Vous êtes ici : Accueil Actualités Veille Euro 2016 : les stades et leur impact en questions

Euro 2016 : les stades et leur impact en questions

Publié le 11/01/2016

À l’occasion de l'Euro 2016 qui se déroulera en France du 10 juin au 10 juillet 2016, les stades qui seront le lieu des compétitions ont été soit rénovés (Lens, Marseille, Paris, Saint-Étienne et Toulouse), soit construits ex nihilo : Bordeaux, Lille, Lyon et Nice. Le Stade de France est conservé en l'état.
À six mois du coup d’envoi de l’Euro 2016, le Parc Olympique Lyonnais a été inauguré samedi 9 janvier 2015. Après le stade Pierre Mauroy de Lille, l’Allianz Riveria de Nice et le Matmut-Atlantique de Bordeaux, le Parc Olympique Lyonnais est la quatrième et dernière enceinte entièrement nouvelle livrée pour le championnat d’Europe de football. C’est le troisième plus grand stade en France derrière le Stade de France et le Stade Vélodrome à Marseille avec 59 186 places – soit 19 000 de plus par rapport au stade de Gerland qu’occupait jusqu’ici l’Olympique Lyonnais.

1. Présentation du nouveau Parc olympique lyonnais et des grands stades

Le grand stade de Lyon

Diaporama http://www.lesechos.fr/industrie-services/diaporamas/DIAP0501161904_BA6652-le-nouveau-stade-de-lyon-1190435.php

  • Huffington Post, « Lyon, qui inaugure son Parc olympique lyonnais, va-t-il être victime de la "malédiction" des nouveaux stades? », 9 janvier 2019.

Situé, à Décines, dans la banlieue nord-est de Lyon, cet équipement exceptionnel à plus d’un titre s’inscrit dans un projet d’aménagement local avec, entre autres, immobilier de bureaux, hôtellerie et espace de loisirs, qui a suscité de fortes résistances. Il constitue aussi l’accomplissement de la stratégie du patron du club lyonnais, qui a fait de ce stade, le premier entièrement privé dans le football français, la pierre angulaire de son modèle économique pour l’OL. http://www.huffingtonpost.fr/2016/01/09/lyon-nouveau-stade-ol-lumieres-parc-olympique-lyonnais-football-ligue-1_n_8928136.html

  • Des informations et des images sur les sites locaux :

-le site du stade Parc OL http://www.parc-ol.com/presentation/
- le site du club, l’OL http://www.olweb.fr/fr/club/grand-stade-167.html
- le site du journal Le Progrès, visite virtuelle http://www.leprogres.fr/ol/grand-stade-parc-olympique-lyonnais-decines-visite-virtuelle-photos

Les 10 stades de l'Euro 2016

 

2. Les enjeux économiques et d’aménagement du territoire

Les deux modèles économiques : stade privé vs stade en partenariat public-privé
Les impacts économiques, sociaux, environnementaux en question
  • RFI, « Football : que faut-il attendre de l'Euro 2016 ? Quel est l'impact économique et social que pourrait avoir la compétition sur un territoire toujours marqué par un climat sécuritaire ? », Cédric de Oliveira, 4 janvier 2016. http://www.rfi.fr/sports/20160104-football-faut-il-attendre-euro-2016
  • Challenges, « L'Euro 2016 de football va-t-il booster la croissance française ? », 16 septembre 2015. Selon une étude du Centre de droit et de l'économie du sport, l'Euro devrait générer en apports financiers étrangers près de 1,3 milliard d'euros, dont 788 millions dépensés par les spectateurs. http://www.challenges.fr/sport/20150916.CHA9446/l-euro-2016-de-football-va-t-il-booster-la-croissance-francaise.html
  • Le rapport de l’UEFA, « Euro 2016. Responsabilité sociale et développement durable », juin 2015. Présentation, 64 p. http://fr.uefa.com/MultimediaFiles/Download/uefaorg/General/02/26/41/79/2264179_DOWNLOAD.pdf
  • Localtis, « Euro 2016 : une étude d'impact (trop) optimiste pour les villes-hôtes », Jean-Damien Lesay, 10 décembre 2015.
    Commandée fin 2014 par l'UEFA, organisatrice de la compétition, le rapport de l’UEFA envisage des retombées tant au niveau national que ville par ville. Globalement, le poids économique de l'Euro 2016 est évalué à 2,8 milliards d'euros et son impact économique, correspondant au cumul des apports financiers en provenance d'acteurs étrangers uniquement, s'élèverait à 1,3 milliard selon la décomposition suivante : 593 millions de dépenses des spectateurs dans les stades ; 478 millions de dépenses d'organisation et 195 millions de dépenses des spectateurs dans les fans-zones. En termes d'emplois, l'étude met en avant la création de 20 000 emplois pour la construction et la rénovation des stades ; plus de 94 000 personnes employées pour l'organisation de la compétition ; et plus de 26 000 emplois équivalent temps plein créés sur une année du fait de l'impact économique national généré par l'Euro 2016.
    Ville par ville, les retombées vont du simple au quadruple. Ainsi Saint-Denis devrait bénéficier d'un impact économique de 221 millions d'euros, devançant Marseille (181 millions), Lyon (166 millions), Paris (161 millions) et Lille (151 millions). Bordeaux se trouve décroché, à 121 millions d'euros d'impact économique. On trouve en bas de classement un tir groupé comprenant Nice (81 millions), Saint-Etienne (77 millions), Lens (71 millions) et Toulouse (61 millions).
    Cette étude relève de l'équilibrisme sur plusieurs points. Le premier concerne les coûts de construction des stades. Les aides de l'Etat pour la construction ou la rénovation des équipements, d'un montant total de 160 millions d'euros, pèsent sans conteste sur les dépenses publiques… tout en apparaissant positivement dans l'impact économique territorial de chacune des villes-hôtes.
    Autre point noir de l'étude : l'absence d'évaluation des coûts de la sécurité. L'impact des coûts d'organisation pris en charge par les collectivités n'est pas davantage présent dans l'étude. Autre point noir qui n'était pas envisageable il y a un an, au rayon des recettes cette fois : les dépenses dans les fans-zones, estimées à 108 euros par visiteur et par jour, soit 352 millions d'euros au total, pourraient être revues à la baisse. (article accessible sur inscription). http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&cid=1250269993126
  • Le Monde, blog « Une balle dans le pied - Nouveaux stades, la peur du vide », Jérôme Latta, 8 janvier 2016. Samedi 9 janvier, l'inauguration du "Parc olympique lyonnais" va allonger la liste des stades modernes – nouveaux ou rénovés – que le football français appelait si ardemment de ses vœux. Une ardeur qui s'est accompagnée de maintes promesses et assurances que ces outils seraient financés sans douleur, qu'ils permettraient de mettre le football français à niveau, et bien sûr qu'ils attireraient un public suffisant pour les remplir.
  • S'il est encore tôt pour faire un bilan, les premiers enseignements font courir les plus grands doutes sur l'atteinte de ces objectifs. Le premier est d'ores et déjà invalidé, notamment par le constat (pourtant prévisible) que les partenariats public-privé constituaient non pas la panacée annoncée, mais un piège pour les finances publiques – bien illustré par le sidérant exemple niçois. Quant au public attendu, il se fait encore attendre. http://latta.blog.lemonde.fr/
  • Les Cahiers du football, «  Nouveaux stades de l'Euro 2016 : L'urbanisme sur le banc ? », 22 septembre 2011. Lyon, Nice, Bordeaux et Lille vont-ils sacrifier leur développement au profit de ces nouvelles enceintes? Voyons leurs conséquences sur l'environnement et la ville... http://www.cahiersdufootball.net/article-nouveaux-stades-de-l-euro-2016-l-urbanisme-sur-le-banc-4242
  • La gazette des communes

- « Euro 2016 : le coût d’envoi des stades pour les collectivités », Sabine Blanc, Pierre Cheminade, 10 juin 2015. Nantes, Rennes, Nancy, ces trois collectivités ont refusé d’accueillir des matches de l’Euro 2016, pour des raisons financières. http://www.lagazettedescommunes.com/361227/poster-euro-2016-le-cout-denvoi-des-stades-pour-les-collectivites/
- « Maigre compensation pour les villes organisatrices de l’Euro 2016 de football »,  Pascal Weil, 31 mai 2014 http://www.lagazettedescommunes.com/290031/maigre-compensation-pour-les-villes-organisatrices-de-leuro-2016-de-football/


3. Des analyses de géographes

  • Jean-Pierre Augustin et Vincent Nicolle, « Dix stades français pour l’Euro-foot 2016. Une occasion d’accélérer les projets urbains et l’ouverture internationale », Teoros (revue de recherche en tourisme) janvier 2014. L’Euro 2016 est un événement qui sert à la fois un prétexte à la recomposition de quartiers, à l’aménagement du territoire et à l’affirmation de l’image attractive et touristique des villes engagées dans une course à la distinction. Les équipements nécessaires aux méga-événements sportifs sont les lieux emblématiques des grands rassemblements, un symbole des dynamiques métropolitaines et un enjeu d’attraction et de développement touristique. http://teoros.revues.org/2577
  • Stéphane Merle, « L’Euro 2016, révélateur des enjeux de l’aménagement des grands stades en France », Géoconfluences, 2011 http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/territ/FranceMut/FranceMutScient9.htm
  • Stéphane Merle, Sylviane Tabarly, « Les grands stades et l'aménagement du territoire, deux études de cas Geoffroy-Guichard à Saint-Etienne, un stade rénové sur fonds publics » et « OL Land à Lyon, un stade ex nihilo sur fonds privés », Géoconfluences, 2011 http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/territ/FranceMut/FranceMutDoc16.htm
  • Revue Urbanisme, 'Les grands stades en quête d’urbanité', Dossier, n°393, été 2014. En libre accès, l’édito et la table des matières seulement.

Les articles sur les stades français :
- "Les collectivités locales gardent la main", Jean-Damien Lesay
- "Bordeaux sort de l'enceinte bétonnée. Le nouveau stade conforte le quartier du Lac", Jean-Pierre Augustin et Vincent Nicolle
- "Que faire du Stade Jacques-Chaban-Delmas ?", Alexis Gallice (CIALFI), Stéphane Koval, architecte, et Vincent Nicolle (CIALFI)
- "Le grand stade de Lille cherche encore sa place", Bertrand Verfaillie
http://www.urbanisme.fr/grands-stades-en-quete-d-urbanite/dossier-393

Pour élargir à l’échelle mondiale, la Veille de Géoconfluences, "Documents pour une géographie des stades de football dans le monde", 16 juin 2014 http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/veille/documents-pour-une-geographie-des-stades-de-football-dans-le-monde

Marie-Christine Doceul et Sylviane Tabarly, pour Géoconfluences

Actions sur le document
Veille : dernière publication
Éclairage : dernière publication