Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers thématiques Océans et mondialisation Articles scientifiques L’invention des océans. Comment l’Europe a découpé et nommé le monde liquide

Océans et mondialisation

L’invention des océans. Comment l’Europe a découpé et nommé le monde liquide

Publié le 16/01/2015
Auteur(s) : Christian Grataloup, professeur émérite, Université Paris Diderot / UMR Géographie-cités.

Comme l'écrit l’Encyclopædia Universalis dans son introduction de l’article « Océans et mers » [1], « On sait qu’il existe trois grands océans… ». Ces étendues bleues de nos planisphères complètent ainsi le puzzle des continents. Si l’on prenait au pied de la lettre la vieille expression de « partie du monde », on devrait mettre sous ce terme les cinq continents (plus l’Antarctique) et les trois océans (plus les deux polaires). L’association est justifiée, car les découpages océaniques sont tout autant conventionnels que ceux des terres émergées ; ils ont la même histoire, une genèse essentiellement européenne. Le processus de découpage et de nomination des océans fut même plus tardif et reste d’ailleurs, logiquement, plus fluide.
Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle que la trilogie Atlantique-Pacifique-Indien s’est définitivement imposée dans les atlas, les planisphères, les formulaires administratifs et les prospectus d’agences de voyage. D’autres termes ont longtemps prévalu, ne serait-ce que celui de « mers du Sud » pour le Pacifique, expression qui n’a pas totalement disparu du fait de ses capacités à susciter le rêve [2]. Afin de suivre ces flottements toponymiques, j’ai recensé sur les principaux planisphères [3] du XVe au XIXe siècle (voir le tableau en complément ci-dessous), les termes indiqués sur les trois océans tels que nous les identifions aujourd’hui. Ces planisphères sont uniquement européens, puisque les noms actuels de tous les océans, ainsi que ceux qui auraient pu prévaloir, sont exclusivement le fait des cartographes et voyageurs européens.
La première question néanmoins, avant toute réflexion sur les choix de noms, est d’abord : pourquoi trois et non plus ou moins ? Puisqu’il n’y a qu’une seule énorme masse d’eau salée en continuité, à quelques mers intérieures près, pourquoi avoir choisi d’en faire trois parts ? L’accord sur cette tripartition s’esquisse dès le XVIe siècle, aussi la seconde étape sera de suivre le long cheminement qui aboutit tardivement à s’accorder sur les trois noms usités maintenant. Enfin, nous esquisserons l’idée qu’il y avait d’autres possibilités.

Complément : Les noms des océans sur des planisphères du XVe au XIXe siècle (tableau).


1. 1 = 3 (+ 2)


La « vaste étendue d’eau salée qui occupe la plus grande part du globe terrestre » (définition d’Océan dans le Petit Larousse) est évidemment un seul et même ensemble. Jean-René Vanney publia ainsi en 2001 une Géographie de l’océan Global, au singulier (éditions Gordon & Breach) où il précise d’entrée : « l’océan universel doit être désormais conçu comme un tout impartagé et présenté en adoptant cette vision globalisante ». Belle expression que celle « d’océan universel » qui reflète une idée ancienne. L’article « Océan » de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (tome 11 publié en 1751), rédigé par le chevalier de Jaucourt, principal contributeur des derniers volumes, en particulier pour les textes scientifiques, commence déjà par l’affirmation du singulier : « Cette immense étendue de mer qui embrasse les grands continens du globe que nous habitons ». L’unicité de l’Océan restait fidèle à l’étymologie, le nom propre de l’aîné des titans de la mythologie grecque : Okeanos, mais aussi à la très ancienne tradition cosmogonique dans laquelle s’inscrivait la mappemonde médiévale, dite « T dans O », le O étant justement l’Océan.

Un océan universel
Mappemonde "T dans l'O", XVe s.

Les trois parties de la terre habitée sont inscrites dans le O de l'anneau océanique infranchissable, et séparées par un T : la Méditerranée verticale entre l'Europe et l'Afrique, le Tanaïs (le Don) entre l'Europe et l'Asie, et le Nil entre l'Asie et l'Afrique.
Mappemonde de Barthélemy l'Anglais,
le Livre des propriétés des choses. 1479-1480. BNF, Manuscrits.
Source de l'image : Gallica

Article de l'Encyclopédie, XVIIIe s.

L’article « Océan » rédigé par le chevalier de Jaucourt pour l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, tome 11, 1ère éd. 1751.
Source : Wikisource

Carte Dymaxion des océans

La projection de Fuller (1954), dite aussi Dymaxion pour Dynamic Maximum Tension, permet de représenter l'océan global d'un seul bloc autour de l'Antarctique sur un isocaèdre (polyèdre à vingt faces).
Source : Creative Commons
Ouvrage d'océanographie, 2001

L'ouvrage du géographe Jean-René Vanney, éditions Gordon & Breach.

Mais Jaucourt enchaîne immédiatement sur l’idée de partition : « L’Océan lui-même se partage en diverses mers, non qu’il soit divisé par aucune borne, […] mais parce qu’une aussi grande étendue de mer que l’Océan est parcourue par des navigateurs qui ont besoin de distinguer en quel lieu ils se sont trouvés, on a imaginé des parties que l’on distingue par des noms plus particuliers ». Les usagers des mers éprouvent le besoin de se situer. Délimiter, même approximativement, des portions océaniques et les nommer traduit une expérience répétée des pilotes et des capitaines qui identifient des « régions » liquides dont les houles, les vagues, la couleur et mille autres signes insensibles au terrien sont évidentes pour eux. Cela permet de capitaliser les savoirs empiriques qui réduisent l’inconnue océanique. Cela rétrécit les blancs, ou plutôt les bleus, de la carte. On retrouve de tels patrimoines collectifs chez tous les peuples marins ; ce sont sans doute les extraordinaires navigateurs polynésiens qui ont poussé le plus loin cette connaissance du « terrain » liquide, suscitant l’admiration de leurs collègues européens aux XVIIIe et XIXe siècles (Grataloup, 2011, p. 36-37).
Ainsi surgissent dans les récits de voyages les mers d’Iroise ou des Sargasses, les golfes du Bengale ou de Guinée, les mers de Corail ou du Pérou. Mais cette régionalisation empirique de l’Océan entre en tension avec un autre type de découpage, plus formel et théorique, à plus petite échelle cartographique, celui des géographes et cartographes sédentaires qui tracent les planisphères. Pour que les Européens puissent s’approprier le vaste monde, avant de le coloniser, la cartographie le donne à voir et à penser en le décomposant en quelques éléments, des parties du Monde, terres en continu (continents), mais aussi ensembles maritimes. Le nom d’Océan devient alors commun et utilisé au pluriel. Les cartes, anciennes comme actuelles, témoignent de ces deux niveaux de partition des mers, souvent traduits par une hiérarchie graphique des caractères écrits : lettres capitales, quelquefois en rouge, pour les océans, minuscules pour les sous-ensembles, les « mers » non fermées (par exemple sur la carte n° 20). Des changements de statut peuvent se produire, un nom glissant de la mer à l’océan ; c’est ce que nous verrons se produire pour le mot « Pacifique ».

Aux grandes parties du monde terrestre correspondent quelques ensembles marins majeurs. Mais le nombre de trois ne s’est imposé que très lentement. Alors qu’aux trois parties terrestres du monde médiéval, celles de la mappemonde TO, s’était dès 1507 ajoutée America par la réussite de l’invention onomastique de Waldseemüller (Grataloup, 2009), ce n’est qu’au XIXe siècle que triomphe la triade océanique, en nombre et en noms. Preuve en est, une dernière fois, l’article de Jaucourt dans l’Encyclopédie : « Plusieurs géographes ont divisé l’Océan principal en quatre parties, dont chacune est appelée aussi océan & qui répondent aux quatre continens ou grandes îles de la terre ». L’article propose ensuite plusieurs découpages :
- Atlantique (ou Occidental), Grande Mer du Sud ou Pacifique, Hyperboréen ou Septentrional enfin l’Océan méridional « dont l’Océan indien fait partie » ;
- Atlantique au nord de l’équateur, Océan Ethiopique au sud, Pacifique, Indien ;
- « Quelques uns ne le divisent qu’en trois parties, savoir l’Atlantique, le Pacifique & l’Indien ».
Jaucourt conclut avec bon sens : « Chacun peut s’attacher à la division qui lui semblera la meilleure, cela n’est pas fort important ; car cette division n’est pas faite par la nature même, c’est l’ouvrage de l’imagination seule ». Ce qu’on pourrait tout autant dire pour les divisions continentales…

La norme, tant continentale qu’océanique, pour les noms comme pour les limites, n’est vraiment fixée que par la scolarisation massive des Européens aux XIXe et XXe siècles. Héritées de la principale pratique scolaire antérieure, celle du catéchisme, les méthodes des écoles européennes, leurs examens, leurs manuels et leurs cartes scolaires (Scheibling et Leclerc, 2014), n’acceptaient le plus souvent qu’une seule réponse à une question, au risque, particulièrement sensible en géographie, de naturaliser, voire d’essentialiser la réponse. C’est ainsi que les océans devinrent (définitivement ?) trois.

Planisphère de Vidal-Lablache

Carte murale pour les écoles

En fait, cette triade néglige les deux océans polaires qui apparaissent progressivement à la fin du XIXe siècle. Comme les deux pôles ont représenté les régions du globe atteintes les plus tardivement par des explorateurs (Robert Peary pour le pôle Nord en 1909 et Roald Amundsen pour le Sud en 1911), les tracés cartographiques sont très longtemps restés imprécis, d’autant plus facilement d’ailleurs que le choix de projections centrées sur l’équateur marginalisent la représentation des hautes latitudes. Une croyance largement partagée, sans doute due à une mauvaise compréhension de la banquise permanente, a consisté à supposer le grand Nord émergé. La carte de Mercator ci-contre, souvent reproduite [4], car effectivement spectaculaire et intrigante, montre les très hautes latitudes septentrionales occupées par des terres divisées en quatre avec une toute petite mer centrale. Mais sur plusieurs planisphères, dès le XVe siècle, on trouve des indications comme « la Mer glacialle » (carte n° 4), « Mare congelato » (n° 24)… C’est l’hyperboréen de l’Encyclopédie. Les indications d’un océan méridional apparaissent plus tardivement, mais deviennent assez banales dès la fin du XVIIIe siècle, en particulier sur les cartes britanniques (Southern ocean ou Arctic ocean, cartes n° 64, 70, 71, 74…).
Le pôle Nord sur la carte de Mercator (1595)

Une petite mer centrale sur le pôle Nord.
Carte
Septentrionalium Terrarum Desripcio (1595) 

Cette division en cinq océans a été reconnue internationalement en 1928 à la suite de la création en 1921, dans le sillage de la SDN, du Bureau hydrographique international, devenu en 1970 l’OHI (Organisation Hydrographique Internationale) [5]. La raison d’être de cet organisme est de faciliter les transports maritimes, en particulier en normalisant les cadres juridiques. C’est donc l’OHI qui trace précisément les limites océaniques. Cette précision est nécessaire entre autres pour les assurances dont les primes dépendent des espaces traversés. Ces efforts pour atteindre un accord international avaient débuté à Londres en 1845, mais n’ont pu aboutir que dans le contexte du traité de Versailles à la conférence hydrographique internationale tenue également à Londres en 1919.
Les limites du cap Horn et de celui de Bonne-Espérance n’ont pas fait débat. Le méridien 67°16 ouest, la longitude du cap Horn, marque la frontière entre l’Atlantique et le Pacifique appelée aussi Passage de Drake. Le méridien 20° est, celui du cap des Aiguilles (légèrement plus méridional que son voisin le cap de Bonne Espérance), limite l’Atlantique de l’océan Indien. Enfin, le passage de ce dernier au Pacifique se fait en franchissant le méridien 147°07 est, longitude d’une pointe méridionale de la Tasmanie, le cap South West (pourtant légèrement moins méridional que le cap South East). La dimension conventionnelle de ces découpages longitudinaux est encore plus évidente pour les latitudes. L’océan Austral (toponyme que l’OHI a préféré en 2000 à celle d’océan glacial Antarctique) est défini par le parallèle 60° sud et forme donc une couronne maritime autour du continent Antarctique. Son identification découle de l’importance du courant glacial circumpolaire sud, responsable d’une forte discontinuité thermique, effectivement localisée au nord à proximité du 60ème parallèle. Le BHI, puis l’OHI ont beaucoup hésité sur sa reconnaissance. Présent dans la nomenclature de 1928, l’océan Austral a disparu dans celle de 1953 pour être finalement rétabli au début de notre siècle. Si l’existence du petit dernier, l’océan glacial Arctique (13 millions de km², une étendue souvent considérée comme insuffisante pour un océan), fut moins contestée, ses limites sont devenues plus compliquées. La limite fixée par l’OHI depuis 1953 nécessite une demi-page pour en définir les segments. Elle ne suit pas les littoraux sibériens et canadiens, mais des lignes tracées entre des îles, correspondant plus ou moins, mais pas toujours, au parallèle 80° nord.

Les limites des océans selon l'IHO et la CIA
L'océan Atlantique

L'océan Indien

L'océan Pacifique

L'océan Arctique

Les limites des océans telles que définies par l'IHO (trait noir) et la CIA, World Factbook (fond bleu).
Source : Wikipedia English, article Borders of the Oceans, d'après la CIA, The World Factbook et l'IHO. Licence : Creative Commons


Cette énumération pourrait vite devenir fastidieuse, mais l’évoquer a le mérite de rappeler l’aspect totalement conventionnel de la géographie océanique, tout à fait symétrique du caractère totalement historique des découpages continentaux, en particulier de la division imaginaire entre les trois premiers continents, l’Afrique, l’Asie et l’Europe.

L'invention des océans, un découpage du Monde vu d'Europe

Auteur : Christian Grataloup

Retour en haut de page

2. Mers du Sud et du Nord, une longue période de flottement
 

La tradition grecque reprise par les mondes musulmans et chrétiens, même si elle n’était pas toujours sans quelques légères influences orientales, construisait une vision du monde à partir d’un centre correspondant à ce que l’Europe du XIXe siècle appela le Moyen-Orient [6]. Pour la cartographie « arabe » (souvent iranienne), le centre de la mappemonde est l’Arabie. Pour les cartes médiévales (c'est-à-dire européennes), l’intersection des trois parts, correspondant aux territoires des peuples issus des trois fils de Noé, est évidemment la situation du tombeau du Christ, Jérusalem. Vu de Chine, cela ne fait pas une grosse différence.

À cette géographie terrestre correspond une partition maritime centrée de façon semblable, mais avec seulement deux mers. Au nord-ouest de l’ombilic spatial (et temporel, la naissance du Christ était le milieu de l’histoire), la Méditerranée, au sud-est, ce que nous appelons l’océan Indien. Cette symétrie est d’autant plus frappante que les cartes ptoléméennes (n° 2) nous montrent la mer orientale également fermée. Souvent, la mer Indienne est, comme la Méditerranée, ouverte par un détroit sur l’océan, mais à l’est, et bordée au sud par une terre africaine très étendue vers l’Orient. Ce jeu de miroir cartographique correspond à une très ancienne expérience de la circulation maritime, la navigation dans l’océan indien étant aussi ancienne qu’en Méditerranée et les deux réseaux de communication n’en formant en réalité qu’un seul. En revanche, ce qui limitaient toutes ces cartes anciennes, le « O » des mappemondes médiévales, était l’océan (au singulier), bord du monde, inconnu, mystérieux, effrayant ; un chroniqueur arabe, en 1575, appelait l’Atlantique la « mer des Ténèbres » [7].
Carte ptoléméenne

Mappemonde par Nicolaus Germanus, in Cosmographia de Ptolémée, Florence, vers 1460-1470.
Source : BnF
, Exposition Ciel &Terre

Avec cet héritage, l’histoire de la pensée d’un océan Indien ne peut être semblable à celle de l’Atlantique. Christophe Colomb fut appelé « amiral de la mer Océane » puisque l’étendue marine à l’ouest de l’Europe et de l’Asie était considérée comme une fraction du grand océan cernant l’écoumène. En revanche, avec l’arrivée en Inde en 1498 de Vasco de Gama qui venait de contourner l’Afrique, il devint rapidement évident que la mer indienne n’était pas symétrique de la Méditerranée, mais faisait partie de ce grand océan (Subrahmanyam, 2012). Néanmoins, l’expression antique, l’Indikon Pelagos de Ptolémée ou l’Oceanus Indicus de Pline l’Ancien, perdure finalement jusqu’à nous. Des trois colonnes du tableau en annexe correspondant à nos trois océans canoniques, celle qui est la plus répétitive est sans conteste celle de l’Indien. La seule formule concurrente est celle de mer ou d’océan (voire de « mer océane », n° 11) oriental(e), surtout sur les cartes françaises (n° 15, 22, 24, 26, 31, 52, 54, 57) ; on peut parfois, sur des planisphères hollandais, trouver les deux indications simultanément (n° 32, 41, 51). Parfois il est précisé que ces Indes sont orientales (n° 14, 16, 18, 23, 56, 59). Une expression antique disparaît vite : la référence aux Prasodum Insulae qui désignaient les archipels au-delà de Trapobane (n° 3 et 8), l’île de Ceylan de la géographie gréco-romaine. On considère généralement qu’étaient ainsi désignée, de façon très floue, l’Insulinde ou, plus généralement, l’Asie du Sud-Est. Il y avait donc, vu de Méditerranée, d’abord une mer de l’Inde (notre actuel golfe d’Oman) et une mer de Trapobane (le golfe du Bengale). J’ai débuté la trilogie par l’océan Indien, car c’est finalement le cas présentant la plus grande stabilité onomastique (Vagnon, 2012).
L'océan Indien sur un fragment de portulan

Andreas Homem, le cartographe portugais qui réalisa ce portulan à Anvers en 1559, inscrit, au sud de l'Insulinde, en rouge, à la fois Oceanus Yndicus et Oceanus Orientalis pour désigner l'océan Indien (carte n° 20 du tableau).
Source : Gallica

Si la pensée de l’océan Indien s’est initialement construite en symétrie de celle de la Méditerranée, l’Atlantique et le Pacifique ont à leur tour des histoires longtemps couplées. Même si la traversée de l’isthme de Panama par Vasco Nunez de Balboa en 1513 avait suggéré la présence d’une vaste étendue maritime à l’Ouest de l’Amérique (notion géographique qui n’avait alors que sept ans), il faut attendre le voyage de Magellan, ou plutôt le retour de Del Cano en 1522, pour que le futur Pacifique soit vraiment pensé. Et il l’a été en lien avec l’Atlantique. Le fait qu’il ait été abordé par l’Est, par le contournement de l’Amérique, et plus généralement qu’il ait été envisagé d’abord à partir de l’Amérique espagnole, en particulier avec l’organisation du galion de Manille à partir de 1565 [8], est important pour comprendre sa mise en perspective vue d’Europe. Cette dimension géopolitique dépend très largement de la connaissance partielle que les navigateurs européens ont longtemps eue des routes maritimes possibles. Poussés par les alizés, il est plus facile de circuler aux basses latitudes d’Est en Ouest que l’inverse. C’est l’itinéraire de Magellan, au service de la couronne espagnole [9]. De cette chronologie du début du XVIe siècle découle le fait que les termes de Mer océane occidentale (n° 11, 1525), de Mer du Sud (n° 12, 1531) et de Mer Pacifique (n° 13, 1542), qui vont en concurrence désigner le plus grand océan jusqu’au triomphe de la dernière expression au XIXe siècle, n’apparaissent qu’après le premier tour du Monde. Si le Pacifique avait été abordé par l’Ouest, par un prolongement des routes portugaises au-delà du Japon, peut-être que l’expression d’océan Oriental (que l’on trouve à l’est de la Chine sur les plus anciens planisphères : n° 4 et 8) aurait perduré. La mention la plus tardive se trouve dans la superbe carte de Guillaume Le Testu (n° 18, 1556).

Durant une très longue période, jusqu’au milieu du XIXe siècle (dernière occurrence de South Sea en 1851, carte n° 70), beaucoup plus que celui de Pacifique, c’est le nom de mer du Sud (rarement au pluriel, à la différence de l’expression actuelle) qui s’impose. Il faudrait d’ailleurs plutôt écrire Mar del Zur tant cette appellation est liée à la domination des cartographes flamands. L’importance de son usage est impressionnante (n° 11, 14, 15, 16, 21, 22, 24 à 47, 50 à 52, 54 à 56, 58, 61, 62). Sur la plupart de ces cartes, l’expression Pacifique peut exister, mais comme une appellation secondaire, celle d’une mer plus étroitement localisée. La mer Pacifique est située à l’ouest immédiat du cap Horn, concerne donc le sud-est de l’océan. Il faut remarquer que l’expression mer du Sud, écrite en plus gros et souvent en rouge, n’est pas précisément localisée au midi de l’océan, mais bien souvent au nord de l’équateur.

Symétriquement, sur les mêmes planisphères, la toponymie majeure sur l’Atlantique actuel est mer du Nord (ou plutôt Mar del Nort). Néanmoins, la chronologie est plus tardive que pour la mer du Sud et moins stable. Le nom Atlantique remonte à l’antiquité grecque pour désigner effectivement l’étendue marine au-delà des colonnes d’Hercule : Atlantikos Pelaios (Platon, Timée, 24e), Atlantiké Thalassa (Plutarque, Timoléon, 20), le Titan Atlas portant la voute céleste à l’extrême occident du monde. Mais rien n’est vraiment fixé au début du XVIe siècle : les cartographes, s’ils n’ignorent pas Oceanus atlanticus (Fra Mauro n°1, 19, 23), indiquent plus fréquemment Oceanus occidentalis (n° 3 à 9, 17), voire les deux simultanément (n° 2). Ces indications sont faites au nord de l’équateur ; la partie méridionale de notre atlantique restant sans nom ou avec l’indication Oceanus meridionalis (n° 8, 15, 22). Avec Abraham Ortelius, en 1564, apparait l’expression Mer du Nord (n° 21) qui s’impose seule dans la cartographie flamande du XVIIe siècle. Elle reste cantonnée au nord de l’équateur. Au sud, dès 1570, Ortelius indique Oceanus aethiopicus, formule qui s’impose jusqu’à la première moitié du XVIIIe siècle (n° 27 à 35, 37 à 47, 50, 51, 55, 57).
L'océan Atlantique sur un planisphère flamand du XVIIe s.

Le planisphère de Marten Jansz, réalisé à Edam en 1610, nomme l'océan Atlantique Mar del Nort (au centre entre Amérique et Europe)
Source : Gallica (partie supérieure de la carte)

Une hypothèse sur le couple Mer du Sud/Mer du Nord peut être avancée au seul vu du tracé de l’Amérique sur les planisphères flamands (donc sur l’ensemble des planisphères du XVIIe siècle, puisque c’étaient les Ortelius, Mercator, Blaeu et autres cartographes flamands qui fixaient les normes de représentation du monde). Le décalage longitudinal de l’Amérique du Sud par rapport à l’Amérique du Nord, bien réel (San Francisco de Californie est à 122°27’ ouest et Santiago du Chili à 70°40’ ouest), devient un énorme écart sur les cartes du XVIIe siècle : plus de 140° entre San Francisco et Santiago [10], alors qu’il n’est en réalité que de 51°87’. Résultat de cette déformation longitudinale : le Pacifique semble beaucoup plus étendu au midi qu’au nord ; et c’est l’inverse pour l’Atlantique. On comprend mieux, dans ce contexte cartographique, cette toponymie curieuse aujourd’hui, mais dont il subsiste l’appellation de mers du Sud pour désigner les régions insulaires du Pacifique central.
Le couple Mer du Sud/Mer du Nord sur la carte de Mercator (1587)

L'exagération du décalage longitudinal de l’Amérique du Sud par rapport à l’Amérique du Nord laisse la place à une Mar del Zur dans le Pacifique et une Mar del Nord dans l'Atlantique. 
Cliquer pour voir en meilleure résolution (1.25 Mo)

Une raison souvent convoquée pour expliquer cet usage de points cardinaux est de rappeler le trajet de Balboa en 1513, lors de la première traversée transaméricaine par un Européen. L’isthme de Panama trace une sorte de S inversée, ce qui place localement l’Atlantique au nord-ouest et le Pacifique au sud-est. C’est aujourd’hui la configuration du canal, dont l’entrée atlantique est au nord et son opposée au sud. Mais l’aventure de Balboa a-t-elle eu un impact immédiat au XVIe siècle ? C’est peu probable. Sa notoriété doit surtout aux efforts espagnols pour justifier l’inclusion de l’océan à l’ouest de l’Amérique dans leur hémisphère d’influence, dans l’héritage du traité de Tordesillas, afin de pouvoir inclure les îles à épices de l’Asie du Sud-Est dans leur sphère impériale. La principale conséquence est surtout la colonisation espagnole des Philippines à partir de 1565.
À la fin du XVIIIe siècle, le couple océanique Nord/Sud ne s’impose plus dans un contexte où la cartographie est plutôt française et, de plus en plus, surtout en ce qui concerne les mers, britannique. L’idée d’océan universel n’était pas pour déplaire à l’effort de redéfinition générale des normes entreprise dans le cadre de la Révolution française. Charles Pierre Claret de Fleurieu, qui avait été l’introducteur des horloges de marines en France permettant de calculer la longitude et de concurrencer ainsi la marine britannique, devenu membre du bureau des longitudes sous le Directoire, proposa en 1799 une nouvelle nomenclature des mers. Au sein de l’Océan « un et universel », Fleurieu ne retenait que deux subdivisions : l’Atlantique et le « Grand Océan » [11]. On retrouve la vision du début du XVIe siècle. Mais cette proposition fut sans effet, les mers étant sous contrôle britannique, y compris dans la toponymie. L’océan Indien dut peut-être sa pérennité à la défaite française de Gibraltar… La trinité Atlantique/Indien/Pacifique s’imposa au XIXe siècle dans les cartes anglaises, puis françaises, puis toutes les autres. La seule résistance fut le fait de la cartographie allemande qui préféra quelques temps parler de Grosser Ocean au lieu du Pacifique (n° 72, 73, 75). Mais au XXe siècle, les toponymes ne sont plus discutés.

Les appellations des océans polaires, dont les identités ne sont vraiment fixées qu’au milieu du XXe siècle, si tant est qu’elles le soient, ne constituent pas un tel feuilleton. On trouve parfois, au nord des planisphères, l’expression Oceanus hyperboreus [12], plus banalement Mer glaciale (n° 4), plus joliment Mare congelato (n° 24). La première mention de l’océan arctique sur un planisphère remonte à 1827 (n° 65). Quant à l’océan antarctique, son existence est encore plus fantomatique (même si on le rencontre aussi sur la même carte de 1827), dans la mesure où, jusqu’au milieu du XVIIe siècle, c’est au contraire un continent que l’on place à ces latitudes. Héritée de la pensée cosmogonique antique, tous les géographes et cartographes étaient persuadés de la nécessité d’une énorme masse continentale autour du pôle Sud. Tant que l’on organisait l’univers avec du haut (au Nord) et du bas (au Sud), il fallait impérativement que l’hémisphère méridional soit plus lourd que le septentrional pour que l’écoumène reste la tête en haut. Les Terres antipodiques, lieu de bien des fantasmes, jouaient en quelque sorte le rôle d’un culbuto. Le bas des planisphères (dans les projections usuelles) devint vide dans la seconde moitié du XVIIe siècle lorsque la progression des explorations ne trouvait toujours pas ces terres méridionales (Tasman fait le tour de l’Australie en 1642 et montra donc qu’elle n’était pas une partie du continent antipodique) et que parut en 1686 Philosophiae Naturalis Principa Mathematica de Newton, qui en établissant la loi universelle de la gravitation, rendit obsolète le haut et le bas de l’univers.

Retour en haut de page

3. De rivages à rivages, des continents liquides finalement


Nos cartes auraient donc pu présenter autrement les mers, les découper différemment (ou même ne pas découper l’Océan), leur donner d’autres noms [13]. Mais c’est supposer évident que l’on oppose d’abord les terres et les mers, le marron et le bleu des cartes. Etait-ce inévitable ? La mer ne représente pas automatiquement une discontinuité pour une société. Bien au contraire, lorsque les étendues terrestres étaient peu maîtrisées par des hommes, les rivages ont souvent représenté des milieux de vie privilégiés et les communications étaient plus faciles sur mer que sur terre. Ainsi, des sociétés se sont organisées en rivages face à face (Grataloup, 2015). Il s’agissait, il y a plusieurs siècles, de distances assez modestes. Un bon exemple est représenté par les régions historiques que Denys Lombard (1990) identifie dans l’Insulinde [14]. La plus importante construction territoriale centrée sur une mer fut sans doute l’Empire romain. Dans de telles constructions géohistoriques, la mer unit, la terre divise.
Dans une certaine mesure, les empires coloniaux européens, en s’emparant « outre mer » de territoires, construisaient des configurations centrées sur les océans. Mais la dissymétrie des territorialités, les rives européennes dominant et les rives exotiques étant dominées, affaiblissait une territorialisation de l’océan. On s’en est cependant approché dans l’Atlantique, ébauchant ce qu’on a pu appeler une « civilisation atlantique » [15], d’abord à dominante espagnole, puis britannique.

C’est dans ce contexte qu’aurait pu exister une nomenclature océanique, mais elle sombra dans l’étendue des mers. Recoupant les espaces vécus des marins, identifiant des « régions » marines d’étendues plus modestes que les océans, évoquées au début de cet article, telle la mer d’Iroise, on peut concevoir une tentation de nommer les étendues liquides en prolongeant les terres. C’est ce que représente modestement aujourd’hui la notion d’eaux territoriales, expression paradoxale seulement en apparence, ou, mieux encore, les 200 milles du littoral de la Zone Economique Exclusive. Les planisphères et plus encore les cartes régionales, indiquent en marge de littoraux, mais parfois loin au large, des « mer de… » suivi d’un toponyme terrestre. Par exemple (n° 20) : mare de Perù, mare argentei, ou bien sur le globe terrestre de Coronelli se trouve l’indication mer du Brésil autour de l’actuel Nordeste… On peut ranger dans cette catégorie bien des indications de la mer Pacifique précisément situées au débouché du détroit de Magellan.
L'océan Pacifique au large du Pérou

Sur le portulan d'Andreas Homem (Anvers,1559), le littoral pacifique du Pérou est bordé par la mare de Peru (carte n° 20 du tableau). Source : Gallica

L’expression océan Indien ou mer des Indes (orientales), tel qu’elle est précisément placée sur le planisphère peut également relever de cette logique de prolongement terrestre. C’est le cas lorsque le midi de notre océan Indien actuel est occupé par une expression telle que celle d’Océan méridional ou oriental (carte n° 20 d'Andreas Homem, voir image plus haut). Le fait que les mers de l’hémisphère austral soient longtemps très mal connues, qu’on ne puisse se fonder sur une autorité antique pour mettre de l’ordre dans les représentations cartographiques, pousse à prolonger ce qui est déjà nommé, les terres.
Le plus évident est la résistance de l’expression Oceanus aethiopicus. Elle est, le plus souvent, écrite dans le sud de notre Atlantique, quelque part au large de l’Angola (n° 25, 27 à 35, 37 à 47, 50, 55, 57). Mais elle peut se trouver autour du cap de Bonne Espérance et donc déborder dans l’océan Indien actuel. Apparue à la fin du XVIe siècle, elle disparait définitivement à celle du XVIIIe. Ethiopie est l’un des toponymes utilisés dans l’Antiquité pour désigner les terres méridionales africaines, au midi de l’Egypte. Le mot est plusieurs fois utilisé dans l’Iliade et l’Odyssée. Avec Libyé, qui désignerait plutôt l’Afrique à l’ouest de l’Egypte, jusqu’à l’Atlantique, il est l’un des deux mots qui correspond vaguement au découpage européen ultérieur baptisé Afrique, en reprenant le nom de l’ancienne province romaine de Carthage. Peu ou prou, pour les cartographes européens des temps modernes, Lybie ou Ethiopie peuvent être traduites par Afrique noire. Dans le flou des dénominations maritimes de l’hémisphère sud, l’Afrique apparait comme un repère relativement stable et sa toponymie s’étend donc à son environnement maritime. Ce sont les cartes françaises qui maintiennent assez longtemps cette logique, jusqu’à ce que la cartographie de littoral à littoral des géographes britanniques ne s’impose.

L’iconographie océanique est pauvre, surtout en regard de l’extraordinaire floraison des représentations picturales ou sculpturales des continents (Grataloup, 2009). A peine peut-on citer quelques figures antiques de l’Océan, sous les traits d’un vieillard barbu allongé dans les flots [16]. Pour les modernes, Guillaume Coustou a sculpté pour les jardins de Marly un groupe figurant l’Océan et la Méditerranée. Cette pénurie témoigne de la faible identité de ces parties du Monde. Alors qu’il y a des milliers de figures de l’Amérique, de l’Asie, de l’Afrique ou de l’Europe, et même de l’Océanie, dotées d’attributs canoniques (plantes, animaux, types de couronne ou de vêtement), les océans n’existent guère. Il en va de même dans la bibliographie : les découpages du monde, continentaux en particulier, ont suscité quelques ouvrages, mais sans aborder la question du partage des mers et de leurs noms [17].

Alors que l’on a pu parler de continentalisme, cela n’aurait guère de portée de tenter de donner corps à la notion d’océanisme. Par continentalisme, notion moins utilisée en français qu’en allemand ou en anglais, on entend une volonté et un sentiment identitaire à l’échelle du découpage continental (Capdepuy, 2013). La doctrine Monroe (1823) fait figure d’archétype. En découlent les efforts diplomatique et économique pour construire des unions régionales dont l’Union européenne est la forme la plus avancée. L’Afrique, que tente de rassembler l’Union Africaine, est sans doute la construction la plus intéressante, puisque ce découpage né dans l’imaginaire mondial des Européens est devenu le support d’un sentiment identitaire et d’une volonté d’autonomie forts au sud du Sahara.
Les océans ne suscitent pas de tels sentiments. Les efforts diplomatiques pour rassembler les pays baignés par un même océan restent modestes, comme en témoigne la Commission de l’océan Indien créée en 1982 (une organisation francophone qui ne réunit que cinq pays). Beaucoup plus lourd est le forum économique de l’Apec (Asia-Pacific Economic Cooperation) né en 1989 : 21 membres, dont la Chine, les États-Unis et la Russie. Mais, parce qu’il rassemble des sociétés très proches et des économies très imbriquées, c’est l’Atlantique nord qui a encore le plus de consistance territoriale. L’Otan, en combinant « Atlantique » et « Nord » rassemble les deux mots qui ont alternativement désigné cette partie du Monde.


S’il en était besoin, suivre les découpages océaniques et leurs dénominations sur les cinq derniers siècles montre combien ces éléments de base de la géographie sont purement culturels et donc susceptibles de changer. Mais aujourd’hui, la tradition semble durablement consolidée. Nul doute que l’école, la cartographie scolaire, l’apprentissage des noms des trois océans en symétrie des continents, soit responsable de cet immobilisme apparent. Charles Fleurieu, déjà cité, appelait de ses vœux « une division et une nomenclature hydrographiques qui n’étant celle d’aucun temps, d’aucun pays, d’aucun peuple, en particulier, conviennent également à tous les peuples, à tous les pays, à tous les temps » . L’Océan peut être saisi par l’histoire globale.

Retour en haut de page

Notes

[1] Encyclopædia Universalis, édition de 1974, volume 11, page 1067.

[2] Par exemple dans quelques romans récents : Jean-Jacques Antier, La prisonnière des mers du Sud (Presses de la Cité, 2009), Manuel Vazquez Montalban, Les mers du Sud (10/18, 2000), Alexandra Lapierre, Je te vois reine des quatre parties du monde : l’épopée de Dona Isabel Barreto, Conquistadora des mers du Sud (Flammarion, 2013)… On pourrait remonter aux South Sea Tales de Jack London (1911) ou même à In the South Seas de Robert Louis Stevenson (1891).

[3] Cette recension ne peut avoir de prétention à l’exhaustivité. Il est des planisphères qui n’ont pas de nomenclature, d’autres dont les reproductions dont je disposais ne permettaient pas de lire les noms des océans. Surtout, si beaucoup de planisphères du XVIe siècle sont présents, les absents sont de plus en plus nombreux ensuite. Pour le XIXe siècle, il ne s’agit que d’un petit échantillon. Les cartes, pour gagner de la place dans le texte principal, seront citées par le numéro d’ordre du tableau présent dans le complément à la fin de l'article.

[4] Cette carte est considérée comme la première représentation du pôle Nord.

[5] L’OHI (ou IHO en anglais) est une organisation intergouvernementale technique et consultative créé par une convention signée à Monaco en 1967.

[6] Vincent Capdepuy, 2008, « Proche ou Moyen-Orient ? Géohistoire de la notion de Middle East », L'Espace géographique, Vol. 37, n°3, pp. 225-238.

[7] Cité par Subrahmanyam, 2012, p. 160.

[8] Clotilde Pambet-Jacquelard, De Séville à Manille 1520-1609. Premiers regards espagnols sur la mer de Chine, Les Indes Galantes, 2014.

[9] Circulant d’Est en Ouest à la différence de Phileas Fogg, il ne pouvait donc espérer gagner un jour comme ce dernier…

[10] C’est net, par exemple sur la carte de l’Amérique de Blaeu (Americae Nova Tabula, 1635, in : Schüler, 2010, p. 160-161).

[11] Vincent Capdepuy et Christian Grataloup, 2013. Source : « Extrait du procès-verbal des séances du bureau des longitudes du 14 ventôse an VIII de la République », in : Voyage autour du Monde pendant les années 1790, 1791 et 1792, par Etienne Marchand, Paris, Imprimerie de la République, 1800, vol. 4.

[12] On trouve Oceanus Hyperboreus, par exemple, sur une carte marine portugaise, dite portulan, réalisée vers 1550 représentant l’Atlantique nord ou sur la planche Asie de la Cosmografia de Sebastian Munster de 1544.

[13] Si les voyages de Zeng he s’étaient poursuivis au XVe siècle, la riche cartographie chinoise aurait pu produire un tout autre découpage mondial. Mais ces grands voyages sont brusquement stoppés en 1432.

[14] Voir la figure 1 du tome 1 (page 17) dans Le Carrefour javanais. Essai d’histoire globale, Éd. de l’EHESS, 1990.

[15] Ainsi l’historien Jacques Godechot défendait l’idée de « révolution atlantique » de 1770 à 1850, de la Déclaration d’indépendance des Etats-Unis au Printemps des peuples.

[16] Aux musées du Vatican, du Capitole, ainsi que sur l’autel antique de la Villa Borghese.

[17] Dans The Myth of Continents (1977), Martin W. Lewis et Kären E. Wignen, abordent bien des divisions du Monde (pas seulement les continents), mais jamais les océans. Cela dit, je n’ai guère fait mieux dans L’Invention des continents (2009).

Retour en haut de page

Pour compléter :

Ressources bibliographiques :

(les recueils de cartes anciennes utilisés pour le tableau en annexe mais parfois cités dans le texte sont indiqués à la fin du tableau)

  • Capdepuy Vincent et Grataloup Christian, 2013, « Continents et océans : le pavage européen du globe », Monde(s), n°3, Presses Universitaires de Rennes. Résumé sur Cairn.
  • Grataloup Christian, 2009, L’invention des continents. Comment l’Europe a découpé le Monde, Larousse.
    et un entretien à propos de cet ouvrage : « L’invention des continents. Rencontre avec Christian Grataloup », Sciences humaines, 15 juin 2011. Avec une carte des continents « durs » et des continents « mous ».
  • Grataloup Christian, 2011, Représenter le Monde, La Documentation française.
  • Grataloup Christian, 2015, Introduction à la géohistoire, Armand Colin.
  • Lewis Martin W. & Wigen Kären E., 1997, The Myth of Continents. A Critique of Metageography, University of California Press. Présentation sur le site de l'éditeur.
  • Lombard Denys, 1990, Le Carrefour javanais. Essai d’histoire globale, Ed. de l’EHESS (3 volumes).
  • Scheibling Jacques et Leclerc Caroline, 2014, Les cartes de notre enfance. L’atlas mural Vidal-Lablache, Armand Colin.
  • Subrahnanyam Sanjay, 2012, Vasco de Gama. Légende et tribulations du vice-roi des Indes, Alma Éditeur.
  • Vagnon Emmanuelle, 2012, « L’océan imaginé. La cartographie de l’océan Indien au Moyen-Âge », in : L’âge d’or des cartes marines (Catherine Hofmann et al., Seuil, 2012, pages 198-201).
  • Vanney Jean-René, 2001, Géographie de l'Océan global, Éditions scientifiques Gordon & Breach.

 

Ressources en ligne :

 

Christian GRATALOUP,
Université Paris Diderot / UMR Géographie-cités.

conception et réalisation de la page web : Marie-Christine Doceul,

pour Géoconfluences, le 9 janvier 2015

Pour citer cet article :
Christian Grataloup, « L’invention des océans. Comment l’Europe a découpé et nommé le monde liquide », Géoconfluences, 2015, mis en ligne le 15 janvier 2015
URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/oceans-et-mondialisation/articles-scientifiques/l-invention-des-oceans.

Retour en haut de page

 

 

Actions sur le document