Vous êtes ici : Accueil / Glossaire / Syncrétisme

Syncrétisme

Publié le 17/12/2021

Le syncrétisme est le résultat d’un processus d’adaptation endogène généralement imposé par une culture exogène. Il implique, au sein de la structure d’accueil, une certaine réinterprétation des mythes et des croyances, l’emprunt de rites ou de pratiques et l’association de marquages symboliques et identitaires (Rivière, 2000).

Le syncrétisme religieux est un exemple d'hybridation, de « bris-collage » (Bernand, 2001) amenant à la formation d’une religion nouvelle produite par la confrontation et l’influence de croyances et de valeurs issues de systèmes culturels opposés. L'usage du mot est tantôt stigmatisé comme contamination par l'autre, tantôt valorisé comme synthèse créative (Mary, 2010).

Parmi les religions syncrétiques, le sikhisme, né au Pendjab à la fin du XVe siècle est un monothéisme influencé par l'islam qui conserve de l'hindouisme la croyance en la réincarnation de l'âme. Le yézidisme est une religion syncrétique monothéiste à la croisée du zoroastrisme venu de la Perse antique et de l'islam de type soufi ; ses adeptes vivent aujourd'hui dans le Kurdistan et dans la région du Caucase. La fusion entre le christianisme et les religions traditionnelles africaines a donné naissance à des syncrétismes afro-américains comme le candomblé de Bahia, la santeria cubaine ou le vaudou haïtien.

(MCD), 2016.


Références citées
  • Mary André, 2010, « Syncrétisme », in R. Azria et D. Hervieu-Léger (eds), Dictionnaire des faits religieux. Paris, PUF, Collection Quadridge, p. 1197-1202.
  • Rivière Claude, 2000. « Syncrétisme », in Pierre Bonte et Michel Izard (eds), Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie. Paris, PUF, Collection Quadridge, p. 692-693.
  • Bernand Carmen, Capone Stefania, Lenoir Frédéric et Champion Françoise, « Regards croisés sur le bricolage et le syncrétisme », Archives de sciences sociales des religions, n° 114, 2001, p. 61-66.
Pour compléter

Actions sur le document

Affiner les résultats par :