urbaine.
Une agglomération urbaine désigne un ensemble urbanisé en continuité, comprenant la commune-centre et sa banlieue. Parler d'agglomération plutôt que de ville revient à insister sur le caractère multicommunal des amas urbain. (...)
Agriculture urbaine
Selon la définition de la FAO, l’agriculture urbaine et périurbaine (AUP) consiste à cultiver des plantes et à élever des animaux à l’intérieur et aux alentours des villes. Elle fournit des produits alimentaires de divers types de cultures (graines, plantes racines, légumes, champignons, fruits), des animaux (volailles, lapins, chèvres, moutons, bétail, cochons, cochons d’Inde, poissons, etc.), ainsi que des produits non alimentaires (herbes aromatiques et médicinales, plantes (...)
Airbnb
Airbnb est une plateforme en ligne de réservation de logement permettant de réserver sur internet un logement en entier ou une chambre, une ou plusieurs nuits chez l’habitant ou en hébergement touristique. Elle peut être rangée, au côté des GAFAM et des BATX, et au même titre que d’autres plateformes, au rang des entreprises du numérique jouant un rôle majeur dans nos existences. L’entreprise, fondée en 2008 et d’une capitalisation de 90 milliards de dollars en 2021, est aussi un (...)
Aire, aire d'influence
Une aire est une étendue de l'espace présentant un ou des caractères communs. À la différence de la maille administrative, l'aire est dépourvue de limites précises et peut présenter des caractères de discontinuité et d'hétérogénéité. Elle permet en outre les superpositions et les recoupements avec d'autres aires. Une aire est donc souvent difficile à cartographier. On peut distinguer des aires dans les domaines : socio-économique (aires de chalandise, de services, d'attraction), (...)
Aire métropolitaine
L'expression "aire métropolitaine" fut introduite en France en 1966, avec la création des OREAM (Organisations d'études d’aménagement des aires métropolitaines).

Les aires métropolitaines sont au nombre de 12 : Paris, Lyon, Marseille, Lille, Toulouse, Bordeaux, Nice, Nantes, Strasbourg, Rennes, Grenoble et Montpellier. Ce sont les plus grandes des 354 aires urbaines qui structurent le territoire. Elles accueillent chacune plus de 500 000 habitants et 20 000 cadres des fonctions (...)
Aire urbaine
En France, le découpage du territoire en aires urbaines par l'Insee prit le relais, en 1990, des Zones de Peuplement Industriel et Urbain (ZPIU) en vigueur depuis 1954.
Il est complémentaire du zonage en unités urbaines, qui définit les agglomérations urbaines sur le plan morphologique (le bâti continu), alors que les aires urbaines tiennent compte des mobilités des périurbains vers les villes-centres.
Ainsi, une aire urbaine est-elle un ensemble de communes d’un seul tenant et sans (...)
Archipel Métropolitain/Mégalopolitain Mondial (AMM)
L'expression archipel métropolitain mondial est une expression décrivant le fonctionnement réticulaire des grandes agglomérations dans le cadre de la dernière phase de la mondialisation. L'expression exacte apparaît pour la première fois en 1994 dans le chapitre 1 d'un ouvrage d'Olivier Dollfus, L'Espace Monde. Immédiatement, l'auteur introduit une précision qui va induire en erreur des générations de lecteurs : 
« L’archipel métropolitain mondial est un archipel d’archipels, (...)
Armature urbaine
L'armature urbaine désigne l'ensemble des villes hiérarchisées et de leurs aires d'influence au sein d'un territoire donné.
Les études d'armature urbaine se sont multipliées en France dans les années 1950-1960 et ont défini des notions reprises dans le rapport Hautreux-Lecour-Rochefort, Le niveau supérieur de l'armature urbaine française, 1963, publié par le commissariat au Plan. La politique de la DATAR des années 1960-1970 découle de ces travaux qui mettent en évidence un tramage (...)
Avantage compétitif / comparatif
La principale distinction entre "avantage compétitif" et "avantage comparatif" est la suivante : un avantage compétitif est un avantage qui est construit et qui, pour être maintenu, doit être entretenu. La présence dans un lieu donné d'un système éducatif particulièrement performant en est un exemple. Un avantage comparatif a un caractère plus absolu et ne dépend pas des institutions ou des politiques locales : la présence d'un minerai par exemple. Il est clair que ces avantages n'en sont que (...)
Bail emphytéotique
Un bail est un contrat de location de biens. Le propriétaire « donne à bail » un bien que le locataire « prend à bail ».
Un bail emphytéotique est une location de terrain de longue durée, souvent 99 ans, qui impose au locataire des contraintes particulières, mais lui donne aussi un droit réel susceptible d’hypothèque. Sauf convention contraire, les bâtiments construits par le locataire reviennent au propriétaire du sol en fin de bail. Louer le sol peut « poursuivre différents (...)
Banlieue
Le terme (banleuca en latin médiéval) désignait le territoire d'une lieue autour d'une ville sur lequel s'exerçait le ban, c'est à dire une juridiction, un ordre. La banlieue renvoie ainsi à des idées de soumission et d'exclusion et elle a, à l'origine, une acception administrative désignant les communes autonomes urbanisées sous l'influence d'une ville-centre. Par extension, elle désigne le territoire urbanisé hors des limites, en périphérie d'une ville, suggérant une relation de (...)
Bidonville, quartier informel, quartier d'habitat spontané, habitat précaire, autoconstruction
Un bidonville désigne, dans le langage courant, un quartier d'habitat autoconstruit avec des matériaux de récupération. En géographie, on utilise davantage les expressions de « quartier informel » ou de « quartiers d'habitat informel », pour insister sur l'installation de leurs habitant en dehors d'un cadre juridique formalisé (voir informalité), ou bien celle de « quartier d'habitat spontané » pour insister sur l'autoconstruction sans plan préalable. Martin Luther Djatcheu (2018) (...)
BIMBY
BIMBY, pour « build in my backyard », en référence à NIMBY (Not in my backyard), est un concept d’urbanisme visant à la densification des espaces résidentiels pavillonnaires. Le projet Bimby est né entre 2009 et 2012 dans le cadre du programme de recherche français « Villes durables » financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR). Il regroupe des laboratoires de recherche (LATTS, laboratoires techniques, territoires et sociétés, et RIVES, Risques d’inondation en ville et (...)
Boomburb
Le terme boomburb qualifie aux États-Unis des municipalités suburbaines comprises dans les limites d’une des 50 plus grandes aires métropolitaines, ayant connu une croissance supérieure à 10 % sur trois périodes inter-censitaires depuis les années 1970. Leur taille, de l’ordre de 100 000 à 350 000 habitants, est le résultat d’une croissance exceptionnellement forte et continue depuis 40 ans, sous la forme quasi-exclusive de lotissements planifiés en copropriétés produits par les grands (...)
Bruxellisation
En urbanisme, la bruxellisation désigne la transformation rapide et brutale d’un patrimoine urbain remarquable dans un contexte de forte spéculation immobilière. La notion implique aussi l’éviction des classes populaires. Pour Jean-Claude Michéa cité par Serge Latouche (2019), la bruxellisation est une destruction des villes en temps de paix. Par ailleurs sa forte dimension sociale et symbolique l’apparente à un urbicide. Elle est l'une des traductions concrètes du modèle de la ville (...)
Cadre de vie
Le cadre de vie est l’ensemble des aménités disponibles sur un espace, à l’échelle locale. L’expression tend à figer ces aménités pour faire du paysage, ou de l’environnement, le « cadre » de l’existence des individus, comme s’ils n’étaient pas acteurs et habitants (au sens géographique) de leur territoire. La nature risque alors d’être reléguée au rang d’aménité, d’avantage comparatif dans le choix d’une localisation, et non comme une condition indispensable à (...)
Campanilisme
On parle de campanilisme (de l'italien campanile, clocher) pour désigner un esprit de clocher, c'est-à-dire un attachement exclusif à sa ville d'origine. Cette forme de localisme célèbre l'histoire et la géographie locales, et implique la croyance en l’existence d’un génie du lieu.
Mise à jour : décembre 2013(...)
Capitale
Une capitale est la ville où siègent les institutions gouvernant un État ou un territoire. C'est par essence un lieu de pouvoir. Il est courant que plusieurs villes soient en concurrence pour ce statut. Le cas, comme celui de la France, où Paris est à la fois le siège des institutions politiques, la capitale historique de longue date, l'agglomération la plus peuplée, et la principale métropole économique, est finalement assez rare.
Il est en effet courant, dans un même État, qu'une (...)

Actions sur le document

Affiner les résultats par :