Vous êtes ici : Accueil Actualités Veille Des nouvelles de la marge

Des nouvelles de la marge

Publié le 19/09/2016
  • Les éditions Armand Colin ont publié en septembre 2016 La France des marges, un ouvrage dirigé par Étienne Grésillon, Frédéric Alexandre et Bertrand Sajaloli. De très nombreux auteurs y ont contribué (plus de cinquante), dans des chapitres brefs et abondamment illustrés. Le site de l’éditeur en propose la table des matières, ainsi qu’une présentation dont voici un extrait : « Être en marge, avoir de la marge, prendre une marge… la sémantique des marges reflète d’emblée l’ambivalence du terme : liberté, bénéfice, possibilité d’un côté, éloignement des forces vives, voire relégation de l’autre. Appliqué à l’espace français, le terme conduit à décentrer le regard porté sur le territoire national et à penser une France des angles morts et des interstices, une France des minorités, moins intégrée et moins accessible, moins visible et peu connue. Une France insaisissable aussi, la notion de marge étant toujours relative tant sur le plan spatial que socioculturel et posant donc vivement des questions d’échelle, de regard, de méthode et de définition. » 

- Étienne Grésillon (dir.) La France des marges, Armand Colin, septembre 2016.

Trois articles récents, parus dans L’Espace politique en septembre 2016, et en accès libre, étudient l’informalité, appliquée au domaine politique à différentes échelles.

  • Cet article général sur l’informalité urbaine et le pouvoir permet de prendre une certaine hauteur sur la question, tout en introduisant des thématiques plus précises comme celle des vendeurs à la sauvette :

- Sébastien Jacquot, Alexis Sierra et Jérôme Tadié, « Informalité politique, pouvoirs et envers des espaces urbains », L’Espace Politique n°29, 2016-2.

  • En lien avec le précédent, un autre article analyse les stratégies des vendeurs à la sauvette de plusieurs sites touristiques parisiens. Ce ne sont pas seulement des vendeurs de tours Eiffel miniatures mais aussi de parapluies ou de bouteilles d’eau. C’est l’analyse d’un rapport de force renégocié en permanence et qui fait finalement système : « L’étude des arrangements spatiaux et sociaux entre acteurs formels et informels sur plusieurs sites touristiques parisiens montre comment l’ordre urbain officiel est transgressé au quotidien par les acteurs de l’économie touristique informelle. »

- Sandrine Berroir, Caroline Bouloc, Nadine Cattan, Antoine Fleury, Jean-Baptiste Frétigny et Ulysse Lassaube, « La tour Eiffel dans la poche. Informalité et pouvoir dans la construction de la métropole touristique », L’Espace Politique n°29, 2016-2.

  • Une étude analyse de manière détaillée la construction d’une « question Rom » dans plusieurs villes du Sud de la France, non nommées. Les différents acteurs jouent des rôles complexes : résonance de la presse nationale, insistance de la presse locale, regard porté par la population locale, et décisions des édiles municipales.

- Swanie Potot, « La « question Rom » à l’échelle de la ville : gouvernance locale, pratiques informelles et pouvoir des acteurs faibles », L’Espace Politique n°29, 2016-2.

 

"Home", d'Ursula Meier, 2008, Suisse / France / Belgique, Diaphana

Actions sur le document
Veille : dernière publication