Vous êtes ici : Accueil Actualités Veille La plage, espace public au centre d’un conflit d’acteurs : le cas de La Baule

La plage, espace public au centre d’un conflit d’acteurs : le cas de La Baule

Publié le 01/06/2017

Au printemps 2017, la plage de la Baule a été l'enjeu d'un conflit d'acteurs mettant en lumière les logiques d'appropriation et de gestion des espaces littoraux, suite à l'annonce de la concession de la gestion de la plage au groupe Véolia.
 

1. Que dit la loi sur la propriété et la gestion des plages ?

La loi Littoral de 1986 garantit à tous le libre accès au domaine public maritime. La plage est à tout le monde. Mais la loi dit aussi que l'État peut concéder, pour une durée maximale de douze ans, ses plages aux communes ou, si celles-ci refusent la concession, à un acteur privé. Les communes peuvent octroyer, via des appels d'offres, à des plagistes la possibilité d'aménager ou d'exploiter un bout de plage, en contrepartie d'une redevance.

Le décret plage de 2006 prévoit qu'un maximum de 20 % de surface de la plage (contre 30 % auparavant) peut être occupé, et 50 % d'une plage artificielle (contre 70 % auparavant). Il exige aussi que les installations et les cabines, douches et paillotes doivent être démontées au moins six mois par an, sauf exception.
Le décret plage de 2006 avait pour but d’éviter les privatisations de fait, qui fleurissaient sur le littoral méditerranéen où des hôteliers et restaurateurs bloquaient des plages pour leurs clients. Il s'applique partout y compris sur les rivages de l'Atlantique et de la Manche, où il n'y avait pas de problème.

Voir le décret n°2006-608 du 26 mai 2006 relatif aux concessions de plage sur Légifrance, et sur le site du Ministère de l’Economie,  « Les concessions de plage : point sur la réglementation », octobre 2016.

 
Deux exemples d'installations sur la plage à La Baule : bar de plage et école de voile
 
occupation des plages la baule équipements paillottes occupation des plages la baule équipements paillottes
Photographies libres de droits, clichés à attribuer à : M.-C. Doceul, Géoconfluences, mai 2017.

2. La situation d’exception de la plage de La Baule

La plage de La Baule (Loire-Atlantique) fait l’objet d’un conflit qui éclate médiatiquement en mai 2017.

Pourquoi à La Baule ? Le décret plage de 2006 n’est pas appliqué dans la baie de La Baule car la municipalité le juge inadapté à la situation locale.

Mais la tempête de janvier 2014 ravage plusieurs restaurants de plage qui auraient dû être démontés l'hiver. La préfecture de Loire-Atlantique signe alors l'état de catastrophe naturelle pour que les victimes soient indemnisées mais à condition que le décret de 2006 soit « strictement » appliqué.

Le maire de La Baule ayant refusé de gérer ses 35 concessions, l'État lance en 2016 un appel d'offres pour La Baule et retient Veolia, seul candidat, comme concessionnaire pour une durée de 12 ans.


Ci-contre à gauche : Photographie de l'affiche d'appel au rassemblement à l'initiative de l'association des commerçants concessionnaires

affiche rassemblement contre la "privatisation"

3. Acteurs et arguments du conflit

Les commerçants concessionnaires de la plage craignent une forte augmentation des redevances à verser à Veolia et la destruction de leurs installations non démontables.

Samedi 29 mai 2017, un rassemblement de protestation a eu lieu sur la plage, à l’initiative des commerçants concessionnaires organisés dans une association « La plage coeur de La Baule ».

 
Manisfestation contre la concession de la plage à Veolia (la « privatisation »), samedi 29 mai 2017
 
La Baule concession Véolia privatisation manifestation La Baule concession Véolia privatisation
Photographies libres de droits, clichés à attribuer à : M.-C. Doceul, Géoconfluences, mai 2017.

> Reportages vidéos avec interventions des commerçants

> Les arguments des commerçants dans la revue locale Kernews : « Les professionnels de la plage se rassemblent dans une nouvelle association : La Plage cœur de La Baule »

> Les défenseurs de l’environnement qui soutiennent le décret plage : France Nature Environnement, communiqué du 11 mai 2017

> La municipalité de La Baule tente de revenir dans le jeu en proposant que l’État, la municipalité et Veolia établissent une gouvernance partagée sur la plage dans le cadre d’une SEM (Société d’Économie Mixte Locale) : 

4. Pour aller plus loin :

 

Géoconfluences, le 1er juin 2017, Marie-Christine Doceul et Jean-Benoît Bouron

Actions sur le document