Vous êtes ici : Accueil Glossaire Hukou

Hukou

Publié le 26/02/2013

Depuis les débuts de l'époque maoïste – il existait déjà à l'époque impériale –, le hukou, sorte de passeport intérieur, permet de maîtriser les flux et les migrations internes de la population.

Il s'agit d'un système d'enregistrement obligatoire, un livret de résidence, qui porte le nom de  la localité ou le hukou a été enregistré et le statut du hukou possédé : agricole et non agricole. Le hukou divise hiérarchiquement la société chinoise en deux : celle qui détient un hukou urbain (un tiers de la population) et les autres. Le hukou urbain donne, avec le droit de vivre "en ville", celui d'acquérir un logement à un prix subventionné, d'envoyer ses enfants à l'école, de bénéficier d'une assurance médicale et d'une indemnité chômage en cas de licenciement. Les hukous de Beijing et de Shanghai sont les plus appréciés. Le hukou rural donne le droit de satisfaire ses besoins de consommation en grains. Les migrants ruraux installés en ville et dépourvus de hukou urbain souffrent de conditions de vie discriminantes et peuvent être rapatriés par la police lors des contrôles.

Ce hukou, maintenu après le début des réformes d'inspiration libérale des années 1980, a joué un rôle majeur dans le développement économique de la Chine qui s'est appuyé sur la main d'œuvre d'un tiers-monde rural, principal artisan du "miracle" chinois. À Shanghai par exemple, 10 des 24 millions d'habitants n'ont pas le statut de résidant.

Le hukou est encore en vigueur mais son application s'est allégée progressivement depuis la réforme de 2001 qui en assouplit les modalités. Si le citoyen peut prouver une résidence prolongée dans une ville où il paie les impôts locaux et où il possède un appartement, il peut y être reconnu localement. Ce sont les gouvernements municipaux qui décident quels sont les critères pour obtenir des droits de résidence permanents dans leur ville.

Sources
Pour compléter

 

(Coll.) dernière mise à jour : février 2020.