Vous êtes ici : Accueil Vocabulaire et notions générales Concessions (étrangères en Chine)

Concessions (étrangères en Chine)

Publié le 18/01/2016

Les concessions étrangères en Chine sont, aux XIXe et XXe siècles, des territoires chinois sous contrôle étranger. Le régime des concessions en Chine a été établi par le traité de Nankin de 1842, le traité de la rivière Bogue de 1843, et divers traités bilatéraux avec les pays concernés. Ces traités ont été appelés traités inégaux par les Chinois, car signés sous la contrainte.
À Shanghai, la première est la concession britannique dès 1846. Comprenant 199 hectares, elle fusionne en 1863 avec la concession américaine établie en 1848 pour former la concession internationale de Shanghai. La concession française, créée en 1849, s'étendait sur 66 hectares au début, pour atteindre en 1899, 226 hectares. Le colonialisme, en établissant des distinctions entre la "ville indigène" et les concessions étrangères, a inscrit des divisions dont les traces sont encore perceptibles de nos jours tant dans l'espace que dans les esprits. Situées à l'origine sur des terrains agricoles et des marécages au nord de la ville, les concessions se sont étendues à plusieurs reprises au point de surpasser les quartiers chinois en population et superficie vers 1910. Elles deviennent alors le véritable coeur de la ville alors que la ville fortifiée, dont la muraille est rasée en 1912, est marginalisée.
Les concessions sont occupées à partir de 1941 par les Japonais et cessent d'exister de fait en 1943.

Pour en savoir plus :

- Christian Henriot, "Les divisions de la ville à Shanghai : les mots de la croissance métropolitaine", Géoconfluences, 2003.

- "L’ancienne concession française : bref historique", sur le site La France en Chine, Consulat général de France à Shanghai.