Vous êtes ici : Accueil Actualités Veille Brèves L’Afrique du Sud a un nouveau président (par intérim)

L’Afrique du Sud a un nouveau président (par intérim)

Publié le 05/03/2018

Kremlin — sommet des BRICS au Brésil en 2014

Vladimir Poutine (Russie), Narendra Modi (Inde), Dilma Roussef (Brésil), Xi Jinping (Chine) et Jacob Zuma (Afrique du Sud) au sommet des BRICS au Brésil en 2014. Cliché : Kremin, CC.BY (source)

 

Deux des visages des dirigeants présents sur la photographie du sommet des BRICS en 2014 ont changé depuis : Michel Temer a remplacé Dilma Roussef à la présidence du Brésil en août 2016, après la destitution de celle-ci, et Cyril Ramaphosa a remplacé Jacob Zuma à la tête de l’Afrique du Sud le 14 février 2018.

 
Les dirigeants des BRICS au 1er mars 2018
Pays Dirigeant En fonction depuis
Afrique du Sud Cyril Ramaphosa 2018
Brésil Michel Temer 2016
Chine Xi Jinping 2013
Inde Narendra Modi 2014
Russie Vladimir Poutine (1999–2008), 2012

Sources : Wikipedia, Le Monde, RFI.

 

Le contexte politique sud-africain

Ancien syndicaliste, proche de Nelson Mandela (1918–2013) et homme d’affaires fortuné, Cyril Ramaphosa a été élu président de l’ANC, le Congrès national africain, parti au pouvoir depuis la fin de l’apartheid et l’élection de Mandela en 1994. Ramaphosa avait échoué à conquérir le parti après le départ de Mandela et s’était lancé dans les affaires en profitant des mesures de l’État en faveur des Noirs, son entreprise Shanduka obtenant de nombreux contrats publics.

L’élection à la tête de la puissante ANC est considérée en Afrique du Sud comme un tremplin pour la présidence du pays, même si le parti a perdu une partie de sa crédibilité, débordé à sa droite par les libéraux de l’Alliance démocratique et à sa gauche par les Economic Freedom Fighters. Le mandat de Jacob Zuma a été entaché de scandales à tel point qu’il a été contraint à la démission pour éviter une destitution, ce qui a permis à Cyril Ramaphosa de devenir le président par intérim jusqu’aux élections de 2019. L'une des premières mesures annoncées au début de son mandat est la lutte contre la corruption, notamment parmi les hommes d'affaires proches de son prédécesseur. Même l'influente famille Gupta n'a pas échappé aux opérations de police menées au lendemain de son élection.

En Afrique du Sud, le président est à la fois chef de l’État et chef du gouvernement. Il siège à Pretoria, alors que le parlement siège au Cap, et la Cour constitutionnelle à Johannesburg.

Les capitales de l'Afrique du Sud
L’Afrique du Sud dans les BRICS

D’abord informel pour désigner les « grands émergents » ou les « économies émergées », les BRICS sont devenus une conférence diplomatique officielle lorsqu’ils ont pris la décision de se réunir annuellement en sommet, en 2011. La même année, l’Afrique du Sud est intégrée au groupe à l’invitation des quatre autres pays, en particulier grâce aux efforts du président de l'époque Jacob Zuma. Ce ralliement était aussi un signal à l'égard des pays africains et de la communauté internationale, comme l'a souligné Catherine Grant dans un article de Jeune Afrique (2013). Le pays a espéré un temps obtenir le siège de la Banque de développement des BRICS installée finalement à Shanghai. Le poids de l'Afrique du Sud, en effet, reste sans commune mesure avec celui des quatre autres membres, comme le montrent les quelques chiffres compilés dans le tableau ci-dessous.

 
Quelques indicateurs de la puissance des BRICS comparés à l'Union Européenne et aux États-Unis
  Population en millions (Banque Mondiale 2014) PIB en PPA, en milliards de dollars (FMI 2013) Pétrole (Réserves prouvées en milliards de barils de brut (OPEP 2016) Nombre d’ogives nucléaires (Federation of American Scientists 2013, Wikipedia) Statut à l’ONU
Brésil 202 3 012 (7e) 13 0 État membre (*)
Russie 144 3 491 (6e) 80 4 450 (2016) Membre permanent du Conseil de sécurité
Inde 1 264 6 700 (3e) 5,5 80 à 100 État membre
Chine 1 341 16 149 (2e) 26 environ 200 Membre permanent du Conseil de sécurité
Afrique du Sud 54 662 (29e) < 1 0 (**) État membre
Total BRICS 3 008 30 014 135 environ 4 900 2 membres sur 5 du Conseil de sécurité
Union Européenne 512 17 578 11 300 (France) + 225 (Royaume-Uni) 2 membres sur 5 du Conseil de sécurité
États-Unis 319 16 768 (1er) 32 4 018 (2016) Membre permanent du Conseil de sécurité

Notes : (*) Depuis 1947, le Brésil s’exprime en premier lors des Assemblées générales (Le Monde, 2013) (**) L'Afrique du Sud possédait 6 ogives avant de mettre fin à son programme nucléaire en 1990.

 

Pour compléter
Sur l'arrivée au pouvoir de Cyril Ramaphosa
Sur les BRICS

 

Actions sur le document