Vous êtes ici : Accueil Actualités Veille CGET En Bref : deux numéros sur les territoires fragiles

CGET En Bref : deux numéros sur les territoires fragiles

Publié le 20/10/2015

Le CGET (ex-Datar) a publié en septembre et octobre deux numéros de sa nouvelle publication en ligne, En Bref.

  • « Combattre les inégalités femmes-hommes dans les territoires fragiles », n° 6, octobre 2016, 4 p.

Malgré les meilleurs résultats scolaires des filles, les inégalités femmes-hommes se rencontrent dans tous types de territoires. Mais dans les territoires fragiles (quartiers prioritaires de la politique de la ville et espaces très peu denses), l’accès des femmes à l’emploi est plus difficile qu’ailleurs.
La comparaison hommes-femmes est menée dans les deux types de territoires fragiles à l’aide de nombreux graphiques et de deux cartes de l’écart entre le taux d’emploi des hommes et celui des femmes par région). Les inégalités femmes-hommes en termes d’accès à l’emploi dans les territoires fragiles sont particulièrement marquées dans le nord-est du pays, en Corse et dans les DOM http://www.cget.gouv.fr/sites/default/files/pdf/actualite/464/bref-06-cget-10-2015.pdf

  • « Des leviers pour innover dans tous les territoires », n° 5, septembre 2016, 4 p.

Du point de vue de l’innovation, les territoires de faible densité ont été définis, dans l’étude, comme des espaces qui ont, en théorie, une faible capacité à innover, car peu dotés en « facteurs classiques de l’innovation » tels que définis par l’OCDE. L’article présente une carte de la capacité théorique d’innovation des EPCI en 2014.
Le CGET identifie 10 leviers d’innovation appropriés aux territoires situés hors des espaces urbains denses.
Puis il présente les expériences que certains d’entre eux ont déjà conduites en la matière.
Trois profils de territoires peu denses innovants ont été définis à partir de l’examen d’une quinzaine de cas.
Le « territoire laboratoire », défini comme un territoire où s’inventent des solutions dans l’optique de les dupliquer ailleurs, est étudié avec l’exemple de la télésanté et de la télémédecine dans les Hautes-Alpes.
Le « territoire pépite » qui repose sur un modèle de développement territorial endogène, fondé sur la valorisation des ressources locales et donc non dupliquable est étudié avec l’exemple d’Agripolis, projet dans le domaine des industries meunières en Charente-Maritime.
Le « territoire coopératif » repose sur une stratégie de développement exogène, qui s’appuie sur des coopérations avec d’autres territoires ou avec des acteurs extérieurs au territoire est étudié avec comme exemple le cas du pôle transfrontalier de rénovation du patrimoine bâti du Pays de Montmédy (Meuse), en partenariat avec des acteurs belges. http:///www.cget.gouv.fr/sites/default/files/pdf/actualite/446/bref-05-cget-09-2015.pdf

Les Veilles de Géoconfluences sur les premiers numéros
- les numéros 1, 2 et 3 http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/veille/en-bref-le-nouveau-magazine-du-cget
- le numéro 4 http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/veille/geographie-de-l2019installation-des-jeunes-medecins-generalistes-en-france
 

Actions sur le document
Veille : dernière publication
Éclairage : dernière publication