Vous êtes ici : Accueil Glossaire Parkour (art du déplacement)

Parkour (art du déplacement)

Publié le 10/05/2019
Auteur(s) : Natacha Gourland, agrégée de géographie, doctorante contractuelle - Université Paris-Est Créteil

Né à la fin des années 1980 en banlieue parisienne, le parkour (aussi appelé art du déplacement ou free-run selon le style et le rattachement disciplinaire des pratiquants) est un sport urbain qui repose sur la mobilité des corps et sur la course acrobatique. À l’instar du skateboard, du BMX, ou du streetball, le parkour est d’abord né comme loisir de rue, essentiellement pratiqué par un public masculin. Le parkour se distingue néanmoins d’autres sport de rue en s’inspirant de méthodes d’entraînements militaires du début du XXème siècle, comme celle de Georges Hébert fondée autour d’actions simples : courir, grimper, sauter. On appelle ainsi traceurs et traceuses les personnes qui pratiquent le parkour et qui détournent le mobilier urbain et les obstacles rencontrés pour tracer leur course de manière chorégraphiée. Le parkour ne peut donc pas être réduit à une logique ludique et sportive, puisqu’entre athlétisme et esthétisme les pratiquants donnent à voir d’autres usages de la ville, et interrogent les fonctionnalités de l’espace urbain.

C’est avec le film français Yamakasi, les samouraïs des temps modernes réalisé par Ariel Zeitoun et produit par Luc Besson, que le grand public découvre l’art du déplacement en 2001. L’intrigue met en scène un groupe de sept jeunes hommes, les Yamakasi, qui utilisent l'art du déplacement en banlieue parisienne, entre Evry, Choisy-Le-Roy et Sarcelles.

Depuis, le parkour a été largement diffusé par les réseaux sociaux, a été utilisé dans les scènes d’actions de diverses productions cinématographiques, et mondialisé par la mise en place de compétitions internationales comme la « Red Bull art of motion ». Longtemps conçu comme une discipline marginale et underground, le parkour est en voie de devenir une pratique sportive assumée et légitimée. En France une fédération d’associations de Parkour a vu le jour en 2009, plusieurs collectifs de traceurs ont émergé en métropole, et de nombreuses salles de parkour appelées parkour-parks ont été créées.

Natacha GOURLAND
Agrégée de géographie, doctorante contractuelle en géographie, LAB'Urba, Université Paris Est.

Pour compléter