Vous êtes ici : Accueil Actualités Veille Parutions Un article : "Quelles géographies de la France rurale ?"

Un article : "Quelles géographies de la France rurale ?"

Publié le 11/02/2019
Un article de Laurent Rieutort, Philippe Madeline et Claire Delfosse paru dans Histoire et Sociétés Rurales fait le point sur les grandes tendances actuelles de la géographie rurale française.


Pour les candidats aux concours de l’enseignement dont l’une des questions au programme est consacrée à ce thème, c’est l’occasion de couronner leur révision par une lecture très synthétique qui aborde de nombreux thèmes et s’appuie sur une bibliographie abondante (où seuls figurent, hélas, les noms des auteurs, mais les lecteurs la reconstitueront à l’aide de notre bibliographie indicative).

>>> Pour un panorama historique de la géographie rurale française, voir : Pierre Cornu, « La géographie rurale française en perspective historique », Géoconfluences, avril 2018.

L’introduction de l'article rappelle les occurrences des espaces ruraux dans les questions précédentes aux programmes des concours de géographie et d’histoire.

Sommaire, résumé et compléments de lecture :
De la délicate définition du rural aux interactions villes-campagnes

Les auteurs rappellent les débats suscités par le zonage en aires urbaines depuis sa création en 1996 mais surtout depuis sa redéfinition de 2011. Aux définitions statistiques s’opposent d’autres approches « compréhensives, moins segmentées ».

>>> Pour compléter sur le zonage en aires urbaines : Pierre Pistre et Frédéric Richard, « Seulement 5 ou 15 % de ruraux en France métropolitaine ? Les malentendus du zonage en aires urbaines », Géoconfluences, avril 2018.
 

De nouvelles ruralités au prisme des représentations sociales

Les représentations qui figent l’espace rural dans sa vocation agricole ont évolué moins vite que la réalité fonctionnelle : perçus comme des « espaces de nature, de patrimoine, de qualité de vie », les espaces ruraux sont aussi aujourd’hui des « lieux de création d’emplois, d’activités industrielles ou d’innovations sociales et culturelles ». Cette multifonctionnalité n’est pas spécifique aux espaces ruraux et elle invite à repenser les liens aux espaces urbains à l’heure de l’agriculture urbaine.
 

De la variété des systèmes à la coexistence des modèles agricoles, alimentaires et ruraux

Les auteurs rappellent que les espaces ruraux sont toujours le support de l’immense majorité des activités agricoles. Ils brossent à grands traits les évolutions récentes de l’agriculture dans ses dimensions économiques, sociales et écologiques, en lien avec la mondialisation. Ils relient ces évolutions à la question foncière, cruciale dans le développement rural, et à la question de la coexistence de plusieurs modèles agricoles, « pas toujours complémentaires », voire incompatibles. Sans parler de crise, les auteurs évoquent plusieurs « perturbations » connues par les territoires ruraux (allant du changement climatique au recul de l’État).

>>> Pour compléter, un contre-modèle résidentiel : Christophe Imbert, Julie Chapon et Madeleine Mialocq, « L’habitat informel dans l’ouest de l’Ariège : marginalité ou alternative à la norme ? », Géoconfluences, mars 2018.
 

Du local aux métropoles : le tournant territorial

S’interrogeant sur un éventuel sous-équipement des territoires ruraux, l’article rappelle la diversité des situations entre des campagnes périurbaines, des campagnes vivantes et des campagnes hyper-rurales. Néanmoins il pointe aussi quelques défis communs comme « l’érosion  des structures commerciales » (évitant par cette expression le terme controversé de désertification), pour évoquer ensuite l’importance de l’économie présentielle. Les réponses de l’État ne sont pas toujours adéquates, comme les lois renforçant le rôle des métropoles, alors que les effets positifs de ce type de politique sont loin d’être établis.

>>> Pour compléter, sur l’évolution de l’offre commerciale : Céline Massal, « La fin des commerces de proximité dans les campagnes françaises ? », Géoconfluences, avril 2018.
 

Des biens de nature aux biens communs

C’est le lien entre espaces ruraux et rapport à la nature qui est questionné ici, renvoyant à une autre question actuellement au programme (à l’agrégation de géographie seulement) : « la nature, objet géographique ». Le rapport aux animaux, la « fonction de nature » et le développement durable sont évoqués successivement, pour déboucher sur la notion plus englobante de communs.

>>> Pour compléter sur les communs : Daniela Festa (avec la contribution de Mélanie Dulong de Rosnay et Diego Miralles Buil), « Les communs », Géoconfluences, juin 2018.
 

Des campagnes urbaines à l’hyper-ruralité : « Éloge de la diversité »

Cette partie conclue sur les différentes catégorisations du rural. Sont évoquées les campagnes « désirées » ou « refuge », les campagnes paupérisées ou gentrifiées, et pour conclure la typologie proposée par Hilal et al. pour ce qui s’appelait encore la DATAR et qui distingue les campagnes « des villes », les campagnes « agricoles et industrielles » et les campagnes « vieillies à faible densité ».

>>> Pour compléter sur la gentrification rurale : Greta Tommasi, « La gentrification rurale, un regard critique sur les évolutions des campagnes françaises », Géoconfluences, avril 2018.

Actions sur le document