Vous êtes ici : Accueil Actualités Veille Le sable des rivages, une disparition annoncée ?

Le sable des rivages, une disparition annoncée ?

Publié le 10/03/2015

Sur l’ensemble de la planète, environ 70% des rivages sableux sont soumis à l’érosion des agents météorologiques et marins. Selon les récents rapports du Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC) le changement climatique pourrait, d’ici la décennie 2090-2099,  se manifester par une élévation de 0,18 à 0,59 m du niveau moyen de la mer par rapport à la période de référence 1980-1999. Il devrait en résulter une accentuation de l’érosion des plages.
Mais les causes de l’érosion des plages seraient majoritairement anthropiques, l’action humaine accentuant la vulnérabilité du littoral à l’impact érosif du changement climatique.

1. Le sable, une ressource surexploitée ?
  • Arte Futur – Dossier : Nos plages à court de sable ?, dernière mise à jour le 23 janvier 2015

Après la ruée vers l’or, la ruée vers le sable ? Puces électroniques, plastique, et surtout matériaux de construction : matière première bon marché, le sable est partout. Les magnats du bâtiment se sont massivement tournés vers l’exploitation des rivières et plages, au détriment de l’équilibre des écosystèmes. Petit à petit, les appétits économiques ont grignoté au moins 75 % des plages du monde, et englouti des îles entières : enquête sur un pillage écologique mêlant multinationales et réseaux mafieux. http://future.arte.tv/fr/sujet/nos-plages-court-de-sable#article-anchor-23041

  • France Culture, Sur les docks - Tant que le sable durera !, 2 juillet 2014

Les industriels de l’extraction de sable confrontés à l’épuisement de granulats alluvionnaires et à la surexploitation des rivières se sont tournés depuis près de trente ans vers un autre sable, le sable marin. Son exploitation a pris un tel essor que c’est la morphologie des côtes du monde entier qui s’en trouve aujourd’hui modifiée. Selon le journaliste Denis Delestrac, 9 plages sur 10 en Californie sont en voie de disparition tandis qu’en Indonésie, 25 îles ont disparu pour alimenter Singapour en sable. Maldives, Sénégal, Maroc, de nombreux pays font face à cette disparition progressive de leurs côtes laminées par la folle expansion des hommes et de leurs bétonneuses grandes consommatrices de sable. http://www.franceculture.fr/emission-sur-les-docks-tant-que-le-sable-durera-2014-07-02

  • RFI - Le business des marchands de sable, Gaël Grilhot, 4 juin 2013

Chaque année, environ 6 milliards de m³ de béton sont coulés dans le monde. Et la demande est exponentielle, particulièrement dans les pays émergents, qui doivent loger une population de plus en plus nombreuse et de plus en plus urbaine (Chine, Inde, Singapour, etc.), ou encore dans les pays du Golfe. Or, chacun le sait, le composant essentiel du béton, c'est le sable. En Asie, au Maghreb en Afrique de l'Ouest, ou en Australie, l'extraction industrielle du sable s'est donc considérablement développée, tout comme les carrières, soumises à un pillage intensif sur les littoraux. http://www.rfi.fr/afrique/20130604-le-business-marchands-sable/

  • Autour du documentaire de Denis Delestrac : « Le sable, enquête sur une disparition »

- Diffusion par Arte, http://www.arte.tv/guide/fr/046598-000/le-sable
- Le Monde, Martine Valo, 28 mai 2013 http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/05/28/le-sable-enquete-sur-une-disparition_3416964_3246.html
- Les EnR (bureau d'études spécialisé dans le développement durable) - Sable : surexploitation, trafic, dangers écologiques, 4 juin 2013, http://www.lesenr.fr/actualites/actus/674-sable-surexploitation-trafic-dangers-ecologiques-arte-tire-la-sonnette-dalarme-dans-un-documentaire-signe-denis-delestrac.html
- Les crises.fr (gestion du risque) - Présentation de la vidéo et débat d’Arte en présence de D. Delestrac, http://www.les-crises.fr/le-sable-une-disparition/


2. Erosion littorale et évolution du trait de côte

3. Étude de cas, jeux d’acteurs : du Trégor aux Comores
3.1. En Bretagne

En baie de Lannion, pointe de Gâvres, un projet de la Compagnie Armoricaine de Navigation (CAN), filiale du groupe Roullier, consiste à extraire 400 000 m³ de sable coquillier par an sur une période de 20 ans, soit au total 8 millions de m³ d'une dune sous-marine située à la « pointe de Lannion » (Côtes d'Armor) à moins d'un kilomètre de deux zones classées Natura 2000 dont celle de la Réserve des Sept-Îles.
- Le Télégramme – Tag « extraction de sable », http://www.letelegramme.fr/tag/extraction-de-sable
- Le Monde Idées - Attention à la destruction de la baie de Lannion, Collectif, 4 octobre 2013http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/10/04/attention-a-la-destruction-de-la-baie-de-lannion_3489862_3232.html
- Le Collectif "Le Peuple des Dunes", http://le-peuple-des-dunes.org/  , a été créé le 28 décembre 2006, il rassemble de nombreuses associations soucieuses des risques induits pour l'homme du fait de l'impact, prévisible sur le littoral et l'écosystème marin, des projets d'extraction de sable marin où qu'ils soient dans le monde.
Le collectif réagit en qualité d'expert, du fait de sa pratique locale, par exemple :
       > sur le projet Per sud Lorient des groupes cimentiers Lafarge et Italcementi, situé dans un triangle Groix – Lorient - Quiberon
       > sur le projet de la baie de Lannion, « Peuple des dunes en Trégor », http://peupledesdunesentregor.com/
- Télérama - Les châteaux de sable des géants du béton, Weronika Zarachowicz, 22 avril 2014 http://www.telerama.fr/idees/les-chateaux-de-sable-des-geants-du-beton,110698.php

D'autres sites en Bretagne : dans VertigO, Anaïs Guérin Chapel, « Les sites d’extraction, révélateurs d’un nouvel engagement citoyen : le cas des sablières Lafarge en Bretagne », VertigO Hors série 6 | novembre 2009. 2 exemples. Le premier est le site de Bodonou (Finistère) inscrit dans une démarche partenariale dont l’objectif est la remise en état d’un espace naturel protégé (zone humide, espèces patrimoniales...). Le second exemple concerne un projet de recherche pour un site d’extraction en mer. Il met en évidence l’engagement citoyen tant sur des préoccupations environnementales que, plus largement, sur la préservation qualitative d’un espace de vie. http://vertigo.revues.org/9172

Espace des sciences, Exploité en grande quantité. Entretien avec la géographe Anaïs Guérin-Chapel. Sciences Ouest n°289, juillet-août 2011. Sur l'extraction des sables bretons pour un usage agricole http://www.espace-sciences.org/sciences-ouest/exploite-en-grande-quantite

3.2. À Noirmoutier

La gazette des communes, Les projets d’extraction de sables marins inquiètent l’île de Noirmoutier, 19 juin 2013. Soutenue par le conseil général de la Vendée, la communauté de communes a voté le 6 juin 2013 sa troisième motion sur le sujet après celles de 2010 et 2011. Deux nouveaux sites d’extraction à l’ouest de l’île, Cairnstrath et Astrolabe, suscitent son inquiétude. Ironie du sort : ces sables marins servent aussi au rechargement des plages françaises mises à mal par des aménagements humains, notamment les ports de plaisance, y compris à Noirmoutier. http://www.lagazettedescommunes.com/172122/les-projets-d%E2%80%99extraction-de-sables-marins-inquietent-l%E2%80%99ile-de-noirmoutier/

3.3. Aux  Comores (Anjouan)

- VertigO - Fragilisation et modification des formations littorales meubles sur l’île d’Anjouan (Comores) : Quand l’érosion d'origine anthropique se conjugue au changement climatique, Kamardine Sinane, Gilbert David, Gwenaëlle Pennober et Roland Troadec, décembre 2010.
Nous retiendrons que l’état actuel des plages à Anjouan est essentiellement dû à des causes anthropiques, notamment l’extraction du sable de plage. Les acteurs de cette activité à l’instar du reste de la population ont une lecture correcte des causes, des impacts et des solutions à apporter au problème de l’érosion. La solution demeure la lutte contre la pauvreté et la recherche de matériaux de construction alternatifs au sable de plage. (…). Le réalisme voudrait que les autorités, tant municipales que nationales, conscientes de l‘extrême vulnérabilité des plages d’Anjouan au changement climatique du fait de l’extraction massive de sable dont elles sont l’objet, placent la réduction de cette vulnérabilité comme prioritaire dans les mesures à prendre pour lutter contre le changement climatique à venir. Cette priorité suppose que les plages recouvrent leur équilibre sédimentaire et que des méthodes de défense douce du trait de côte soient privilégiées en place de la construction de murs. http://vertigo.revues.org/10528

3.4. Au Cap Vert

Thalassa, Survivre grâce au sable. Vidéo de 7 minutes, 2011. Dans l'archipel du Cap-Vert, l'extraction et la vente clandestines du sable de la plage constitue un moyen de subsistance pour les femmes les plus pauvres. Cette activité répétée depuis des décennies a causé la ruine des terrains de culture des bananeraies. Les nappes phréatiques contaminées par le sel de l'eau de mer qui n'est plus filtré par le sable, provoquent l'assèchement des sols. Le documentaire comporte des témoignages de femmes récoltantes de sable et d'un agriculteur. http://www.lesite.tv/videotheque/0857.0001.00-survivre-grace-au-sable-au-cap-vert

3.5. D'autres exemples dans le monde

Coastal Care – Une fondation qui propose une veille internationale actualisée sur la thématique. Voir les exemples de Jersey, de l'Afrique du Sud, du Kenya, du Liberia, de l'Inde, etc Tag "sand mining".http://coastalcare.org/?s=sand+mining

Sylviane Tabarly et Marie-Christine Doceul, pour Géoconfluences

Actions sur le document