Vous êtes ici : Accueil Ressources Ressources pour les concours (Capes, agrégations, ENS...) Géographie des mers et des océans : les grands axes thématiques

Géographie des mers et des océans : les grands axes thématiques

Publié le 14/06/2015
Auteur(s) : Laurent Carroué, Inspecteur général de l'Ēducation nationale
Marie-Christine Doceul, DGESCO-ENS de Lyon

Ces dernières années, les enseignants en poste et les futurs enseignants sont confrontés à nouveau à la thématique maritime. En effet, premièrement,  la rénovation des programmes scolaires permet de traiter en classe un certain nombre d’enjeux majeurs (« nourrir les hommes », « les enjeux énergétiques », les « littoraux comme espaces convoités » ou « acteurs, flux et réseaux de la mondialisation », « les mondes arctiques : une nouvelle frontière sur la planète », « espaces maritimes aujourd’hui : approche géostratégique »…). Deuxièmement, le renouvellement des questions aux concours du CAPES et des agrégations de Géographie et d’Histoire – à travers par exemple la « Géographie des conflits » ou la question « Canada-Etats-Unis-Mexique » ont aussi permis de placer l’étude des espaces maritimes dans les questions aux programmes.

Enfin, ce champ nouveau - à l’articulation entre milieux, géoéconomie, géopolitique et géostratégie – rencontre un réel intérêt. Aborder et traiter celui-ci comme objet scientifique et didactique oblige à penser le globe comme système tout en s’appuyant sur les nécessaires emboîtements d’échelles et tout en identifiant clairement un certain nombre d’axes thématiques spécifiques. C’est pourquoi il a semblé nécessaire d’ouvrir ce vaste dossier en fournissant un certain nombre de pistes d’information documentaire. 

Le texte d'accompagnement des questions du programme de l'agrégation d'histoire - session 2015 (publié le 6 mai 2014)

Note : Les ressources proposées sont indicatives et ne prétendent pas à l'exhaustivité. Vous pouvez nous faire part de vos suggestions.
 

1. Approches épistémologiques et conceptuelles.

Les géographes contemporains, à la suite de leurs grands anciens, ont largement renouvelé aux plans épistémologique et conceptuel ce vaste champ d’étude. Voici quelques articles possibles. 

2. Les ressources documentaires disponibles : ouvrages, revues, outils.

De nombreuses ressources – articles en ligne, articles de revues papier, ouvrages – sont aussi disponibles. En voici quelques exemples facilement accessibles.

  • Tristan Lecoq (ss direction de), Enseigner la mer. Des espaces maritimes aux territoires de la mondialisation, collection Trait d’union Géographie, SCEREN CNDP/CRDP, Rennes, 2013. Un ouvrage collectif - scientifique et didactique avec pistes pédagogiques – très complet dirigé par Tristan Lecoq, Inspecteur Général,  accompagné d’un DVD. Une présentation de quelques pages de l'ouvrage.
  • Tristan Lecoq, Enseigner la géographie des mers et des océans. Des espaces maritimes aux territoires de la mondialisation. Eduscol, décembre 2013, 9 p.
  • André Louchet, Les océans. Bilan et perspectives, coll. Cursus, Armand Colin, Paris, 2013. Petit ouvrage de synthèse abordant les dynamiques des milieux, les routes maritimes et la question des transports, les détroits, passages stratégiques et seuils, la pêche et les ressources. Sur le site de l'éditeur, introduction et sommaire.
  • André Louchet, La planète océane, précis de géographie maritime, Géographie, Coll. U, Armand Colin, Paris, 2011. Ouvrage général spécialisé sur la mer et ses milieux, la révolution des transports et les principales aires maritimes pavant l’espace mondial.  Une référence. Le sommaire.
  • Alain Miossec (dir.), Géographie des mers et des océans, PUR, 2014.  Ouvrage général rédigé par 18 auteurs. Sur le site de l'éditeur, l'introduction et le sommaire.
  • Jacques Guillaume et Dominique Sellier (ss coordination), « La Haute Mer »,  n° thématique spécial, BAGF/ Bulletin de l’Association des Géographes Français, déc. 2013. Numéro incontournable comportant douze articles des meilleurs spécialistes reprenant les actes de deiux journées d’études centrées sur la « haute mer ».
  • Michèle Fieux, L'océan planétaire, Paris, Presses de l'ENSTA, 2010. Un ouvrage richement illustré sur les propriétés physiques de l'océan et les spécificités de chaque bassin océaniques par une professeur d'Océanographie Régionale.
  • Jean-Noël Salomon, Géomorphologie sous-marine et littorale, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Scieteren », 2008.
  • Jacques Guillaume (sous direction de), Les transports maritimes dans la mondialisation, L’Harmattan, Paris, 2008.
  • Claude Martinaud, Frank Paris, Océans, mers et îles. Appuis de la mondialisation, Ellipses, Paris, 2013. 50 fiches avec une approche pluridisciplinaire.
  • Pierre Royer, Géopolitique des mers et des océans, Paris, PUF Major, 2012. Les enjeux de la maîtrise des mers sont inscrits dans une perspective diachronique.
  • André Vigarié, La mer et la géostratégie des nations, Paris, Economica, 1995.
  • Documentation photographique, Géographie des espaces maritimes, n° 8104, 2014. Dossier réalisé par Antoine Frémont et Anne Frémont-Vanacore. Le sommaire.
  • Carto, Dossier Mers et océans. Géopolitique des espaces maritimes, n° 28, mars-avril 2015. Dossier réalisé par Antoine Frémont.
  • Diplomatie : « Géopolitique des mers et océans », Les Grands dossiers, n°10, Paris, 2012.
                       « Géopolitique et géostratégie des mers et des océans », Hors-série n°13, Paris, 2010. Deux excellents numéros sur la question.
  • Revue Internationale et Stratégique : « Mers et océans, espaces de compétition et d’opportunités  », n°95, automne 2014. Le sommaire. NOUVEAU.
  • Hérodote, revue de géographie et de géopolitique : voir les numéros thématiques comme Pillages et pirateries (n°134, 2009/3), Géopolitique de l’Océan Indien (n°145, 2012/2). Le site Cairn donne accès à de nombreux articles gratuitement deux à trois ans après publications des revues mises en ligne.
  • Questions internationales, « Mers et océans », n°14, juillet-août 2005.
  • Revue Études Marines : publication scientifique du Centre d’études supérieures de la marine. Des numéros à thème feuilletables en ligne, avec des contributions de géographes : n°2-2012 sur les richesses des océans, n°3-2013 sur la maritimisation des tensions régionales, n°7-2014 sur l'Union européenne : le défi maritime.
  • Problèmes économiques : « L'économie bleue », n° 3084, février 2014. Une sélection d'articles parus dans des revues et journaux, dont un article de The Economist sur l'Arctique.
     
  • ISEMAR, Université de Nantes, Le Marin : Atlas 2014 des enjeux maritimes, Rennes, 2013. Un ouvrage collectif de 15 chapitres centré sur l’économie de la mer, les ressources minières et halieutiques, les ports et flottes civiles et militaires avec de nombreuses cartes. Sur le site de l'éditeur, une présentation de quelques pages de l'ouvrage.
  • Didier Ortolland, Jean-Pierre Pirat, Atlas géopolitique des espaces maritimes, Paris, Technip, 2010
  • United Nations Atlas of the Oceans : portail d’information sur les océans du monde avec 4 entrées : généralités, usages, enjeux et sous-ensembles régionaux.
  • JM Cousteau et P. Vallette : Atlas de l’océan mondial. Pour une politique durable de la planète mer, Atlas Autrement, Paris, 2007.
  • Commission européenne, Atlas maritime européen : atlas électronique.
  • Monique Begot, Pascal Buléon, Patrice Roth, « Emergences Caraïbes », atlas papier (L’Harmattan) et électronique en ligne sur le Grand Bassin Caraïbe de chercheurs et d’enseignants du secondaire : textes et documents pour connaître la « Méditerranée américaine ».
  • Argounes F., Mohamed-Gaillard S., Vacher L., Atlas de l’Océanie, Atlas Autrement, Paris, 2011.
  • Pascal Buléon, Jean-Louis Shurmer-Smith, Atlas transmanche. Atlas franco-britannique de l’Université de Caen,
  • Pierre Royer, Dico-Atlas des mers et des océans - Histoire, géographie et géopolitique, Paris, Belin, 2013. Petit ouvrage simple et bien illustré,  pour une première approche.
  • L'âge d'or des cartes marines, exposition virtuelle de la BnF.
  • La mer, terreur et fascination, exposition virtuelle de la BnF.
     
  • Alain Miossec, (sous la direction de), Dictionnaire de la mer et des côtes, Presses Universitaires de Rennes, 2012.
  • Océanogéo : un serveur d'exploitation de corpus bibliographique (issu de la Bibliographie Géographique Internationale) et iconographique (diapositives et photographies numériques de la photothèque et de chercheurs de PRODIG ou de géographes partenaires), 2009. D’une grande richesse.

    Retour en haut de page

3. Les espaces maritimes, des milieux dynamiques aux fortes spécificités.

Les espaces maritimes couvrent 71% de la planète, soit 361 millions de km2. Ils représentent des milieux spécifiques qui jouent un rôle majeur dans le fonctionnement du globe terrestre. Ces dernières décennies, de nombreux travaux de recherche ont permis de mieux en connaître le fonctionnement, les dynamiques internes et les interactions avec les espaces littoraux et continentaux (géologie et tectonique, physique des océans, biologie, météorologie et climat…). Voici quelques ressources permettant des mises au point sur la question.

Les grands organismes de recherche et d’étude

 

Quelques articles scientifiques en ligne 

4. Les espaces maritimes : valorisation des ressources et développement durable.

Les océans disposent d'importantes ressources halieutiques, minières et énergétiques. Le sous-sol marin recèle ainsi entre un quart et un tiers des réserves de gaz et de pétrole et fournit un tiers de la production mondiale grâce aux progrès techniques de l'offshore profond non sans accident majeur comme dans le golfe du Mexique en 2010. Les captures des pêches maritimes ont été multipliées par cinq depuis 1950 pour atteindre 90,5 millions de tonnes en 2011, avec la surexploitation des principales espèces.
 

Les sites officiels

 

Développement durable, ressources halieutiques, minières et énergétiques

  • Alain Miossec, « Mers et littoraux face aux perspectives de développement durable », Historiens & Géographes, 2013, n°424
  • Alain Miossec, « L'océan et le développement durable », Historiens & Géographes, 2011, n°415
  • Avis du Conseil économique, social et environnemental, « Quels moyens et quelle gouvernance pour une gestion durable des océans ? », rapporteur : Catherine Chabaud, juillet 2013, 250 p. Contient des annexes et documents utiles.
  • Annales des Mines – Responsabilité et environnement : « La mer et les ressources marines », n° 70, 2013/2.  108 p. Nombreux articles sur le potentiel  des ressources et l’évolution des techniques, ainsi que sur les aspects géopolitiques qui y sont liés.
  • Planète Tere, Mers et océans : la grande mutation ? 16 avril 2014, France Culture. Émission avec André Louchet et Bruno David.
     
Protection des espaces marins
  • L'agence des aires marines protégées en France
  • et le portail Cartomer géré par le pôle géomatique de l’Agence des aires marines protégées qui propose une cartothèque permettant la recherche et la consultation de cartes classées par dates, thèmes et/ou zones géographiques ; un catalogue de métadonnées et une interface de cartographie dynamique dénommée "construire ma carte" ; des données géoréférencées concernant notamment les aires marines protégées françaises.

Retour en haut de page

5. Espaces maritimes et « course à la mer » : l’appropriation des mers et océans par les États riverains.

Face à la « finitude du monde terrestre» consécutive à l’épuisement des derniers fronts pionniers (Sibérie, Grand Nord, Amazonie, Asie du sud-est…), il convient de noter que les espaces maritimes mondiaux constituent aujourd’hui «une nouvelle frontière» pour le développement économique et social de l’humanité dans les décennies qui viennent. Dans ce contexte, si certaines ressources potentielles sont encore mal connues (cf. débat sur les minerais polymétalliques sous-marins…), les grands acteurs géopolitiques et géoéconomiques « prennent des gages » (cf. débat sur l’extension des ZEE) sur l’avenir, au cas où.

Les États riverains se sont donc lancés depuis quelques décennies dans une véritable « course à la mer » afin de s'approprier I'espace maritime. Pour éviter les conflits et protéger les milieux marins, la conférence de Montego Bay de 1982 a créé la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (CNUDM), ratifiée par 133 pays en 2011. Cette convention définit un nouveau droit maritime international qui distingue différents espaces : les eaux intérieures, la mer territoriale, les zones contigues, les zones économiques exclusives (ZEE) et la haute mer. La « haute mer », totalement libre, couvre 64 % des océans. Enfin, les grands fonds sont déclarés « biens communs de l'humanité ».
 

Les sites des grandes organisations internationales

 

Quelques articles scientifiques

 

La multiplication des conflits frontaliers, littoraux ou maritimes

Ces dernières années, la « course à la mer » s’est traduite par la multiplication des conflits frontaliers, littoraux et maritimes. C’est un nouveau facteur des relations internationales entre Etats qui s'explique par des revendications territoriales concurrentes, souvent liées à la présence de gaz ou de pétrole : on en compte aujourd'hui environ soixante-dix. Si certains conflits sont réglés dans le cadre de négociations internationales (Russie/Norvège, Brunei/Malaisie...), d'autres apparaissent (Argentine/Royaume-Uni aux Malouines), dont certains peuvent avoir des répercussions mondiales (Israël /Liban, mer de Chine méridionale).

6. Contrôle stratégique et militarisation des espaces maritimes.

La surveillance et la maîtrise des mers et des détroits constituent un enjeu géopolitique majeur. Trafics d'armes, de drogue, de migrants et piraterie maritime favorisés par la faiblesse ou la crise des États côtiers, explosent depuis quinze ans. Pour y faire face, les opérations internationales se multiplient dans la Caraïbe, la Méditerranée et I'Océan Indien. Le renforcement des marines de guerre est un fait central mais sélectif. Quarante États disposent de 98 % de la flotte militaire mondiale (2 000 navires), dix États de 84. Face à la domination des États-Unis (40% du tonnage total) on assiste à la montée en puissance des grands pays émergents (Chine : 5 % ; Inde et Brésil) et des puissances régionales (Taiwan, Turquie, Corée du Sud, Pakistan).
 

Les sites de la Marine nationale et de l’IHEDN

Crises, insécurité et piraterie maritime

Ces dernières années, la montée de la piraterie maritime a été un facteur important affectant directement soit le transport maritime international, soit la valorisation des ressources.

 

Canaux, passages et détroits stratégiques : quelques articles scientifiques

7. Les espaces maritimes : un rôle majeur dans les échanges.

Réalisant 80 % des échanges de marchandises, les mers sont des espaces de contact et de circulation utilisés par 105 000 navires, dont 11 200 pétroliers et méthaniers (gaz liquide) et 5 000 porte-conteneurs. En passant par des canaux ou détroits stratégiques, les voies maritimes relient les grandes façades équipées de puissants ports. En quarante ans, la flotte a été multipliée par plus de quatre et les volumes transportés par trois. Mais ce système est très concentré : 21 États contrôlent 80 % de la flotte mondiale, 25 ports polarisent 50 % des flux mondiaux.
 

Les sites des grandes organisations internationales sur les flux maritimes

  • Organisation Maritime Internationale/ IMO (International Maritime Organization) : une organisation de l’ONU, basée à Londres.
  • Review of Maritime Transport (RMT) de l’Organisation des Nations Unies pour le Commerce et le développement (UNCTAD) : publication annuelle de référence sur le transport maritime mondial et ses dynamiques.

 

Le trafic maritime mondial : un suivi en temps réel

  • Marinetraffic : un site qui permet un suivi en temps réel de tous les navires navigant sur le globe et leur identification précise lorsqu’ils sont dotés d’un système d’identification automatique par satellite, dans un nombre cependant limité de zones géographiques.
  • Hervé Théry, « Marine Traffic Project, un outil d’observation des routes et des ports maritimes », Mappemonde, n° 104, 3/2011. Un article présentant le projet d’observation et de suivi des routes maritimes et de la navigation maritime mondiale.

 

 Le trafic maritime mondial : quelques ouvrages et articles scientifiques

Retour en haut de page

8. L’économie maritime : un enjeu majeur pour l’avenir.

La valorisation économique des espaces maritimes débouche sur la constitution d’une vaste filière qui joue un rôle majeur.

Les sites d’actualité du monde maritime

  • Les sites français :
    • L'ISEMAR (Institut Supérieur d’Economie Maritime) est un centre de recherche, d'expertise, d'information en économie du transport maritime basé à Nantes Saint-Nazaire. Fondé en mai 1997, sous forme d'association loi 1901, l'ISEMAR bénéficie du soutien des acteurs territoriaux publics et privés de l'un des principaux centres maritimes français (place portuaire, armateurs, construction navale, écoles et université).
          Le site d'ISEMAR présente de nombreux travaux simples et accessibles. Une référence.
          Les notes de synthèse d'ISEMAR : notes mensuelles de 4 pages.
          La cartothèque d'ISEMAR : des cartes en compléments des notes de synthèse.
    • Mer et Marine : toute l’actualité maritime : revue d’actualité quotidienne bien fournie. Désormais sur abonnement ou en accès limité à 5 articles par mois.
    • Le Marin : Site de l’hebdomadaire bien connu des marins et hommes de mer. 
    • Marine et Océans : revue trimestrielle papier et en ligne, avec une veille d’actualité sur les océans édités par l'association des officiers de réserve de la Marine nationale à destination du grand public, pour sensibiliser aux grands enjeux des mers et des océans.
    • Armateurs de France : site des armateurs maritimes français.
    • Institut Français de la Mer : association qui se veut « le parti de la mer » auprès des instances politiques, économiques et administratives nationales. Elle est à l'origine du lancement du Cluster maritime français.
    • Cluster maritime français : site présentant les grands acteurs de la filière maritime française.
    • CEDRE : Centre français de documentation et de recherche sur les pollutions des eaux.
    • IPEV : Institut polaire français Paul Emile Victor.
    • Secrétariat général de la mer, site gouvernemental.
  • Les sites internationaux et européens :

Des ressources universitaires

  • Patrice Guillotreau (dir.), Mare Economicum. Enjeux et avenir de la France maritime et littorale. 2008, Rennes, PUR, 551 p. Un bilan des grands secteurs de l'économie maritime française (pêche, pisciculture et conchyliculture, construction navale, transport maritime, ports de pêche et de commerce, tourisme littoral…) et une mise en perspective dans l'économie globalisée.
  • PortEconomics, réseau universitaire européen des études portuaires et maritimes. Nombreux articles à télécharger (en anglais).
  • Devport, réseau de chercheurs sur les problématiques maritimes et portuaires. Portail d’articles et de cartes d’une quinzaine de chercheurs français, en majorité de l'Université du Havre.
     

Les dynamiques des ports et des villes-ports : quelques articles scientifiques

 

Les croisières maritimes

 

Laurent CARROUÉ, Inspecteur général de l'Ēducation nationale,
Marie-Christine DOCEUL, responsable éditoriale, DGESCO-ENS de Lyon
.

Retour en haut de page

Actions sur le document