Vous êtes ici : Accueil Actualités Veille Parutions Réédition de "Comment faire mentir les cartes" de Mark Monmonier

Réédition de "Comment faire mentir les cartes" de Mark Monmonier

Publié le 13/03/2019
Auteur(s) : Emmanuelle Santoire, Doctorante contractuelle en géographie, agrégée de géographie - Université de Lyon, ENS de Lyon
À l’occasion de la réédition de 'Comment faire mentir les cartes ?' de Mark Monmonier, en version française aux éditions Autrement, Géoconfluences revient sur ce classique de la littérature sur la cartographie.

Compléments | citer cet article

  • Mark Monmonier, Comment faire mentir les cartes ?, Autrement, 2019 (1ère éd. 1991), 304 pages. Feuilleter.

L’ouvrage préfacé par Christian Grataloup, géographe français, spécialiste de géohistoire et auteur de plusieurs ouvrages sur l’histoire de la cartographie, appelle intelligemment ses lecteurs à une vigilance cartographique à l’ère d’une omniprésence renouvelée des cartes dans nos environnements quotidiens. Il ne s’agit ici ni strictement d’un manuel technique ni d’une histoire de la cartographie. C’est, dans les mots de son auteur, un ouvrage destiné au grand public qui nous emmène progressivement dans la complexité des cartes et nous invite à les décoder.

On peut insister sur la clarté de cet ouvrage, facile d’accès, sur son efficacité et sur sa rapidité de lecture. Pas besoin d’être aguerri à la cartographie ou rompu aux SIG (Systèmes d’Information Géographique) pour comprendre où veut – malicieusement – nous mener son auteur. Mark Monmonier, professeur de géographie à l’université américaine de Syracuse (État de New York), nous interpelle sur ces cartes avec lesquelles il serait « si facile et même essentiel de mentir. » La formule en version originale n’en est que plus incisive : il nous propose d’apprendre à « mentir avec les cartes » (How to lie with maps). Ainsi, plein d’esprit et sans cynisme, Mark Monmonier revient sur la multiplicité de ce qu’il appelle les mensonges cartographiques, dévoilant leurs origines : volontaires ou involontaires, évitables ou inhérentes à l’exercice. Il nous entraîne à exercer notre regard critique sur un objet qui a longtemps bénéficié d’un statut particulier : pensé objectif et indubitablement scientifique.

On peut distinguer plusieurs mouvements dans l’ouvrage qui pourraient correspondre à différents choix de lecture. Premièrement, pour des utilisateurs de cartes, les premiers chapitres exploitent en profondeur l’idée qu’une carte déforme la réalité, par nature. Les cartes sont des outils techniques en deux dimensions, de représentation du réel, en trois dimensions. Elles utilisent pour cela des techniques telles que la projection, l’échelle ou la sémiologie graphique ; autant d’éléments auxquels Monmonier consacre des chapitres pédagogiques et clairs. On apprend ainsi à entrer dans les coulisses de la fabrication des cartes sans pour autant remplacer un cours de géomatique. Deuxièmement, pour les producteurs de cartes, Monmonier continue notre initiation à la rigueur cartographique en rappelant les erreurs les plus commises, « ces bévues qui égarent » et propose des méthodes pour les éviter. On y apprend que la carte est un discours, subjectif et sélectif, produit par un auteur aux intentions déterminées. Enfin, pour tous les curieux, les derniers chapitres proposent un éventail d’exemples de mensonges volontaires, stratégiques, connus ou inédits qui passent si bien inaperçus dans les cartes. Classés par types de producteurs ou d’objectifs cartographiques, ces chapitres peuvent se lire de manière plus détachée les uns des autres abordant tour à tour les cartes militaires, quantitatives (attention, chapitre plus ardu !) ou même une réflexion inédite sur les cartes « express » : dynamiques, interactives ou mobiles en plein essor.

Cet ouvrage peut ainsi constituer une excellente introduction à la critique cartographique tout comme un guide de conseils et d’exemples variés, pratiques d’usage et facilement réutilisables dans le cadre d’un cours du secondaire ou du supérieur. Pour chaque niveau, on pourra retenir des exemples originaux, en grande majorité venus du monde nord-américain, souvent emplis d’anecdotes amusantes et entraînantes. La complexité des chapitres est toutefois inégale comme pour les chapitres plus quantitatifs qui nécessitent des connaissances de base en statistique. On pourra aussi lui reprocher quelques redondances notamment entre chapitres techniques initiaux et chapitres thématiques d’exemples. Enfin, les illustrations sont, en grande majorité, des réalisations de l’auteur, en noir et blanc (malgré un carnet central en couleur) et semblent parfois un peu difficiles à réutiliser dans des cours du secondaire. Elles constituent toutefois une très bonne base actualisable d’exemples qui pourront attirer l’attention des élèves et de leurs enseignants. Le livre invite alors, au-delà des études, à être attentifs aux cartes proposées à notre entendement. Soit une invitation pressante à ne pas nous laisser piéger par l’illusion des cartes et surtout, par les discours de leurs producteurs.

 

Pour compléter 

 

Emmanuelle SANTOIRE
Doctorante contractuelle, agrégée de géographie, Université de Lyon, ENS de Lyon, UMR 5600 (Environnement ville société)

Mise en web : Jean-Benoît Bouron

 

Pour citer cette brève :

Emmanuelle Santoire, « Réédition de "Comment faire mentir les cartes" de Mark Monmonier », brève de Géoconfluences, mars 2019.
URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/veille/parutions/reedition-comment-faire-mentir-les-cartes

Actions sur le document