Vous êtes ici : Accueil Actualités Veille Donner à voir et faire réfléchir : les photographies de grands ensembles

Donner à voir et faire réfléchir : les photographies de grands ensembles

Publié le 17/03/2017

Le compte Twitter de Renaud Epstein, sociologue et maître de conférences à Sciences-po Saint-Germain-en-Laye, rencontre un certain succès dans la communauté de géographes utilisateurs de ce réseau social avec une série de tweets intitulés « Un jour, une ZUP, une carte postale ». Le but est de publier au fil de l'eau ses archives personnelles constituées notamment d'une collection de cartes postales représentant des grands ensembles à une époque où leur construction, nec plus ultra de la modernité, fascinait les français. Jour après jour, l'auteur livre par petites touches un véritable portrait d'une France des années 1960-1970 qui misait sur le logement social et l'habitat collectif. C'est un portrait minéral, car la végétation n'a pas encore poussé autour de ces quartiers récemment sortis de terre, où les angles droits dominent mais d'où se dégage cependant une certaine diversité architecturale – dans les limites imposées par le fonctionnalisme de la charte d'Athènes. C'est aussi le portrait d'une France en croissance économique, qui doit loger ses classes moyennes et populaires, et qui compte sur l'automobile pour assurer l'accès à l'emploi par les déplacements pendulaires : on voit plus de voitures que de personnes sur ces cartes postales.

Si on ne connaît pas toujours le nom du photographe, certaines de ces cartes portent la signature de la société éditrice comme Yvon ou encore Combier, Iris, Lapie, Cim, As, Lyna, Guy, Mage, La Cigogne... La carte postale étant à la fois un support photographique, un art populaire et une pratique culturelle datée dans un contexte historique, elles peuvent faire l'objet d'une étude en classe dans une approche d'histoire des arts. Le sujet permet aussi d'envisager un travail interdisciplinaire avec les arts plastiques, les sciences économiques et sociales, ou les arts appliqués en série STD2A.

  • Le compte twitter personnel de Renaud Epstein : @renaud_epstein
  • Un autre site consacré à l'architecture des Trente Glorieuses, au-delà des seuls grands ensembles, dont les cartes postales sont fréquemment associées à un lien vers Google StreetView pour comparer avec le présent : Rétrogéographie
  • Deux autres blogs consacrés à l'architecture, notamment du XXe siècle, dans les cartes postales : Archipostcard et Archipostalecarte.
  • Pour recontextualiser l'évolution du regard sur les grands ensembles : Sonya Faure, « Les grands ensembles, clichés de leur époque », entretien avec Raphaële Bertho, Libération, 27 octobre 2015
     

D'autres documents pour travailler sur le regard et les paysages de grands ensembles :

Actions sur le document